Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation

André Guillerme
p. i-ii

Texte intégral

1La terre a une mémoire. Elle a « une cervelle » comme disent les constructeurs français, officiers du génie, du XVIIIe siècle. Elle a une surface dure, une croûte sur laquelle on peut marcher, labourer, bâtir, rouler. Cette dure-mère trouée, on y trouve l’intelligence des formes, la terre vivante, organique, imbibée de sang terrestre, comme dans la pierre qu’il faut laisser saigner deux ans au moins avant d’en utiliser le squelette pour bâtir, comme l’argile blanche que les faïenciers du XIXe siècle laissent fermenter en cave profonde plusieurs saisons de suite. La terre travaille ; elle bouge ; elle produit des plantes, des pierres et des cailloux, comme le corps animal produit des concrétions calcaires, des calculs. La terre sue et s’exprime par le salpêtre des murs humides —salsepetrus, le sel de la pierre— ou le pétrole des veines huileuses —petroleum, l’huile de la pierre. Elle pleure par tous les pores de sa peau pour donner les sources et les rides creusées des thalwegs.

2La terre à bâtir pose questions. Est-elle vivante ? Est-elle morte ? inerte, liquide, plastique, solide, mouvante. Quelle terre ? Rouge ? verte, blanche, noire, mélangée, pierreuse, caillouteuse ? On pourrait imaginer une terre blanche pour les édifices sacrés, une terre rouge pour les fortifications, une terre noire ou verte pour les constructions communes indo-européennes ; une terre imbibée d’eau blanche ou bouillonnante, une terre trempée de sang de cheval, une terre mouillée d’eau stagnante pour cette même idéologie dumézilienne.

3Bâtir en terre crue, vive, organique, n’est-ce pas se recouvrir, s’envelopper, s’épauler, s’habiller de la matière dont on est initialement issu ? Cette terre fait vivre ; elle permet la survie. Elle stocke, protège, isole. Matériau de construction, mélangée aux brindilles, à la paille, aux herbes sèches, à la poussière, aux cailloux, à l’huile, la terre crue, armée, étale sa granulométrie pour augmenter sa cohésion et se donner de la résistance. Humectée, elle accroît sa plasticité, sa maniabilité. Tassée, elle est plus compacte, moins sensible à se rompre. Corroyée, elle est plus homogène. Ces éléments de mécanique architecturale traversent l’histoire et le territoire dont on saisit ici les variantes entre quatre aires culturelles, la Chine ancienne, l’empire romain, le Bengladesh, la France moderne.

4Les articles présentés sont issus d’un séminaire de recherche, un colloque sur « La terre dans la construction », tenu au Centre d’histoire des techniques du Conservatoire National des Arts et Métiers en 2001. L’objectif était alors de saisir les rapports entre l’écrit —les textes, les signes lapidaires— et l’oral —les traditions, les gestes, les paroles—, à propos d’un mode de vie —le bâti— constant —la terre crue, la terre ordinaire du bâti commun. Cette recherche technique et culturelle, érudite de fait, relate les interférences entre ces deux expressions de la pensée, entre la tête et la main. Elle montre la mixité des intelligences des praticiens —maçons, architectes, entrepreneurs— et des théoriciens —prêtres, savants, aristocrates— à propos d’une matière d’une grande banalité mais d’une exceptionnelle richesse constructive. La terre crue nous révèle ainsi un foisonnement d’idées, d’outils, de réflexions, de constructions, de gestes, d’odeurs et de goûts, dans le monde rural comme dans l’univers urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Guillerme, « Présentation », Techniques & Culture, 41 | 2003, i-ii.

Référence électronique

André Guillerme, « Présentation », Techniques & Culture [En ligne], 41 | 2003, mis en ligne le 13 janvier 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/53 ; DOI : 10.4000/tc.53

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page