Navigation – Plan du site
Penser par cas

Wild Tech

Repenser l’invention avec Charlie Bowers
Emmanuel Grimaud
p. 258-279

Résumé

La conception de machines absurdes ou burlesques a une longue histoire, des inventions excentriques d’un Charlie Bowers (1889-1946) en passant par les circuits à la Rube Goldberg (1883-1970), qui compliquent les chaînes opératoires au lieu de les simplifier aux curieux appareils du chindogu japonais (art de fabriquer des gadgets utiles mais inutilisables). Au-delà de leur effet divertissant, comment saisir leurs vertus critiques ? Que gagne-t-on à les prendre en compte au lieu de les repousser d’emblée aux marges de l’histoire des techniques ? Charlie Bowers, plus connu sous le nom de « M. Bricolo », peut être vu à la fois comme un critique de la société industrielle et un précurseur du Do it Yourself. Il met en scène le devenir souvent dramatique de ses propres inventions, de leur conception à leur implantation. Il nous aidera ici à définir les contours de cette catégorie transgressive qu’on pourrait appeler le « wild tech », par rapport au « low tech » et au « high tech », ce moment où une invention dérive vers une forme-limite d’elle-même, se créolise au point de se rendre méconnaissable ou s’épanouit dans une direction que personne n’aurait pu prévoir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Cinétiques de la « circuitousness »
Machinisme ambulant et inventions de proximité
Ces forces que la technique ignore

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

« Monsieur Bricolo, inventeur », extrait de Many a slip, 1927

Charley Bowers, un génie à redécouvrir © Lobster Films

Lorsqu’il s’agit de rendre compte de l’histoire passionnelle que l’homme entretient avec les techniques, il est difficile de ne pas succomber à une forme d’évolutionnisme minimal. Du silex à l’ordinateur, l’homme ferait nécessairement travailler plus de neurones et entretiendrait un rapport plus complexe à la fois à l’objet lui-même, à la décision et à son environnement. Ceux qui, comme David Edgerton (The Shock of the Old, 2007) dénoncent le caractère illusoire de tels présupposés, faisant l’apologie du « low tech » contre le « high tech », démontrent que l’histoire des techniques ne peut se résumer à une courbe de complexification croissante, car les choix technologiques constituent toujours des exploitations partielles de capacités et certaines sont délaissées, d’autres favorisées. Mais ils n’évitent pas à leur tour le ri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Grimaud, « Wild Tech », Techniques & Culture, 67 | 2017, 258-279.

Référence électronique

Emmanuel Grimaud, « Wild Tech », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/8493 ; DOI : 10.4000/tc.8493

Haut de page

Auteur

Emmanuel Grimaud

Emmanuel Grimaud est anthropologue, chercheur au CNRS (LESC-UMR7186). Ses dernières recherches ont porté sur la robotique et en particulier sur la notion de « vallée de l’étrange », Robots étrangement humains (avec D. Vidal, Gradhiva 2012), Le Jour où les robots mangeront des pommes (Petra 2012). Il a été commissaire de l’exposition Persona, étrangement humain (avec A C.Taylor, T. Dufrene & D. Vidal, Actes Sud 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page