Navigation – Plan du site
6. Refigurations

Les ruines des jeux olympiques de Grenoble 1968

Le tremplin de saut à ski de Saint-Nizier-du-Moucherotte et ses fantômes
The Ruins of the 1968 Grenoble Olympics. The Saint-Nizier-du-Moucherotte Ski Jump and its Ghosts
André Suchet
p. 434-447

Résumés

Les friches sont à la fois les restes, les traces et les preuves d’un moment passé. Ce concept dérivé de son sens en agronomie permet de traiter des friches industrielles, portuaires ou minières, mais aussi des friches touristiques et sportives. Partant d’une géographie sociale et culturelle préoccupée des acteurs, des images et des rapports à l’espace (Di Méo & Buléon, 2005) et d’une approche renouvelée du terrain, proche d’une ethno-géographie, croisée aux apports d’une approche historiographique du site, ce travail discute le cas du tremplin de saut à ski des Jeux Olympiques d’hiver 1968 à Grenoble, un site maintenant abandonné. Cette étude de cas met en tension la notion de temporalité, interroge la dimension pratique et symbolique de l’aménagement d’un espace naturel et soulève au final les enjeux politiques, sociaux, économiques, environnementaux et paysagers du rapport entre mémoire et patrimoine.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une impossible reconversion fonctionnelle
Une valeur mémorielle sans patrimonialisation
Conclusion et perspectives

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

L’afficheur de résultat

© André Suchet

Proportionnellement au nombre d’études sur les grandes compétitions sportives, la question de la reconversion des équipements construits à cette occasion reste un parent pauvre de la recherche. Alors que plusieurs centaines d’ouvrages et d’articles portent sur la coupe du monde de football, les grands matchs de tennis ou de baseball et surtout les Jeux Olympiques d’été ou d’hiver, les publications qui traitent du devenir des aménagements construits pour l’un de ces grands moments du sport sont à peine quelques dizaines. De plus, le nombre d’études disponibles est comme inversement proportionnel au niveau d’échelle engagé : les recherches à propos des retombées urbaines assez larges d’une manifestation sont peu nombreuses (voir principalement Augustin 2008, Holt & Ruta 2015, Mangan & Dyreson 2010, Garcia-Ramon & Albet i Mas 2000, Capel 2005), mais celles qui traitent en détail des enjeux de reconversio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suchet, A. 2016 « Les ruines des jeux olympiques de Grenoble 1968. Le tremplin de saut à ski de Saint-Nizier-du-Moucherotte et ses fantômes », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 434-447.

Référence électronique

André Suchet, « Les ruines des jeux olympiques de Grenoble 1968 », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/8176 ; DOI : 10.4000/tc.8176

Haut de page

Auteur

André Suchet

André Suchet est docteur en géographie de l’Institut de géographie alpine, à l’UMR PACTE de l’université de Grenoble, et actuellement post-doctorant CMIRA au Département de Géographie de l’université Rovira i Virgili, dans l’équipe GRATET, à Tarragone en Espagne. Ses recherches portent sur les dynamiques territoriales autour du sport, du tourisme et des loisirs.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page