Navigation – Plan du site
VIII. ARTEFACTS MODERNES, ET APRÈS ?

Le savoir-prendre

Enquête sur l’estimation des objets
The know-how of appraising. Research on the valuation of objects
Christian Bessy et Francis Chateauraynaud
p. 689-711

Résumés

Les objets créent souvent des incertitudes sur les propriétés pertinentes qui en déterminent la valeur sur différents marchés. L’observation du travail de commissaires-priseurs permet d’expliciter les contraintes d’une estimation réussie. L’estimation et, plus généralement l’expertise d’un objet, repose sur la recherche des prises qui assurent l’articulation entre la perception de ses propriétés matérielles et l’évaluation de ses qualités par référence à un espace de circulation. Les procédés de construction des prises sont particulièrement visibles lorsque la question de l’authenticité des objets est posée dans la situation. L’analyse d’une série de cas exemplaires permet d’esquisser un modèle d’apprentissage orienté sur la fabrication des prises communes qui soutiennent l’accord entre les différents protagonistes (experts et profanes, vendeurs et acheteurs, etc.).

Haut de page

Notes de la rédaction

in Techniques et culture 20, 1992 : 105-134

Texte intégral

1Lorsqu’il s’agit d’estimer des objets, on doit bien souvent faire face à des incertitudes, des doutes ou des inquiétudes sur les propriétés pertinentes qui en déterminent la valeur. Dans quelle mesure le recours à des professionnels tels que des commissaires-priseurs permet-il de réduire l’incertitude sur ces propriétés ? L’observation d’inte­ractions orientées vers l’évaluation d’objets permet d’expliciter les conditions d’une estimation réussie et, plus généralement, de la suppression du doute sur les propriétés d’un objet. En effet, le commissaire-priseur n’assure pas seulement une fonction d’en­registrement des offres et des demandes mais contribue à définir, par sa position clé, celle d’un pivot, la nature et les qualités des objets qui lui sont présentés. Le travail d’estimation, sanctionné ou non par la mise en vente, suppose de passer par le corps de l’objet, d’avoir prise sur lui, de repérer ce à quoi il donne prise, afin de trouver l’uni­vers dans lequel il peut circuler. C’est à cette condition que, dans le cas d’un marché, l’objet peut faire équivalence, les vendeurs et les acheteurs potentiels disposant ainsi d’une définition commune. Mais, à la notion de « définition » qui semble tout faire reposer sur une question de catégories, nous préférons celle de « prise » qui désigne précisément la rencontre entre un jeu de catégories et des propriétés matérielles, identifiables par les sens (supposés) communs ou par des instruments d’objectivation. C’est à partir des prises communes qu’il fournit aux personnes qu’un objet peut cir­culer sans déformation dans un univers en traçant ce que nous appelons un « espace de circulation » (marché des antiquités, famille, réseau de collectionneurs, etc.). Les exemples qui suivent permettent de montrer comment un changement d’espace de circulation s’accompagne d’un changement des prises pertinentes.

  • 1 Drouot-Estimations produit, chaque jour, plus d’une centaine d’estimations gratuites. On a suivi au (...)

2Le dispositif d’observation a consisté à suivre les opérations par lesquelles un commissaire-priseur établit verbalement, dans le cadre d’une procédure d’évaluation gra­tuite, ouverte à tout public, la valeur des objets qui lui sont directement présentés1. La position d’observation est assurée par la présence auprès du commissaire-priseur et la participation, plutôt passive, aux échanges verbaux et à l’examen clinique des objets. L’estimation, qui s’effectue parfois à partir de simples photographies, plus rarement lors de déplacements à domicile - ce qui engage une facturation -, n’est pas toujours reliée à une perspective de vente aux enchères.

3La routine du travail d’estimation, c’est avant tout un défilé permanent d’objets de toutes sortes qui, à peine sortis de leur emballage, sont rapportés à des catégories très générales. Le prix annoncé fonctionne très souvent comme une catégorie de codage économique - au double sens -, dans la mesure où il a pour propriété de résumer le jugement. La grande majorité des séquences donne une forte impression d’évidence : il n’y a aucune mise en discussion de l’état des objets ou de la compétence des personnes en présence. Il se passe pourtant énormément de choses dans ces quelques minutes de tension autour des objets. À défaut d’avoir pu, dans cette première phase d’enquête, enregistrer par la vidéo les processus d’évaluation, nous pouvons en saisir les ressources, qui restent à l’état implicite dans les séquences routinières, en se concentrant sur les moments d’embarras ou d’hésitation. Les séquences décrites dans ce texte ont en com­mun de produire un grossissement de procédures difficilement accessibles à l’œil nu et, pour ainsi dire, d’allonger ou de ralentir le cours de l’action. La variation des situations et des objets estimés nous permet d’explorer la panoplie des ressources de ce que l’on peut appeler le savoir prendre.

4Trois façons d’entrer dans les séquences d’estimation ont été retenues. On met d’abord l’accent sur la nature de l’épreuve engagée par les protagonistes : s’agit-il réellement de mettre en vente un objet ? Puis on s’intéresse à la façon dont les personnes et les objets peuvent changer de qualification au cours de l’interaction. On se centre ensuite sur les modalités de l’expertise proprement dite et sur le degré de maintien de l’incertitude au moment de l’arrêt des investigations.

Variations autour d’un dispositif d’estimation

5A priori, lorsque l’on vient faire estimer, il s’agit d’abord de trouver un marché pour ses objets. Mais les attentes des personnes sont diverses : si l’on vient très souvent pour vendre, on vient aussi pour connaître les objets ou pour les redistribuer de manière équitable au sein de l’univers familial.

Une bague troublante

Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale

6La séquence suivante est typique d’une quête de circulation marchande - puisqu’il s’agit pour la propriétaire d’une bague de la remettre en vente après l’avoir achetée à Drouot. Mais on ne retourne pas aussi facilement au marché : il y a une série d’épreuves intermédiaires imposées par l’objet, une forme de contrôle technique minimum.

7Cette scène se construit immédiatement en référence à la vente publique. L’examen précis de la bague ne se fait qu’après coup, sous la pression de la dame qui attire l’attention du commissaire-priseur sur le rubis. Bien que peu spécialisé dans ce genre de pierre, il remarque un défaut de couleur par rapport au rouge traditionnel du rubis qu’il frotte à plusieurs reprises sur sa cravate avec le plus grand naturel. En vain. Le rubis ne retrouve pas le rouge de corindon. Mais la dame reconnaît le geste comme adéquat : il est fondé sur le caractère trouble de la pierre. Essayant constamment de l’astiquer pour lui donner de l’éclat, la dame a fini par renoncer : le défaut est là comme une marque indélébile. Pour se libérer du trouble suscité par la pierre, elle décide de revendre en espérant que cela passera inaperçu. Mais peut-elle en même temps considérer que sa valeur n’en est pas affectée ? Selon elle, la remise en circulation de la bague doit s’accompagner d’une valorisation au moins équivalente à la situation d’acquisition précédente. Or, elle manifeste une attente d’objectivité qui n’a pour fondement que son propre désir dans la situation antérieure : c’est elle-même qui a fixé le prix en acquérant la bague. Du même coup, sa requête paraît incongrue au commissaire-priseur qui s’appuie, dans un premier temps, sur la rétractation de l’acquéreur dont le désir a changé. La seule façon de tomber d’accord réside alors dans la reconnaissance de la mauvaise qualité de l’objet, ce qui rejaillit sur la propriétaire qui doit admettre qu’elle a fait une bien mauvaise affaire.

8Mais, on observe des situations inverses où une personne qui s’éprend d’un objet rejeté par les autres fait une bonne affaire puisqu’elle satisfait son désir à un prix défiant toute concurrence. Cette configuration contribue bien souvent à la naissance des collections où les objets rassemblés n’ont au départ que peu de valeur marchande et finissent par en prendre du fait de leur rassemblement.

Un bronze douteux suivi d’un ivoire en fume-cigarette

9Dans le cas précédent les personnes appréhendent l’objet en bout de course pour faire face à l’incomplétude du raisonnement marchand. D’autres situations s’organisent, symétriquement, à partir d’un travail préalable d’identification de l’objet : les personnes cherchent d’abord à (re)connaître l’objet par un ensemble de marques, d’indices, de formules descriptives.

Statuettes en bronze creux d’après Clodion

Statuettes en bronze creux d’après Clodion

© Expertissim.com

Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale

© Expertissim.com

10Ici l’interaction passe plus directement par le corps de l’objet, c’est-à-dire par sa manipulation, par la recherche des prises qu’il donne à l’évaluateur. Le maintien d’une incertitude sur l’origine du bronze est lié à l’attente créée par la présence de la signature qui impose une qualification à laquelle l’objet semble se dérober : l’absence de marque de fabrique et la référence à une qualité d’exécution douteuse perturbent le jeu de qualifica­tions de l’expert. L’histoire de l’objet est dès lors problématique pour les protagonistes. Ils la prennent cependant par des bouts bien différents : alors que le commissaire-priseur s’interroge sur l’origine au sens de lieu de fabrication, le visiteur introduit le lieu de sa propre découverte (sa maison de campagne). De fait, la référence au prix n’occupe pas le centre de l’interaction et reste subordonnée à une opération d’authentification que ne peut assumer le commissaire-priseur. Le recours à l’expression « il n’est pas bien beau », que l’on relève fréquemment dans les énoncés d’estimation, ne saurait être analysé comme l’engagement d’un registre esthétique autonome. De telles expressions (« il est beau », « pas assez beau », « pas terrible », « je le trouve laid ») changent de sens selon qu’elles visent à renforcer une conviction sur la bonne qualification (« pas assez beau pour un X »), manifestent un jugement personnel détaché de l’évaluation (« c’est beau mais mal­heureusement ça ne vaut rien actuellement »), ou font référence à l’état de conservation et à une estimation des chances de trouver un acquéreur (notamment dans les cas où la pièce est abîmée et où une réparation de fortune en a gâché la tenue).

11Le fume-cigarette montre pour sa part que l’asymétrie des compétences dans l’iden­tification et la manipulation des objets joue dans les deux sens puisque le professionnel n’a pas su prendre l’objet ignorant précisément sa nature, bien qu’il soit capable d’en identifier la matière (ivoire).

Une drôle de chimère

12Qu’est-ce qu’un objet qui se tient ? La séquence suivante constitue, de ce point de vue, un cas limite dans lequel le dispositif Drouot, le comportement du visiteur et la nature de l’objet se trouvent potentiellement mis en cause. Une telle situation est propre à révéler certaines des conditions de possibilité de la situation d’évaluation.

13La personne vient pour comprendre son objet, pour en saisir la nature et non pour le mettre en vente publique. C’est alors qu’émerge un différend sur la compositionnalité de l’objet, la dame soutenant l’homogénéité des deux pièces, le commissaire-priseur leur hétérogénéité, leur caractère composite. Ce dernier relève les bizarreries de l’assemblage proposé par son interlocutrice : « le socle n’a pas d’emplacement suffisant »... « la base est trop importante pour l’objet »... « deux objets de style complètement différents ». Le désac­cord sur la façon de positionner la chimère débouche sur la question du degré d’achèvement de l’objet. À l’argument avancé par le commissaire-priseur : « on ne fabrique pas un objet en montrant l’intérieur », la dame oppose l’idée que la chimère n’a pas été finie ou qu’elle a été conçue pour mettre quelque chose dedans.

14Le travail de déconstruction des prises constituées par la personne est radical, ce qui peut expliquer le caractère parfois virulent des échanges. Cependant au lieu de conclure à une totale absence de discernement de la dame, préférons l’idée d’une différence d’ap­préhension de l’objet, le commissaire-priseur se situant spontanément dans une amorce dobjectivation, la dame déclarant son amour et ne cachant pas qu’elle est dans un rapport d’emprise avec la créature en question.

15On pourrait considérer que cette scène est incongrue vis-à-vis du dispositif. Mais ce serait épouser le point de vue du commissaire-priseur : le cas ne fait que pousser à la limite (au moins dans notre corpus) une attitude courante des visiteurs qui viennent autant pour comprendre leurs objets, s’assurer de leur nature et de leurs qualités, que pour en connaître la valeur marchande. De ce point de vue, le dispositif lui-même crée une incertitude : présenté comme un lieu de détermination objective de la valeur des objets, s’opposant aux évaluations proposées par les antiquaires et marchands d’art, Drouot-Estimations attire des personnes qui n’ont pas nécessairement l’intention de mettre en vente leurs biens - comme le montrent, par exemple, les problèmes de succession et de partage.

16La scène précédente exacerbe une tension entre deux régimes. Cette tension peut être attribuée au dispositif lui-même puisqu’il consiste à soumettre à un processus d’objecti-vation des êtres avec lesquels on entretient encore un rapport d’emprise : les personnes doivent opérer un détachement vis-à-vis des choses soumises à expertise, ce qui suppose de renoncer à l’attraction des corps (des personnes et des objets) produite par leur histoire commune et d’entrer dans un univers d’évaluation qui engage différemment ces corps (les personnes disent souvent qu’elles voient leur objet différemment après l’épreuve). Dans le cas de la chimère, le maintien du rapport d’emprise par la personne, qui refuse le passage vers l’objectivation (puisque toutes les prises proposées par le commissaire-priseur sont rejetées une à une), crée le caractère insolite et troublant des échanges. On voit ainsi surgir des tensions à chaque fois que des personnes se fixent dans un régime unique et éprouvent d’énormes difficultés à se détacher des choses qu’elles amènent.

© tresor-de-momes

17L’estimation intervient à la suite d’une affaire d’héritage, dont on voit perler quelques éléments litigieux. De fait, la façon d’appréhender le tableau est déjà fortement constituée du côté du visiteur et le commissaire-priseur travaille direc­tement sur les prises qui lui sont fournies, en introduisant cependant quelque incertitude (notamment sur l’authenticité du tableau). Dans la liste des opérations effectuées pour évaluer la capacité du tableau à circuler sur un marché adéquat, on relève, à côté de l’hypothèse de la rétrospective et du conseil de resituer le tableau dans l’œuvre du peintre, la comparaison avec une commode Louis XV qui montre comment le degré de pré-constitution des marchés peut varier considérablement et peser sur la fiabilité de l’estima­tion. Mais la difficulté de la situation tient aussi à la façon dont le tableau a déjà circulé dans la famille puisqu’il porte avec lui la trace d’une dispute ou d’une amorce de dispute sur sa valeur : les personnes éprouvent une incertitude sur l’équité de la distribution du fait de la concurrence entre deux modes d’évaluation très différents du même objet. La situation devient paradoxale dès lors que les protagonistes cherchent une évaluation marchande du tableau pour régler un partage domestique et que cette évaluation marchande reste fortement incertaine ; la possibilité de se faire flouer est constamment présente, ce qui n’est pas le cas avec une commode Louis XV.

Le Vieux Jardinier, Emile Claus, 1885. MAMAC, Liège

Le Vieux Jardinier, Emile Claus, 1885. MAMAC, Liège

18Dans l’ensemble des cas précédents, les protagonistes semblent utiliser tour à tour plusieurs modes d’objectivation :
1. ils partent d’un espace de circulation défini par une qualification générique de l’objet permettant d’avancer un prix (celui qui devrait être normalement activé par le mécanisme concurrentiel de la vente aux enchères) ;
2. ils passent par l’examen du corps de l’objet pour trouver les qualifications défi­nissant son espace de circulation ;
3. ils arbitrent entre plusieurs espaces de circulation possibles.

Comment faire changer d’état simultanément des objets et des personnes

19La recherche des prises est un processus dynamique par lequel émergent simultanément les propriétés pertinentes, pour la situation, des personnes et des objets. Ce processus est d’autant plus visible que des changements d’état se produisent au cours de l’interaction. Ces changements d’état engendrent une redistribution de la connaissance non seulement sur l’objet mais sur les personnes en présence (sur leurs intérêts, leurs compétences, leurs histoires, etc.).

20En dépit de sa rapidité apparente, le changement d’état qui se produit fait surgir deux temporalités différentes dans le doute vis-à-vis des objets : d’un côté, ceux que l’on a pris coutume d’appeler les profanes ont traîné le doute depuis plusieurs années ; de l’autre, le professionnel opère un aller-retour extrêmement rapide de la certitude au doute. Ce n’est donc pas que les uns doutent et l’autre pas, mais plutôt que leurs doutes ne s’ex­priment pas sur le même mode. Dans un cas l’absence de repère stabilisé, de point fixe, crée un doute chronique ; dans l’autre, le doute tourne autour d’un ensemble de repères stabilisés : l’émotion exprimée initialement par le commissaire-priseur laisse très vite la place au doute sur l’authenticité du dessin puis à une quasi-certitude d’être en présence d’un faux. Ce verdict est justifié par l’encadrement, le caractère superficiel de certains traits, un petit décalage de couleur. La mise en évidence de ces indices relève d’un pre­mier examen clinique de l’objet motivé par la connaissance de l’existence de procédés photographiques au XIXe siècle. Mais si tous les recoupements effectués convergent sur l’utilisation de ce procédé, il reste à opérer une véritable autopsie, en ouvrant le cadre pour éprouver le trait du dessin. L’appréciation fait converger les prises matérielles offertes par l’objet et des éléments renvoyant au contexte historique, a priori détachés de l’objet estimé. Les profanes n’ont ici que peu de prise sur leurs dessins ; de leur point de vue, comme ils nous le confirmeront dans un entretien ultérieur, c’est une affaire de loterie.

Portrait de Madame Victor Baltard et sa fille Paule, Jean-Auguste Dominique Ingres, 1836

Portrait de Madame Victor Baltard et sa fille Paule, Jean-Auguste Dominique Ingres, 1836

21Le thème de l’authentification est omniprésent dans le travail d’estimation et peut deve­nir central pour l’orientation de l’objet. Plus la qualification spontanée de l’objet en fait une œuvre importante, plus le doute sur l’authenticité est fort et immédiatement présent dans la situation. Tout se passe comme si amener un objet de valeur à Drouot-Estimations n’allait pas de soi. Le commissaire-priseur utilise en effet son sens ordinaire : les personnes qui viennent le consulter n’ont pas accès aux réseaux de connaisseurs, de marchands et d’experts vers lesquels se dirigent naturellement les propriétaires d’œuvres d’art. L’ouverture de Drouot-Estimations sur un large public a pour effet d’attirer des personnes peu familières des ventes aux enchères et qui connaissent moins bien la valeur des objets qu’elles possèdent tout en étant informées des marques et des noms prestigieux. Mis en demeure de produire un service gratuit, le professionnel doit gérer une tension entre la limitation des coûts d’investigation et une exigence d’expertise approfondie. Mais deux précautions valent mieux qu’une : une estimation trop rapide ou hasardeuse entamerait sa réputation et celle de Drouot-Estimations.

22Le cas des dessins de Ingres entre parfaitement dans le cadre d’une sociologie ou d’une économie classique : l’estimation repose sur une asymétrie des compétences déposée dans le statut du commissaire-priseur supposé savoir la valeur des choses (voir Moulin 1992). Or, cet ordre sur les personnes s’avère néanmoins négociable localement, notamment au niveau des transactions sur les informations disponibles. Le commissaire-priseur agit en généraliste qui fait le passage entre le domaine de compétence spécialisé convoqué par l’objet et les informations livrées pas à pas lors de la consultation (d’où vient l’objet, circonstances de l’acquisition, connaissances sur l’auteur présumé, autres avis déjà entendus, etc.) : le commissaire peut aussi bien faire valoir, d’un côté, une compétence de sens commun, de l’autre, se faire lui-même spécialiste du domaine. Du même coup, la critique peut surgir du côté du visiteur lorsqu’il a la maîtrise d’une partie des informations disponibles et qu’il a effectué un travail préparatoire avant de venir faire estimer ses objets. Il peut en résulter une sorte de conflit des perspectives : d’un côté le regardeur (supposé connaître) fait la valeur des objets qu’il jauge d’un œil impartial ; de l’autre, le travail herméneutique entrepris par les personnes pour faire entrer leurs objets dans des espaces de circulation les plus larges possibles. Le conflit de perspective naît de la séparation des deux opérations nécessaires au travail d’évaluation : partir du corps de l’objet en s’efforçant d’en décliner les prises (de le priser) ; estimer l’état du marché sur la base de la qualification générique de l’objet. Lorsque le visiteur s’accroche à cette qualification générique, le commissaire en est réduit à la défaire à partir du corps de l’objet, ce qui crée une tension très forte.

23Les cas de rejet violent sont éclairants à la fois sur la distribution des compétences et sur l’incertitude qui porte à faire estimer les objets. L’incertitude peut, dans certains cas, être reliée à la façon dont l’art contemporain bouscule constamment les repères utilisés pour apprécier les objets (de Duve 1989 ; Heinich 1992).

Des perles de Majorque - ou ce qu’il faut oser dire à un commissaire-priseur lorsqu’on a l’information et qu’il se trompe

24Pour être symétriques jusqu’au bout, il nous faut décrire un cas de renversement dans lequel c’est le visiteur qui apprend au commissaire-priseur qu’il s’agit d’un faux.

25En croyant identifier un diamant sans attendre que la personne ait fourni quelque prise élémentaire, le commissaire-priseur est conduit à une appréciation erronée. Pour lui faire revoir son appréciation, la dame entraîne son interlocuteur dans un corps à corps avec la chose marquée par une nette hésitation. Le commissaire-priseur est alors mis en demeure de tout reprendre, de retrouver les prises. Pour redéfinir la bonne prise, il passe par le corps de l’objet (« il ne faut jamais condamner un diamant ») et cherche à accorder son expertise à la connaissance introduite par la personne (« si vous me dites que »). L’hésitation l’amène à reformuler la règle de concordance entre le jeu de qualifications utilisé et le corps à corps avec la chose qui préside à la clôture de toute forme d’expertise. Cette règle énoncée, le commissaire-priseur entreprend de défaire l’objet qui, à l’issue de l’épreuve, ne se tient plus : non seulement le faux diamant nuit à la bonne qualification du collier mais le doute s’étend aux perles elles-mêmes. Dans ce processus de requalification, l’intervention de la personne qui introduit l’histoire de l’objet est une ressource majeure pour diriger l’expertise : le fait même de rapporter l’acquisition du diamant à la capacité marchande de l’acquéreur crée une forte présomption qu’il s’agit d’un faux. Sans cette présomption, le professionnel commettait vraisemblablement une erreur de perception qu’il impute après coup à la qualité commune du verre et du diamant qui consiste à laisser passer la lumière.

Collier de perles de Madame Thiers, L’Illustration 1924

Collier de perles de Madame Thiers, L’Illustration 1924

Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale

Les ressources de l’expertise

26L’estimation suppose de croiser un jugement synthétique, global (« c’est un beau tableau ancien », « superbe bronze chinois de la période Han ») et un travail analytique, local et graduel, sur des morceaux de l’objet. Or, un des problèmes des personnes est souvent de s’assurer de l’intégrité de l’objet : mais jusqu’à quel point un détail peut-il faire basculer le jugement ? Les deux exemples suivants montrent qu’il faut parfois très peu de chose, un petit défaut, une sensation étrange pour faire basculer le jugement ou susciter le doute.

27Dans les deux cas, après un passage par un état d’admiration, le commissaire-priseur bascule progressivement vers le doute : le charme de l’objet étant tombé, commencent à poindre des faiblesses qualifiables qui sortent d’un examen minutieux des corps.

28De l’emprise à l’objectivation, il n’y a qu’un pas mais comment en rendre compte ? Comment décrire dans un langage adéquat les allers-retours entre l’enchantement ou le trouble produit par l’objet et l’analyse, la division, la décomposition, la mesure de l’objet ? Comment ce dernier peut-il rester le même quand on passe d’un régime à l’autre ? En centrant l’analyse sur les relations entre les états des personnes et les dispositifs d’épreuve dans lesquels elles se placent, on voit poindre l’importance de ce que Leroi-Gourhan (1965) nommait les facultés sensorielles des personnes. Cela n’est pas sans importance pour une sociologie de l’expertise : les situations décrites montrent que l’on n’a pas d’un côté des profanes soumis à une relation d’emprise (ils ont investi l’objet aurait-on dit il y a encore quelques années) et des professionnels détenteurs d’instruments d’objectivation dont ils ont le monopole. Professionnels et profanes passent simultanément d’un régime à l’autre et un accord réussi repose précisément sur la mise en commun des sensations et des jugements exprimés à travers les façons de prendre l’objet. Ce travail de mise en commun reste nécessaire même en présence d’expertises déjà faites : elles pèsent sur le jugement mais ne lient jamais complètement les protagonistes.

29Face à la question de l’attribution des tableaux anciens, le commissaire-priseur fait toujours preuve de prudence. Ainsi, un simple regard ou une attention passagère ne sufisent pas à cerner l’époque et l’origine du tableau. Seul un examen attentif de la composition, qui va ici jusqu’à la manière de peindre la frondaison des arbres, lui permet de pencher plutôt pour l’école flamande. Cette hypothèse se trouve confirmée par l’avis d’un expert, donné il y a une douzaine d’années : on note la référence à la découverte graduelle du tableau au fur et à mesure du nettoyage entrepris pas l’expert. On relève une fois de plus comment la double expression (celle de l’expert qui va exprimer son avis et celle du tableau qui va littéralement exprimer ses qualités) passe par un contact, par une épreuve matérielle, physique, corporelle, parce que nous avons désigné de façon métaphorique comme du corps à corps.

  • 2 Sur les différentes techniques d’attribution, on peut lire E. Castelnuovo (1990). Pour illustrer l’ (...)

30Si l’attribution s’appuie sur une documentation historique (à cette époque beau­coup de Flamands ont été s’exercer en Italie), elle repose également sur la matérialité de l’œuvre et la façon d’exécuter certains détails2. Cette prise est facilement explicitable et compréhensible par l’ensemble des personnes en présence. De même la référence à la qualité de l’exécution - « ce n’est pas un tableau extraordinaire », « pas d’assez grande qualité », « les pieds sont bizarrement peints » - semble partagée par les visiteurs. Par contre, l’attribution à un peintre de l’entourage de Van Balen laisse le commissaire-priseur sceptique. Ce rapprochement reste beaucoup plus opaque. Si la référence à la frondaison des arbres permet à l’ensemble des membres présents d’avoir prise sur l’œuvre, ce n’est pas le cas de l’influence de Van Balen qui témoigne d’une asymétrie des compétences -tous les interlocuteurs ne peuvent pas entrer dans ce travail interprétatif.

31Les tentatives d’objectivation de la nature du tableau n’abolissent pas la possibilité de trouver un amateur qui puisse se laisser porter par ses rêves et qui relèvera le pari d’une restauration complète. Cette orientation soutenue par le commissaire-priseur est fragile et doit être renforcée par le choix d’un dispositif d’installation adéquat afin de contrebalancer l’état un peu affaibli de la peinture. Faire jouer ensemble plusieurs régimes d’entrées en relation avec le tableau permet de surmonter la tension entre un basculement complet dans ce qui est désigné couramment à Drouot comme de l’ordre du « rêve » (voir plus haut, dans le cas du post-impressionniste belge, comment le rêve est accroché à la possibilité d’une rétrospective qui ferait décoller le peintre) et une quête d’objectivation complète supposant de mobiliser le ou les experts compétents. On retrouve ici un des modes d’expression de ce que nous appelons le régime de compréhension. Ce régime réalise la jonction des façons ordinaires de se laisser porter par les choses, habiter par elles, guider par des états d’émotion, des sensations que la langue ne peut emprisonner une fois pour toutes et les jeux de qualification déposés dans les traditions savantes qui, autonomisées, portent à substituer à l’objet le texte, aux corps les concepts, aux contacts les formules abstraites ou les connaissances pieuses de l’érudit. Rares sont les situations dans lesquelles les protagonistes parviennent à s’installer dans un tel régime, en se laissant guider par l’objet tout en explicitant un certain nombre de repères parfaitement objectivables et, partant, objectifs. Ce régime est pourtant accessible à l’ensemble des protagonistes comme le montre des séquences dans lesquelles des commissaires-priseurs qui se distinguent pourtant par leur souci d’efficacité économique sont subitement arrêtés par un objet.

32Il reste toutes les situations dans lesquelles l’évaluation ne parvient pas à se clore : il manque des prises communes aux personnes pour arrêter l’épreuve, des prises permettant de circuler des énoncés aux objets, des objets aux personnes, des personnes aux énoncés.

  • 3 « Un objet rare, écrit Pomian, a une capacité d’éveiller l’attention, de capter le regard, de stimu (...)

33Une attribution impossible se double généralement d’une profonde singularité, au sens d’une absence d’équivalence (unicité) et du caractère insolite, énigmatique, bizarre, curieux de l’objet. Lorsqu’une épreuve fait surgir un objet curieux, c’est-à-dire un de ces objets qui résistent à l’objectivation, ou si l’on veut, à la mise en équivalence et qui crée une relation d’emprise, il est dès lors impossible de calculer un autre espace de circulation que celui que forment, négativement, les amateurs d’objets curieux3. L’incertitude provient de l’impossibilité d’énoncer ce qui rendrait aimable un tel objet. Dans ce genre de cas, les protagonistes sont à deux doigts de se faire anthropologues des formes symboliques : ils pointent sur la possibilité que l’objet curieux renvoie à une culture, une communauté, à un système de représentation bien particulier.


*

  • 4 Pour une analyse de cette contrainte d’authentifi-cation dans le domaine de l’archéologie, voir Bes (...)

34Lorsqu’elle engage un commissaire-priseur, la réduction de l’incertitude en matière d’évaluation des objets repose sur cinq contraintes majeures : 1) la distance entre l’ap­préhension spontanée de l’objet et les critères utilisés par l’expert est minimale ; 2) la contrainte d’authentification est satisfaite4 ; 3) les protagonistes ont trouvé les bonnes prises par lesquelles se qualifient simultanément les propriétés des objets et les compé­tences des personnes ; 4) les informations déposées dans l’objet peuvent être rapprochées de façon cohérente des informations détenues par les personnes, ce qui permet de passer sans tension de la clinique à l’herméneutique ; 5) il n’y a plus de tension entre l’exigence d’objectivation et les états émotionnels suscités par l’objet.

35Ce jeu de contraintes s’applique-il à d’autres situations d’expertise des objets ? Le dispo­sitif observé compose en effet une configuration bien particulière qui ajoute ses contraintes propres. Le commissaire-priseur n’est pas dans sa position traditionnelle, celle de l’étude. Il intervient ici au titre d’associé, de manière anonyme, et s’adresse à un large public qualifié parfois de « clientèle de masse ». L’estimation gratuite crée une relation de service dont le fondement n’est pas assuré. Du même coup, ce sont les objets qui vont permettre ou non le rapprochement avec la situation d’estimation traditionnelle : en gros, plus les protagonistes s’accordent sur l’importance de l’objet, plus l’interaction tend vers une consultation privée. Mais dans l’ensemble, en l’absence de repère communément partagé sur sa nature, les gens tirent le dispositif un peu dans tous les sens. Or, de notre point de vue, c’est précisément ce flou, ces variations continues sur la nature de l’épreuve qui font émerger les ressources les plus stables du travail d’estimation. On dispose en effet d’une gamme très large de cas de figure, ce qui nous permet plus facilement de généraliser nos observations.

Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale

36On a par exemple cherché à poursuivre l’enquête en observant des moments de tran­saction sur des objets à Emmaùs. En dépit des différences dans les dispositifs, on relève le même caractère décisif de l’appréhension sensorielle des objets. À Emmaùs, on est quasiment face à une situation expérimentale : comme si l’on supprimait artificiellement l’épreuve de qualification des objets, qui, à Drouot, semble prédominante, pour vérifier s’ils peuvent circuler à partir d’une épreuve sensorielle qui ne s’embarrasse pas de formules langagières. Les acquéreurs plongent les objets dans des mondes possibles en mobilisant leurs capacités sensorielles (coup d’œil, toucher, odorat, ouïe). Comme disent les brocanteurs et les récu­pérateurs, c’est de l’ordre de l’instinct. On peut faire les mêmes observations en suivant des antiquaires ou des collectionneurs. Le connaisseur transporte avec lui des collections entières d’objets qui lui sont devenues familières et c’est ce qui lui permet d’apprécier immédiatement des objets, isolés ou noyés dans une masse, de les plonger dans un monde, dans son monde, sans le secours d’autre instrument que son propre dispositif sensoriel.

37Du point de vue des objets, la question générale qui est portée par le dispositif observé est celle des prises qu’ils donnent à un changement d’univers. Les modèles d’orientation des objets dont disposent les commissaires-priseurs sont en nombre réduit :

  • S’appuyer sur un marché au sens courant de la théorie économique : l’objet est immédiatement propulsé dans une relation d’offre et de demande dépassant totalement les personnes en présence, (dans ce cas l’examen clinique et la des­cription de l’objet, on l’a vu, sont très succincts : l’objet est déjà plongé dans un jeu d’équivalences).

  • Un univers qui n’est pas nécessairement pré-construit comme un marché mais qui s’appuie sur les rares collectionneurs, les amateurs qui peuvent se révéler lors de l’exposition ou de l’annonce de l’objet. Au fond, on est ici très proche d’une quête d’amour (le parallèle avec les messageries amoureuses se fait sans difficulté).

  • Entre les deux espaces de circulation précédents, on discerne un niveau inter­médiaire qui se caractérise par tout un travail de construction autour d’un type d’objets : jouets, meubles anciens, bijoux allant de la constitution de catalogues dotés de descriptions et de photographies à des annonces dans les journaux spécialisés. C’est pour qualifier cet espace de circulation que les commissaires-priseurs parlent de « vente spécialisée » par opposition aux « ventes générales ».

  • L’univers des proches de la personne (l’objet doit rester dans son réseau initial puisque c’est là qu’il prend toute sa valeur).

  • Le bibelot, l’objet déchu et sans valeur qui ne peut pas toujours être qualifié comme tel, notamment lorsque les personnes les investissent de ce que les com-missaires-priseurs nomment une « valeur sentimentale ». C’est souvent dans ces situations que la normalité de la personne qui amène l’objet est, sinon en jeu, pour le moins problématique et que le commissaire-priseur doit produire un travail qu’il qualifie lui-même d’ordre « relationnel » ou « psychologique ».

38Les séquences observées recèlent ainsi un haut degré de généralité et permettent d’ac­céder à des processus courants d’appréhension des objets. Cela nous conduit à étendre la démarche à d’autres dispositifs et situations (antiquaires, collectionneurs, récupérateurs, muséologie, archéologie).

39Pour suivre les personnes qui apprennent à se déplacer entre les sens et les arguments, entre les émotions, les contacts, les impressions, et les concepts, les règles, les instruments, il faut renoncer au partage classique entre le subjectif et l’objectif. On ne peut plus partir d’un cadre qui traite les sensations comme des phénomènes contingents et les catégories comme des formes générales, détachées des corps. On a pu observer quelques-uns des fils qui conduisent de la sensation au jugement ou à la qualification vice-versa. L’examen détaillé des situations permet un grossissement des états et des processus intermédiaires qui font passer du niveau du corps à corps à celui des expressions généralisables qui alimentent le savoir commun. De ce point de vue, notre enquête n’est pas sans résonance vis-à-vis des textes de Merleau-Ponty sur la perception (1945) ou de M. Serres sur les Cinq sens (1985). L’observation de ce travail permanent de fabrication des prises qui relient personnes et objets est une entrée décisive pour faire l’anthropologie de ces sens communs par lesquels se transmettent expériences et savoirs.

Haut de page

Bibliographie

Bessy, C., F. Chateauraynaud 1992 Des Troubles occasionnés par les objets — Émotions, sens communs et expertises au contact des choses (ronéo). Centre d’Études de l’Emploi.

Bessy, C., F. Chateauraynaud & P. Lagrange 1993 Une Collection inqualifiable - La controverse archéologique sur l’authenticité de Glozel, Ethnologie Française n° 3.

Castelnuovo, E. 1990 Attribution - Histoire de l’art, Encyclopedia Universalis.

Duve (de), T. 1989 Résonances du readymade. Duchamp entre avant-garde et tradition. Nîmes : J. Chambon.

Ginzburg, C. 1989 Mythes, emblèmes, traces. In Morphologie et histoire. Paris : Flammarion.

Heinich, N. 1992 La Partie de main chaude de l’art contemporain. In J.-O. Majastre & A. Pessin (dir.), Art et contemporanéité. Bruxelles : La lettre volée.

Leroi-Gourhan, A. 1965 Le Geste et la parole. Tome 2, La Mémoire et les rythmes. Paris : Albin Michel.

Merleau-Ponty, M. 1945 Phénoménologie de la perception. Paris : Gallimard.

Moulin, R. 1992 L’Artiste, l’institution et le marché. Paris : Flammarion.

Pomian, K. 1986 Pour une histoire des sémiophores. À propos des vases des Médicis, Le genre humain 14.

Serres, M. 1985 Les Cinq sens. Philosophie des corps mêlés. Paris : Bourin.

Haut de page

Notes

1 Drouot-Estimations produit, chaque jour, plus d’une centaine d’estimations gratuites. On a suivi au total 120 séances d’estimation, en compagnie d’une dizaine de commissaires-priseurs ainsi que le déroulement de trois ventes. Le dispositif qui accroche un pourcentage sur la vente des objets estimés par Drouot incite forte­ment les gens à passer par cette forme d’intermédiaire qui élimine partiellement les incertitudes liées aux relations au cas par cas avec des antiquaires et mar­chands d’art dont l’évaluation est directement associée à leur intérêt marchand. Du côté des antiquaires et brocanteurs, on entend la critique selon laquelle les commissaires-priseurs non seulement ne connais­sent rien aux objets mais brisent le fonctionnement transparent du marché par des stratégies d’alliance avec certains experts et acquéreurs.

2 Sur les différentes techniques d’attribution, on peut lire E. Castelnuovo (1990). Pour illustrer l’importance de l’analyse directe de l’œuvre, l’auteur reprend la thèse de Ginzburg à propos des techniques d’inves­tigation qui reposent sur la recherche d’indices, de traces souvent imperceptibles au premier coup d’œil et qui peuvent révéler la personnalité de l’artiste (voir le célèbre « Mythes, emblèmes, traces », 1989). Pour le cas qui nous intéresse ce n’est pas exactement ce mode d’investigation qui est activé puisque le commissaire-priseur se réfère à des parties du tableau qui, bien que n’étant pas centrales, sont exécutées suivant un schéma général propre à une école et non à un peintre particulier.

3 « Un objet rare, écrit Pomian, a une capacité d’éveiller l’attention, de capter le regard, de stimuler la curio­sité, ce que fait nullement un objet qu’on rencontre à chaque pas » (Pomian 1986).

4 Pour une analyse de cette contrainte d’authentifi-cation dans le domaine de l’archéologie, voir Bessy, Chateauraynaud et Lagrange (1993).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Statuettes en bronze creux d’après Clodion
Crédits © Expertissim.com
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Ndlr : illustrations ajoutées à l’édition originale
Crédits © Expertissim.com
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits © tresor-de-momes
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Le Vieux Jardinier, Emile Claus, 1885. MAMAC, Liège
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Portrait de Madame Victor Baltard et sa fille Paule, Jean-Auguste Dominique Ingres, 1836
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Collier de perles de Madame Thiers, L’Illustration 1924
Légende Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Ndlr : illustration ajoutée à l’édition originale
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/5029/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Bessy et Francis Chateauraynaud, « Le savoir-prendre », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 689-711.

Référence électronique

Christian Bessy et Francis Chateauraynaud, « Le savoir-prendre », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/5029 ; DOI : 10.4000/tc.5029

Haut de page

Auteurs

Christian Bessy

Centre d’Études de l’Emploi, EHESS

Articles du même auteur

Francis Chateauraynaud

Centre d’Études de l’Emploi, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page