Navigation – Plan du site
V. ÉVOLUTION, EXPÉRIMENTATION

Retour sur « Construction et destruction des monuments mégalithiques »

Claude Masset
p. 450-452

Notes de la rédaction

Nous remercions Hervé Guy et Hélène Guillot pour leur contribution à cet article.

Texte intégral

1Dans ce titre, construction et destruction s'opposent de façon semble-t-il harmonieuse. Il n'en est pas de même sur le terrain. Les procédés jadis utilisés pour la construction n'ont pas laissé de trace archéologique ; les effets des destructions, au contraire, sont sous nos yeux. Ils représentent les stades ultimes d'une histoire longue et complexe, où tous ne sont pas les effets des outrages du temps : quelques-uns datent des temps néolithiques. Il y a vingt ans, la première partie de l'article ci-dessous n'était pas la plus neuve. Dans un domaine à peu près inaccessible, elle consistait, pour l'essentiel, à présenter des comparaisons ethnologiques ou historiques ; et aussi à relater des simulations exécutées par tel ou tel chercheur à l'esprit hardi. Ce sont les conclusions, d'ordre technique ou social, qui venaient le mieux s'intégrer dans le cadre de la revue qui accueillait l'article.

2Le chapitre des destructions, de son côté, devait l'essentiel de sa nouveauté à deux ou trois décennies de fouilles, intervenues à partir des années soixante du xxe siècle : fouilles, comme on sait, plus attentives que celles d'antan. Ici, il y a lieu de distinguer entre les déprédations en cours d'utilisation, et quelques-unes survenues dès le Néolithique, disions-nous à la fin de l'utilisation d'un monument. Ces dernières étaient loin d'être toutes ignorées, notamment quand un sépulcre en bois avait été incendié avant la mise en place d'un tumulus. C'est surtout le caractère très général du phénomène - destruction partielle en fin d'utilisation - qui n'avait pas été pris en compte. Par ailleurs on ignorait les cas de déprédations, dues à des interventions néolithiques, sur des monuments dont l'usage n'en avait pas moins persisté. Quand cette observation s'est présentée pour la première fois, chacun crut à un cas très particulier, à une anomalie ; il n'en était rien. Depuis que l'attention des chercheurs a été attirée sur ce point, les exemples s'en sont multipliés. Ils sont chaque fois en relation avec des remaniements des sites, par leurs utilisateurs néolithiques. On aimerait connaître le contexte idéologique de ces destruc­tions, qui pouvaient aller jusqu'à remplacer un monument en pierre par un successeur en bois. Nous pouvons aujourd'hui formuler plus largement ce type d'interprétations qui se sont étendues et diversifiées à d'autres monuments funéraires du néolithique final (dolmens et autres allées sépulcrales). Ils auraient eu des existences complexes, faites de constructions, déconstructions volontaires, rénovations, condamnations, nouveaux agencements (voir photos en fin d'article et Guillot, Guy 1996).

3Alors que d'aucuns voyaient dans les architectures des tombeaux néolithiques des outrages que l'on imputait au temps, l'auteur de ces lignes, formé à l'école Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan et al. 1963), revisite les données matérielles et montre que ces monu­ments ont sans doute vécu aux rythmes des générations qui ont utilisé ces caveaux bien particuliers, tant par la longévité dont ils ont fait preuve (parfois plus d'un millénaire), que par la complexité des rituels qui leur sont associés.

4De fait, la communauté des archéologues a vite épousé les thèses présentées brièvement dans cet article puis dans d'autres ouvrages plus extensifs (Masset 1993).

5Du Nord au Sud de la France, les fouilles de ces monuments ont effectivement laissé entrevoir des histoires architecturales complexes. On pense au dolmen de Villedubert (H. Duday), à celui de Changé Saint-Piat (D. Jagu), de Méréaucourt (C. Masset, J. Leclerc), de Saint-Sauveur (H. Guillot, H. Guy), ou aux allées sépulcrales de La Croix-Saint-Ouen (G. Billand, H. Guillot, I. Le Goff) et de Bazoches-sur-Velles (J. Leclerc). Les archéologues et anthropologues ont montré combien les histoires de ces monuments funéraires étaient plus riches et compliquées qu'on ne le pensait auparavant. Il y a 20 ans, ce qui relevait de l'hypothèse peut aujourd'hui être élaboré en modèle général. Dans la péninsule d'Oman par exemple, riche en monuments mégalithiques datés du second millénaire avant notre ère, sur le site de Ra's al Jinz 1, des gestes de destructions volontaires, par les utilisateurs, ont été mis en évidence (Cleuziou, Tosi 2007 ; Munoz, Guy 2007).

6Ce petit regard rétrospectif montre finalement que les petites et grandes trouvailles se font sur un terreau de connaissances et de pensées multiples fondés sur des commu­nautés de chercheurs, d'étudiants et d'amateurs éclairés, le Groupe de Recherches du CNRS « Méthodes d'étude des sépultures » dirigé par Claude Masset dans le cas présent.

Haut de page

Bibliographie

Cleuziou, S, Tosi M. (eds). 2007 In the shadow of the ancestors: the prehistoric foundations of the early Arabian civilisation in oman. muscat, Ministry of heritage and culture, 334 p.

Guillot, H., Guy, H. 1996 L’Utilisation d’un système d’information géographique (SIG) pour l’étude d’une sépulture collective. L’exemple de St Sauveur. In : Internéo 1 : 103-112.

Leroi-Gourhan, A., Bailloud, G. & Brézillon, M. 1963 L’Hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne). Gallia Préhistoire 5 : 23-133

Masset, C. 1993 Les Dolmens. Société néolithique et pratiques funéraires. Les sépultures collectives d’Europe occidentale. Paris : Errance : 180 p.

Munoz, O., Guy, H. 2007 Tomb 1 at Ra’s Al-Jinz RJ-1 and its associated bone pits. In Cleuziou, S. & Tosi

M. (Eds). In the shadow of the ancestors: the prehistoric foundations of the early Arabian civilisation in Oman. muscat, Ministry of heritage and culture: 133-136

Haut de page

Table des illustrations

URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5069/img-1.png
Fichier image/png, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Masset, « Retour sur « Construction et destruction des monuments mégalithiques » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 450-452.

Référence électronique

Claude Masset, « Retour sur « Construction et destruction des monuments mégalithiques » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/5069

Haut de page

Auteur

Claude Masset

clmasset@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page