Navigation – Plan du site
Penser par cas

Textile électronique

Retour sur dix années d’expérimentation
Jean-Baptiste Labrune
p. 134-149

Résumés

Cet essai photo présente une série de photographies prises sur une durée de dix ans, dans des terrains variés qui furent tous connectés d’une manière ou d’une autre à la naissance du textile électronique DIY (Do It Yourself : « à faire par soi-même »). Ce champ mêle la fabrication traditionnelle low-tech du secteur textile avec les pratiques high-tech de l’électronique. Développés à l’origine dans les années 1980 pour des applications militaires, les textiles électroniques ont été ensuite envisagés comme une riche opportunité pour le secteur commercial au milieu des années 1990. À cette époque, les collaborations entre des entreprises comme Philips ou Levi-Strauss avec des laboratoires de recherche (comme le MIT Medialab aux États-Unis ou des universités de technologie Européennes) ont conduit à la réalisation de nombreux prototypes rapidement suivie par un déluge de brevets et de protection juridique. Cependant, quelques chercheurs comme Rehmi Post à la fin des années 1990 ont partagé en détail ce qui constituera le socle des techniques nécessaires à la transformation de fibres classiques en fils conducteurs de courant ainsi que la manière d’y connecter des composants électroniques standards. Dans le même esprit, et en parallèle du développement des outils de prototypage rapide pour designers et artistes comme la plateforme Arduino, quelques recherches pionnières ont créé et popularisé cette intrigante combinaison d’un matériau souple aux profondes racines historiques avec un substrat électrique certes moderne mais très mystérieux car il est composé d’une cascade de feuillets abstraits, allant de la physique, des mathématiques, en passant par l’électronique et la science informatique. La diffusion de ces technologies est illustrée par ces photographies qui montrent un des premiers prototypes de textile électronique souple prédécesseur de la plateforme qui s’appelle maintenant Lilypad, des exemples tirés d’ateliers créatifs dans des centres d’art et de technologie en Europe et aux États-Unis.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Un dispositif électronique « prend vie » entre les doigts de Leah Buechley en visite dans les ateliers textiles de l’ENSCI.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis : https://www.flickr.com/​photos/​jeanbaptisteparis/​sets.

Comme le montre la nombreuse littérature dans ce domaine (Mc Quaid 2005, Quinn 2010), l’association du textile et de l’électronique est née dans un contexte militaire, pour répondre entre autres aux besoins de performance des vêtements des soldats. Paradoxalement, au même moment, quelques chercheuses et chercheurs ont réfléchi à des applications différentes de ces technologies, axées non pas sur leur efficacité rationnelle mais sur leur potentiel créatif comme le montre le cliché ci-contre d’un des tout premiers circuits pouvant être porté réalisé par Rehmi Post et Maggie Orth  : dans un laboratoire de physique universitaire (MIT CBA) financé par la DARPA (organisme de financement militaire américain), et dans lequel l’argent pub...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Labrune, « Textile électronique », Techniques & Culture, 67 | 2017, 134-149.

Référence électronique

Jean-Baptiste Labrune, « Textile électronique », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/8479 ; DOI : 10.4000/tc.8479

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Labrune

Jean-Baptiste Labrune est chercheur indépendant spécialisé dans l’étude réflexive des processus créatifs. Sa thèse de doctorat ( INRIA / UPS 2007 ) et son postdoc ( MIT Media Lab 2010 ) portaient sur la notion d’exaptation, la manière créative dont les utilisateurs des technologies se « jouent » d’elles et de leurs concepteurs, produisant ainsi des fonctionnalités et contextes d’usages inédits et imprévisibles. http://web.media.mit.edu/~labrune/

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page