Navigation – Plan du site
4. Requalifications

Peindre la voix, écrire le déchet

Painting Voice, Writing Waste
Agnès Jeanjean
p. 310-321

Résumés

Les chercheurs en sciences humaines qui ont pour objet les restes n’occupent pas les mêmes places que les travailleurs des déchets vis-à-vis des rebuts, pas plus qu’ils ne partagent les mêmes positions sociales. Toutefois les uns et les autres sont confrontés à des états de la matière et à leurs effets symboliques. Il est des expériences et des questions communes. Dans cet article nous examinons plus particulièrement celles qui concernent l’écriture. Le constat d’une prolifération récente d’écrits sur les déchets nous conduit à nous interroger sur l’existence d’un champ de recherche spécifique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les déchets ne « tricheraient pas »
Mais embourbent ceux qui s’en approchent
Là où le sens vacille
Et l’écriture peine

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Travailleurs des égouts, Rabat, 2001

© Agnès Jeanjean

Les déchets ne « tricheraient pas »

Pour qui s’intéresse aux déchets, il est des citations incontournables. L’ordure y est envisagée comme une voie d’accès à la vérité. Il en va ainsi des passages que Victor Hugo (1862) a consacrés, dans L’intestin du Léviathan, aux égouts ou au tas d’ordure : « L’égout, c’est la conscience de la ville. » Ou encore : « Le tas d’ordure a cela pour lui qu’il n’est pas menteur. » Lacan, quant à lui,  déclarait :

« Pour ce qui est de reconnaître le passage, le pas, la marque, la trace, la paume de l’homme, nous pouvons être tranquilles – là où nous trouvons une accumulation titanesque d’écailles d’huîtres, ça ne peut manifestement être que des hommes qui sont passés par là. Là où il y a une accumulation de déchets en désordre, il y a de l’homme. […] Le tas d’ordure – voilà une des faces qu’il conviendrait de ne pas méconnaître de la dimension humaine. » (Laca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanjean, A. 2016 « Peindre la voix, écrire le déchet », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 310-321.

Référence électronique

Agnès Jeanjean, « Peindre la voix, écrire le déchet », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/8075 ; DOI : 10.4000/tc.8075

Haut de page

Auteur

Agnès Jeanjean

Ethnologue, maîtresse de conférences en ethnologie à l’université de Nice Sophia-Antipolis. Membre du Laboratoire d’anthropologie et de psychologie sociales et cognitives, Agnès Jeanjean propose une anthropologie de la société par ses restes. Ses travaux portent principalement sur les travailleurs des déchets, les habitats de fortune et les transformations contemporaines de l’organisation du travail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page