Skip to navigation – Site map
5. Politisations

La main invisible a-t-elle le pouce vert ?

Les faux-semblants de « l’écologie industrielle »au xixe siècle
Does the Invisible Hand Have a Green Thumb? The False Pretenses of 19th Century “Industrial Ecology”
Jean-Baptiste Fressoz
p. 324-339

Abstracts

This article proposes a historical critique of industrial ecology by studying its emergence at the beginning of the industrial revolution. At that time, the discourse surrounding recycling was also a form of greenwashing and was used so as to undermine environmental protests. In English political economy recycling sanctified factories by integrating them into the vast chemical clock of nature. In France, industrialists emphasized the congruence between pollution reduction and profits so as to showcase their ability to transform matter without any loss. The repetition of industrial ecology’s promises across two centuries and a global environmental crisis questions the dream of an invisible hand managing materials flows in an optimal way.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Dieu est chimiste
La rupture métabolique
L’équivalence substance-valeur
Les ordures de l’économie politique
La marginalité du recyclage industriel

Text / first lines

Image d’ouverture

Image d’ouverture

© Bibliothèque Nationale de France

Le capitalisme entend dorénavant se nourrir de lui-même. Les élites économiques et politiques rêvent d’une « écologie industrielle », d’une « économie circulaire », d’un capitalisme coprophage se sustentant des résidus de sa seconde nature. Selon la Commission européenne, « l’Europe n’a d’autre choix que d’opérer une transition vers une économie circulaire régénérative  ». Sous des appellations diverses (industrial ecology, industrial symbiosis, circular economy, cradle to cradle, etc.) différentes approches visent à optimiser la circulation de matière dans l’économie afin de minimiser intrants et déchets (pour une présentation d’ensemble, voir Ayres & Ayres 2002, Buclet 2011). Un présupposé central de l’écologie industrielle, surtout dans sa version néolibérale, est que la perte de matière ou d’énergie dans l’environnement représente également une perte financière pour l’entrepreneur. Ce principe d’équival...

Top of page

References

Bibliographical reference

Fressoz, J.-B. 2016 « La main invisible a-t-elle le pouce vert ? Les faux-semblants de “l’écologie industrielle” au xixe siècle », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 324-339.

Electronic reference

Jean-Baptiste Fressoz, « La main invisible a-t-elle le pouce vert ? », Techniques & Culture [Online], 65-66 | 2016, Online since 31 October 2018, connection on 23 November 2017. URL : http://tc.revues.org/8084 ; DOI : 10.4000/tc.8084

Top of page

About the author

Jean-Baptiste Fressoz

Historien des sciences, des techniques et de l’environnement, Jean-Baptiste Fressoz est chargé de recherche au CNRS (Centre Alexandre Koyré). Ses travaux actuels portent sur l’histoire de l’anthropocène et des savoirs climatiques. Il est l’auteur de L’Apocalypse Joyeuse. Une histoire du risque technologique et de L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, parus respectivement au Seuil en 2013 et en 2016.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page