Navigation – Plan du site
Penser par cas

Des microbes à vocation gandhienne dans un digesteur à biogaz

Digestion anaérobie et évolution de la recherche sur la technologie du biogaz
Dhruv Raina et Hoysala N. Chanakya
Traduction de Olivier Morice et Valentine Leÿs
p. 154-175

Résumés

Historiens et philosophes des techniques d’une part, sociologues des techniques de l’autre ont longtemps été aux prises avec la théorisation des mécanismes de l’évolution technique ou avec les déterminants de l’innovation technologique. Cet article tente de saisir à quel moment des technologies jugées obsolètes ou abandonnées sont réintégrées dans le(s) schéma(s) d’un nouveau cycle de développement technologique. Pour ce faire, nous avons étudié l’un des axes de recherche consacré à la fermentation anaérobie et à l’évolution des technologies biogaz à l’Institut Indien des Sciences, Bangalore sur une période de cinquante ans. L’article qui suit dresse une carte des relations entre facteurs endogènes et effets.causes externes, ce qui fait à plusieurs reprises ressortir.résulter la technologie de.comme ce qui a pu être interprété comme l’obsolescence ou la fin d’un cycle de production technologique. La vision d’Edgerton d’une « histoire centrée sur l’utilisation » fournit une rubrique conceptuelle pour un cadre alternatif qui permet de surmonter les limites tirées des distinctions entre high-tech et low-tech, aussi bien qu’entre technologies modernes et traditionnelles. Ce qui a commencé comme une recherche sur la digestion anaérobie à des fins spécifiques évolue ensuite, au gré de divers cheminements aux extensions dentritiques, vers une multiplicité d’utilisations finales et à une diversification des matières sujettes à la digestion anaérobie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le contexte de développement des années 1960 et 1970
Ethnographie du programme biogaz de l’IISc

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Réservoir à biogaz installé en Allemagne au milieu des champs. Cette usine pourrait approvisionner environ 1 000 foyers en électricité et 150 en chaleur.

© UTS Products GmbH, Germany.

Depuis quelque temps déjà, les historiens évoquent la possibilité d’intégrer l’histoire des techniques dans une théorie plus vaste de l’évolution biologique (McClellan & Dorn 1999). Parallèlement, ces vingt dernières années, sont apparues diverses questions interdépendantes, qui mêlent conceptualisation théorique sociale (celle des chercheurs qui travaillent dans les cadres critiques des études du développement) et études critiques des sciences et technologies. Cette question sera traitée plus en détail dans ce qui suit. On notera néanmoins d’emblée que l’un des défis essentiels était de conceptualiser, aisément, la relation entre innovation technologique et développement social. D’un autre côté, un deuxième fondement théorique, plus ancien peut-être, qui a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dhruv Raina et Hoysala N. Chanakya, « Des microbes à vocation gandhienne dans un digesteur à biogaz », Techniques & Culture, 67 | 2017, 154-175.

Référence électronique

Dhruv Raina et Hoysala N. Chanakya, « Des microbes à vocation gandhienne dans un digesteur à biogaz », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/8481 ; DOI : 10.4000/tc.8481

Haut de page

Auteurs

Dhruv Raina

Dhruv Raina est professeur à l’université Jawaharlal-Nehru, New Delhi. Il a étudié la physique à l’Institut Indien de Technologie, Mumbai et a obtenu son doctorat de philosophie des sciences à l’université de Göteborg. Sa recherche s’est centrée sur les politiques et les cultures de la connaissance scientifique en Asie du Sud. Il a codirigé Situating the History of Science : Dialogues with Joseph Needham (1999), Social History of Sciences in Colonial India (2007) avec S. Irfan Habib, et Science between Europe and Asia (2010) avec Feza Gunnergun. Il est co-auteur de Domesticating Modern Science (2004) et la publication de ses travaux inclut Images and Contexts : the Historiography of Science and Modernity (2003) et Needham’s Indian Network (2015).

Hoysala N. Chanakya

Hoysala N. Chanakya est directeur scientifique du Centre des technologies durables à l’Institut Indien des Sciences, Bangalore. Sa recherche porte sur l’évolution des techniques de digestion anaérobie et sur les processus d’économie d’énergie dans les énergies vertes et le recyclage par l’eau. Ses intérêts actuels s’attachent à la réalisation d’un « village en bio-énergie totale », la disparition des décharges urbaines, la réhabilitation d’un lac de ville recyclant des eaux usées, au développement durable des zones rurales. Au long des années, il a ouvert la voie de la planification participative et à l’évaluation des technologies intervenant dans différents contextes ruraux et peri-urbains.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page