Navigation – Plan du site
5. Politisations

La main invisible a-t-elle le pouce vert ?

Les faux-semblants de « l’écologie industrielle »au xixe siècle
Does the Invisible Hand Have a Green Thumb? The False Pretenses of 19th Century “Industrial Ecology”
Jean-Baptiste Fressoz
p. 324-339

Résumés

Cet article propose une critique historique de l’écologie industrielle en étudiant son émergence au début de la révolution industrielle. Dès cette époque, le discours du recyclage était aussi une forme de greenwashing avant la lettre servant à désamorcer les contestations environnementales. Dans l’économie politique anglaise le recyclage sanctifiait la grande industrie en l’intégrant dans l’horloge chimique de la nature. En France, les industriels insistaient sur la congruence naturelle entre la réduction de la pollution et l’augmentation de leurs profits pour mettre en avant leur capacité à transformer sans perte la matière. L’intérêt d’exhumer l’ancienneté de la promesse d’une écologie industrielle, de souligner sa répétition à deux siècles et une crise environnementale globale d’écart est de questionner le rêve d’une main invisible gérant de manière optimale les flux de matières.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Dieu est chimiste
La rupture métabolique
L’équivalence substance-valeur
Les ordures de l’économie politique
La marginalité du recyclage industriel

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

© Bibliothèque Nationale de France

Le capitalisme entend dorénavant se nourrir de lui-même. Les élites économiques et politiques rêvent d’une « écologie industrielle », d’une « économie circulaire », d’un capitalisme coprophage se sustentant des résidus de sa seconde nature. Selon la Commission européenne, « l’Europe n’a d’autre choix que d’opérer une transition vers une économie circulaire régénérative  ». Sous des appellations diverses (industrial ecology, industrial symbiosis, circular economy, cradle to cradle, etc.) différentes approches visent à optimiser la circulation de matière dans l’économie afin de minimiser intrants et déchets (pour une présentation d’ensemble, voir Ayres & Ayres 2002, Buclet 2011). Un présupposé central de l’écologie industrielle, surtout dans sa version néolibérale, est que la perte de matière ou d’énergie dans l’environnement représente également une perte financière pour l’entrepreneur. Ce principe d’équ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fressoz, J.-B. 2016 « La main invisible a-t-elle le pouce vert ? Les faux-semblants de “l’écologie industrielle” au xixe siècle », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 324-339.

Référence électronique

Jean-Baptiste Fressoz, « La main invisible a-t-elle le pouce vert ? », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://tc.revues.org/8084 ; DOI : 10.4000/tc.8084

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Fressoz

Historien des sciences, des techniques et de l’environnement, Jean-Baptiste Fressoz est chargé de recherche au CNRS (Centre Alexandre Koyré). Ses travaux actuels portent sur l’histoire de l’anthropocène et des savoirs climatiques. Il est l’auteur de L’Apocalypse Joyeuse. Une histoire du risque technologique et de L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, parus respectivement au Seuil en 2013 et en 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page