Navigation – Plan du site
6. Refigurations

Refigurer le monde

La vieille femme salie : ses restes, ses narrations, sa résistance (Morvan xxe-xxie siècles)
Refiguring the world : A Soiled Old Woman and Her Leftovers, Narrations and Resistance (Morvan 20th-21st centuries)
Caroline Darroux
p. 470-493

Résumés

Qu’elle soit concrète ou symbolique, la souillure, dont témoignent certaines vieilles femmes, est le résultat d’une assignation familiale, sociale et historique. Une force de vie particulière leur a fait assumer la place de l’Autre, provoquant un phénomène d’attraction collective. Voir cette vieille femme, la sentir, toucher ses restes, la rencontrer dans son lieu et l’écouter s’inscrit dans l’ordre des expériences initiatiques que la société de progrès ne ritualise plus, mais que le quotidien préserve en réponse à une nécessité intime, mythique et collective. Par miroitements, ces femmes ont incarné les multiples facettes du personnage de la vieille dans la littérature orale. Raconter avec précaution et dans la langue locale la Vieille Femme, dans le Morvan du xxe et du xxie siècles, construit un îlot de résistance au récit dominant, un espace collectif de libération et en même temps un dérivatif permettant d’accepter l’histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Transcription d’enquête
Récit ethnographique
Refiguration

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Huile sur carton, 12 x 20 cm. Branche de fleurs d’églantines. Une déchirure en haut à gauche du dessin sectionne quelques pétales et laisse apparaître une certaine épaisseur du support. Au dos, une écriture manuscrite se devine : « Lettres de [1 mot illisible] reçues par Mademoiselle Margueritte Lépagnol ». J’ai retrouvé cet objet en 2005 au milieu d’une épaisseur de déchets d’environ dix à quinze centimètres qui jonchaient le sol de la maison d’habitation d’Henriette située dans un hameau isolé du Morvan, en Bourgogne. Je ne suis pas parvenue à identifier cette Margueritte. © Collection privée (C. Darroux).

© Collection privée (M. Desmorieux)

« Il n’y a pas une interprétation “correcte” de cette succession d’images. Elle tente de suivre les réflexions d’une vieille femme sur sa vie. Si on lui demandait soudainement : “À quoi pensez-vous ?”, elle inventerait une réponse simple, parce que si l’on prend cette question au sérieux, il devient ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Darroux, C. 2016 « Refigurer le monde. La vieille femme salie : ses restes, ses narrations, sa résistance (Morvan xxe-xxie siècles) », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 470-493.

Référence électronique

Caroline Darroux, « Refigurer le monde », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/8208 ; DOI : 10.4000/tc.8208

Haut de page

Auteur

Caroline Darroux

Caroline Darroux est ethnologue. Elle travaille sur les aspects performatifs des récits oraux, sur la production de récits collectifs selon une approche critique des phénomènes d’émancipation sociale. Elle s’intéresse au renversement des problématiques d’exclusion et d’expression en situation dominée (en collaboration avec le Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne et le labex Item, université de Grenoble-Alpes). Chercheure impliquée dans la société civile, elle est coordinatrice scientifique de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne et accompagne depuis 2014 des démarches de participation citoyenne (Les Ateliers co-citoyens). Ses réflexions la mènent régulièrement vers des démarches qui croisent anthropologie et création artistique en dehors des arènes scientifiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page