Navigation – Plan du site
5. Politisations

Les rebuts captivants

Un nouvel ordre bouffon au cœur de la collectivité
Community’s Trash, Ritual Clown’s Treasure: the Transformation of Cast-offs in the Hands of the Ritual Clown
Laure Carbonnel
p. 370-385

Résumés

Les bouffons rituels recomposent certains matériaux laissés de côté pour élaborer leurs parures et leur identité, puis ils réintègrent ces restes recomposés au cœur de la société au cours de leurs déambulations dans les rues et dans les cours des maisons. Ces deux processus bouffons de recomposition et d’exposition ouvrent de nouvelles relations de causalités entre objets, personnes et fonctions, qui leur permettent de se positionner dans la collectivité et d’agir sur elle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La bouffonnerie, une esthétique de l’inutile
Des restes alimentaires ingurgités
Tissus usés et objets cassés exposés dans les parures
Des parures composites et composées
Singularités vs similitudes
Des restes réintroduits au cœur de la société
Une question de contenance
Exposition de la marge
En miroir des personnes marginalisées, le potentiel bouffon

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Saut d’un homme kóróduga chevauchant un cheval en bois

© Jethro Massey

Au Mali , des bouffons rituels (kóródugaw  en bambara) colorent les rues et les cérémonies de leurs parures composites et de leurs comportements simultanément joyeux et déconcertants. Les principaux signes qui permettent de reconnaître ces bouffons, parures, danses et prénoms, sont qualifiés en bambara et par eux-mêmes de kolon, qui signifie usagé, vieux, dans le sens d’inutile . Leurs parures sont confectionnées à partir de vieux habits usés et troués auxquels s’ajoute une multitude de fragments collectés dans leur environnement. Les prénoms qu’ils attribuent aux nouveau-nés intégrés dans la bouffonnerie sont dits sans valeur : « vieux panier » (Sekin kolon), vieux déchet (Nyamakolon ), ou encore « sans honte » (Tietemalo ou Malobali) . Gloutons, les bouffons mélangent tout sans discernement en laissant des traces autour de la bouche. Enfin, l’un de leurs rôles est de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carbonnel, L. 2016 « Les rebuts captivants. Un nouvel ordre bouffon au cœur de la collectivité », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 370-385.

Référence électronique

Laure Carbonnel, « Les rebuts captivants », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/8122 ; DOI : 10.4000/tc.8122

Haut de page

Auteur

Laure Carbonnel

Docteure en anthropologie, associée au LESC (UMR 7186), Laure Carbonnel est post-doctorante au musée du quai Branly (2016-2017). Ses recherches portent sur les pratiques des kóródugaw au Mali et sur les processus de socialité engagés par la forme bouffonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page