Navigation – Plan du site
Thema
2. Cheminements littéraires et scientifiques

La coquille au xviiie siècle : un objet frontière ?

The shell in the eighteenth century : a boundary object ?
Charlotte Guichard
p. 150-163

Résumés

Cet article entend montrer que la place centrale de la coquille dans l’histoire sociale et culturelle du xviiie siècle, comme artefact et objet naturel, réside dans sa capacité à fonctionner comme un « objet-frontière ». Venue de l’anthropologie et de l’ethnographie des sciences, cette notion désigne un objet (concret ou théorique) capable d’intéresser et de souder temporairement des publics différents, issus de mondes sociaux hétérogènes, qui coopèrent pour produire de la connaissance à partir de cet objet tout en maintenant une pluralité de points de vue. À l’inverse de la formule historiographique consacrée de « culture de la curiosité », qualifier la coquille d’objet-frontière incite plutôt à la penser dans le cadre de ses différents dispositifs sociaux, matériels et techniques, plutôt que du point de vue des disciplines et des taxinomies savantes. Au xviiie siècle, sont alors à l’œuvre des savoirs et des techniques encore non assignés, comme le dessin naturaliste ou le travail muséographique, qui permettent à différents mondes sociaux de collaborer autour des coquilles. Emblématique de la culture européenne du premier xviiie  siècle, tout à la fois motif esthétique et ressource cognitive, la coquille tire son efficacité de ces appropriations et de ces intéressements pluriels, et contribue ainsi à recomposer autour d’elle des communautés de goût plus fluides, à distance des hiérarchies sociales de l’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

« Vous pouvez juger par ce détail si l’histoire naturelle est bien complète en ce lieu et de vrai toutes les autres parties n’approchent pas d’être aussi parfaitement remplies que celle-ci dont je ne pourrais trop m’étonner. Tout cela est disposé en un ordre charmant dans des armoires de glaces et il n’y a si petite pièce qui ne porte son étiquette contenant le nom et une courte description de la chose avec la citation du livre où on en pourra trouver l’histoire complète. »
Président de Brosses, Lettres familières écrites d’Italie en1739 et1740, à propos de l’Académie des Sciences de Bologne.

Tiroir de coquillages du xviiie siècle (collection Simon Schijnvoet).

Naturalis Biodiversity Center, Leiden

1Lorsque le Président de Brosses décrit la collection naturaliste de l’Académie des Sciences de Bologne, composée notamment de coquilles et de minéraux, il prend soin de mentionner les dispositifs matériels et savants d’exposition et de conservation, mais il porte également un regard sensible à l’esthétique du lieu et ne manque pas de relever « l’ordre charmant » de la disposition générale. Cette double appropriation esthétique et savante des coquilles n’est pas rare au xviiie siècle, comme l’ont montré des travaux récents (Spary 2004, Van de Roemer 2004, Dietz et Nutz 2005, Bleichmar 2012, Lafont 2012), alors même que ces dernières avaient longtemps fait l’objet de recherches distinctes, souvent partagées entre l’histoire de l’art pour qui la coquille était un motif privilégié de la période dite rococo, omniprésent dans l’architecture intérieure et les arts décoratifs, et l’histoire des sciences qui faisait porter son intérêt sur les collections de coquilles et les publications dans le domaine de la conchyliologie, devenue une discipline centrale de l’histoire naturelle au xviiie siècle.

2Fort de ces nouveaux acquis, cet article voudrait pousser encore la démonstration et montrer que la place centrale de la coquille dans l’histoire sociale et culturelle du xviiie siècle, comme artefact et objet naturel, réside dans sa capacité à fonctionner comme un « objet-frontière ». Venue de l’anthropologie et de l’ethnographie des sciences, cette notion désigne un objet capable d’intéresser et de souder temporairement des publics différents, issus d’horizons sociaux hétérogènes (amateurs, professionnels, politiques, financiers, techniciens, muséographes), qui coopèrent pour produire de la connaissance à partir de cet objet tout en maintenant une pluralité de points de vue (Star et Griesemer 1999, 2010 ; Van Damme 2005). Un objet-frontière est donc suffisamment résistant pour garder une identité en soi, mais suffisamment labile pour passer d’un monde social à l’autre (voir Mauz dans ce numéro).

  • 1 C’est ainsi qu’il faut comprendre aussi l’importance des objets merveilleux ou monstrueux : sur ce (...)
  • 2 Krzysztof Pomian (1987 : 42) : les « sémiophores » désignent des « objets porteurs de signification (...)

3Ainsi mobilisée, cette notion est en décalage avec les enjeux soulevés par la « culture de la curiosité », tels que l’historiographie les a formulés dans les années 1980. On sait que Michel Foucault a théorisé la culture de la curiosité comme moment herméneutique de l’épistémé, avant l’épistémé classique des Lumières, centrée sur l’inventaire et la description : dans la culture de la curiosité, « connaître sera donc interpréter » (Foucault 1966). Connaître le monde c’est en déchiffrer et en interpréter les signes : ce moment de l’histoire des savoirs met donc sur un même plan magie et érudition, associant sans complexe des objets très hétérogènes, comme la corne d’un animal merveilleux et un spécimen botanique. Dans l’espace de la collection et du microcosme, chaque objet, naturel ou artefact (artificialia), est un signe du monde 1 (Daston et Park 1990). La « culture de la curiosité » désigne donc à la fois un moment historique, qui court de la Renaissance au début du xviie siècle, et une approche herméneutique de l’objet dans son rapport au monde et au macrocosme, comme l’ont montré Adalgisa Lugli (1998) et Krzysztof Pomian 2 (1987 : 42). La notion d’objet-frontière, au contraire, ne pose pas la question des disciplines et des taxinomies, mais elle incite plutôt à penser l’objet dans le cadre de ses différents dispositifs sociaux, matériels et techniques et invite à comprendre comment celui-ci parvient à composer autour de lui un monde social hétérogène.

Médiations

4Commençons par décrire minutieusement l’écologie que nécessite la coquille dans la collection au xviiie siècle, à la fois comme objet d’art et comme spécimen naturaliste. Dans la première moitié du xviiie siècle, la collection de coquilles de Joseph Bonnier de la Mosson lui-même riche financier et banquier de la cour (1702-1744), est sans doute l’une des plus importantes de Paris. On la connaît grâce à la vente publique qui en est faite en 1744, et dont le catalogue est rédigé par le marchand mercier Edme-François Gersaint. Véritable pionnier, Gersaint a transformé le marché de l’art en développant à Paris le système des ventes publiques avec catalogue raisonné : sur ce modèle, importé de Hollande, il organise en 1736 la première vente publique de coquilles.

5Dans son hôtel particulier de la rue Saint-Dominique, les coquilles sont présentes comme motif dans l’architecture intérieure et les dessus-de-porte réalisés par Jacques de Lajoüe (1686-1761), et comme objets exposés aux visiteurs dans la bibliothèque, dans un meuble appelé coquillier : « l’Histoire naturelle en fait le principal objet, la grande tableau, ou bureau (sic) qui est dans le milieu sert de parterre à de très belles Coquilles rangées en compartiment » (Dezallier d’Argenville 1742). Mais les coquilles du naturaliste ne sont pas des objets naturels. Elles ont été sélectionnées, soigneusement travaillées et préparées, afin de pouvoir être présentées. La coquille doit être plutôt de petite taille, pour rentrer dans le meuble, elle subit ensuite un travail de nettoyage et de polissage, qui lui donne ses couleurs et son éclat. Certaines coquilles sont même artifiées (Heinich, Shapiro 2012), c’est-à-dire transformées en artefact et en objet esthétique, montées sur un socle de présentation, souvent en bronze (Figure 1). Ce travail préalable n’est pas seulement destiné au plaisir de l’œil et à l’admiration esthétique, il a pour fonction de faciliter la description du naturaliste et il doit mettre en valeur les qualités et les propriétés de la coquille :

« c’est un abus de croire qu’il suffit de se promener sur le bord de la mer, pour remplir facilement ses poches de coquillages (…) avant qu’une coquille soit en état d’entrer dans un cabinet (…) elle doit passer entre les mains de gens au fait pour la nettoyer ; car on est obligé de polir les unes, & d’ôter aux autres une croûte endurcie. (…) Quand on se contente de la nettoyer simplement & avec ménagement pour y mettre ensuite une eau de gomme légère ou la polir sans en altérer les couleurs loin d’en changer la Nature on la développe entièrement & on la met en état par là d’être observée plus exactement dans toutes ses parties (…) Si l’on veut faire revivre le lustre qui est naturel à cette espèce, on doit se contenter de les polir avec la main après les avoir légèrement nettoyées » (Gersaint 1736).

  • 3 Sur ce type de source, voir Hilaire-Pérez et Thébaud-Sorger (2006).

6Comme le montrent ces indications pratiques, la coquille nécessite l’intervention de spécialistes qui connaissent aussi les instructions nécessaires à la collecte de ces spécimens, rapportés dans les cargaisons des navires de commerce, revenus « la plupart des Indes Orientales & Occidentales, ou d’autres pais fort éloignés » (Gersaint 1736 : 15) et qui savent la préparer, un peu à la manière des taxidermistes. Forts de leur expérience et de leurs puissantes Compagnies des Indes, les Hollandais sont présentés comme de grands spécialistes des coquillages, et Amsterdam comme un grand centre importateur en Europe. Mais ces longues « Observations sur les coquillages » qui introduisent le catalogue de 1736 font également figure de petit manuel pratique à l’usage du public parisien, qui y apprend ainsi à choisir les coquillages et à les présenter selon les règles de l’art 3(Hilaire-Pérez, Thébaud-Sorger 2006).

Louis Carrogis, dit Carmontelle (1717-1806), Monsieur de Buchelay, Fermier Général, 1758. Aquarelle, gouache, et crayon. Musée Condé, Chantilly

Louis Carrogis, dit Carmontelle (1717-1806), Monsieur de Buchelay, Fermier Général, 1758. Aquarelle, gouache, et crayon. Musée Condé, Chantilly

Savalette de Buchelay incarne ici l’idéal de l’amateur. Esthétique de la pose, opulence des moindres détails, lecture interrompue du recueil de papillons posé à même le sol : l’amateur affiche la pluralité de ses intérêts (histoire naturelle, bibliophilie, arts visuels), et un amour des savoirs qu’exprime son regard, rêveusement plongé vers la coquille. (Fig. 1)

RMN-GP (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

  • 4Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751, article « coquillier » : « en terme d’Éventailliste, (...)

7Les coquilles sont ensuite présentées dans un coquillier, un meuble spécialement conçu à cet effet par des ébénistes des mondes de l’artisanat de luxe. Comme l’indique l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en 1751, ce terme était à l’origine associé à l’atelier du peintre et il désignait alors les boîtes utilisées par les peintres éventaillistes à l’intérieur desquelles ils disposaient des coquilles qui contenaient leurs couleurs, témoignant du fait que les peintres voyaient quotidiennement des coquilles dans le cadre de leur pratique artistique 4 (Figure 2). Le coquillier réalisé pour les collections de coquilles était un meuble autrement plus sophistiqué, difficile à manipuler, avec ses compartiments, ses charnières et ses battants : le propriétaire qui exhibe sa collection doit savoir manipuler ce meuble compliqué et délicat au moment de la visite. Fait en bois de chêne, recouvert de miroirs et de textiles satinés, le coquillier joue sur les textures, le contraste des matières qui magnifie l’éclat des coquilles, comparées à des porcelaines.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751. Planche « Éventailliste »

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751. Planche « Éventailliste »

Sur la table de travail de l’éventailliste, un coquillier « boîte divisée en cassetins, dans lesquels on met les godets qui contiennent les différentes couleurs, ou les coquilles qui au défaut des godets, les contiennent ». (Fig. 2)

C. Guichard

8Voici en particulier la description que donne Gersaint du coquillier de Bonnier de la Mosson dans son catalogue de 1744 :

« Le Coquillier (est) fait en bois de chêne, très proprement travaillé. Il porte neuf pieds quatre pouces de long fur quatre pieds deux pouces de large, & il est supporté par six pieds en consoles & cannelés, garni de dix-huit tiroirs & couvert de deux grands battants qui le ferment, & qui sont montés fur des charnières extrêmement fortes & artistement disposées pour pouvoir facilement renverser ces battants de chaque côte du Coquillier. Le dedans est distribué en divers compartiments couverts de satin bleu & de satin blanc » (Gersaint 1744b : 200).

9Le meuble est complexe, délicat et fragile : son maniement est une véritable épreuve sociale pour le propriétaire comme pour le visiteur, car son bon usage, les gestes pour ouvrir les battants et découvrir les coquilles, relève tout à la fois d’un savoir faire et d’une esthétique du geste qui témoigne de la distinction sociale associée au lieu de la collection. Si le coquillier lui-même a disparu, les armoires de Bonnier de la Mosson sont achetées par Buffon pour le Jardin du roi lors de la vente publique en 1744 : aujourd’hui conservées à Paris au Muséum d’Histoire Naturelle, elles témoignent de l’intérêt que l’homme de science portait à ces meubles qui pouvaient mettre en scène les qualités à la fois savantes et esthétiques de la collection Bonnier de la Mosson.

Parterres

  • 5 Sur cette collection, voir Van de Roemer (2004).

10Cette articulation étroite entre goût et savoir, entre régime esthétique et scientifique au sein de la collection naturaliste, trouve son expression à travers le dispositif du parterre, qui caractérise la disposition des tiroirs des coquilliers dans les collections européennes, comme celle de Simon Schijnvoet (1652-1727) à Amsterdam 5 (Van de Roemer 2004) (Figure 3), et que l’on retrouve dans les planches illustrant les traités d’histoire naturelle, à l’instar de celui publié par Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville en 1742, L’Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales, la lithologie et la conchyliologie, véritable best-seller de la littérature naturaliste, réédité en 1757 et en 1780 (Figure 4).

11Au xviiie siècle, le parterre est un terme étroitement associé à la théorie du jardinage et de l’architecture, et plus particulièrement à la qualité ornementale des jardins, comme le montre l’article « Parterre » de l’Encyclopédie, écrit par Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville :

« Parterre est un terrain plat, uni & découvert, où l’on a tracé différents traits, plantés ordinairement en buis, imitant la broderie, ou que l’on a partagé en plusieurs compartiments de gazon. On distingue cinq sortes de parterres, les parterres de broderie, les parterres de compartiment, les parterres à l’anglaise, ceux de pièces coupées ou découpées, & les parterres d’eau. »

12Parfaitement établi dans le domaine de la théorie des jardins, le parterre devient un lieu commun pour décrire les collections d’histoire naturelle, au moment de leur vogue au sein des élites parisiennes au milieu du xviiie siècle. Voici comment le marchand Edme-François Gersaint utilise le terme pour mettre en valeur la qualité visuelle de sa collection de Joseph Bonnier de la Mosson :

« L’arrangement qu’a donné feu M. de la Mosson à ses Coquilles, forme le plus beau coup d’œil que l’on puisse s’imaginer. Cet amas considérable est distribué en différents compartiments agréables & élevés, dont le fond est garni de satin bleu ; ces compartiments se détachent de dessus un fond général, aussi couvert de satin blanc, garni pareillement de coquilles, ce qui donne tout à fait l’idée d’un beau parterre varié par la vivacité & l’émail des couleurs différentes & opposées répandues sur les Coquilles qui s’y trouvent rangées artistement, joint à la singularité & à la contrariété qui se rencontrent dans les formes de certaines Coquilles, & qui concourent encore à l’agrément de ce coup d’œil. » (Gersaint 1744 : 173).

Tiroir de coquillages du xviiie siècle (collection Simon Schijnvoet)

Tiroir de coquillages du xviiie siècle (collection Simon Schijnvoet)

Ces tiroirs, conservés intacts, proviennent de la collection de Simon Schijnvoet, une figure importante des milieux culturels amstellodamois du début du xviiie siècle. L’amateur était en lien avec des artistes (Maria Merian), des naturalistes (Georg Rumphius, Stefan Blankaart). Ces tiroirs révèlent les dispositifs matériels d’exposition des coquilles. Arrangés symétriquement, selon des motifs décoratifs (soleils, cercles, étoiles, rayons), les tiroirs ordonnent aussi en tableaux méthodiques et conchyliologiques les classes des coquilles. (Fig. 3)

Naturalis Biodiversity Center, Leiden

13La disposition des coquilles au sein d’une collection est donc plus spécifiquement rapportée aux parterres dits de compartiment, formés à la fois de gazon et d’une ligne de fleurs ou de buis formant un motif ornemental. La description qu’en fait Gersaint insiste sur l’esthétique rococo de la brillance, de la symétrie et de la variété. Elle met enfin en exergue non pas tant la singularité de telle ou telle coquille que la manière dont chacune s’inscrit dans une disposition générale au sein de la collection (Figures 5 et 6).

Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, Histoire naturelle, 1742, planche 8 « Nautiles », dédiée à Bonnier de la Mosson

Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, Histoire naturelle, 1742, planche 8 « Nautiles », dédiée à Bonnier de la Mosson

Qu’est-ce qu’une belle illustration scientifique ? (Fig. 4)

C. Guichard

14Selon Dezallier d’Argenville, les parterres formés de coquilles s’adressent en effet à différents types de publics, à ceux qui veulent jouir du plaisir de la vue (« Curieux ») et à ceux qui s’en nourrissent pour inventer de nouvelles grilles intellectuelles, de nouvelles catégories pour classer, ordonner et hiérarchiser les savoirs conchyliologiques (« Physiciens ») :

« Les Coquillages sont l’objet de la recherche de deux différentes sortes de personnes ; je veux dire des Physiciens & des Curieux. Le but des uns, en les possédant, est d’en étudier la cause, le principe & les suites (…). Les autres ne les recherchent que (…) par délassement, & pour se procurer un coup d’œil agréable en observant la variété des formes & des couleurs dont elles sont ornées. Je ne prétends pas cependant dire par là que l’unique motif des Curieux, en acquérant des curiosités, soit l’amusement, & que le Physicien n’ait en vue que l’étude, & ne compte pour rien la récréation des yeux ; mais seulement que l’agréable qui s’y rencontre n’est qu’accessoire pour le Physicien, comme l’étude & la recherche le sont pour les Curieux. » (Dezallier d’Argenville 1757)

  • 6 Le Parterre historique ou l’abrégé de l’histoire universelle de Jean de Bussières (1672) : l’ouvrag (...)
  • 7 Bredekamp (à paraître). Pour une perspective plus générale, Besse (2003).

15Si les parterres obéissent donc à un principe visuel esthétique, et appartiennent d’abord au vocabulaire de la théorie du jardinage, ils rendent aussi visibles les propriétés des coquilles ainsi exposées. Ils participent au travail qui se déploie, dans le lieu de la collection, sur les taxinomies naturalistes. Car le compartimentage savant dans les parterres est aussi important que la ligne décorative. Il délimite des « carrés ou des cases » c’est-à-dire des compartiments à l’intérieur des tiroirs, des coquilliers et des tables, qui fonctionnent comme des grilles de réflexion et de préludes à la classification des coquilles, publiées sous forme de tableaux dans les ouvrages savants. Caractéristique de l’esthétique du display, qui montre et fait voir à la fois, le parterre participe à l’expérimentation et à la mise au point des nouvelles catégories conchyliologiques. Dépouillé du langage ornemental qui le caractérise en premier lieu, le parterre fonctionne aussi comme un compartiment dans un espace taxinomique plus large qui permet de stocker, décrire et classifier. Il est emblématique du projet de l’histoire naturelle, qui vise à décrire, inventorier et nommer les choses visibles. Entre ornement et taxinomie, entre plaisir et savoir, entre nature et artifice, le parterre met en évidence l’articulation entre plaisir de voir et construction des savoirs. Dans la philosophie classique, le parterre était en effet utilisé de manière métaphorique pour désigner la mise en ordre du discours 6 (Jean de Bussières 1672) et, dans le domaine de l’art des jardins et du paysage, il fonctionnait même comme ressource cognitive : pour Leibniz, bibliothécaire du duc de Brunswick, la disposition en parterres des jardins d’Herrenhausen revêtait une dimension philosophique et fut un élément clé dans sa réflexion scientifique sur l’espace 7. (Bredekamp, à paraître ; Besse 2003)

Jean-Baptiste Courtonne, Le cabinet de curiosités de Joseph Bonnier de la Mosson, Planche 7. Collections Jacques Doucet

Jean-Baptiste Courtonne, Le cabinet de curiosités de Joseph Bonnier de la Mosson, Planche 7. Collections Jacques Doucet

Figure 5

Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art

16Le parterre, avec sa qualité visuelle spécifique, permet d’articuler pratiques concrètes de classement dans les compartiments des tiroirs et des tables, et classification théorique dans les tableaux universels qui ponctuent les Histoires naturelles. Parce qu’il repose sur un travail de la vue et qu’il rend visibles, sous l’éclat et l’« émail » des coquilles artistement disposées, leurs propriétés spécifiques, il participe pleinement au travail de description des naturalistes dans l’épistémé de l’âge classique. En partant d’un objet frontière concret, comme la coquille, on met également au jour un objet frontière « théorique » : le parterre sur lequel repose le processus de standardisation de l’information, par le biais du compartiment, qui permet à différents groupes sociaux de collaborer et de produire de la connaissance. C’est une « vue de l’esprit » qui permet de rendre visible ce qui ne l’était pas, soit une « technique d’inscription, qui permet d’accroître soit la mobilisation, soit la présentation, soit la fidélité, soit la discipline des alliés dont la présence est nécessaire pour convaincre » (Latour 1987).

17Ordonnées dans le parterre, les coquilles sont donc des objets qui suscitent des appropriations multiples. Par son éclat et sa diversité, le parterre ménage des surprises et met l’œil en éveil. Ce travail de la vue triomphe finalement dans l’usage de l’instrument scientifique par excellence au xviiie siècle, à savoir le microscope :

« Rien n’est plus séduisant que la vue d’un tiroir de coquilles bien émaillées ; le parterre le mieux fleuri n’est pas plus agréable, & l’œil est frappé si merveilleusement que l’on a peine à pouvoir le fixer. L’embarras est de savoir ce que l’on doit admirer le plus, ou de la perfection du travail de celle-ci, ou de la vivacité des couleurs de celle-là ; de la symétrie merveilleuse de cette autre, ou de l’irrégularité harmonieuse de cette dernière. Enfin tout étonne, jusqu’à la plus petite de laquelle vous ne pouvez quelquefois découvrir la perfection que par le secours d’un Microscope, qui vous y fait observer des beautés dont vous ne l’auriez jamais soupçonnée » (Gersaint 1736 : 7).

Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, La Théorie et la Pratique du Jardinage, 1722 (1re éd. 1709) : Planche 2. B : « Parterre de compartiment ». Collections Jacques Doucet

Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, La Théorie et la Pratique du Jardinage, 1722 (1re éd. 1709) : Planche 2. B : « Parterre de compartiment ». Collections Jacques Doucet

Le montage de ces figures 5 et 6 fait voir l’importance du parterre comme dispositif épistémologique pour penser la nature au xviiie siècle. (Fig. 6)

Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art

18La coquille est belle, artifiée, inscrite dans un dispositif esthétique, mais elle est aussi regardée, tel un objet de science, dont il faut admirer le détail au microscope. Bonnier de la Mosson possédait en effet au moins dix microscopes de tailles différentes, dont certains furent réalisés par l’opticien Alexis Magny (1712-après 1777) qui travailla également pour le duc de Chaulnes et la marquise de Pompadour et dont on conserve encore quelques microscopes qui témoignent également du travail artistique réalisé (Figure 7) : un modèle conservé au Getty Museum aurait été exécuté en bronze par le sculpteur Jacques Caffiéri. Objets esthétiques, destinés à l’exposition dans la collection, ces microscopes étaient aussi fonctionnels, manipulés et utilisés pour l’examen des coquillages de Bonnier de la Mosson.

19Ainsi saisie très matériellement, à travers ces différents dispositifs matériels d’exposition, qui sont autant d’opérations de médiation, on voit comment l’écologie de la coquille au milieu du xviiie siècle repose sur l’intéressement de publics différents, issus d’horizons sociaux hétérogènes : Gersaint l’exprime dans ses « Observations sur les coquillages », ceux-ci méritent :

« l’attention particulière des Naturalistes ! Ce que Monsieur de Réaumur, de l’Académie des Sciences, a dit à l’occasion de quelques-unes de ces Coquilles, montre de quelle curiosité, & même de quelle utilité pourroient être de pareilles recherches. Les Artistes y peuvent aussi trouver leur avantage. Les Coquilles se placent aisément dans la sculpture… Le nom d’escaliers en Limaçon, donnés à nos escaliers à vis, ne permet pas de douter que la première idée de leur construction ne soit duë à la disposition intérieure de certains Coquillages. Les Bijoutiers & Metteurs en œuvre peuvent les employer agréablement & même utilement en mille occasions. » (Gersaint 1736 : 9-10)

20Naturalistes, académiciens, artistes, artisans d’art : disposées en parterres, les coquilles de Bonnier de la Mosson composent autour d’elles un monde social hétérogène, qui est le fruit d’une collaboration entre de riches amateurs (Bonnier de la Mosson), des marchands (Gersaint), des ingénieurs (Alexis Magny), mais aussi des artisans d’art qui fabriquent des coquilliers et des boîtes inspirées de ces coquillages, des naturalistes et des artistes, tel Jacques de Lajoüe qui magnifie le coquillage dans des tableaux et des plafonds décoratifs qui ornent le cabinet d’histoire naturelle. En ce sens, les coquilles sont de véritables « objets frontières », dans les connaissances théoriques et esthétiques qu’elles mobilisent, et dans les dispositifs matériels qu’elles rendent possibles.

21En partant des coquilles, et des médiations successives qui déterminent leurs conditions de visibilité et de conservation (microscope, parterre, coquillier, lieu de la collection), on peut reconstituer l’ensemble des mondes sociaux possibles que l’objet, dans sa matérialité, peut produire. La notion d’« objet-frontière » permet donc de mettre au jour des collaborations entre des acteurs très différents, venus de milieux sociaux hétérogènes, soudés temporairement par l’intérêt qu’ils portent au même objet. Savants et académiciens, amateurs et professionnels, financiers, techniciens et artisans, artistes : tous coopèrent pour produire de la connaissance tout en maintenant une pluralité de points de vue sur la coquille, éclairant ainsi son extraordinaire succès, tout à la fois comme ressource esthétique et cognitive, à Paris au xviiie siècle. Cette approche pragmatique et quasi ethnographique permet une relecture de l’épistémé de Foucault, dans une dimension matérielle : la coquille n’est pas inscrite dans une généalogie prédéfinie (le rococo pour l’histoire de l’art, l’histoire naturelle et la conchyliologie pour l’histoire des sciences) ; elle est un objet – tout à la fois artefact et naturalia – qui permet à différents mondes sociaux de se croiser et de collaborer. Ces dispositifs d’intéressements aux coquillages dépassent les cadres sociaux de l’Ancien Régime, qu’ils contribuent ainsi à faire bouger. Ils sont formulés, dans le langage du goût, et incarnés à travers une nouvelle catégorie sociale au xviiie siècle, celle de l’amateur.

Microscope de Magny, xviiie siècle. Lille, Palais des Beaux-Arts

Microscope de Magny, xviiie siècle. Lille, Palais des Beaux-Arts

Les microscopes d’Alexis Magny étaient à la fois des objets de collection et des objets fonctionnels, utilisés dans les cabinets naturalistes. Opticien, Magny est emblématique des inventeurs d’instruments du xviiie siècle. Proche des milieux scientifiques et techniques, il fréquentait aussi les artistes, comme le graveur Jean-Charles François, qu’il aida en 1757 à réaliser la première machine capable de reproduire en gravure des dessins au crayon. C’était le début de la gravure en manière de crayon. Par son parcours, ses réseaux sociaux et ses inventions, Magny incarne la fluidité des mondes scientifiques, artistiques et techniques. (Fig. 7)

RMN / Hervé Lewandowski

Communautés d’amateurs

22Dans un article fondateur « Médailles/Coquilles = Érudition/Philosophie », publié pour la première fois en 1976, Krzysztof Pomian proposait une première étude synthétique sur les collections de médailles et de coquilles à Paris au xviiie siècle. Grâce à une étude statistique menée à partir des guides de Paris, il a ainsi montré comment l’intérêt pour les médailles s’affaiblit lentement, tandis que la mode de l’histoire naturelle s’affirme à partir de la fin des années 1750 : en 1742, on compte 17 cabinets d’histoire naturelle à Paris, tandis que l’on en cite cent trente-cinq en 1780 (Pomian 1987 : 145). Ses conclusions sont plus problématiques en revanche lorsqu’il articule collections de coquilles et cadres de la société du xviiie siècle. Dans la « composition socioprofessionnelle du milieu des collectionneurs », Pomian distingue courtisans, gens de robe, savants et antiquaires, membres du clergé, artistes, « manieurs d’argent » et bourgeois. Et il conclut en affirmant que « les antiques sont collectionnés surtout par les élites du prestige et de l’argent tandis que la mode de l’histoire naturelle est véhiculée par celles du savoir qui la transmettent aux autres groupes sociaux » (Pomian 1987 : 155). Ce type de sociologie localise la consommation de certains objets culturels, ici les médailles et les coquilles, dans des groupes sociaux prédéterminés, en outre il présente l’inconvénient majeur de situer les savants hors du milieu de la finance – reconduisant ainsi le mépris des acteurs de l’époque pour ceux qu’ils considéraient comme de riches parvenus – alors même que les savants se recrutent précisément dans ces milieux, à l’image de Joseph Bonnier de la Mosson, banquier de la cour, mais aussi d’Antoine-Laurent Lavoisier dans le domaine de la chimie expérimentale. Il convient de se déprendre de cette vision compartimentée de la société et de dénaturaliser ces catégories sociales prédéterminées :

« les hommes ne sont pas dans les catégories sociales comme des billes dans des boîtes (…) les identités sociales ou les liens sociaux n’ont pas de nature, mais seulement des usages » (Lepetit 1995, Boltanski 1982).

23Précisément, l’intérêt pour ces nouveaux objets culturels que sont les coquilles, a modifié la manière dont la société se représente, se pense et se recompose : l’« amateur » est cette catégorie sociale nouvelle à travers laquelle certains individus, passionnés d’art et de science, se définissent et se représentent : c’est ainsi qu’une identité sociale se construit à partir de certaines consommations culturelles – ce que l’on nomme alors le « goût » au xviiie siècle –, hors des cadres organicistes de l’Ancien Régime. Au xviiie siècle la catégorie de l’amateur est donc fortement liée à une façon nouvelle de penser la société. Cette catégorie désigne des individus venus d’horizons sociaux différents (financiers, noblesse de robe et d’épée, marchands), soudés par une passion commune. L’amour de l’art et des sciences rend possible une forme de fluidité sociale, même éphémère et fragile, toujours en performance, à distance des hiérarchies de statuts qui caractérisent la société d’Ancien Régime. Cette lecture pragmatique invite à comprendre autrement le lien entre les productions culturelles et scientifiques et la société, à partir d’une échelle plus fine du social, en partant des objets et des œuvres, et des associations qu’ils peuvent produire, et non pas des hiérarchies sociales surplombantes et prédéfinies.

24Dans ces communautés d’amateurs qui se constituent autour des coquilles, mais aussi plus généralement des objets d’art et de science, les hiérarchies d’Ancien Régime ne sont pas supprimées, elles sont seulement temporairement suspendues, dans cette forme d’égalité, de commensurabilité que peut créer une communauté d’admiration et de passion pour des objets, qu’ils soient d’art ou de science. Et c’est bien ainsi qu’il faut interpréter la célèbre remarque du marchand Edme Gersaint :

« Quels avantages un curieux ne tire-t-il pas des suites ordinaires de sa curiosité ? (…) en qualité de curieux, il devient égal à ceux-mêmes, qui livrés à cette noble passion, se trouvent au-dessus de son état par leur rang ou par leur condition : comme tel, il est appelé et reçu avec plaisir dans leurs assemblées. » (Gersaint 1744a : 2-3)

25Bien sûr, ces communautés sont fragiles ; elles tiennent autant que tient le lien à l’objet : elles sont toujours en action, en performance, ce qui explique la propension à se représenter voire à se mettre en scène en tant qu’amateur (voir Faugère dans ce numéro). Dans cette perspective, le goût n’est pas cet attribut neutre ou ce moteur historique qui permet d’articuler groupes sociaux et objets de consommation, c’est un ensemble de pratiques et de savoirs, mobilisé dans le lieu de la collection ou dans le cadre des Histoires naturelles publiées alors avec un grand succès. On peut en prendre la mesure à travers une pratique méconnue, où s’articulent sens esthétique et savoirs naturalistes : il s’agit de l’exercice du dessin et de la gravure de certains spécimens naturalistes par ces amateurs dans les publications qu’ils dirigent.

  • 8 On sait malgré tout qu’il a réalisé des cartes (La Carte generalle de la capitainerie royale de la (...)

26Si l’on ne possède à ma connaissance aucune source sur la pratique du dessin ou de la gravure chez Bonnier de la Mosson 8 (Picon 1992), on sait en revanche qu’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville était lui-même un graveur amateur, qui réalisait des estampes pour ces amis naturalistes ou artistes (Guichard 2008, Lafont 2012). Dans son Histoire naturelle publiée en 1742, il défend vigoureusement l’idée que la maîtrise du dessin est nécessaire pour dresser une classification précise et scientifique des différents coquillages. Voici la critique qu’il adresse à ses prédécesseurs naturalistes, tels Georg Everhard Rumphius et Philippe Buonanni :

« Il a peut-être manqué à ces Physiciens quoique d’ailleurs très-sçavans, un talent familier à l’Auteur de cet Ouvrage ; c’est la pratique du dessein. Qui peut mieux faire connoître toutes les différences des Coquilles, que de les dessiner d’après nature ? Le moindre repli, les finesses de la forme, du contour, de la bouche, rien n’échappe, & rien ne développe mieux leur vrai caractère. » (Dezallier d’Argenville 1742 : 116-117)

27L’image gravée de la coquille, ultime médiation en vue de la publication, est parfois le résultat du travail du naturaliste lui-même et ne résulte pas toujours d’un partage entre le scientifique et le dessinateur, comme le montre par exemple la figure mieux connue de Conrad Gessner (Daston et Galison 2012). La copie par la gravure est manipulation, appropriation tactile et plus seulement visuelle : elle n’a pas seulement une fonction documentaire, mais elle a une dimension cognitive, rendue possible par ce lent travail du geste, cette familiarisation par le geste aux coquilles ainsi reproduites en gravure.

&

28Penser la coquille dans une perspective quasi ethnographique permet donc de faire resurgir la dimension matérielle de la production de la connaissance, de restituer des dispositifs de médiation qui s’adressent à des publics hétérogènes mais solidaires dans cette passion de l’objet, et de restituer cette culture de l’amateur, centrale pour l’histoire naturelle au xviiie siècle. Sont alors à l’œuvre des savoirs et des techniques encore non assignés, comme le dessin naturaliste ou le travail muséographique, qui permettent à différents mondes sociaux de collaborer autour des coquilles. Emblématique de la culture européenne du premier xviiie siècle, tout à la fois motif esthétique et ressource cognitive, véritable « objet frontière », la coquille tire son efficacité de ces appropriations et de ces intéressements pluriels, et contribue ainsi à recomposer autour d’elle des communautés de goût plus fluides, à distance des hiérarchies sociales de l’Ancien Régime.

Haut de page

Bibliographie

Besse, J.-M. 2003 Face au monde. Atlas, jardins, géoramas. Paris : Desclée de Brouwer.

Bleichmar, D. 2012 Learning to Look : Visual Expertise across Art and Science in Eighteenth Century France. Eighteenth-century Studies 46(1) : 85-111.

Boltanski, L. 1982 Les Cadres: la formation d’un groupe social. Paris : Éditions de Minuit.

Bredekamp, H. (à paraître) Leibniz, philosophe du Jardin. Herrenhausen et Versailles. Dijon : Presses du Réel, (Amphi des Arts).

Bussières de, J. 1672 Le Parterre historique ou l’abrégé de l’histoire universelle. Lyon : J. Girin et B. Rivière.

Daston, L., Galison, P. 2012 Objectivité. Dijon : Presses du Réel (1re édition 2007).

Daston, L., Park, K. 1990 Wonders and the Order of Nature, 1150-1750. New York : Zone Books.

De Brosse, Ch. 1858 Lettres familières écrites d’Italie à quelques amis en 1739 et 1740. Paris : Poulet-Malassis et De Broise.

Dezallier d’Argenville, A-J. 1757 L’Histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales. La Conchyliologie, qui traite des coquillages, augmenté de la zoomorphose. Paris : De Bure l’aîné, vol. 1.

— 1742 L’Histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales. La Conchyliologie, qui traite des coquillages, 2 vol. Paris : De Bure l’aîné.

Diderot, D., D’Alembert, le Rond J. 1751 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris : Briasson.

Dietz, B., Nutz, T. 2005 Collections curieuses : The Aesthetics of Curiosity and Elite Lifestyle in Eighteenth-Century Paris. In Eighteenth-Century Life 29(3) : 44-75.

Foucault, M. 1966 Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines. Paris : Gallimard.

Gersaint, E.-F. 1744a Catalogue raisonné des diverses curiosités du cabinet de feu M. Quentin de Lorangère. Paris : J. Barrois.

— 1744b Catalogue raisonné d’une collection considérable de diverses curiosités en tous genres, contenues dans les cabinets de feu M. Bonnier de la Mosson. Paris : Barois et Simon.

— 1736 Catalogue raisonné de coquilles et autres curiosités naturelles. Paris : Flahaut et Prault fils.

Guichard, C. 2008 Les amateurs d’art à Paris au xviiiesiècle. Seyssel : Champ Vallon.

Heinich, N., Shapiro, R. (dir.) 2012 De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art. Paris : Éditions EHESS (Cas de figure).

Hilaire-Pérez, L., Thébaud-Sorger, M. 2006 Les Techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage au xviiie siècle (France, Angleterre). Revue de Synthèse tome 127 (2), Le marché dans son histoire, pp. 393-428.

Lafont, A. (dir.) 2012 1740, Un Abrégé du Monde: Savoirs et Collections autour de Dezallier d’Argenville. Paris : Fage éditions.

Latour, B. 1987 Culture et technique. Les « vues » de l’esprit. Réseaux n° 27 (5) : 79-96.

Lepetit, B. (dir.) 1995 Les Formes de l’expérience: une autre histoire sociale. Paris : Albin Michel.

Lugli, A. 1998 Naturalia et Mirabilia: les cabinets de curiosités en Europe. Paris : A. Biro.

Picon, A. 1992 L’Invention de l’ingénieur moderne: l’École des Ponts et Chaussées, 1747-1851. Paris : Presses de l’École nationale des Ponts et Chaussées.

Pomian, K. 1997 Histoire culturelle, histoire des sémiophores. In J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.) Pour une histoire culturelle. Paris : Seuil.

— 1987 Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise, xvie-xviiie siècles. Paris : Éditions Gallimard.

Spary, E. 2004 Scientific Symmetries. History of Science 42 : 1-46.

Star, S. L. 2010 Ceci n’est pas un objet-frontière. Réflexions sur l’origine d’un concept. Revue d’anthropologie des connaissances vol. 4 (1) : 18-35

— 1999 Institutional Ecology, Translations, and Boundary Objects. Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertabrate Zoology, 1907-1939. In M. Biagioli (dir.) The Science Studies Reader, Londres : Rootledge : 505-521.

Van Damme, S. 2005 Paris, capitale philosophique: de la Fronde à la Révolution, Paris : Odile Jacob.

Van de Roemer, B. 2004 Neat Nature : The Relationship between Nature and Art in a Dutch Cabinet of Curiosities from the Early Eighteenth Century. History of Science 42 : 47-84.

Haut de page

Notes

1 C’est ainsi qu’il faut comprendre aussi l’importance des objets merveilleux ou monstrueux : sur ce point, voir Daston et Park (1990).

2 Krzysztof Pomian (1987 : 42) : les « sémiophores » désignent des « objets porteurs de signification ».

3 Sur ce type de source, voir Hilaire-Pérez et Thébaud-Sorger (2006).

4Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751, article « coquillier » : « en terme d’Éventailliste, est une boîte divisée par de petites barres de bois en plusieurs cellules, dans lesquelles ils placent les coquilles qui contiennent les couleurs dont ils se servent. Voyez la fig.23. Pl. de l’Éventailliste. »

5 Sur cette collection, voir Van de Roemer (2004).

6 Le Parterre historique ou l’abrégé de l’histoire universelle de Jean de Bussières (1672) : l’ouvrage prend la forme d’un parterre, avec des « carreaux » de fleurs qui sont autant de chapitres dans le livre : « Les Roses. Premier Quarreau », « Les Iris. Second Quarreau », « Les Tulipes. Troisième Quarreau », etc.

7 Bredekamp (à paraître). Pour une perspective plus générale, Besse (2003).

8 On sait malgré tout qu’il a réalisé des cartes (La Carte generalle de la capitainerie royale de la varenne des Tuileries, gravée par Gamot, 1737), ce qui implique un certain talent pour réaliser des vues dessinées : Picon (1992).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tiroir de coquillages du xviiie siècle (collection Simon Schijnvoet).
Crédits Naturalis Biodiversity Center, Leiden
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Louis Carrogis, dit Carmontelle (1717-1806), Monsieur de Buchelay, Fermier Général, 1758. Aquarelle, gouache, et crayon. Musée Condé, Chantilly
Légende Savalette de Buchelay incarne ici l’idéal de l’amateur. Esthétique de la pose, opulence des moindres détails, lecture interrompue du recueil de papillons posé à même le sol : l’amateur affiche la pluralité de ses intérêts (histoire naturelle, bibliophilie, arts visuels), et un amour des savoirs qu’exprime son regard, rêveusement plongé vers la coquille. (Fig. 1)
Crédits RMN-GP (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751. Planche « Éventailliste »
Légende Sur la table de travail de l’éventailliste, un coquillier « boîte divisée en cassetins, dans lesquels on met les godets qui contiennent les différentes couleurs, ou les coquilles qui au défaut des godets, les contiennent ». (Fig. 2)
Crédits C. Guichard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Tiroir de coquillages du xviiie siècle (collection Simon Schijnvoet)
Légende Ces tiroirs, conservés intacts, proviennent de la collection de Simon Schijnvoet, une figure importante des milieux culturels amstellodamois du début du xviiie siècle. L’amateur était en lien avec des artistes (Maria Merian), des naturalistes (Georg Rumphius, Stefan Blankaart). Ces tiroirs révèlent les dispositifs matériels d’exposition des coquilles. Arrangés symétriquement, selon des motifs décoratifs (soleils, cercles, étoiles, rayons), les tiroirs ordonnent aussi en tableaux méthodiques et conchyliologiques les classes des coquilles. (Fig. 3)
Crédits Naturalis Biodiversity Center, Leiden
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, Histoire naturelle, 1742, planche 8 « Nautiles », dédiée à Bonnier de la Mosson
Légende Qu’est-ce qu’une belle illustration scientifique ? (Fig. 4)
Crédits C. Guichard
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Jean-Baptiste Courtonne, Le cabinet de curiosités de Joseph Bonnier de la Mosson, Planche 7. Collections Jacques Doucet
Légende Figure 5
Crédits Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, La Théorie et la Pratique du Jardinage, 1722 (1re éd. 1709) : Planche 2. B : « Parterre de compartiment ». Collections Jacques Doucet
Légende Le montage de ces figures 5 et 6 fait voir l’importance du parterre comme dispositif épistémologique pour penser la nature au xviiie siècle. (Fig. 6)
Crédits Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Microscope de Magny, xviiie siècle. Lille, Palais des Beaux-Arts
Légende Les microscopes d’Alexis Magny étaient à la fois des objets de collection et des objets fonctionnels, utilisés dans les cabinets naturalistes. Opticien, Magny est emblématique des inventeurs d’instruments du xviiie siècle. Proche des milieux scientifiques et techniques, il fréquentait aussi les artistes, comme le graveur Jean-Charles François, qu’il aida en 1757 à réaliser la première machine capable de reproduire en gravure des dessins au crayon. C’était le début de la gravure en manière de crayon. Par son parcours, ses réseaux sociaux et ses inventions, Magny incarne la fluidité des mondes scientifiques, artistiques et techniques. (Fig. 7)
Crédits RMN / Hervé Lewandowski
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6610/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Guichard, « La coquille au xviiie siècle : un objet frontière ? », Techniques & Culture, 59 | 2012, 150-163.

Référence électronique

Charlotte Guichard, « La coquille au xviiie siècle : un objet frontière ? », Techniques & Culture [En ligne], 59 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/6610 ; DOI : 10.4000/tc.6610

Haut de page

Auteur

Charlotte Guichard

IRHIS – CNRS UMR 8529

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page