Navigation – Plan du site

La mouche et la libellule

De l’anachronisme en anthropologie des techniques
Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin
p. 6-9

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ouverture

Ouverture

« Libellules et insectes volants »

Lambert Lombard, vers 1560, h. 450 mm × l. 315 mm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Soit la libellule et la mouche. Les libellules font partie des plus vieux groupes d’insectes connus, les paléoptères. On en trouve les traces au dévonien et au carbonifère (entre 450 et 290 millions d’années). On peut a minima considérer que des spécimens proches de nos libellules actuelles vivaient au permien, il y a plus de 110 millions d’années, pour connaître depuis une remarquable stabilité. Dotées d’une morphologie archaïque (leurs ailes antérieures et postérieures sont indépendantes), les libellules ont un vol très peu spécialisé, leur permettant de voler sur place ou même en arrière. Performances « low tech » de la libellule.

En comparaison, les mouches, représentantes des diptères les plus fréquentés par les humains, font figure d’espèces « high tech ». Apparues bien plus récemment (il y a 65 millions d’années), avec leurs ailes p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « La mouche et la libellule », Techniques & Culture, 67 | 2017, 6-9.

Référence électronique

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « La mouche et la libellule », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/8463

Haut de page

Auteurs

Pierre-Olivier Dittmar

Articles du même auteur

Yann Philippe Tastevin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page