Navigation – Plan du site

Le pouvoir en restes

Gouverner par les déchets au Cameroun (Garoua et Maroua)
Remnants of Power: Ruling through Waste in Cameroon
Émilie Guitard

Résumés

Comment la gestion des objets et des substances déchus issus des individus, de leurs corps, de leur culture matérielle, de leurs activités domestiques quotidiennes, acquiert-elle une dimension politique ? À Garoua et Maroua, au nord du Cameroun, la réponse à cette question se situe dans une conception particulière des liens qui unissent les corps et leurs excrétions, les objets et les espaces de vie des individus. Elle réside aussi dans les pratiques qui l’accompagnent et participent au détachement entre les corps, ce qui en tombe et les choses qui y ont été un temps inscrites, puis au dépôt de ces substances, matières et objets déchus dans l’espace, selon une disposition particulière. Le cas des villes camerounaises de Garoua et Maroua permet alors de conceptualiser une façon alternative de penser le déchet et le déchu, non plus seulement en termes matériels, techniques, classificatoires, spatiaux ou temporels, mais comme un état des choses, résultant d’un processus complexe, dynamique, culturellement et historiquement défini, de rupture avec celles-ci.

Haut de page

Texte intégral

Un canal d’écoulement des eaux envahis par les déchets, non collectés, dans un quartier populaire de Maroua, janvier 2010.

© É. Guitard

À Garoua et Maroua, villes moyennes et chefs-lieux des régions du Nord et de l’Extrême-Nord du Cameroun, un proverbe dit que « le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures ». Partant de celui-ci, j’ai entrepris, dans le cadre d’une thèse d’anthropologie soutenue en décembre 2014 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, de mettre en lumière l’intrication entre gestion des déchets et relations de pouvoir dans ce contexte urbain nord camerounais. J’en expose ici les grandes lignes, à partir de la proposition théorique sur laquelle j’ai construit mon analyse, assorties d’un certain nombre d’illustrations appuyant mon propos.

  • 1 J’emploierai alternativement le terme français « peul » ou le terme pluriel en fulfulde fulɓe pour (...)
  • 2 Celles-ci sont constituées d’un chef peul et musulman, laamiiɗo (pl. laamiiɓe), entouré d’une cour (...)

1Fondées au tournant du xixe siècle par des conquérants peuls 1 et musulmans descendus du Nord-Ouest (États Hausa, Bornou), Maroua sur les ruines d’un grand royaume tchadique (Guiziga Bui Marva) dans la plaine du Diamaré, et Garoua à l’emplacement d’un petit village de pêcheurs bata dans la vallée de la Bénoué, ces deux villes deviennent rapidement les capitales de puissants lamidats, cités états gouvernées par des chefs fulɓe et musulmans (Bassorro & Eldridge 1980, Eldridge 1988). Élevées ensuite durant la colonisation allemande puis française, pendant la première moitié du xxe siècle, au rang de chefs-lieux de circonscription, elles constituent à partir de l’indépendance du Cameroun, en 1960, des centres industriels, commerciaux, administratifs et politiques majeurs pour la partie septentrionale du pays et le bassin du lac Tchad (Boutrais 1984, Seignobos & Iyebi-Mandjek 2004). Le développement important des activités et des populations que ces deux villes abritent durant les xixe et xxe siècles place la gestion des déchets au premier rang des problématiques urbaines à prendre en charge par les autorités (« traditionnelles » 2 puis municipales) à leur tête. À partir du milieu des années 1980, celles-ci se révèlent progressivement incapables de collecter et de traiter les déchets domestiques et les eaux usées issus des ménages, des commerces, des industries, des centres de santé, etc. De nombreux dépotoirs se développent alors dans le paysage urbain.

  • 3 Néologisme du français local, popularisé par les médias et repris par quelques chercheurs (Deverin- (...)
  • 4 3e RGPH (Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2005), 2010. Ces chiffres sont toutef (...)

2C’est dans ce contexte de « poubellisation » 3 que je me rends pour la première fois à Garoua, en décembre 2006, pour y étudier les représentations et les modes de gestion individuels et institutionnels des déchets. Ceux-ci m’apparaissent rapidement jouer un rôle majeur dans les relations de pouvoir entre les différents habitants et les acteurs municipaux de cette ville et de Maroua, sa voisine et rivale de l’Extrême-Nord. Ce sentiment sera conforté en 2008, lorsqu’une société privée de collecte est mandatée par l’État camerounais pour reprendre en charge la gestion des déchets dans les deux villes. Celles-ci comptent alors respectivement environ 235 996 et 201 371 habitants 4.

3Comment la gestion des objets et des substances déchus issus des individus, de leurs corps, de leur culture matérielle, de leurs activités domestiques quotidiennes, acquiert-elle dans ce contexte une dimension éminemment politique ? Comment est-elle en retour traversée et prise dans les relations de pouvoir non seulement verticales – entre institutions et individus et du haut vers le bas de l’échelle hiérarchique locale – mais aussi horizontales, entre personnes de même statut revendiquant une autorité sur des espaces d’envergures diverses, de l’habitation à la ville, en passant par la rue et le quartier ? Les réponses à ces questions paraissent se situer dans une conception originale des liens qui unissent les corps et leurs excrétions, les objets et les espaces de vie des individus. Elles résident aussi dans les pratiques particulières qui l’accompagnent et participent au détachement entre les corps, ce qui en tombe et les choses qui y ont été un temps inscrites, puis au dépôt de ces substances, matières et objets déchus dans l’espace, selon une cartographie particulière. Le cas particulier des villes nord camerounaises de Garoua et Maroua permet alors de conceptualiser une façon alternative de penser le déchet et le déchu, non plus seulement en termes matériels, techniques, classificatoires, spatiaux ou temporels, mais comme un état des choses, résultant d’un processus de rupture complexe, dynamique, culturellement et historiquement défini, entre celles-ci et soi-même.

Fig. 1 : Carte de localisation de Garoua et Maroua

Fig. 1 : Carte de localisation de Garoua et Maroua

© United Nations/E. Guitard

Un chef hiératique comme un tas d’ordures : une norme du « savoir être chef » ou une métaphore de l’échec du pouvoir ?

  • 5 Ici spécialistes de l’ésotérisme musulman, mâtiné d’emprunts aux cultes locaux, et fabricants d’amu (...)
  • 6 On retrouve ce proverbe au demeurant dans de nombreuses langues à travers toute l’Afrique de l’Oues (...)

« Le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures » : ce proverbe fit irruption à plusieurs reprises dans mes discussions, tantôt à Garoua, tantôt à Maroua, avec des chefs de famille, des chefs de quartier, des théologiens et marabouts 5 musulmans ou encore des agents municipaux, sur les façons de gérer les déchets et de faire respecter celles-ci aux autres 6. Selon J.P. Warnier, les proverbes professés par des individus dans un contexte social et culturel spécifique peuvent être appréhendés comme autant de « mises en légende » de leurs pratiques, offrant un accès verbalisé à la norme qui les détermine, permettant de saisir ainsi l’articulation entre geste et langage (2009b : 117). En l’occurrence, ce proverbe spontanément et régulièrement mobilisé par mes interlocuteurs à propos des rapports entre exercice du pouvoir et gestion des déchets semble résumer, par un effet de double sens, les liens étroits qui unissent, dans cette partie du globe, celui qui possède une autorité sur un espace social et matériel donné et les déchets qui y sont produits et accumulés ou en sont au contraire évacués ; bref, qui y circulent.

4Double sens en effet, dans la mesure où ce proverbe est l’objet de deux types d’exégèses. La première, et la plus fréquente, formulée essentiellement par des élites politiques municipales, « administratives » (fonctionnaires et élus) comme « traditionnelles » (chefs et notables musulmans), avance que :

  • 7 Conseiller municipal, mairie Garoua II (novembre 2008, fr), adjoint au maire, mairie Garoua II, (no (...)

« Quand on parle du tas d’ordures, on dit que le chef est comme le tas d’ordures, n’importe qui vient et lui lance des mots, il est comme une poubelle, n’importe qui vient jeter sa saleté là. Il ne doit pas se fâcher, il doit accepter, c’est à lui de juger, parce que c’est le chef, il les commande tous. Il est obligé d’accepter, il doit jouer ce rôle » 7.

5L’association métaphorique entre le détenteur du pouvoir et une grande accumulation de déchets vise alors à exprimer l’attitude à adopter par les gouvernants dans les rapports de force avec leurs administrés : la patience, voire le flegme, mais aussi la sagesse et l’ouverture face à l’agressivité et l’insulte. Ce proverbe énonce donc une norme du « savoir être chef », aussi bien dans sa fratrie, en tant qu’aîné, ou dans son foyer, comme chef de famille, qu’à l’échelle de son quartier, de son arrondissement, de sa ville, ou autrefois d’un royaume.

  • 8 Selon la définition non normative et exploratoire proposée par G. Blundo et P. Y. Lemeur , « a set (...)

6Mais cette injonction métaphorique à se comporter comme un grand tas d’ordures n’est pas aussi sans faire écho, pour l’observateur, à l’immobilisme des pouvoirs publics municipaux (et nationaux) tels qu’ils sont décriés par les populations citadines de nombreux pays africains, à commencer par le Cameroun. Il est tentant alors de voir dans ce proverbe une évocation cynique, quoiqu’involontaire, de la crise de la « gouvernance » 8 que connaissent les villes africaines depuis le début des années 1980, et dont les dysfonctionnements des services publics de gestion des déchets sont vus comme révélateurs. C’est aussi le prisme d’analyse choisi par un certain nombre de chercheurs pour aborder les modes de gestion privés et institutionnels des déchets dans plusieurs villes du continent comme une « arène éminemment politique » (Bouju 2009b : 125, 2004, 2009a, Bouju et Ouattara 2002, Olivier de Sardan 2002, Van Der Geest et Obirih-Opareh 2009).

7Cette première grille de lecture politique semble indispensable pour aborder la gestion publique des déchets à Garoua et Maroua, particulièrement dans le contexte de crise qui est le sien à partir des années 1980 jusqu’à la fin des années 2000. Mais il paraît aussi pertinent, à la lumière de la seconde exégèse de notre proverbe, d’y associer une autre grille d’analyse focalisée sur les rapports entre corps, culture matérielle et espace de vie, et mobilisant une conception plus diffuse du pouvoir. Celle-ci permet d’aller plus loin dans la compréhension des modalités de définition et de manipulation des déchets, et de leurs rapports avec les relations de pouvoir dans le contexte citadin nord camerounais.

Un chef puissant comme un tas d’ordures : assujettir et (se) subjectiver par la gestion des déchets

La seconde exégèse de notre proverbe ressort, selon mes interlocuteurs, d’un registre dit plus « profond », « caché », ésotérique. Elle émane de fait majoritairement d’hommes de religion, théologiens musulmans comme marabouts, et peut se résumer à cette idée :

« Quand on dit que “le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures”, ce n’est pas seulement une affaire de patience, c’est une couverture, en fait c’est qu’il doit aussi être fort comme le grand tas d’ordures. Mais les gens ne connaissent pas ces choses-là, c’est caché ». (Malla Umaru, marabout hausa, Garoua [novembre 2010, flflde])

  • 9 Terme français local pour désigner tout dépotoir, introduit vraisemblablement durant la colonisatio (...)
  • 10 Figure de style que je préférai, pour son caractère inclusif, à la métonymie, qui souligne plutôt l (...)

8Cette seconde lecture apporte deux nouveaux éléments à la compréhension des rapports liant exercice du pouvoir et gestion des déchets dans les villes du nord du Cameroun. D’abord la notion de « force » (baawɗe en fulfulde) entendue ici au sens d’énergie ou de puissance, qui est attribuée, dans les religions locales comme dans le registre ésotérique musulman, à une grande variété de restes accumulés en importante quantité, depuis longtemps, en un monticule désigné d’un terme spécifique dans la plupart des langues locales (jiddere en fulfulde, kitikil en guiziga, ou encore voirie 9 en français local) ; « force » que le chef devrait donc également posséder. Pour spécifier la nature et l’intensité de cette « force » inhérente à un grand tas d’ordures, certains de mes interlocuteurs ont pu aussi inverser leur proposition : « Le grand tas d’ordures c’est une grande chose, c’est un grand secret, c’est comme un grand chef » (Moodibbo Sadou, Maroua [janvier 2010, flflde]). Ensuite, cette seconde exégèse laisse entendre que la relation entre un chef et un grand tas d’ordures est aussi pensée sur un mode consubstantiel ou synecdochique 10 : « le grand tas d’ordures, ça participe du pouvoir et du prestige » (ibid.). Elle éclaire ainsi le sens d’une autre formulation de ce proverbe, « mawɗo ɗum jiddere » (flflde), littéralement « le grand [celui qui est puissant] est le tas d’ordures ».

9Une continuité, non seulement métaphorique mais aussi physique, semble ainsi être établie par les citadins de Garoua et Maroua entre les déchets, notamment leurs accumulations en grands tas, et les détenteurs d’une autorité sur un espace spécifique. Il m’a paru fructueux, pour analyser ce rapport entre tas d’ordures et exercice du pouvoir, de le resituer dans un processus particulier de définition des individus comme « sujets », théorisé par M. Foucault à travers le concept de « subjectivation » ; processus où à la fois le corps et la culture matérielle, qui sont par essence sources de déchets, jouent un rôle essentiel. Sans avoir pris soin d’en fournir une définition canonique, le philosophe attribue au fil de ses différents écrits deux dimensions à ce processus : d’une part la construction de l’individu, dans ses relations avec les autres, comme une entité propre, possédant une identité, des désirs, une connaissance de soi et un contrôle sur soi, et d’autre part sa définition comme un individu soumis à une autorité souveraine, soit comme « sujet » de celle-ci. Ces deux dimensions sont intrinsèquement mêlées dans le processus de « subjectivation », dans la mesure où devenir un « sujet » à part entière, c’est agir à la fois sur soi, mais aussi sur les autres et leurs propres actions, et être soi-même soumis à certaines injonctions extérieures. Ce sont finalement ces actions sur les actions des autres qui définissent l’espace social sur lequel s’applique une autorité (Blundo et Le Meur 2009 : 11, Warnier 2001 : 10-11, 2009c : 418).

  • 11 « J’appelle “gouvernementalité” la rencontre entre les techniques de domination exercées sur les au (...)

10Pour M. Foucault, ce processus à deux dimensions passe particulièrement par un travail sur le corps des individus : « Mais le corps est aussi directement plongé dans un champ politique ; les rapports de pouvoir opèrent sur lui une prise immédiate ; ils l’investissent, le marquent, le dressent, le supplicient, l’astreignent à des travaux, l’obligent à des cérémonies, exigent de lui des signes » (1975 : 34). Ce travail s’opère via des « techniques du corps » (Mauss 1936), qui sont aussi des « techniques de soi », entendues comme « les procédures, comme il en existe sans doute dans toute civilisation, qui sont proposées ou prescrites aux individus pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en fonction d’un certain nombre de fins, et ceci grâce à des rapports de maîtrise de soi sur soi et de connaissance de soi par soi » (Foucault 1989 : 134), et via des « technologies politiques des individus », soit des techniques de domination opérées sur les autres, notamment par les institutions. Ces « techniques du corps » et ces « technologies politiques » synthétisent ainsi les deux dimensions du processus de subjectivation et produisent alors ensemble des « gouvernementalités » 11 spécifiques, « historiquement construites, socialement constituées, et qui assujettissent les individus » (Foucault 1988). La notion de « gouvernementalité » permet particulièrement de faire le lien entre l’étude des phénomènes sociaux relevant strictement de la sphère politique, institutionnelle notamment, et ceux ayant les individus pour acteurs, dans leurs interactions dans l’espace public, mais aussi dans leurs espaces plus intimes, comme la sphère domestique. M. Foucault théorise ainsi le pouvoir comme une substance non pas seulement détenue par un petit nombre de privilégiés au détriment des autres, mais circulant dans toute l’épaisseur du tissu social (Fassin et Memmi 2004 : 21). Il ne se possède pas, il s’exerce (Gros 2005 : 78), et l’« on est toujours d’une certaine façon gouvernant et gouverné » (Foucault 2004 : 774), quelle que soit la position sociale qu’on occupe.

  • 12 « Schéma plastique qui ne se limite pas au corps mais s’étend aux objets » (Julien 1999 : 20), conc (...)
  • 13 « Processus psychologique par lequel un sujet assimile un attribut de l’autre et se transforme, tot (...)

11À la suite de M. Foucault, le collectif de chercheurs « Matières à Penser » a porté particulièrement attention au rôle des rapports entre corps et objets dans le cadre de ces processus de subjectivation (Julien 1999, Julien, Rosselin et Warnier 2003, Julien, Rosselin, Warnier et al. 2006). C’est pourquoi leurs propositions théoriques se sont avérées particulièrement utiles pour analyser l’association entre gestion des déchets, détention et exercice du pouvoir à Garoua et Maroua, telle qu’exprimée dans notre fameux proverbe. Avec le politologue J.-F. Bayart, J.-P. Warnier a notamment exploré l’hypothèse selon laquelle « universellement, tous les individus sont appelés à se subjectiver dans les rapports politiques par des mises et démises en objets » (2004 : 11). Selon cette perspective, le caractère subjectivant de la rencontre entre le corps d’un individu et sa culture matérielle (la « mise en objets ») se joue sur un double mode : celui de l’incorporation des objets et de leur dynamique dans la synthèse corporelle 12 comme autant de « prothèses » en continuité avec le corps, et celui de l’identification 13 d’un individu avec une culture matérielle spécifique et les éléments qui la composent. L’incorporation progressive d’un objet dans la synthèse corporelle d’un individu a pu être illustrée par l’apprentissage de la conduite : après les embardées et les calages des débuts, la voiture devient un véritable prolongement de soi, ce qui permet d’actionner pédales, volant et boîte de vitesses en même temps, sans les regarder, mais aussi de se faufiler dans des passages étroits ou d’effectuer un créneau dans une place à la taille exacte du véhicule sans érafler celui-ci ni emboutir les voisins (Warnier 1999 : 9). L’identification quant à elle est certes définie en psychanalyse lorsqu’elle se fait en référence à un autre individu, mais peut tout autant prendre pour objet la culture matérielle que ce dernier a incorporée. J. P. Warnier prend l’exemple de l’identification progressive d’un enfant à la culture matérielle de son sexe, à travers l’image référentielle de ses parents, qui intervient dans le choix des habits et des jouets, ou la pratique d’un sport ou de certains jeux plutôt que d’autres (2009a : 422). Le rapport de chacun avec sa ou ses cultures matérielles se joue ainsi tout autant dans un processus d’incorporation que d’identification.

  • 14 Sang et sperme, excréments et urines, et toutes les scories quotidiennes du corps humain, sueur, sa (...)
  • 15 Étymologiquement, « déchet » vient de « déchoir », « tomber à un rang, à un état inférieur », du la (...)

12Comme étape ultime de la « vie sociale des choses » (Appadurai 1986) et état des substances tombées des corps 14, le déchet 15 peut également être considéré dans le cadre de ce double processus de subjectivation, opéré par la rencontre entre corps et objets. Le mouvement de détachement qui fonde le statut de « déchet » d’un objet ou de substances corporelles constitue en effet le pendant obligé du rapprochement entre corps et objets (la démise en objets). Interroger le processus de subjectivation à partir de la définition et de la gestion des choses déchues permet ainsi de ne plus seulement le considérer sous l’angle de la « mise en objets » des corps, mais aussi de leur « démise en objets » ; soit à partir du mouvement de détachement nécessaire entre soi, son corps et certaines de ses excrétions et les objets qui s’y sont greffés comme autant de « prothèses », pour que ceux-ci puissent être alors considérés comme des « déchets » (Hoarau 1999 : 99, Frias 2000 : 258).

  • 16 « Ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements archi (...)

13Reste à savoir si ce mouvement de « démise en objets », et son rôle dans le processus de subjectivation, se joue nécessairement en termes de désidentification et d’« ex-corporation » des objets et des substances vus comme déchus. Les conceptions et les modes de gestion des déchets à Garoua et Maroua permettent de nuancer ce postulat. En témoigne notre fameux proverbe, où le rapport préconisé entre le détenteur de l’autorité et un tas d’ordures n’est pas de l’ordre du détachement, mais bien plutôt de la relation métaphorique, donc de l’identification, et du rapprochement consubstantiel ou synecdochique, donc de l’incorporation. Les modes actuels de définition et de manipulation des déchets au nord du Cameroun, et leur dimension politique, sont ainsi le résultat d’une accumulation de régimes de subjectivation mobilisant les déchets, développés successivement depuis la fondation des deux villes et appuyés par un certain nombre de « dispositifs de pouvoir » 16. Certains de ces régimes valorisent l’incorporation et l’identification du détenteur de l’autorité avec les artefacts et les substances détachées des corps, donc déchus, surtout lorsqu’ils sont accumulés en quantité, pour en faire à la fois les instruments et les emblèmes de sa domination. D’autres préconisent au contraire des « techniques de soi » et des « technologies politiques » visant à l’ex-corporation et à la désidentification radicales d’avec ses déchets, sans qu’il soit toujours possible pour tous d’opérer ces deux mouvements, et aux autorités en place de les imposer à leurs administrés, en dépit du détachement effectif (par évacuation par exemple) d’avec les objets et les substances issus de soi, voire de « chez soi ».

Une généalogie de la subjectivation par les déchets

On peut distinguer schématiquement cinq grands régimes, oscillant entre identification/désidentification et incorporation/ex-corporation, qui déterminent actuellement dans les villes de Garoua et Maroua la gestion des déchets et son caractère politique. Ceux-ci se sont développés et empilés, sans nécessairement se contredire, entre le xviiie siècle environ et nos jours. Il ne s’agit donc pas tant de faire l’histoire de ce phénomène que d’en réaliser la généalogie en retraçant, à partir des récits et des pratiques du présent, la mise en place successive de ces différents régimes de « démise en objets », soit de définition et de gestion privée et publique des déchets, participant de la subjectivation des citadins nord camerounais.

Les grands tas d’ordures des chefferies du Diamaré : emblèmes et instruments de pouvoir

Certains témoignages contemporains remontent jusqu’à l’époque des grandes chefferies tchadiques (Guiziga Bui Marva, Zumaya) ayant régné, entre le xvie et le xviiie siècle, des piémonts des monts Mandara à la plaine du Diamaré, sur le site de l’actuelle Maroua. Été valorisées, dans ce contexte, l’incorporation et l’identification des chefs avec de grands tas d’ordures, réalisés devant leurs palais, au centre de leur royaume. Ces grands dépotoirs étaient composés des déchets sortis de la concession du chef, mais aussi de ceux de leurs notables, alliés, vassaux et sujets. Aujourd’hui, certains de ces grands dépotoirs constituent les derniers vestiges des royaumes tchadiques du Diamaré (cf. carte).

Fig. 2 Carte du réseau des tas d’ordures des chefs du Diamaré

Fig. 2 Carte du réseau des tas d’ordures des chefs du Diamaré

© Plantadiv/E. Guitard

14Ces grands monticules d’ordures étaient conçus et travaillés comme des emblèmes, mais aussi comme des instruments puissants, donc dangereux, du pouvoir. Ajoutés aux déchets de bétail et aux résidus des activités quotidiennes issus de la concession du souverain, les restes de ses sujets, notables et vassaux, déposés régulièrement sur son tas d’ordures en signe d’allégeance, participaient de la mise en scène de la richesse du chef, en biens mais aussi « en hommes ». C’est pourquoi son tas d’ordures était régulièrement entretenu par ses esclaves pour qu’il soit grand et demeure ainsi un emblème se détachant nettement dans le paysage de plaine soudano-sahélien à la végétation clairsemée. Cette grande quantité de déchets patiemment accumulée visait aussi à exprimer l’ancienneté de la chefferie sur son territoire, donc sa légitimité à y régner, dans une zone traversée par d’incessants mouvements de populations et régulièrement secouée par les guerres entre royaumes voisins.

Fig. 3 Grand tas d’ordures d’Ouro Jiddere, ancien village limitrophe du royaume Guiziga Bui Marva, mars 2011

Fig. 3 Grand tas d’ordures d’Ouro Jiddere, ancien village limitrophe du royaume Guiziga Bui Marva, mars 2011

© É. Guitard

Fig. 4 Grand tas d’ordures de Dulo, ancienne capitale du royaume du Wandala, janvier 2010

Fig. 4 Grand tas d’ordures de Dulo, ancienne capitale du royaume du Wandala, janvier 2010

© É. Guitard

15Les détenteurs successifs de l’autorité étaient ainsi associés métaphoriquement, donc identifiés, à ces grands tas d’ordures. Mais ils y étaient aussi associés physiquement, par incorporation (notamment lors de divers gestes rituels lors de leur intronisation), dans l’optique d’asseoir leur règne, de protéger le royaume et d’assurer sa pérennité (cf. schéma).

5. Schéma identification/incorporation chef/tas d’ordures

5. Schéma identification/incorporation chef/tas d’ordures

© E. Guitard

  • 17 Des ordalies étaient organisées sur le grand tas d’ordures du chef pour juger les crimes les plus g (...)
  • 18 Les « génies » résidant dans les tas d’ordures des chefs étaient dits apporter de bonnes pluies au (...)

16Les grands tas d’ordures des chefs étaient en effet également construits comme des « choses-dieux » (Bazin 2008), dans lesquelles on enterrait un certain nombre d’objets et de substances chargés de souillures ou d’une puissance surnaturelle (sang des couples adultères, crâne d’un individu mort de la variole, têtes d’animaux « sacrés », etc.), qui venaient ensemble s’associer à l’énergie émanant des déchets accumulés pour produire une force surpuissante, et par là même dangereuse. Celle-ci attirait en outre au sein du grand dépotoir un certain nombre d’entités versatiles, du type « génies des lieux », qui venaient sous une forme animale (tortue, caïman) y élire domicile et s’y reproduire. Il revenait alors au souverain de dompter ces « forces » émanant de son grand tas d’ordures, pour mieux s’en servir pour défendre le royaume contre les attaques extérieures et les menaces intérieures 17, et par là assurer son harmonie et sa reproduction, à la façon d’un « roi sacré » (Frazer 1935) 18.

Dans les cités peules et musulmanes : la dissimulation de l’ordure comme signe de supériorité

Au tournant du xixe siècle, les conquérants peuls musulmans, fondateurs des cités états de Garoua et Maroua, renversèrent la perspective du processus de subjectivation par la gestion des déchets, en introduisant des normes identitaires et statutaires (le code de conduite peul, pulaaku) et religieuses (l’Islam), qui prônaient au contraire la désidentification et l’ex-corporation d’avec les déchets issus des concessions et les substances tombées des corps. Le code de conduite peul, mobilisé surtout par les élites citadines, prescrivait la dissimulation de son train de vie, mais aussi de ses besoins physiologiques, trahit par les déchets exposés à la vue de tous. L’Islam imposait quant à lui la pureté du corps et des lieux de vie et de prière des croyants. Les nouveaux détenteurs du pouvoir dans la région combattirent ainsi ouvertement les pratiques d’érection et d’instrumentalisation des grands tas d’ordures par les chefs du Diamaré, jugées païennes et barbares.

17Dans le contexte citadin naissant, ces nouvelles normes statutaires, identitaires et religieuses induisirent aussi la dissimulation des déchets domestiques comme des excrétions corporelles dans l’intimité des vastes concessions. Ce procédé traduit une incapacité à se détacher des objets qui ont été un temps incorporés et des déchets du corps, d’un point de vue métaphorique (mes déchets représentent mon train de vie) comme synecdochique (mes déchets portent mon essence, et sont donc vecteurs de souillure, surtout s’ils sont d’origine uro-ano-génitales). Suivant cette logique, la capacité à dissimuler ses déchets domestiques et corporels et à maintenir la pureté de son corps et de ses espaces de vie fut aussi posée par les élites politiques et religieuses peules comme un signe de distinction (de « race », de rang, de religion) vis-à-vis des autres populations citadines musulmanes mais non peules (hausa, kanuri, arabe showa, wandala), et non peules et non musulmanes, pour une bonne part serviles. Cette rhétorique de la pureté et de la propreté par la contention des déchets joua un rôle important dans l’argumentaire justifiant un nouvel ordre social, politique et économique très fortement hiérarchisé, fondé sur l’esclavage des populations locales non peules et non islamisées par les grandes familles citadines fulɓe et leurs alliés musulmans.

Fig. 6 Cour fulbe

Fig. 6 Cour fulbe

Garoua, 1918

F. Gadmer ; Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN

Fig. 7 Concessions peules Garoua, 1918

Fig. 7 Concessions peules Garoua, 1918

Garoua, 1918

F. Gadmer ; Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN

18Mais parallèlement, d’après les discours ésotériques des experts religieux musulmans (marabouts et théologiens), une certaine forme de rapprochement avec ses déchets et ceux des membres de sa maisonnée, accumulés en quantité dans une vaste fosse ou une case spécifique, put être pratiquée par les mêmes élites peules et musulmanes dans le secret de leurs concessions, pour obtenir encore pouvoir et richesse par l’entremise des « forces », notamment des entités invisibles dites jinn ou ginnaaji, résidant et émanant de ces grands et anciens dépotoirs privés ; une croyance au demeurant répandue dans bien d’autres contextes musulmans.

Dans les « villes lumière », injonctions hygiénistes à la mise à distance des déchets

Dans un troisième temps, l’instauration d’une administration coloniale allemande puis française sur le Cameroun, durant la première moitié du xxe siècle, introduisit progressivement à Garoua et Maroua de nouvelles « technologies politiques des individus » et de nouvelles « techniques de soi » en matière de production et de manipulation des déchets. Si les injonctions à la désidentification et à l’ex-corporation furent renforcées encore par les autorités municipales coloniales, celles-ci préconisèrent désormais pour ce faire non plus la dissimulation, mais plutôt la mise à distance des espaces de vie, selon une logique hygiéniste biomédicale identifiant les déchets comme des vecteurs d’agents pathogènes (Bourdelais 2001, LeCour Grandmaison 2014) ; une logique que les colonisateurs blancs se devaient d’inculquer aux indigènes noirs.

Fig. 8 Publicité Pears’ Soap

Fig. 8 Publicité Pears’ Soap

“The White Man’s Burden. The first step towards lightening is through teaching the virtues of cleanliness. Pears’ Soap is a potent factor in brightening the dark corners of the earth as civilization advances, while amongst the cultured of all nations it holds the highest place –it is the ideal toilet soap”

Pears’Soap, 1890, http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:1890sc_Pears_Soap_Ad.jpg

  • 19 Ces populations affluent en ville à cette période dans le cadre d’un exode rural important et de mo (...)

19Contradictoire avec la dissimulation dans les habitations valorisées par les élites islamo-peules, l’évacuation des déchets domestiques hors des concessions dans l’espace public devint néanmoins rapidement obligatoire pour tous, et surtout inévitable alors que le bâti urbain se densifiait et que la population citadine augmentait. L’instauration de dépotoirs « officiels » devant les chefferies de quartier fut cependant l’occasion d’un nouveau mouvement d’identification positive des chefs avec les déchets de leurs administrés, comme signe cette fois de leur capacité à imposer des « techniques de soi » spécifiques sur ceux-ci dans l’espace qu’ils administraient. Les moyens économiques des municipalités dans les premières années de l’Indépendance, notamment à Garoua, ville de naissance du premier président camerounais A. Ahidjo, vinrent appuyer l’évacuation hors des concessions et la mise à distance des déchets domestiques par l’introduction de dispositifs techniques les facilitant (bennes à ordures et système de collecte municipal). Néanmoins, leur inégale répartition dans chacune des villes, essentiellement dans les centres historiques et administratifs, renforça encore l’ancienne distinction entre les individus ayant la capacité de suivre le registre dominant en matière de gestion des déchets, en l’occurrence toujours les élites islamo-peules du centre-ville, et ceux qui n’y parvenaient pas et témoignaient ainsi d’une nature inférieure, soit les descendants de serviles et plus largement les catégories citadines populaires non peules et non musulmanes 19, souvent situées en périphérie de l’espace urbain.

La « poubellisation » des villes et la crise de la subjectivation par les déchets

À partir des années 1980, la « poubellisation » de Garoua et Maroua, dans le cadre plus large de la crise économique et politique que connaît alors le Cameroun, peut être lue comme le résultat de l’échec de la subjectivation, via la gestion des déchets, des citadins comme des détenteurs du pouvoir : l’invasion des espaces publics par les ordures, qui ne sont plus que sporadiquement collectées par un service municipal défaillant, signe l’incapacité, dans ce contexte de crise, des individus comme de ceux qui les gouvernent à s’imposer et à imposer les « techniques de soi » et les « technologies politiques » visant à la mise à distance des déchets des espaces de vie, et permettant la désidentification et l’ex-corporation d’avec ceux-ci, toujours préconisées. Le développement de nombreux grands tas d’ordures dans tous les quartiers des deux villes est alors simultanément pour les citadins la marque de la faillite des pouvoirs publics locaux, mais aussi nationaux, et celui, pour les citadins et pour les autorités municipales, de l’incapacité chronique des Autres (les voisins, les chrétiens, les ruraux installés récemment en ville, les « sudistes », les étrangers – Nigérians, Tchadiens –, les plus pauvres, etc.) à (s’)appliquer les « bonnes » pratiques en matière de détachement de soi et d’évacuation de sa maisonnée des déchets domestiques et corporels.

Fig. 9

Fig. 9

Carte de la répartition des grands dépotoirs dans Garoua, décembre 2006

© É. Guitard

Fig. 10

Fig. 10

Carte de la répartition des grands dépotoirs dans Maroua, Hysacam, septembre 2008

© Hysacam Maroua

20Cette perception négative des tas d’ordures, à la fois associés à la faillite des pouvoirs publics et à une altérité discriminée, se doubla aussi d’un recours accru au dépôt de déchets comme instrument d’agression dans les conflits vicinaux. L’accumulation des déchets dans les espaces publics citadins provoqua en outre un sentiment largement partagé d’angoisse, due à la confrontation quotidienne avec des objets et des substances déchus, dont la norme prônait la désidentification et l’ex-corporation par la mise à distance, mais dont l’application s’avérait concrètement impossible : angoisses sanitaires, mais aussi vis-à-vis des risques de souillure et de récupération des déchets, surtout corporels, à des fins sorcières, et enfin concernant les « forces » versatiles des accumulations de déchets, qu’aucune autorité n’était plus alors en mesure d’encadrer.

Fig. 11

Fig. 11

La « voirie » de la BEAC (Banque des États d’Afrique Centrale), près du grand marché de Garoua, décembre 2006.

© É. Guitard

Fig. 12

Fig. 12

Un panneau d’interdiction de dépôt de déchets au milieu des immondices, centre administratif de Garoua, janvier 2007

© É. Guitard

21La multiplication des grands dépotoirs dans l’espace public, accessibles à tous, conduisit enfin au développement à la même période de nouvelles pratiques ésotériques visant à instrumentaliser, avec tous les risques que cela comportait (la folie notamment, Guitard 2012), les « forces » résidant dans les déchets, à des fins personnelles d’enrichissement et d’acquisition de pouvoir, à nouveau via un contact physique avec les grands tas d’ordures.

Fig. 13

Fig. 13

Calebasses, morceaux de tissu, pelote d’herbes identifiés comme des restes de manipulations maraboutiques nocturnes sur des grands tas d’ordures à Liddire, octobre 2008, Garoua.

© É. Guitard

22Cette phase de crise de la subjectivation par l’ordure à Maroua et Garoua aboutit finalement à une assimilation globale, involontaire et subie, de la ville elle-même à un grand dépotoir, une « ville poubelle », à laquelle tous ses habitants étaient, bien malgré eux, identifiés et surtout incorporés.

L’ordure contenue : société privée et nouveaux dispositifs techniques de collecte

14. Lien audio vers l’hymne d’Hysacam

23http://www.hysacam-proprete.com/​node/​134

Hymne de la société Hysacam consulté le 21 octobre 2014 (lien audio)

© Hysacam

Enfin, l’envoi en 2008 d’une société de collecte privée par l’État camerounais, Hysacam (Hygiène et Salubrité du Cameroun) en contrat avec les municipalités de Garoua et Maroua, restaura la possibilité pour les citadins de se détacher d’avec leurs déchets par l’évacuation et la mise à distance, facilitant par-là la désidentification et l’ex-corporation d’avec ses restes, désormais établies comme normes du « savoir habiter » citadin. Hysacam développa en effet un nouveau système technique de collecte, basé d’abord sur la disposition de bennes à ordures en de nombreux points de l’espace public, et sur la création d’une décharge municipale en périphérie de chaque ville, puis sur une collecte dite « porte-à-porte », opérée par des camions bennes sillonnant les principaux axes de Garoua et Maroua.

15. Lien vidéo vers la présentation de la société Hysacam et ses activités

24https://www.youtube.com/​watch?v=4-15wpT9Vy8

Film de présentation d’Hysacam et de ses activités, à l’occasion des 40 ans de la société, consulté le 21 octobre 2014

© Hysacam

25Paradoxalement, ce système dit « moderne et scientifique » produisit aussi un nouveau mouvement d’identification positive des détenteurs de l’autorité non plus comme par le passé aux accumulations de déchets, mais cette fois à leurs contenants, à savoir les poubelles et les bennes disposées par la société de collecte, pour lesquelles une lutte acharnée s’engagea entre les différentes institutions municipales (Communauté Urbaine, mairies d’arrondissement).

Fig. 16

Fig. 16

Banderole, défilé des employés d’Hysacam, Garoua, 1er mai 2010

http://gabriel.lucas2.free.fr/​index.php?category/​Sant%C3%A9-et-Vie-sociale

Fig. 17

Fig. 17

Une benne près du marché de Rumde Ajia, Garoua, octobre 2008. Photo

© É. Guitard

26En miroir, les habitants et les autorités des quartiers populaires, qui n’avaient toujours pas accès à ces dispositifs de collecte, souffrirent plus que jamais d’un sentiment d’abandon et de discrimination par les détenteurs du pouvoir sur les deux villes ; abandon matérialisé par les grands dépotoirs qui persistaient encore dans leurs rues, et auxquels ils se sentaient négativement identifiés et dans une certaine mesure toujours incorporés, comme autrefois tous les citadins dans la « ville poubelle ».

  • 20 Les pratiques maraboutiques à des fins d’acquisition de richesse et de pouvoir se poursuivirent dan (...)

27Toutefois, l’enlèvement des bennes et le développement d’un nouveau système dit de « collecte porte à porte », en même temps qu’il nécessita le recrutement d’un contingent important d’employés, dans un bassin d’emploi sinistré, et contribua ainsi à revaloriser le travail de l’ordure, réanima temporairement les anciennes angoisses des citadins, surtout dans les milieux islamo-peuls, toujours dues à l’impossibilité d’ex-corporer et de se désidentifier complètement de ses déchets et de ceux de sa concession. Il conduisit même certains foyers à un retour aux anciennes pratiques de dissimulation des déchets au sein des habitations. Ceci, comme l’adaptation des discours et des pratiques ayant trait aux « forces » émanant et résidant dans les grands dépotoirs au nouveau système de collecte 20, souligne à quel point les dernières innovations techniques dans la gestion municipale des ordures n’atténuèrent pas le caractère subjectivant de la gestion des déchets dans ces sociétés citadines nord camerounaises, résultat d’un empilement dans le temps long de différents régimes, prônant pour certains l’identification et l’incorporation, et pour d’autres l’ex-corporation et la désidentification d’avec les ordures.

Fig. 18

Fig. 18

© É. Guitard

28Des poubelles attendent le passage du camion de collecte à Maroua (axe Domayo), février 2011

Fig. 19

Fig. 19

Collaboration entre les agents Hysacam et des citadins lors de la collecte porte-à-porte, Garoua, novembre 2009.

© É. Guitard

Les accumulations de déchets, au cœur d’un dispositif de pouvoir

L’analyse de ces cinq grands régimes, émergeant de la généalogie de la subjectivation par la gestion des ordures dans ces deux villes du nord du Cameroun, souligne que les déchets, et particulièrement leurs accumulations, paraissent toujours conçus et manipulés en termes d’opposition dedans/dehors (donc occultation/ostentation) mais aussi de contenant/contenu. Selon les périodes et le régime dominant alors, les tas d’ordures ont pu aussi bien être contenus (dans des fosses au cœur des concessions, dans des bennes à ordures, dans des poubelles) qu’être des contenants (dans lesquels on enterre un certain nombre de choses, mais qui contiennent aussi des « forces » spécifiques, voire tous les citadins lorsque ceux-ci se retrouvent captifs de la « ville poubelle »). Ce prisme de lecture renvoie à une conception particulière et persistante des grandes accumulations de déchets dans ce contexte spécifique comme des « choses-dieux », objets constitués d’agrégats à la fois uniques et extrêmement composites de matières, de substances et d’artefacts, soit « toujours du multiple fait un, de la diversité condensée », puissants et divins en eux-mêmes puisque concentrant de façon originale tous les composés existants (Bazin 2008 : 509).

29Les objets et substances déchus qui composent ces grands tas d’ordures ne sont pas au demeurant considérés eux-mêmes comme inertes car, même s’ils sont les produits de la « démise en objets » des corps ou tombés de ceux-ci, on considère toujours qu’ils portent en eux une part, ou l’essence vitale, des individus qui les ont émis. Cette incapacité chronique à penser la rupture totale (l’ex-corporation complète) entre les individus et leurs déchets, les dote alors d’une agentivité particulière et distribuée, dans la mesure où ils peuvent aussi bien être perçus comme des vecteurs de souillure (notamment dans le cadre musulman) que comme les supports de pratiques d’envoûtement tantôt à destination de leurs propres émetteurs, tantôt à destination d’autres individus. Ainsi, rassemblés en grands tas sur une longue période, ils concentrent cette agentivité multiple pour produire une « présence » particulière, principe agissant qualifié de façon floue de « force », mais identifié aussi parfois sous la forme d’entités invisibles du type « génies des lieux ». Cette « présence » se voit dotée d’une volonté propre, quoique versatile, et d’une forme d’autonomie d’action, et c’est justement dans le contrôle et l’accaparement (jusqu’à l’incorporation parfois) de celle-ci que réside un des enjeux du pouvoir. C’est à ce titre encore qu’on a affaire ici à une forme originale de subjectivation via la manipulation des déchets et de leurs accumulations, puisque l’incapacité chronique à se détacher complètement de ceux-ci, et donc la nécessité de se prémunir pour tout un chacun des « forces » qui en émanent, et de les contrôler pour ceux qui aspirent à l’autorité, induisent nécessairement un « gouvernement de soi » et un « gouvernement des autres » (Foucault 1983).

30Enfin, de cette focalisation particulière sur les grands tas d’ordures, exprimée dans notre proverbe, il ressort que les accumulations des déchets dans les espaces de vie se situent au centre d’un « dispositif de pouvoir » au sens foucaldien du terme, mobilisant à la fois des discours (dont des savoirs), mais aussi des institutions et des pratiques pour mieux assujettir (ou subjectiver) des personnes « par des médiations matérielles et corporelles finalisées » (Warnier 2007 : 109). C’est bien parce qu’il y a accumulation, volontaire ou non selon les périodes, d’une grande quantité de déchets dans un espace spécifique et sur une durée déterminée, que la manipulation et le contrôle de ces amas d’objets et de substances « démis » des corps apparaissent à la fois comme un outil et un enjeu pour les détenteurs de l’autorité, ou ceux qui y aspirent, sur cette espace et à cet instant donné. Le dispositif est alors non seulement discursif (dans l’expression des normes de gestion de ces accumulations de déchets et de sa capacité à s’y plier et à les faire appliquer par exemple) mais aussi matériel, puisque par la seule « présence » du dépotoir, mais aussi par ses émanations (odeurs, nuisibles, déchets volatiles, expansion, microbes, « génies », etc.), il contraint à nouveau les individus à interagir avec lui, à la fois en opérant un travail sur eux-mêmes, mais aussi pour certains en s’emparant de ce dépotoir pour contrôler les autres. On ne se situe plus alors seulement dans la représentation (et parfois l’identification), où les accumulations de déchets, ou au contraire leur élimination stricte, peuvent faire office d’emblèmes d’autorité, mais aussi dans l’instrumentalisation (jusqu’à l’incorporation parfois) des déchets accumulés et de leur agentivité, pour opérer un « travail de soi sur soi », et surtout travailler et maîtriser les autres.

La subjectivation par la « démise en objets » des corps : un processus nécessairement spatial

Ce processus subjectivant de « démise en objets » se joue ainsi dans une temporalité particulière, celle du détachement des objets et excrétions d’avec le corps, mais aussi dans un cadre spatial précis, celui de l’accumulation des déchets en des lieux spécifiques à court ou long terme. Il paraît alors nécessaire de reconstituer les différentes étapes, et leur durée, du parcours des déchets depuis le moment où ils se détachent du corps et sont déplacés, parfois dans un mouvement de va-et-vient, entre le cœur et les marges de la sphère domestique et des espaces publics citadins, puis finalement de la ville, voire autrefois du royaume. À côté de la dimension temporelle de ce processus, qui joue un rôle important notamment dans le caractère durable ou éphémère de certaines accumulations de déchets, sa dimension spatiale s’avère d’autant plus cruciale qu’elle est inhérente à l’accumulation et à l’existence des grands tas d’ordures.

Fig. 20

Fig. 20

Schéma de la circulation des déchets de la sphère domestique à l’espace public en contexte urbain nord-camerounais (Garoua et Maroua)

© É. Guitard

31En retour, l’appréhension du double processus de subjectivation des individus non plus par leur « mise en objets », mais plutôt par leur « démise en objets », voire par leur « mise en déchets » (lorsque l’association a un dépotoir, ou à une benne à ordures, est valorisée) a l’avantage de mettre en lumière systématiquement sa dimension spatiale. En effet, si l’on peut se contenter, lorsqu’on étudie l’incorporation et l’identification unilatérale de certains éléments de sa culture matérielle par un individu, de ne considérer que la rencontre entre les objets et le corps, l’analyse du mouvement inverse de détachement nécessite forcément de poser la question : « où sont déposés les objets qui sortent de la synthèse corporelle/les substances qui tombent du corps ? ».

32L’appréhension de la définition et de la manipulation des déchets comme « démise en objets » oblige alors nécessairement à tenir compte, et à mettre en lumière, le caractère spatial du processus de subjectivation, et notamment à quelle échelle il s’exerce. Ce processus se déploie à Garoua et Maroua dans le cadre d’espaces de vie imbriqués les uns dans les autres, et sur lesquels opèrent, mais aussi s’affrontent, différents types d’autorité : l’épouse sur son foyer (sachant que nombre de foyers citadins nord camerounais sont polygames), le chef de famille sur sa concession (sachant que nombre de concessions sont partagées par plusieurs foyers, apparentés ou non), les riverains sur leur rue, les citadins, le chef de quartier et les conseillers municipaux sur leur quartier, les citadins, les mairies d’arrondissement, les chefs de quartier, les agents de la Communauté Urbaine et les délégations ministérielles et représentants de l’État sur leur ville, etc. Un type particulier de « gouvernementalité » se révèle alors dans la volonté, et la capacité, de celui qui revendique une autorité sur un espace donné, non seulement à s’imposer des « techniques de soi » visant à la gestion des déchets selon la norme en vigueur à l’époque (préconisant plutôt l’incorporation et l’identification, ou au contraire l’ex-corporation et la désidentification), mais aussi à imposer ces techniques aux autres, qui résident dans le même espace, et prétendent parfois y instaurer leur propre autorité. À partir du cas particulier des villes nord camerounaises de Garoua et Maroua, il paraît alors possible de nuancer la célèbre assertion de M. Douglas, arguant que « la saleté [et par extension le déchet], c’est quelque chose qui n’est pas à sa place » (2001 : 55) : celui-ci reçoit ici toujours une place qui lui est spécifique, et par là un statut à part entière, qui en fait un instrument puissant de gouvernement, de soi et des autres.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. dir. 1986 The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective. Cambridge : Cambridge University Press.

Bassoro, M. A. & M. Eldridge 1980 Garoua, tradition historique d’une cité peule du Nord-Cameroun. Paris : Éditions du CNRS.

Bayart, J.-F. & Warnier, J.-P. dir. 2004 Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses. Paris : Karthala.

Bazin, J. 2008 Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement. Paris : Anacharsis.

Blundo, G. & P.-Y. Le Meur dir. 2009 The governance of daily life in Africa. Ethnographic explorations of public and collective services. Leiden : Brill.

Bouju, J. 2009a « Urban Dwellers, Politicians and Dirt. An anthropology of Sanitation in Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) » in G. Blundo & P.-Y. Le Meur dir. The Governance of Daily Life in Africa. Public and collective services and their users. Leiden : Brill Publishers : 143-170.

— 2009b « L’assainissement et la gouvernance urbaine » in L. Atlani-Duault & L. Vidal dir. Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement : des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques. Paris : Armand Colin : 123-154.

— 2004 Les incivilités de la société civile. Espace public urbain, société civile et gouvernance communale à Bobo-Dioulasso et Bamako (Communes 1 et 2). Institut d’Études Africaines, Aix-en-Provence / Paris : Programme Recherche Urbaine et Développement, GEMDEV-ISTED.

Bouju, J. & F. Ouattara 2002 Une anthropologie politique de la fange : conceptions culturelles, pratiques sociales et enjeux institutionnels de la propreté urbaine (Burkina-Faso). Programme Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain, PS/Eau, PDM, Shadyc : Marseille / Grill : Ouagadougou.

Bourdelais, P. dir. 2001 Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques. Paris : Belin.

Boutrais, J. dir. 1984 Le Nord du Cameroun : des hommes, une région. Paris : ORSTOM.

Détrie, C. 2006 « La production de sens synecdochique : relation partitive et/ou phénomène de saillance ? » in G. Kleiber, C. Schnedecker & A. Theissen dir. La Relation « Partie-Tout », Bibliothèque de l’Information Grammaticale, Louvain-Paris-Dudley MA : Peeters : 783-797.

Deverin-Kouanda, Y. 1993 « De la fertilité rurale à la nuisance urbaine : les difficiles variations culturelles du tampuure (tas d’ordures) en pays Mossi (région de Ouagadougou- Burkina Faso) », Géographie et cultures 6 : 121-134.

Douglas, M. 2001 [1966] De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou. Paris : La Découverte et Syros.

Eldridge, M. 1988 Les lamidats du Diamare et du Mayo-Louti au xixe siècle (Nord-Cameroun). Les traditions historiques des Foulbe de l’Adamawa. Tokyo : ILCAA.

Fassin, D. et Memmi, D. 2004 « Le gouvernement de la vie, mode d’emploi » in Id. Le gouvernement des corps. Paris : Éditions de l’EHESS : 9-33.

Foucault, M. 2004 Philosophie : Anthologie. Paris : Gallimard.

— 1989 De la gouvernementalité : leçons d’introduction aux cours des années 1978 et 1979. Paris : Seuil.

— 1988 « Les techniques de soi » in Id. Dits et Écrits. Paris : Gallimard : 783-813.

— 1983 « The Subject and Power » in Id. Beyond Structuralism and Hermeneutics, H. Dreyfus and P. Rabinow eds, 2nd ed. Chicago : The University of Chicago Press : 208-226.

— 1975 Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Frazer, J. G. 1935 Le cycle du rameau d’or. Paris : P. Geuthner.

Frias, A. 2000 « Corps et déchets : les imaginaires sensibles » in C. Fintz dir. Les imaginaires du corps, Paris : L’Harmattant : 251-280

Gros, F. 2005 Michel Foucault. Paris : PUF.

Guitard, E. 2012 « Le fou, le génie, et le tas d’ordures : La passion des déchets comme marqueur de la déviance mentale dans une ville moyenne africaine (Garoua, Nord Cameroun) » in E. Rothmaler, H. Tourneux & R. Tchokothe dir. Man and Health in the Lake Chad Basin/L’homme et la santé dans le bassin du lac Tchad. Bayreuth : Rüdiger Köppe Verlag : 91-108.

Hoarau, F. 1999a « Trier, transporter à Emmaüs. Ethnograhie, sens, et sciences de l’action » in M. Julien & J.-P. Warnier dir. Approches de la culture matérielle : Corps à corps avec l’objet. Paris : L’Harmattan : 97-106.

Julien, M.-P. 1999 « Des “Techniques du corps” à la synthèse corporelle : mises en objets » in M.-P. Julien & J.-P. Warnier dir. Approches de la culture matérielle : corps à corps avec l’objet. Paris : L’Harmattan : 15-27.

Julien, M.-P., Rosselin, C. & J.-P. Warnier 2003 « Chantier ouvert au public », Techniques&Culture 40 (1) : 10-10.

Julien, M.-P., Rosselin, C., Warnier, J.-P. & Groupe Matière à Penser 2006 « Le corps : matière à décrire », Dilecta 1 : 45-52.

Le Cour Grandmaison, O. 2014 L’Empire des hygiénistes. Faire vivre aux colonies. Paris : Fayard.

Mauss, M. 1936 « Les techniques du corps », Journal de Psychologie XXXII 3-4.

Olivier de Sardan, J.-P. et al 2002 « La question des déchets et de l’assainissement dans deux villes moyennes du Niger », Programme Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain, PS/Eau, PDM, Niamey : Lasdel.

Seignobos, C. et Iyebi-Mandjek O. dir. 2004 Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun. Paris : IRD/MINREST.

Van Der Geest, S. et Obirih-Opareh, N. 2009 « Liquid waste management in urban and rural Ghana : privatisation as governance ? » in G. Blundo & P.-Y. Le Meur dir. The governance of daily life in Africa. Public and collective services and their users. Leiden : Brill : 205-222.

Warnier, J.-P. 2009a « Les technologies du sujet, une approche ethno-philosophique », Techniques&Culture 52-53 : 148-167.

— 2009b Régner au Cameroun : le Roi-Pot. Paris : Karthala.

— 2009c « Technology as efficacious action on objects… and subjects », Journal of Material Culture 14 (4) : 413-424.

— 2007 « Foucault en Afrique. La microphysique d’une monarchie contemporaine », Revue internationale des sciences sociales 191 (1) : 103-112.

— 2001 « A Praxeological Approach to Subjectivation in a Material World », Journal of Material Culture 6 (1) : 5-24.

— 1999 Construire la culture matérielle : l’homme qui pensait avec ses doigts. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 J’emploierai alternativement le terme français « peul » ou le terme pluriel en fulfulde fulɓe pour désigner ces populations.

2 Celles-ci sont constituées d’un chef peul et musulman, laamiiɗo (pl. laamiiɓe), entouré d’une cour de notables et représenté dans les quartiers de la ville par des chefs de quartier, lawan et jawro. Cette structure politique a été maintenue sous la colonisation, et reprise à l’indépendance du Cameroun comme courroie de transmission entre les pouvoirs publics et les populations locales

3 Néologisme du français local, popularisé par les médias et repris par quelques chercheurs (Deverin-Kouanda 1993).

4 3e RGPH (Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2005), 2010. Ces chiffres sont toutefois sujets à caution.

5 Ici spécialistes de l’ésotérisme musulman, mâtiné d’emprunts aux cultes locaux, et fabricants d’amulettes.

6 On retrouve ce proverbe au demeurant dans de nombreuses langues à travers toute l’Afrique de l’Ouest.

7 Conseiller municipal, mairie Garoua II (novembre 2008, fr), adjoint au maire, mairie Garoua II, (novembre 2008, fr), haut fonctionnaire, Communauté Urbaine Garoua (novembre 2009, fr), chef de quartier Fulɓere 1 (décembre 2010, flflde), chef de famille fulɓe et fils du chef du quartier Gada Mahol 6, Maroua (décembre 2009, fr), Laamiiɗo de Dulo (janvier 2010, fr et wdla).

8 Selon la définition non normative et exploratoire proposée par G. Blundo et P. Y. Lemeur , « a set of regulations emerging out of repeated interaction between actors and institutions », point de départ d’une approche ethnographique des théories et des pratiques locales, « emic », de la « gouvernance », soit de la participation, de la responsabilité, du public, du service et de l’État, de la richesse, de la justice ou encore de la politique (2009 : 6-7).

9 Terme français local pour désigner tout dépotoir, introduit vraisemblablement durant la colonisation française et utilisé de fait dans son sens premier, développé au xvie siècle : « l’endroit où l’on jette les ordures » (Ordonnance des Rois de France, t.2, p. 386b, http://www.cnrtl.fr/etymologie/voirie, consulté le 27 février 2013).

10 Figure de style que je préférai, pour son caractère inclusif, à la métonymie, qui souligne plutôt la contiguïté (Détrie 2006).

11 « J’appelle “gouvernementalité” la rencontre entre les techniques de domination exercées sur les autres et les techniques de soi » (Foucault 1983).

12 « Schéma plastique qui ne se limite pas au corps mais s’étend aux objets » (Julien 1999 : 20), concept issue de la psychologie (Head et Holmes 1911, Schilder 1935) et des études cognitives (école de la Gestalt théorie, Piaget 1937, 1948), puis développé par des ergonomistes et des spécialistes de la praxéologie comme outil dans l’étude des « conduites sensori-motrices » (Parlebas 1981).

13 « Processus psychologique par lequel un sujet assimile un attribut de l’autre et se transforme, totalement ou partiellement, sur le modèle de celui-ci. La personnalité se constitue et se différencie par une série d’identifications » (Laplanche et Pontalis 1967 : 187, cité par Warnier 2009a : 53).

14 Sang et sperme, excréments et urines, et toutes les scories quotidiennes du corps humain, sueur, salive, ongles, cheveux, poils, etc.

15 Étymologiquement, « déchet » vient de « déchoir », « tomber à un rang, à un état inférieur », du latin « cadere », « tomber » (Larousse 2005, et CNRTL, http://www.cnrtl.fr/etymologie/d%C3%A9choir, consulté le 2 janvier 2012). Sans ignorer la connotation de saleté et de dégout attachée aux termes « ordure » (http://www.cnrtl.fr/etymologie/ordure, consulté le 12 octobre 2013) et « immondice » (http://www.cnrtl.fr/definition/immondice, consulté le 1er septembre 2014), ceux-ci pourront aussi être employés ici, par commodité de langage, comme synonyme strict de « déchet ».

16 « Ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref du dit aussi bien que du non-dit […]. Le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments » (Foucault 1994 [1977] : 299).

17 Des ordalies étaient organisées sur le grand tas d’ordures du chef pour juger les crimes les plus graves, comme le meurtre ou la sorcellerie anthropophage. Les accusés devaient consommer un peu de la terre du dépotoir, dont la « force » inhérente les tuait s’ils s’avéraient être coupables.

18 Les « génies » résidant dans les tas d’ordures des chefs étaient dits apporter de bonnes pluies au royaume, indispensable à ses cultures, à ses bêtes et à ses gens dans un environnement particulièrement aride.

19 Ces populations affluent en ville à cette période dans le cadre d’un exode rural important et de mouvements de migrations intenses dans le bassin du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Centrafrique).

20 Les pratiques maraboutiques à des fins d’acquisition de richesse et de pouvoir se poursuivirent dans les bennes à ordures. Et à mes questions sur le devenir des « forces » qui habitaient les dépotoirs enlevés par Hysacam, plusieurs citadins me répondirent que celles-ci, après quelques réticences, allaient simplement se réfugier à la décharge municipale, qui deviendrait ainsi le « camp de réfugiés des génies » et le « plus puissant des jidde [tas d’ordures, flflde] » qu’ait connu Garoua (jeune homme kanuri, Garoua, novembre 2008, fr, et marabout hausa, Garoua, novembre 2010, flflde).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Un canal d’écoulement des eaux envahis par les déchets, non collectés, dans un quartier populaire de Maroua, janvier 2010.
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-1.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 1 : Carte de localisation de Garoua et Maroua
Crédits © United Nations/E. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 2 Carte du réseau des tas d’ordures des chefs du Diamaré
Crédits © Plantadiv/E. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3 Grand tas d’ordures d’Ouro Jiddere, ancien village limitrophe du royaume Guiziga Bui Marva, mars 2011
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4 Grand tas d’ordures de Dulo, ancienne capitale du royaume du Wandala, janvier 2010
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-5.png
Fichier image/png, 446k
Titre 5. Schéma identification/incorporation chef/tas d’ordures
Crédits © E. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 6 Cour fulbe
Légende Garoua, 1918
Crédits F. Gadmer ; Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7 Concessions peules Garoua, 1918
Légende Garoua, 1918
Crédits F. Gadmer ; Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 8 Publicité Pears’ Soap
Légende “The White Man’s Burden. The first step towards lightening is through teaching the virtues of cleanliness. Pears’ Soap is a potent factor in brightening the dark corners of the earth as civilization advances, while amongst the cultured of all nations it holds the highest place –it is the ideal toilet soap”
Crédits Pears’Soap, 1890, http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:1890sc_Pears_Soap_Ad.jpg
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9
Légende Carte de la répartition des grands dépotoirs dans Garoua, décembre 2006
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 10
Légende Carte de la répartition des grands dépotoirs dans Maroua, Hysacam, septembre 2008
Crédits © Hysacam Maroua
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11
Légende La « voirie » de la BEAC (Banque des États d’Afrique Centrale), près du grand marché de Garoua, décembre 2006.
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 12
Légende Un panneau d’interdiction de dépôt de déchets au milieu des immondices, centre administratif de Garoua, janvier 2007
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 13
Légende Calebasses, morceaux de tissu, pelote d’herbes identifiés comme des restes de manipulations maraboutiques nocturnes sur des grands tas d’ordures à Liddire, octobre 2008, Garoua.
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 16
Légende Banderole, défilé des employés d’Hysacam, Garoua, 1er mai 2010
Crédits http://gabriel.lucas2.free.fr/​index.php?category/​Sant%C3%A9-et-Vie-sociale
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 17
Légende Une benne près du marché de Rumde Ajia, Garoua, octobre 2008. Photo
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 18
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-17.png
Fichier image/png, 385k
Titre Fig. 19
Légende Collaboration entre les agents Hysacam et des citadins lors de la collecte porte-à-porte, Garoua, novembre 2009.
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-18.png
Fichier image/png, 439k
Titre Fig. 20
Légende Schéma de la circulation des déchets de la sphère domestique à l’espace public en contexte urbain nord-camerounais (Garoua et Maroua)
Crédits © É. Guitard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8133/img-19.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Guitard, « Le pouvoir en restes  », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°65-66, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/8133

Haut de page

Auteur

Émilie Guitard

Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA) Nigeria. CNRS/MAEDI (UMIFRE 24/USSR 3336)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page