Navigation – Plan du site
Théma
II - Technique et nature

Approche intégrée des comportements culturels

Le cas de la manipulation de pierres chez le macaque japonais (Macaca fuscata)
Integrated approach to cultural behaviour in non-human primates: the case of stone-handling among Japanese macaques (Macaca fuscata)
Jean-Baptiste Leca
p. 142-163

Résumés

Dans la quête d’explications culturelles ou de propositions alternatives pour rendre compte de l’existence de variations comportementales entre des groupes de la même espèce, seule une approche intégrée, prenant en compte différentes perspectives et incorporant des types d’analyses complémentaires, permet d’établir la preuve de l’existence d’une forme de culture. L’objectif de cet article est de démontrer comment des études comparatives, longitudinales, et expérimentales du comportement de manipulation de pierres, une forme de jeu solitaire observée dans plusieurs groupes de macaques japonais, ont permis de caractériser la nature culturelle de cette pratique. L’approche comparative a révélé une importante variabilité du comportement de manipulation de pierres entre les groupes de cette espèce, mais aussi entre différentes espèces de macaques, avec un rôle limité des facteurs génétiques et environnementaux. L’approche longitudinale a permis de décrire les voies de transmission du comportement entre les membres d’un groupe et à travers les générations, d’évaluer le rôle de l’influence sociale directe de la mère dans l’acquisition du comportement de manipulation de pierres par le jeune lors des premiers mois de la vie, et de démontrer que la tradition de manipulation de pierres n’est pas figée, mais qu’au contraire, elle se transforme au cours du temps, avec une accumulation de diversité et de complexité comportementales, ainsi qu’une diversification des contextes au cours desquels le comportement de manipulation de pierres est pratiqué, des critères qui correspondent à la définition d’une culture cumulative. Enfin, l’approche expérimentale a prouvé que les produits de ce comportement engendrés par l’activité précédente d’un individu (des tas de pierres laissés au sol) stimulent de façon indirecte (c’est-à-dire même en l’absence de ce dernier) l’activité suivante des autres congénères, et participent certainement au maintien de cette tradition. Même si le comportement de manipulation de pierres ne remplit aucune fonction à l’heure actuelle, ce comportement pourrait servir, dans les conditions de faible pression de sélection qu’engendre le nourrissage régulier des singes, à maintenir dans une population un certain degré de diversité et de complexité comportementales associées à des pierres qui, sous réserve d’un changement des conditions environnementales, pourraient évoluer en utilisation des pierres comme outils. Cette recherche souligne l’importance d’une approche éthologique des comportements culturels, en considérant les quatre questions posées par Tinbergen (1963) : développement, mécanisme, fonction, et évolution.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

La culture animale : nécessité d’un cadre conceptuel et méthodologique
Aspects structurels et fonctionnels du comportement de manipulation de pierres
Approche comparative
Variations inter-groupes du comportement de manipulation de pierres
Absence de déterminants génétiques majeurs dans les variations du comportement de manipulation de pierres
Le rôle des facteurs environnementaux dans les variations du comportement de manipulation de pierres
Approche longitudinale
Approche expérimentale

Aperçu du début du texte

Un macaque japonais femelle (à gauche) et son petit de cinq mois (à droite) manipulant des pierres

Un macaque japonais femelle (à gauche) et son petit de cinq mois (à droite) manipulant des pierres

Arashiyama

© J.-B. Leca

Il y a soixante ans à peine, l’idée que des animaux puissent être dotés d’une forme de culture paraissait inimaginable pour la plupart des spécialistes. De nos jours, la littérature éthologique regorge d’exemples d’innovations comportementales, d’observations de la transmission sociale de nouvelles variantes comportementales, ainsi que d’articles à propos du maintien, pendant plusieurs années voire sur plusieurs générations, de pratiques culturelles, et ce dans une grande variété de taxons, tels que les oiseaux, les rongeurs, les cétacés, et les primates non-humains (Fragaszy & Perry 2003 ; Laland & Hoppitt 2003).

La culture animale : nécessité d’un cadre conceptuel et méthodologique

L’idée de culture animale (autrefois désignée de « tradition comportementale » par les éthologistes) fut introduit en 1952 par le fondateur de la primatolog...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Leca, « Approche intégrée des comportements culturels », Techniques & Culture, 57 | 2011, 142-163.

Référence électronique

Jean-Baptiste Leca, « Approche intégrée des comportements culturels », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 21 avril 2014. URL : http://tc.revues.org/5847

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Leca

University of Lethbridge

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page