Navigation – Plan du site
Étranges pratiques

Biculturalisme et revendications culturelles et identitaires : ce que révèlent les pratiques artistiques contemporaines des femmes māori

Catherine Pellini
p. 234

Résumés

Peu d’anthropologues se sont intéressés à l’art contemporain des Māori de Nouvelle-Zélande, et encore moins aux productions artistiques féminines māori contemporaines. Ces dernières, ainsi que les pratiques des artistes et les discours qui les accompagnent, méritent pourtant d’être étudiés d’un point de vue ethnologique. Dans ce numéro dédié à la bricologie, les œuvres contemporaines des artistes māori sont examinées en attachant une attention particulière aux techniques et aux matériaux. Ceux-ci révèlent la multiplicité des sources auxquelles puisent les artistes pour engendrer des créations aux influences multiples mais pourtant présentées sous l’étiquette d’« art māori ». Les productions et les discours des femmes māori témoignent également de la particularité de leur statut et de leur positionnement identitaire qui peut être être appréhendée par la théorie de l’intersectionnalité : les discriminations liées au genre s’ajoutent aux discriminations raciales, entre autres, et sont alors à l’origine d’expériences singulières différentes de celles vécues par les artistes masculins māori. Les œuvres des femmes artistes māori présentent ainsi un « bricolage » à double niveau : outre celui également visible chez leurs homologues masculins qui créent des œuvres singulières en utilisant et reconfigurant des éléments provenant de mondes sociaux différents, un deuxième « bricolage » est discernable cette fois au niveau des identités de genre. Les productions et les discours portant sur les parcours de vie des artistes permettent d’appréhender les identités multiples de ces femmes qu’elles concilient en mettant en place diverses stratégies. Afin d’examiner ce double « bricolage », les productions et les parcours de vie détaillés de quatre artistes – Tracey Tawhiao, Hera Johns, Vicky Thomas et Deborah Duncan – sont présentés dans cet article.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Présentation générale
La peinture au service de revendications politiques et culturelles : l’exemple de Tracey Tawhiao
L’argile comme substitut à la sculpture sur bois : les œuvres « sculptées » d’Hera Johns
Photographie et problématiques identitaires : l’exemple de Vicky Thomas
Les productions tissées de Deborah Duncan : entre tradition et modernité

Aperçu du début du texte

Le champ de la création artistique contemporaine connaît un phénomène d’expansion au sein des peuples autochtones du Pacifique depuis plus de deux décennies (Thomas 1999 ; Graille 2003 ; Glowczeswski et Henry 2007). Les productions des artistes māori contemporains de Nouvelle-Zélande s’inscrivent dans ce contexte tout en reflétant les particularités d’une société qui a connu la colonisation britannique au xixe siècle mais qui se veut biculturelle en s’appuyant pour cela sur un traité établi en 1840 entre les colons et les Māori : le traité de Waitangi. Ce dernier était censé garantir les droits des Māori, en particulier la propriété des terres, mais il fut rapidement bafoué et les Māori virent la plupart de leurs terres être confisquées ou achetées à très bas prix. Après avoir connu de profondes mutations sociétales, la population māori ne représente plus aujourd’hui que 15 % des 4 200 000 habitants de cette île du Sud-Ouest de l’océan Pacifique (Statistics New Zealand 2013). Bien q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Pellini, « Biculturalisme et revendications culturelles et identitaires : ce que révèlent les pratiques artistiques contemporaines des femmes māori », Techniques & Culture, 64 | 2015, 234.

Référence électronique

Catherine Pellini, « Biculturalisme et revendications culturelles et identitaires : ce que révèlent les pratiques artistiques contemporaines des femmes māori », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://tc.revues.org/7595 ; DOI : 10.4000/tc.7595

Haut de page

Auteur

Catherine Pellini

Université d’Ottawa et Aix Marseille Université CNRS, EHESS, CREDO UMR 7308

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page