Navigation – Plan du site
4. Requalifications

La valorisation du rebut

Le recyclage commercial de la fripe en contexte de crise
Repurposing Rags. Commercial Recycling of Second-hand Clothes in Times of Crisis
Sylvie Ayimpam
p. 264-279

Résumés

Longtemps considérée comme vêtements d’occasion destinés aux pauvres, la fripe connaît un renouveau remarquable à Kinshasa. Il se signale par un engouement qui ne concerne plus seulement les vêtements mais aussi les chaussures, le linge de maison, les accessoires de mode, etc. Ce changement semble directement lié à la crise économique durable et à l’appauvrissement des citadins. L’évolution du contexte économique à Kinshasa a métamorphosé ce rebut importé, jadis méprisé, en ressource hautement valorisée qui permet aux citadins de rester élégants malgré la crise. Au fil du temps, la friperie est devenue un commerce prospère dont les réseaux de recyclage au détail se sont complexifiés. Au Grand marché, les transactions sont assez proches de celles observées ailleurs : les ballots sont déballés à l’aube et les transactions commerciales se déploient en trois principales phases que sont le déballage, l’étalage et la vente au réseau personnel du commerçant. Cependant, à Kinshasa, il y a le recyclage commercial de la fripe qui est un processus comprenant la sélection, la classification et la requalification des objets. L’opération est décomposée en plusieurs étapes selon un principe de sélection de la qualité qui aboutit à une « fabrication » différentielle d’une valeur symbolique localement ajoutée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La fripe, l’élégance et le contexte de crise
La commercialisation des fripes au Grand marché de Kinshasa
Le recyclage et la requalification de la fripe
Informel de la fripe « griffée », informel de la sape
Le renouveau de la fripe
Au-delà de la valeur d’usage : une « fabrication » différentielle de la valeur

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

© Sylvie Ayimpam

Cette contribution, consacrée à l’analyse du processus de revalorisation de la fripe dans les réseaux de vente au détail à Kinshasa, s’appuie sur l’observation des modalités concrètes et particulières de son recyclage commercial. « La fripe » désigne toutes sortes de vêtements de seconde main considérés comme rebuts dans les pays riches d’Europe et d’Amérique, qui sont exportés dans les pays Africains où ils sont recyclés commercialement. À Kinshasa, la fripe fut longtemps méprisée et considérée comme un marqueur de pauvreté. Dans cette ville où, depuis l’époque coloniale, un culte est rendu à l’élégance vestimentaire, les citadins accordaient une importance extrême à la qualité du prêt-à-porter. Mais, depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, la fripe connaît un renouveau remarquable, un essor fulgurant, qui se signale par une multiplication des fripiers et par un engouement des citadins pour les articles fripés, qui ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ayimpam, S. 2016, « La valorisation du rebut. Le recyclage commercial de la fripe en contexte de crise », Techniques &Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 264-279.

Référence électronique

Sylvie Ayimpam, « La valorisation du rebut », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 23 août 2017. URL : http://tc.revues.org/8034 ; DOI : 10.4000/tc.8034

Haut de page

Auteur

Sylvie Ayimpam

Socio-anthropologue et docteure en sciences politiques et sociales de l’université catholique de Louvain, Sylvie Ayimpam est chercheure associée à l’Institut des mondes africains (IMAF) à Aix-en-Provence. Elle est actuellement Team leader pour le Congo-Kinshasa dans le cadre du programme « Ethnographic Study on Mobile Money in Africa » de l’African Studies Centre Leiden (Pays-Bas). Ses recherches portent notamment sur les stratégies de survie en milieu populaire urbain, les violences sociales ordinaires, la régulation sociale en contexte de crise, l’informalité en contexte migratoire. Elle a récemment publié Économie de la débrouille à Kinshasa. Informalité, commerce et réseaux sociaux (Karthala, 2014), et a codirigé avec Jacky Bouju Enquêter en terrains difficiles. Objets tabous, lieux dangereux, sujets sensibles (Civilisations 64, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page