Navigation – Plan du site

De l’art de chambarder la société de consommation

Portrait d’un récupérateur
Portrait of a Recycler or the Art of Turning Consumer Society Upside Down
Violeta Ramirez

Résumés

L´auteure, qui mène une recherche en anthropologie filmique sur la sobriété énergétique, nous livre le portrait d´un récupérateur de déchets alimentaires en région parisienne. Le protagoniste de ce récit en images a décidé de circuler au sein d´une économie des restes et du partage. Sa démarche de recyclage alimentaire met en évidence le taux très important de gaspillage alimentaire de l´actuelle économie capitaliste ; elle montre aussi ce qui pourrait être les fondements d´une économie sociale, basée sur le travail collaboratif et le don.

Haut de page

Notes de la rédaction

Retrouvez le film documentaire Le Récupérateur sous le lien en annexe et également avec l’ensemble des travaux de Violeta Ramirez sur son site internet : www.violetaramirez.com

Texte intégral

© Violeta Ramirez 

En mobilisant les outils méthodologiques de l’anthropologie filmique, je me suis fixé comme objectif de suivre la chaîne de production et de récupération des déchets alimentaires dans un marché municipal en région parisienne. Dans le processus observé, les produits traités comme des déchets par les marchands sont requalifiés comme nourriture par les récupérateurs. Ainsi, ce phénomène montre combien la valeur attribuée aux objets et aux matières (en l’occurrence, à la nourriture) dépend du contexte, du milieu social et des régimes de valeur de chaque groupe.

1.

1.

L´échange marchand

© Violeta Ramirez

1Cette démarche de recyclage alimentaire chamboule les valeurs de la société de consommation dans laquelle nous vivons. Cette deuxième vie inattendue de la nourriture récupérée entraîne une remise en question de la logique marchande et des taux trop élevés de production et de gaspillage des sociétés contemporaines.

2Daniel, le protagoniste de ce récit en images, a décidé de circuler au sein de cette économie des restes. Ancien économiste aujourd’hui à la retraite, il n’a pas économiquement besoin de récupérer dans les poubelles pour se nourrir. Sa participation à cette économie des marges relève d’un choix personnel et constitue un acte de résistance à la société de l'hyperconsommation.

2.

2.

Daniel « sauve » une pastèque de la poubelle

© Violeta Ramirez

Les enjeux de la récupération

Voilà maintenant cinq ans que Daniel a troqué son statut de client contre celui de récupérateur au marché alimentaire de la Place du 11 novembre à Malakoff où il se rend trois fois par semaine. Vers 13 heures, lorsque le marché ferme ses portes au public, les marchands se défont des produits abîmés ou trop mûrs en les jetant dans les bennes à ordures roulantes. Ces poubelles sont ensuite amenées par les ripeurs à l’extérieur des halles, où leur contenu est évacué puis compacté dans deux grandes bennes vertes. C’est à ce moment-là que les récupérateurs interceptent les poubelles et procèdent à la récupération des fruits et légumes consommables qui jonchent le fond des bennes.

3.

3.

La fermeture du marché

© Violeta Ramirez

4.

4.

Le relais : un ripeur passe une benne à Daniel pour qu’il s’occupe de séparer les cartons et les comestibles.

© Violeta Ramirez

3La zone du parking jouxtant les halles constitue donc l’espace de travail de différentes personnes. Tout d’abord, s’y affaire un groupe de ripeurs tamouls d’origine sri lankaise, tous employés municipaux responsables du nettoyage du marché et du fonctionnement des machines. Puis, on retrouve des récupérateurs de nourriture, parmi lesquels Daniel et un groupe de femmes d’origine maghrébine. Ces trois profils de personnes fréquentent cet espace pour des raisons diverses et variées (les unes par nécessité, les autres en tant que travailleurs salariés, et Daniel, par engagement militant). Malgré ces différences, elles organisent un espace commun de travail en partageant le territoire, les ressources et certaines tâches.

4L’absence de conflit manifeste lors de mes observations est en grande part dû au rôle d’intermédiaire que Daniel s’est donné dans cette organisation de travail. En ce qui concerne le traitement des ordures, Daniel travaille comme « assistant » des ripeurs afin de les aider à déplacer les bennes roulantes et à séparer et compacter les cartons dans la machine verte réservée à cet usage. En se chargeant de ces tâches, il économise du temps de travail aux employés municipaux ; en échange les récupérateurs sont laissés libres de fouiller dans les poubelles. Quant au partage de la ressource récupérée, il se fait en fonction des besoins des uns et des autres. N’étant pas nécessiteux, Daniel laisse les autres se servir en priorité ; lui dispose du reste.

5.

5.

Le tri des cartons

© Violeta Ramirez

6.

6.

S’emparer des poubelles. Les récupérateurs épluchent les bennes comme des oignons pour y trouver, au fond, les fruits et légumes.

© Violeta Ramirez

5Au long du déroulement des activités, on observe des moments de travail collaboratif et des moments de labeur individuel. La fouille des poubelles constitue un travail solitaire : chacun face à sa benne, les yeux rivés sur les déchets, se laisse surprendre par ce que les poubelles lui offrent. En amont et en aval de ce moment, l’organisation de l’espace de travail et le partage de la nourriture demandent la coopération des personnes présentes.

7.

7.

La chasse aux trésors

© Violeta Ramirez

8.

8.

Prolonger la vie d’un parapluie

© Violeta Ramirez

6Après la fouille, afin d’éviter l’acheminement de produits en mauvais état, il est impératif de trier les trouvailles sur place. Pour cela, le toucher et la dégustation sont nécessaires, mais le poids et le volume des aliments doivent savoir également être appréciés.

9.

9.

En été, il est aisé de trouver des melons et des pastèques en grande quantité. Ce sont des produits lourds à transporter dont le goût et la qualité peuvent varier entièrement d’une cagette à l’autre.

© Violeta Ramirez

10.

10.

Un moment d’échange lors du tri de la menthe

© Violeta Ramirez

7La récolte est souvent généreuse en rapport au besoin des glaneurs et à leur capacité de transport. Là réside l’enjeu fondamental de la démarche des récupérateurs : quoi faire du surplus de la ressource trouvée dans les poubelles. Nous constatons que les récupérateurs éprouvent un malaise au moment d’abandonner les trouvailles et de les (re)définir comme déchets.

11.

11.

« On ne peut pas tout prendre », se lamente Daniel au moment où il se voit contraint par le surpoids d’abandonner certains produits à la dernière minute.

© Violeta Ramirez

8Par souci de sobriété énergétique, Daniel ne conçoit pas d’emprunter un autre moyen de transport que le vélo pour acheminer la marchandise du marché à chez lui. Il a une voiture dont il se sert moins pour ses déplacements que pour constituer une sorte de grand garde-manger où stocker la nourriture qu’il lui reste à redistribuer.

13.

13.

Le vélo bien chargé transporte la marchandise du marché à la maison. La voiture réinventée en entrepôt reste toujours garée dans le parking de l’immeuble.

© Violeta Ramirez

14.

14.

En arrivant chez lui, Daniel trie également les poubelles jaunes de son immeuble et récupère les journaux de ses voisins et des sacs plastiques réutilisables.

© Violeta Ramirez

9Au bout de la chaîne de récupération, Daniel a trouvé des personnes intéressées par ces produits récupérés. Il a donc créé un circuit de distribution parmi lequel on retrouve ses voisines de l’immeuble, des amis et des personnes en situation d’exclusion qu’il croise dans la rue. Dans ce circuit de distribution alternatif, les produits sont livrés par Daniel en tant que dons, et reçus (ou refusés) comme tels par les destinataires. Avec cette action de récupération et de distribution, Daniel transforme la valeur marchandise des aliments et instaure, parmi un cercle réduit de personnes, une économie alternative du don.

15.

15.

Livraison à domicile chez l’une des voisines lors de la distribution dans l’immeuble.

© Violeta Ramirez

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Violeta Ramirez 
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-1.png
Fichier image/png, 338k
Titre 1.
Légende L´échange marchand
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-2.png
Fichier image/png, 386k
Titre 2.
Légende Daniel « sauve » une pastèque de la poubelle
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-3.png
Fichier image/png, 539k
Titre 3.
Légende La fermeture du marché
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-4.png
Fichier image/png, 300k
Titre 4.
Légende Le relais : un ripeur passe une benne à Daniel pour qu’il s’occupe de séparer les cartons et les comestibles.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-5.png
Fichier image/png, 304k
Titre 5.
Légende Le tri des cartons
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-6.png
Fichier image/png, 442k
Titre 6.
Légende S’emparer des poubelles. Les récupérateurs épluchent les bennes comme des oignons pour y trouver, au fond, les fruits et légumes.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-7.png
Fichier image/png, 253k
Titre 7.
Légende La chasse aux trésors
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-8.png
Fichier image/png, 288k
Titre 8.
Légende Prolonger la vie d’un parapluie
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-9.png
Fichier image/png, 369k
Titre 9.
Légende En été, il est aisé de trouver des melons et des pastèques en grande quantité. Ce sont des produits lourds à transporter dont le goût et la qualité peuvent varier entièrement d’une cagette à l’autre.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-10.png
Fichier image/png, 319k
Titre 10.
Légende Un moment d’échange lors du tri de la menthe
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-11.png
Fichier image/png, 335k
Titre 11.
Légende « On ne peut pas tout prendre », se lamente Daniel au moment où il se voit contraint par le surpoids d’abandonner certains produits à la dernière minute.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-12.png
Fichier image/png, 311k
Titre 12.
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-13.png
Fichier image/png, 302k
Titre 13.
Légende Le vélo bien chargé transporte la marchandise du marché à la maison. La voiture réinventée en entrepôt reste toujours garée dans le parking de l’immeuble.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-14.png
Fichier image/png, 348k
Titre 14.
Légende En arrivant chez lui, Daniel trie également les poubelles jaunes de son immeuble et récupère les journaux de ses voisins et des sacs plastiques réutilisables.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-15.png
Fichier image/png, 299k
Titre 15.
Légende Livraison à domicile chez l’une des voisines lors de la distribution dans l’immeuble.
Crédits © Violeta Ramirez
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8059/img-16.png
Fichier image/png, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violeta Ramirez, « De l’art de chambarder la société de consommation », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°65-66, mis en ligne le 06 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/8059

Haut de page

Auteur

Violeta Ramirez

Université Paris Ouest Nanterre la Défense. HAR (EA/4414) Histoire des arts et des représentations. paravioleta@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page