Navigation – Plan du site

Requalifier les excédents de la société de consommation dans les organisations à but non lucratif

Non-Profit Reuse Organizations and the Requalification of Consumer Society’s Excesses
Delphine Corteel

Résumés

L’article étudie les organisations à but non lucratif qui récupèrent de vieux objets et les revendent. Les objets-déchets reçus y sont mis en scène et présentés comme des marchandises. Les dispositifs scéniques variés sont « bricolés » à partir d’éléments disponibles dans les mondes du commerce environnants. Mais ces organisations veillent aussi à se démarquer du répertoire du commerce pour manifester leur singularité d’organisations à but non lucratif dotées d’une mission : transformer le regard des sujets sur les objets et développer des pratiques en rupture avec le cycle consommation-destruction. Elles combinent mise en scène et règles de l’échange pour situer leur activité à l’interface entre le commerce et le don et inciter l’acquéreur à poursuivre le travail initié par l’organisation. L’analyse des combinaisons adoptées par trois organisations à Paris, Berlin et New York, montre que les choix de mise en scène et de régulation des transactions peuvent être très différents et leurs effets sur les rapports sociaux contrastés.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Ce n’est pas la nécessité mais son contraire, le “luxe”
qui pose à la matière vivante et à l’homme leurs problèmes fondamentaux. »
Georges Bataille, La Part maudite (avant-propos, 43)

  • 1 En tenant compte du réseau Envie qui récupère et revend de l’électroménager, et du réseau du Relais (...)
  • 2 À l’instar d’Emmaüs, les ressourceries collectent des objets usagers qu’elles « valorisent » et red (...)

Les organisations à but non lucratif dont l’activité principale repose sur la récupération et la requalification d’objets et matières abandonnés par leur propriétaire se sont multipliées ces trente dernières années, en particulier en France. Alors qu’Emmaüs comptait 33 communautés de chiffonniers en 1978 (Brodiez 2008), on en dénombre plus d’une centaine aujourd’hui. Il faut également y ajouter une bonne centaine de structures d’insertion 1, la centaine de ressourceries 2 du réseau éponyme ainsi qu’une myriade d’associations qui ne sont affiliées à aucun réseau et sont, de ce fait, difficilement dénombrables. Elles constituent l’un des maillons du vaste marché de l’occasion qui, loin d’avoir disparu aux xixe et xxe siècles, comme l’ont montré les historiens (Fontaine 2008, Stobart & Van Damme 2010) s’est non seulement perpétué jusqu’à aujourd’hui mais s’est aussi transformé et développé avec l’arrivée de nouveaux biens tels que l’automobile ou les nouveaux moyens de communication comme internet (Julien in Fontaine, op. cit. ; Roustan 2007 ; Van de Walle, Hébel, Siounandan 2012). Le commerce des biens d’occasion constitue aujourd’hui un marché florissant qui, en France, croît plus rapidement que le marché du neuf et ne peut par conséquent être considéré, ni comme anecdotique, ni comme la survivance d’un mode de consommation archaïque (Bauhain-Roux, Guiot 2001 ; Delécrin 2010).

1Toutefois, si l’activité des organisations à but non lucratif ressemble fort à celle des brocanteurs des puces de Saint-Ouen étudiés par Hervé Sciardet (2003) en ce qu’elles travaillent aussi sur « le décalage et le déplacement » des objets (p. 160) en leur faisant traverser « des zones séparées par des frontières juridiques et morales » (p. 190), les organisations étudiées ne sont pas des commerces comme les autres. Organisations à but non lucratif, elles sont les relais et les agents des politiques publiques d’incitation à la réduction des déchets qu’elles ont parfois contribué à élaborer pour les plus anciennes d’entre elles et dont elles tirent une partie significative de leur financement. Ces politiques publiques initiées au début des années 1990 avec les premières incitations au tri des déchets et au recyclage ont pris un tour nouveau avec la directive européenne 2008/98/CE du 19 novembre 2008 qui donne comme objectif à l’Union européenne de « se rapprocher d’une “société du recyclage” visant à éviter la production de déchets et à les réutiliser comme ressources » (préambule, alinéa 28). Dans l’article 4 du premier chapitre, les priorités sont ainsi listées :

« prévention ; préparation en vue du réemploi, recyclage ; autre valorisation, notamment valorisation énergétique ; et élimination ».

2En vue de l’application de cette directive, l’État français s’est engagé dans la mise en œuvre de plans et programmes de prévention des déchets, qui se déclinent au niveau régional et communal et comportent une partie consacrée à la promotion du réemploi. Celle-ci permet, très souvent, de financer l’activité des organisations à but non lucratif spécialisées dans la récupération. Dans ce cadre, les organisations sont soumises à l’obligation de requalifier, en faisant circuler à nouveau, les objets qu’elles reçoivent ou collectent : elles ne peuvent ni ne doivent les jeter qu’en dernière instance.

  • 3 Ce travail de recherche a été réalisé dans le cadre du projet Objet-Déchets-Objets : Recyclage et R (...)
  • 4 Les organisations à but non lucratif œuvrant dans le secteur de la récupération se sont également m (...)
  • 5 En Allemagne, on n’observe pas de constitution d’un réseau spécifique d’organisations à but non luc (...)
  • 6 À la Réserve des Arts, l’enquête s’est déroulée pour l’essentiel entre décembre 2011 et avril 2012 (...)

3À l’occasion d’un terrain sur la récupération mené entre 2011 et 2013 3, je me suis intéressée à ce que deviennent les objets donnés par leurs propriétaires à des organisations à but non lucratif en France, en Allemagne et aux États-Unis. Cette recherche s’appuie sur une enquête exploratoire portant sur une vingtaine d’organisations en France : magasins Emmaüs, ressourceries et associations non affiliées. Le hasard des rencontres m’a permis de conduire une enquête ethnographique approfondie à la Réserve des Arts, une association spécialisée dans la récupération des déchets de l’activité économique au profit du secteur culturel et artistique, basée à Paris. Cette association fondée en 2010 s’inspire de Materials for the arts, une organisation américaine implantée à New York depuis 1978 4. Et cette organisation américaine a également fait école à Berlin où l’on trouve aussi un centre de récupération de matériaux usagés destiné aux créateurs et créatifs : Kunst-Stoffe 5. De proche en proche, j’ai donc conduit des enquêtes dans ces trois organisations, seule à Paris et à Berlin, en collaboration avec Natalie Benelli à New York. Chaque fois, j’ai/nous avons effectué des journées d’observation pendant lesquelles je participais/nous participions aux activités de l’organisation – collectes, rangement, vente, réunions – qui ont été l’occasion de multiples discussions et entretiens informels avec les travailleurs et les « clients » complétés par des entretiens formels réalisés avec les travailleurs. À cela s’ajoutent la consultation et le dépouillement des rapports d’activité 6. Comment font ces organisations pour transformer, à tout prix, les excédents de la société de consommation – objets usagés, voire obsolètes, restes sans valeur et sans usage – en objets valorisables et valorisés ?

4Ce travail s’inscrit dans une ethnographie des échanges, marchands ou non, et des rapports sociaux qui se créent quand les objets changent de main (Debary 2007 ; Hassoun 2005 ; Gabel, Debary, Becker 2011 ; La Pradelle 1996 ; Raulin 1986, 1996 ; Sciardet, op. cit. ; Weber, 2000). Les travaux de nombreux anthropologues ont montré que les objets endossent plusieurs identités (Descola 2007) au cours de leur « vie sociale » et peuvent traverser différents « régimes de valeur » (Appadurai 1986). Dans la lignée des travaux de Georg Simmel, ils soulignent que la valeur des objets est le résultat d’un jugement des sujets sur les objets. Ce jugement n’est ni immuable, ni univoque et peut susciter des controverses. Très souvent, ces travaux négligent la phase de la vie sociale des objets où ceux-ci sont considérés sans valeur, c’est-à-dire comme déchets. Michael Thompson fait figure d’exception et la place au centre de son analyse (1979). Il partage les objets en trois catégories : les objets transitoires (transcient) dont l’espérance de vie est limitée et dont la valeur décroît avec le temps, les objets déchets (rubbish) qui n’ont pas de valeur et les objets durables (durable) dont l’espérance de vie très longue est idéalement illimitée et dont la valeur augmente avec le temps. À rebours des travaux sur les déchets inspirés des schèmes symboliques mis en lumière par Mary Douglas (2001) et structurés en couples d’antonymes – propre/sale, pur/impur, positif/négatif – qui ont tendance à réifier ces oppositions et à proposer des catégories étanches séparées par des barrières infranchissables (Guitard 2014 : 16-21), Thompson propose une analyse dynamique du passage des objets d’une catégorie à l’autre, plus pertinente pour l’analyse des terrains envisagés ici.

5En effet, l’activité de ces organisations se structure autour d’une série de deux transactions articulées par un travail de séparation puis de rangement et de mise en scène des objets signalant une transformation de leur statut. Le premier transfert, faiblement encadré, permet de « détourner des objets du flux des déchets » afin de les capter au profit de l’organisation. Les travailleurs des organisations – qu’ils soient salariés, permanents, en insertion, bénévoles ou payés au noir – réalisent ensuite un travail de valorisation qui vise à donner à ces objets-déchets l’apparence de marchandises désirables. Tant que les objets sont présents dans l’organisation, leur statut reste suspendu entre deux possibles. Comme le souligne Jean-Claude Beaune, la récupération est une hésitation « où l’on vient chercher quelque chose d’incertain mais suspect d’utilité » (1999 : 11). L’incertitude ne peut être levée que si une deuxième transaction a lieu pour laquelle une contrepartie est toujours exigée, signalant ainsi qu’il s’agit bien d’un objet de valeur. Si l’objet est choisi par une personne qui désire l’acquérir, alors sa transformation en objet de valeur est effective et achevée. Si l’objet stagne, prend la poussière, sédimente… il peut retourner à l’état de déchet.

6C’est à l’ethnographie d’espaces liminaires ou en marge que nous convie l’étude de ces organisations. La marge ne doit pas être entendue dans son acception spatiale mais au sens que lui confère Van Gennep et qui renvoie à un état incertain, transitoire, imprécis, une « situation spéciale » où l’on « flotte entre deux mondes » (1981 : 28). Ces organisations maintiennent les restes dans un état de marge tout en les préparant à accéder à un nouveau statut. Commerces à but non lucratif et relais des politiques publiques de réduction des déchets, elles sont elles-mêmes placées dans une position ambiguë. Je présenterai plus en détail cette double équivoque dans les deux prochains paragraphes en commençant par l’ambivalence de la ressource pour aborder ensuite les enjeux de mise en ordre, de mise en scène et de régulation du second transfert par lesquels les organisations présentent les restes comme des objets de valeur et se présentent comme des commerces qui n’en sont pas vraiment. Pour ce faire, je m’appuierai sur l’ensemble des organisations étudiées, outre les trois organisations qui ont fait l’objet d’une enquête approfondie, j’en mentionnerai deux autres : les Ateliers de la Bergerette (Beauvais, première ressourcerie créée en France en 1984) et le Recyclodrôme (une ressourcerie marseillaise également étudiée par Stéphanie Messal dans le cadre de sa thèse).

Les restes : préserver l’ambivalence de la ressource

  • 7 Comme au sens juridique d’ailleurs, puisque la directive européenne du 18 mars 1991 définit ainsi l (...)

Les objets usagés qui entrent dans ces organisations ne passent pas par la catégorie de déchet au sens administratif du terme puisqu’ils n’ont pas à être ramassés puis traités par le service de collecte des ordures. Toutefois, au moment où ils intègrent l’association, les objets n’ont plus ni usage, ni valeur marchande pour celui qui s’en dessaisit et ils pourraient donc entrer dans la catégorie de déchets telle qu’entendue par Thompson 7.

7S’approvisionner en déchets pose divers problèmes, en premier lieu de flux et de volume. La société de production et de consommation de masse produit aussi des masses considérables de déchets. Selon la dernière édition du panorama mondial des déchets, le volume collecté par les municipalités atteint 577 kg par an et par habitant dans l’Union Européenne et 760 aux États-Unis (Chalmin, Gaillochet 2009). Ce n’est donc pas à la rareté de la ressource que sont confrontées les organisations mais au contraire à son extraordinaire abondance. Comment circonscrire le flux de déchets entrants ? Comment éviter d’être submergés par les déchets ? Les organisations étudiées répondent de diverses façons à ces questions en délimitant le plus souvent un territoire d’approvisionnement – une commune ou un quartier – mais aussi parfois un type d’objets – les jouets – ou encore un type de clientèle – les créateurs, les artistes.

8Cependant, la catégorie générale de déchets masque mal des distinctions qui font sens pour les professionnels. Ils ne collectent pas n’importe quels déchets. Et toutes les organisations établissent une liste des objets-déchets refusés ainsi que des critères de refus : trop sales, trop usés ou trop abîmés, trop volumineux ou dont les matériaux de fabrication laissent penser que leur espérance de vie est très courte, objets-déchets pour lesquels il n’existe actuellement aucune filière de recyclage, déchets considérés par la loi comme dangereux et nécessitant un traitement particulier et coûteux, pour les plus courants. En effet, les professionnels cherchent à capter ces déchets qui n’en sont pas vraiment, ces objets dont la poubelle ou la déchetterie ne serait pas la bonne destination :

des « objets de peu. De peu de vie. D’encore trop de vie pour être congédiés de tout avenir et envoyés aux poubelles sans réutilisation. Le presque-plus-rien est l’occasion de quelque chose. » (Debary, Tellier 2004 : 119).

9Les organisations recherchent des objets ambivalents, des objets-déchets ou des déchets-objets qui ont encore une valeur que les organisations peuvent et savent mettre en évidence. Dans la suite du texte, pour respecter cette ambiguïté, ce flottement entre deux mondes, j’utiliserai les termes restes, rebuts ou l’expression objets-déchets.

10Le cadre rituel et matériel grâce auquel les objets-déchets changent de main pour atterrir dans les organisations à but non lucratif entretient volontairement le flou sur ce qui circule : ni vraiment déchets, ni vraiment objets de valeur. D’ailleurs, toutes les organisations proposent différentes formes possibles de transfert. Soit les anciens propriétaires apportent les restes dont ils souhaitent se défaire au profit de l’organisation, ils peuvent aussi les envoyer ou les faire déposer, soit les organisations les collectent, le plus souvent gratuitement. Quelle que soit l’option choisie, le transfert s’effectue rapidement. En général, les restes sont rassemblés dans un contenant, sac ou carton, qui facilite leur transport et ne permet pas d’en examiner le contenu en détail. Parfois même, propriétaires et travailleurs des organisations ne se rencontrent pas quand les objets-déchets sont déposés dans des containers ou à la porte de l’organisation en dehors des horaires de travail. Le premier transfert s’apparente le plus souvent à un « aban-don » : les objets usagés sont confiés à l’organisation aucune contrepartie. Aucune trace n’est enregistrée, ni du transfert, ni du propriétaire.

« Objets au passé non identifié, atterris là par un processus de don, sans que l’on sache pourquoi leur propriétaire a choisi de s’en défaire » (2014 : 18) écrit à leur sujet Lise Benincà lors d’une résidence chez Emmaüs.

11L’aban-don permet aux travailleurs des organisations de voir et de dire les objets-déchets qui intègrent l’organisation comme des « trouvailles » et des « surprises ». Les séances de déballage sont des moments de discussions animées sur les objets, d’exclamation et d’émotion où chacun commente ses découvertes. Mais il arrive aussi qu’on fasse de mauvaises rencontres, ce que certains interlocuteurs appellent pudiquement « les paquets cachés »…

12Ces situations problématiques renvoient à l’ambiguïté du don mise en lumière par Marcel Mauss, notamment lorsqu’il rappelle le double sens du mot « gift » dans les langues anglo-saxonnes : don d’une part, poison de l’autre (2007 : 216), que l’on retrouve en français dans l’expression « cadeau empoisonné » et que les acteurs expriment ainsi :

« don et débarras, c’est un peu lié. » (Ateliers de la Bergerette, 28 février 2013 ; voir aussi, Messal 2014 : 25, 195).

13Volontairement ou non, certains donateurs entendent se débarrasser, au bénéfice des organisations à but non lucratif, de déchets dont personne d’autre ne voudrait. Les listes d’objets-déchets refusés annoncées par téléphone ou placardées dans l’organisation servent de garde-fous. Mais les professionnels veillent à ne pas « perdre la bonne volonté » (MFTA, entretien du 28 mars 2013) et évitent d’offenser le donateur qui, parfois, pense sincèrement se dessaisir d’un objet qui peut encore avoir de la valeur. Toutes les organisations élaborent des stratégies pour refuser les transferts empoisonnés ou problématiques sans en avoir l’air, en proposant des mises en relation directe avec des personnes qui pourraient être intéressées ou en orientant le donateur potentiel vers d’autres associations. Elles acceptent aussi souvent une part d’objets-déchets difficilement valorisables au milieu de restes dont elles pensent qu’ils trouveront facilement acquéreur. Les critères de refus sont ainsi réexaminés à la marge à chaque nouvel arrivage. Le faible encadrement du transfert visant à préserver l’ambivalence du statut de ce qui circule facilite l’apparition de ces situations problématiques mais permet aussi de ménager des marges de manœuvre sur les approvisionnements, d’autant que les organisations se plaisent à dire qu’elles ne savent pas exactement ce qui peut partir. Cette rhétorique de l’étonnement constitue l’un des éléments d’une mise en mots qui accompagne la mise en scène des objets dans l’espace de l’organisation.

Le travail de valorisation : mettre en ordre, mettre en scène, réguler l’échange

  • 8 À propos des amoncellements de déchets et de la puissance du « tas d’ordures » : voir Guitard, op. (...)

Quand les objets-déchets intègrent l’organisation ils se présentent en une « grande masse de choses » (Recyclodrôme, Réserve des Arts), un « tas » (Ateliers de la Bergerette) : la logique ayant présidé à leur rapprochement et à leur rassemblement dans une phase antérieure n’est plus perceptible. Dans ce contexte, les caractéristiques de leur identité singulière – matériaux, forme, usage – deviennent difficiles à distinguer. Les objets semblent se fondre dans un mélange hétéroclite et s’effacent à l’intérieur du tas 8. Le tas, signe de désordre et d’envahissement, qui entraîne l’organisation sur la voie du dépotoir ne peut rester tel quel trop longtemps. Le travail de valorisation passe par la résorption du tas au moyen de l’extraction des objets et de leur séparation afin de les re-singulariser puis de leur attribuer une nouvelle identité en les agrégeant dans de nouveaux ensembles.

14Dans les différentes organisations considérées, le nouvel ordre des objets repose sur un système de classement dont les catégories peuvent se construire à partir des matériaux de fabrication (papier, carton, bois, plastique…), de l’usage possible des objets (mercerie, meubles, objets de déco, luminaires…), ou encore de leur taille (gros, moyen, petit) voire de leur couleur. Ces différents principes ne sont pas exclusifs mais peuvent être associés les uns aux autres. Ces repères sont souvent empruntés aux commerces de première main d’objets approchants : magasins de bricolage, de loisirs créatifs, de décoration ou d’ameublement… Au cours du travail de valorisation, le mode d’appréhension des objets rejoint le modèle de la prise élaboré par Bessy et Chateauraynaud (1995) dans leur ouvrage consacré aux processus d’évaluation et d’authentification des objets. En bons experts, les travailleurs des organisations à but non lucratif combinent deux formes d’évaluation : ils s’appuient à la fois sur un ensemble de repères cognitifs stabilisés qui offrent des repères objectifs, mais aussi sur une approche sensible des objets. L’approche sensible est nécessaire pour permettre de classer un objet particulier dans la bonne catégorie. Regarder attentivement, toucher ou sentir les matières sont souvent des passages obligés permettant d’identifier avec précision à quel type de tissu ou de cuir on a affaire. Il faut également manipuler les artefacts comme les matières pour identifier le degré d’usure ou les points de faiblesses, autant de traces inscrites dans les plis de l’objet à partir desquelles celui-ci va être orienté vers telle ou telle catégorie. Les conditions matérielles dans lesquelles s’effectue cette étape de travail, en particulier les contraintes en termes d’espace et de temps de travail disponibles conduisent à un examen rapide des objets. Avec l’expérience, le système des catégories se stabilise, orientant alors à son tour l’activité et permettant un moindre effort cognitif et perceptif. Il comprend en général une dizaine de grandes « familles » d’objets qui peuvent ensuite se diviser elles-mêmes en plusieurs sous-catégories. À l’intérieur de ce système de classement, chaque organisation conçoit une ou deux catégories suffisamment floues – décoration, artefacts ou insolite par exemple. Les objets qui ne trouvent pas de place au sein des autres catégories plus précises peuvent y être rangés, ce qui permet de fixer le système de classement tout en respectant la grande variété possible de l’approvisionnement. Divers appuis matériels et techniques plus ou moins sophistiqués outillent l’activité : contenants, chariots, outils divers permettent de transporter les rebuts, de les nettoyer ou de les arranger ; catalogues, revues professionnelles, accès à internet permettent de les identifier ; indications, panneaux, étiquettes aident à les ranger au bon endroit. Surtout, les règles et les manières de faire se transmettent par l’expérience et la pratique de l’activité en commun.

15La mise en ordre qui éloigne le spectre du déchet est aussi fondamentalement une mise en scène qui permet de réenchanter ces quasi-déchets. Par « un certain nombre d’artifices de présentation » (La Pradelle, op. cit. : 187), les objets sont présentés comme des marchandises – c’est-à-dire des objets de valeur – et leur échange comme un échange marchand. Les commerces de première et de seconde main, les brocantes et les supermarchés sont autant de sources auxquelles puiser des éléments de mise en scène qui fonctionnent ensuite comme des repères largement partagés de la présentation des objets comme objets de valeur. Les organisations « bricolent » des dispositifs scéniques assez variés à partir d’éléments disponibles dans les mondes du commerce environnants. La touche finale et décisive de la mise en valeur réside dans l’élaboration du cadre matériel et rituel de l’échange permettant l’acquisition des objets par un nouveau propriétaire. Lors de ce second transfert, une contrepartie – monétaire ou non – est systématiquement exigée. Les règles qui régissent son versement sont clairement énoncées, voire écrites ou encadrées par un contrat. Elles ne laissent planer aucun doute sur la nature de ce qui circule : il s’agit bien d’objets dotés d’une valeur.

16Cependant, si les organisations étudiées empruntent largement au répertoire du commerce, elles veillent aussi très attentivement à s’en démarquer pour manifester leur singularité d’organisations à but non lucratif dotées d’une mission impulsée par les militants qui y travaillent et/ou par la puissance publique qui consiste à transformer le regard porté par les sujets sur les objets et développer des pratiques en rupture avec le cycle consommation-destruction. Ces organisations essayent de promouvoir un autre rapport aux objets, un rapport plus incarné, plus sensible, fondé sur l’appropriation, le détournement, le bricolage. Acquérir les objets ne suffit pas, encore faut-il en faire quelque chose après et poursuivre ainsi le travail de valorisation entamé. Dans cette exaltation du faire, le jugement ne porte pas sur le résultat, mais sur l’action. Toutes les organisations s’accordent à considérer comme illégitimes les acquisitions d’objets qui viseraient uniquement à enchaîner les transactions gagnantes en déplaçant simplement les objets vers d’autres marchés, sans autre intervention. En revanche, à partir du moment où les acquéreurs transforment l’objet acquis en le réparant, le bricolant ou le détournant, son commerce est légitime même si l’objet est revendu, éventuellement beaucoup plus cher, par la suite. Les organisations étudiées conçoivent leur activité comme une impulsion nécessaire à un moment critique de la trajectoire des objets et combinent les éléments de mise en scène et les règles de l’échange pour situer leur activité à l’interface entre le commerce et le don afin d’inciter l’acquéreur à continuer de tisser le fil du travail initié par l’organisation.

17Cette double équivoque, tant en ce qui concerne les restes suspendus entre déchets et objets de valeur, que le positionnement des organisations entre le commerce et le don, ouvre des possibles pour articuler des registres a priori contradictoires et modifier les agencements ordinaires des échanges et des rapports sociaux qui se créent à cette occasion. Chaque organisation en propose une déclinaison originale. Dans les trois paragraphes qui suivent, je vais décrire les configurations hybrides adoptées par les trois organisations qui ont fait l’objet d’une enquête plus approfondie : Materials for the arts (www.nyc.gov/html/dcla/mfta/html/home/home.shtml), la Réserve des Arts (www.lareservedesarts.org) et Kunst-Stoffe (www.kunst-stoffe-berlin.de). Elles ont l’intérêt d’être très semblables au premier abord puisqu’elles collectent le même genre de rebuts – des objets, mais aussi et surtout des matériaux – et les écoulent, après valorisation, auprès d’une clientèle engagée dans des activités artistiques et créatives. Pourtant, les choix de mise en scène, de régulation des transactions et les rapports sociaux qui en découlent sont extrêmement différents, ce qui se perçoit dès la consultation de leurs sites internet.

Materials for the arts : « it’s like a supermarket, except it’s for free »

18MFTA est un service du département des Affaires culturelles de la Ville de New York et reçoit également des subventions du département de la Propreté. L’organisation fondée en 1978 dispose depuis 2000 d’un vaste local de plus de 3 000 m² au premier étage d’un immeuble du Queens. Les rebuts peuvent être collectés gratuitement par des chauffeurs et des camions de la Ville, déposés dans les locaux, envoyés par transporteur ou inscrits sur la liste des donations directes. Le site internet de l’organisation comporte un onglet dédié aux donateurs sur lequel les différentes formules sont explicitées (http://www.nyc.gov/​html/​dcla/​mfta/​html/​donors/​donors.shtml). On y trouve la liste des déchets refusés ainsi que celle des rebuts les plus recherchés. Les donateurs peuvent bénéficier d’un avantage fiscal proportionnel au montant auto déclaré du don réalisé. Les objets-déchets entrants sont entreposés dans une pièce dédiée à la première phase du travail de valorisation, celle de l’extraction et de la séparation.

Espace de stockage – MFTA

Espace de stockage – MFTA

© Natalie Benelli

19Ils y sont pesés afin de pouvoir ensuite apporter la preuve de la contribution de l’organisation à la réduction du volume des déchets : 600 tonnes ont ainsi été détournées selon le rapport annuel de 2012. Ils sont examinés et affectés à l’une des catégories de l’inventaire géré informatiquement : à côté de l’objet figure le nom du donateur. Cette première phase du travail de valorisation est réalisée par des travailleurs salariés de MFTA.

20Les objets-déchets ainsi inventoriés sont rassemblés par grandes familles dans des bacs empilés sur des chariots placés, dans l’entrepôt (wharehouse), à l’entrée du rayon dans lequel ils doivent être rangés. Chaque rayon est consacré à une « famille » de matériaux – papier, mercerie, tissus, peintures, etc. – indiquée par un panneau.

Entrepôt et rayons – MFTA

Entrepôt et rayons – MFTA

© Natalie Benelli

21Sur chaque niveau des étagères métalliques figurent des étiquettes indiquant à quelle sous-catégorie appartient ce que l’on peut y trouver : pour la catégorie mercerie, par exemple, ruban, fil, boutons, fermetures éclairs, etc. À l’intérieur de chaque sous-catégorie, les restes sont classés par taille et/ou par couleur et rangés dans des bacs en plastique portant mention de la taille et de la couleur.

Mercerie – MFTA

Mercerie – MFTA

© Natalie Benelli

22La mise en rayon est essentiellement confiée à des bénévoles, encadrés par une salariée de MFTA. Cette activité s’inscrit dans des routines organisationnelles outillées par des appuis matériels qui entretiennent la standardisation et allègent la charge cognitive du travail : le bénévole n’a quasiment pas de décision à prendre.

23L’espace est vaste et aéré, des centaines de bacs occupent les dizaines de linéaires, la mise en scène donne une impression d’abondance ordonnée. Une file de caddies en plastique bleu est située à l’entrée, des haut-parleurs diffusent une musique d’ambiance et les travailleurs de l’organisation, lorsqu’ils sont dans l’entrepôt, sont affublés d’un badge où l’on peut lire leur prénom à côté du logo de MFTA. L’entrepôt est accessible au public aux heures d’ouverture dites « shopping hours », deux fois par semaine : le mardi matin et le jeudi après-midi (pour une visite virtuelle de l’entrepôt suivre le lien : https://www.youtube.com/​watch?v=44jltVdIeNQ ).

Caddies à l’entrée – MFTA

Caddies à l’entrée – MFTA

© Nathalie Benelli

24La mise en scène des objets-déchets emprunte au répertoire des supermarchés version discount, emblème s’il en est du monde de la marchandise, et c’est ainsi que l’un des travailleurs présente l’entrepôt : « c’est comme un supermarché ! ». Mais les règles de l’échange s’écartent ostensiblement de l’échange marchand. L’entrepôt de MFTA n’est pas formellement accessible à tous, tant s’en faut. MFTA s’adresse uniquement aux écoles publiques, aux agences gouvernementales, aux associations artistiques – compagnies de théâtre, collectifs d’artistes – et aux services sociaux qui proposent des activités artistiques et peuvent le prouver (http://www.nyc.gov/​html/​dcla/​mfta/​html/​recipients/​recipients.shtml). Chaque bénéficiaire dûment inscrit dispose d’un compte et, pour un même compte, MFTA distingue quatre niveaux d’adhésion en fonction de la position occupée au sein de l’organisation par la personne physique qui se présente. Plus la personne est élevée dans la hiérarchie, plus elle a de latitude dans la gestion du compte. Pour faire du shopping chez MFTA, il faut prendre rendez-vous en donnant les noms des individus qui se présenteront et devront prouver leur identité. Les rendez-vous sont enregistrés sur le programme informatique de gestion des bénéficiaires où retards et absences sont consignés : trois rendez-vous non honorés entraînent une suspension du droit au shopping pendant six mois. Les personnes qui viennent pour la première fois doivent, d’abord, visionner une vidéo qui leur indique ce qu’ils peuvent trouver dans l’entrepôt et la bonne manière de se comporter. Comme l’indique la directrice de l’organisation,

« au début, les enseignants venaient et ils demandaient de la gouache et du papier. Ils avaient accès à tous ces matériaux mais n’avaient aucune idée de ce qu’ils pouvaient faire avec. Ils ont besoin de savoir ce qu’ils peuvent faire avec des boutons, des boîtes, etc. j’ai dû leur apprendre. » (entretien, 28 mars 2013).

25En outre, certaines catégories d’objets, comme le matériel informatique ou électronique, ne sont accessibles qu’à certains niveaux d’adhésion. D’autres catégories, comme les bijoux, ne sont accessibles qu’en quantité limitée. La fondatrice de l’organisation considère les restrictions, la formalisation et la discipline comme des mesures nécessaires :

« les gens sont très cupides (very greedy) dans l’entrepôt. Nous avons dû leur apprendre comment se comporter, leur dire de prendre ce dont ils ont besoin et de se servir de ce qu’ils ont pris. » (entretien, 3 avril 2013)

26On retrouve ce type de jugement moral à propos des personnes qui, lors des ventes de garage étudiées par Gretchen Herrmann, négocient trop âprement au goût des vendeurs et sont alors qualifiées de vulgaires, d’odieuses et de cupides (2003 : 242). Comme le souligne Herrmann,

« dans la culture américaine, la croyance selon laquelle “il faut travailler dur pour réussir” dévalue ceux dont les revenus ne récompensent pas un travail et sont perçus comme cupides, paresseux, feignants et manquant généralement de droiture morale. » (p. 241)

  • 9 La directrice de MFTA souligne le caractère arbitraire de l’auto-évaluation du don par les donateur (...)

27Un peu plus loin, elle indique que ces jugements négatifs sont souvent portés sur les personnes du bas de l’échelle (those of lower standing). Or, les bénéficiaires de MFTA sont précisément des organisations qui s’adressent aux plus défavorisés et leurs comportements sont scrupuleusement encadrés et contrôlés dans l’entrepôt. Le soupçon est d’autant plus fort que les matériaux sont gratuits 9.

28À leur arrivée, les « shoppers » s’annoncent au « check-in desk » où ils sont accueillis avec le sourire – surtout s’ils sont à l’heure – et reçoivent une « shopping list » sur laquelle ils doivent inscrire ce qu’ils placent dans leur caddie. Une fois leur shopping terminé, les bénéficiaires-shoppers doivent présenter leur liste d’achats pour le contrôle au check out.

Shopping – MFTA

Shopping – MFTA

© Materials for the arts

29Un travailleur de MFTA y vérifie que la liste correspond bien au contenu du caddie et qu’ils bénéficient du niveau d’adhésion requis pour emporter les objets sélectionnés. Les données de la liste sont reportées dans le logiciel de gestion de l’entrepôt. Elles permettent de croiser l’identité du donateur, du bénéficiaire et de tracer le parcours des objets. À la fin de leur shopping, les bénéficiaires reçoivent une liste de noms et d’adresses auxquels ils doivent envoyer une lettre de remerciement qui précise le type d’objet acquis et indique qu’ils en ont fait bon usage, contrepartie obligatoire pour pouvoir disposer des objets et surtout revenir se fournir chez MFTA. Les lettres de remerciement sont soigneusement étudiées par MFTA et les lettres trop rapides ou trop imprécises occasionnent à leurs auteurs des rappels à l’ordre qui peuvent conduire à une interdiction d’accès à l’entrepôt d’une durée de six mois en l’absence totale de lettre, voire à une exclusion définitive.

« Les donateurs adorent les lettres de remerciement »

nous a-t-il été répété à plusieurs reprises et par des personnes différentes lors du séjour de recherche chez MFTA.

30Dans une logique toute maussienne, la fondatrice de l’organisation et l’actuelle directrice considèrent que les lettres de remerciement incitent les donateurs à continuer de donner en quantité comme en qualité : seuls les restes en bon état et à fort potentiel de mise en valeur leur permettant de recevoir des courriers gratifiants. Si elles sont nécessaires pour entretenir les dons, les lettres ne suffisent pas et les travailleurs de MFTA entretiennent un vivier de plus de 1 500 donateurs – entreprises ou personnes privées – grâce à un intense travail de communication et de relations publiques auprès des agences gouvernementales, des grandes entreprises, des théâtres, des studios de cinéma ou encore des réseaux professionnels d’artistes, de directeurs artistiques, de décorateurs, etc. De la même manière, l’organisation tente d’élargir son réseau de bénéficiaires en démarchant activement les écoles publiques notamment.

31Malgré l’expérience, la mise en scène marchande de l’entrepôt, les listes d’objets-déchets refusés, l’éducation des bénéficiaires, les lettres de remerciement et les liens avec les donateurs, il arrive que des restes stagnent dans l’entrepôt et ne trouvent pas acquéreur. Que faire, par exemple, de milliers de boutons beiges marrons, de boîtes de CD vides, de montagnes de minuscules chutes de tissus ou de boucles de ceintures dont personne ne semble vouloir ? MFTA met alors ses artistes maison au travail et les charge de concevoir des ateliers créatifs qui seront ensuite proposés aux écoles publiques ou aux centres sociaux.

« Ce cours s’appelle buckle bug (littéralement insecte fabriqué à partir de boucles). Ça a commencé quand nous avons reçu un don de boucles. Nous avions besoin d’en faire quelque chose. En ce moment, nous avons un problème, nous avons trop d’échantillons de tissu et trop d’échantillons de dallage. Il y a plus d’entrées que de sorties. Les gens ne savent pas quoi faire avec. Donc nous sommes en train de concevoir un workshop pour utiliser les échantillons de tissu et de dallage. Pour chaque don important nous apportons une idée. Les gens ne voient pas les échantillons comme des matériaux de valeur. Ça fait partie de notre travail de promouvoir un matériau quand nous avons un problème. Par exemple, nous avons eu un don important d’élastiques en très grande quantité. Nous avons fait des formes géométriques, des bijoux… Nous avons très bien réussi à nous en débarrasser ! » (extrait du carnet de terrain, 1er avril 2013)

32Au cours de l’atelier, les travailleurs de MFTA font preuve d’un enthousiasme exubérant, ne tarissent pas d’éloges sur le talent artistique des enfants et adolescents qui participent aux ateliers, qualifient plusieurs fois les objets réalisés d’œuvres d’art et, à la fin, les photographient un par un sur un fond blanc. La force du verbe et de la mise en scène peine toutefois à magnifier ces objets généralement peu solides, sans usage autre que décoratif, fabriqués à partir des matériaux indésirables, parfois périssables, qui risquent fort de finir assez rapidement au fond d’une poubelle. Comme en témoigne la dernière phrase de l’extrait du carnet de terrain qui fait écho aux propos des travailleurs des ateliers de la Bergerette mentionnés plus haut : MFTA délègue aux participants aux ateliers et aux bénéficiaires le « sale boulot » (Hughes 1996) de jeter les matériaux trop encombrants.

Buckle bugs – atelier pour enfants - MFTA

Buckle bugs – atelier pour enfants - MFTA

© Delphine Corteel

33Chez MFTA, le processus de valorisation des objets-déchets repose donc sur une construction sociale qui allie une mise en scène marchande inspirée du supermarché, une rhétorique artistique qui, par la magie du verbe, tente de transformer la moindre bricole en œuvre d’art et la construction sociale de l’échange comme un don, à la fois moderne (possibilité de défiscalisation) et archaïque (contre-don obligatoire) réaffirmant à chaque étape la valeur de ce qui circule. Mais, comme dans le potlatch étudié par Mauss, le don s’exerce en contexte fortement inégalitaire et, si les uns peuvent dilapider leurs richesses et produire des excédents dont ils se délestent, les autres sont systématiquement en situation de recevoir, ils ne dépensent et ne dissipent que les restes concédés par les premiers. Ils font l’objet d’a priori négatifs et dévalorisants, sont soupçonnés d’avidité et de mauvaises manières et MFTA se charge de leur éducation morale.

La Réserve des Arts : de belles matières réservées à des happy few

  • 10 Depuis la fin de l’enquête, début 2013, l’association s’est beaucoup développée et possède désormai (...)

La Réserve des Arts, fondée en 2010, est l’association la plus jeune. Elle dispose, au moment de l’enquête 10, d’un espace de stockage en banlieue sud en vertu d’un accord informel avec un collectif d’artistes qui lui concède une partie de ses locaux et d’une boutique d’environ 200 m², d’abord dans un sous-sol du 20e arrondissement de Paris, puis en rez-de-chaussée dans le 14e arrondissement. L’association collecte des rebuts de l’activité économique et inscrit ses prestations dans un cadre commercial et réglementaire reposant sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Elle sélectionne soigneusement ses fournisseurs comme les objets-déchets qu’elle collecte. Certaines entreprises fournisseuses appartiennent au secteur du luxe, assurant ainsi à la Réserve un approvisionnement en matériaux de qualité difficilement accessibles sur le marché de la première main si ce n’est à des prix prohibitifs. Pour tenter de contrôler l’incertitude liée au premier transfert, l’association a fait le choix d’établir des contrats de collecte avec des entreprises après un audit de quelques jours. Les entreprises payent le service d’enlèvement des matériaux-déchets par l’association. La Réserve et l’entreprise s’accordent sur une liste de matériaux à collecter et sur la fréquence des collectes. La Réserve met à disposition des entreprises des bacs spéciaux, labellisés Réserve des Arts, dans lesquels les matériaux-déchets à collecter doivent être placés, signalant ainsi qu’ils ne sont pas des déchets comme les autres. Comme chez MFTA, les critères d’acceptation et de refus sont régulièrement renégociés à la marge en cas de propositions imprévues. Les collecteurs, appelés « valoristes », sont recrutés parmi un vivier d’artistes qui ne réussissent pas (encore) à vivre de leur activité artistique et ont besoin d’un revenu d’appoint. Ils travaillent ponctuellement pour l’organisation et sont payés à la journée. L’association cherche des collecteurs ayant les mêmes propriétés sociales que celle des personnes qui viendront se fournir dans sa boutique. Elle fait l’hypothèse que leur formation et/ou activité professionnelle artistique principale façonne leur regard sur les objets-déchets et qu’ils sauront ainsi sélectionner des objets-déchets qui trouveront acquéreur.

34Une fois collectés, les matériaux sont pesés et listés par les « valoristes ». Ils sont ensuite déposés en tas directement dans la boutique et doivent alors être triés et inventoriés très rapidement ou entassés discrètement dans un coin.

Stockage en boutique – la Réserve des Arts

Stockage en boutique – la Réserve des Arts

© Delphine Corteel

35Les emménagements-déménagements successifs, la petite taille de la boutique et l’arrivée régulière de nouveaux fournisseurs et donc de nouvelles catégories d’objets-déchets n’avaient pas encore permis, au moment de l’enquête, que s’installent des routines facilitant le travail de tri et de classement. Dans la boutique, comme dans l’inventaire informatisé, les objets-déchets sont répartis en dix grandes familles, elles-mêmes divisées en sous-catégories selon l’usage, la forme, la taille ou encore la couleur. Mais à chaque nouvel arrivage, il faut réexaminer les sous-catégories et inventer le système de regroupement pertinent qui s’insérera harmonieusement dans l’ensemble déjà présent en boutique. Les bénévoles chargés du tri et du rangement doivent alors prendre toutes sortes de décisions quant au regroupement possible des objets-déchets en vue de leur mise en scène.

36Dans la boutique du 14e arrondissement, les objets-déchets triés et regroupés sont rassemblés dans de petits cartons, tous de la même couleur « naturelle », présentés penchés pour que leur contenu soit bien visible et disposés sur des étagères de bois sombre ou posés sur des tables, en bois également.

Mise en rayon – La réserve des arts

Mise en rayon – La réserve des arts

© Delphine Corteel

37Les bobines de fil sont élégamment rangées par dégradés de couleur.

38La mise en scène très soignée, un peu grunge, beaucoup vintage, sépare bien les groupes d’objets-déchets et les donne à voir, mettant en avant l’éclat des couleurs et la qualité exceptionnelle des matériaux, le cuir notamment. Le nom des fournisseurs n’est jamais prononcé, mais certains sont évoqués, à demi-mot, plus fréquemment que d’autres. Bien que déchets, les matériaux restent auréolés du prestige de leur précédent propriétaire : succession d’un artiste célèbre ou maroquinier de luxe… En l’absence d’indication précise sur la provenance des objets-déchets présents dans la boutique, la notoriété savamment distillée de quelques anciens propriétaires rejaillit sur l’ensemble des restes exposés.

39Chaque ensemble est identifié et nommé sur une étiquette qui en mentionne également le prix. L’estimation du prix est un processus compliqué qui exige la maîtrise des repères et indices permettant d’identifier les matériaux, mais aussi la connaissance de leur prix sur le marché de la première comme de la seconde main. L’association applique ensuite une décote de l’ordre de 30 %. Les tentatives de rationaliser la fixation des prix en affectant automatiquement un prix à un objet au regard de son positionnement dans l’inventaire, permettant ainsi de lier la gestion du stock et des factures achoppent régulièrement et entraînent de longues discussions : telle pièce d’alcantara doit-elle être placée dans la catégorie « grand » et être vendue au mètre ou dans la catégorie « petit » et vendue au kilo ? Comment déplacer dans l’inventaire les restes d’un morceau initialement « grand », devenu petit et vendu au poids ? In fine, tous les objets-déchets sont dotés d’un prix qui achève de les présenter comme des marchandises. Ils peuvent donc être acquis contre une somme d’argent et l’échange donne lieu à l’édition d’une facture. Quand des matériaux stagnent, ils sont d’abord déplacés dans la boutique, puis leur prix est baissé et des ventes promotionnelles sont organisées.

Identification des matériaux et prix

Identification des matériaux et prix

La Réserve des arts

© Delphine Corteel

40Ce sont bien des marchandises, et pas n’importe lesquelles, que l’on peut trouver à la Réserve des Arts. Et ces objets-déchets présentés comme extraordinaires ne sont pas accessibles à n’importe qui. Seuls les artistes qui peuvent faire la preuve de leur appartenance au monde de l’art au moyen d’un document officiel – carte d’étudiant, fiche de salaire, adhésion à une association artistique dûment enregistrée, affiliation à un régime spécifique d’assurance chômage ou de sécurité sociale – sont habilités à payer une cotisation qui leur ouvre le droit à acquérir, contre une somme d’argent, les objets-déchets présentés dans la boutique. Les artistes ne sont pas considérés comme des clients, mais comme les membres d’un petit groupe de privilégiés. Le salarié présent dans la boutique, embauché sous contrat aidé, est artiste également. S’il effectue une activité qui se rapproche en tout point de la vente telle que la décrit la jeune Lissia B. dans son journal d’apprentie vendeuse (Villette 2001), sa fiche de poste le déclare « chargé de relations avec les adhérents ». Il prend soin d’eux, les accueille, leur prodigue des conseils, met parfois de côté certains matériaux très rares pour les membres qui, à sa connaissance, peuvent et savent les utiliser, tel que du matériel de dorure pour la reliure.

41Aux murs de la boutique, pas d’œuvres fabriquées à partir des rebuts, mais une liste intitulée « nos membres sont » où l’on peut lire, entre autres : « graphiste, designer, ébéniste, imprimeur, sculpteur, marionnettiste… ».

Professions des membres

Professions des membres

La Réserve des arts

© Delphine Corteel

42Chacun sait, à la Réserve, que nombre de matériaux acquis ne sont pas utilisés à des fins artistiques mais pour les besoins de « boulots alimentaires », comme les chantiers… mais l’affichage de la profession des membres permet de jeter un voile pudique sur l’usage exact qui est fait des matériaux. En fin d’année, un rapport sur le volume et le type de matériaux collectés puis valorisés, c’est-à-dire vendus, est envoyé aux entreprises fournisseuses. Pour la période 2011-2012, les 8 tonnes collectées ont rapporté 25 000 euros. Comme l’indique l’une d’entre elles, la collaboration avec la Réserve

« offre une deuxième vie à de belles matières et, de manière plus stratégique, on peut parler de déchets de façon plus glamour, de façon artistique » (entretien du 13 avril 2013).

43L’art permet ainsi aux entreprises de communiquer sur les déchets, sans en avoir l’air et la Réserve qui sélectionne strictement les matériaux à l’entrée réussit à jeter très peu, déléguant cette tâche aux entreprises fournisseuses.

44À la Réserve des Arts, le processus de valorisation des objets-déchets s’appuie sur la sélection minutieuse des fournisseurs, dont des fabricants d’articles de luxe permettant l’accès à des matières d’une qualité exceptionnelle. Si leur identité exacte est tue, leur réputation évoquée discrètement et auréolée du mystère du secret se répercute sur l’ensemble des matériaux présents en boutique. À cela s’ajoute une mise en scène très soignée inspirée du commerce haut de gamme (Peretz 1992, 2005) ou du vintage et l’attribution d’un prix. L’accès à ces marchandises exceptionnelles est réservé aux artistes professionnels, non pas clients lambda mais membres d’un club select et exclusif où l’on cultive un entre soi qui se veut élitiste. L’affichage ostentatoire des métiers exercés par les membres permet d’imaginer et d’idéaliser ce que deviennent les matériaux une fois achetés, renforçant encore le processus de valorisation.

45Membres et travailleurs, bénévoles ou salariés, partagent les mêmes propriétés sociales : artistes en formation ou dont l’activité artistique ne suffit pas encore à gagner décemment leur vie, « galériens » mais pas trop… Ils sont interchangeables et nombre d’entre eux jouent plusieurs rôles successivement ou simultanément. Cette possibilité de circuler entre les places vient conforter la constitution d’une communauté de pairs qui, tout autant qu’elle contribue à la valorisation d’objets-déchets, est elle-même valorisée par l’accès privilégié aux « belles matières ».

Kunst-Stoffe : la récupération comme art de vivre

  • 11 Ce terrain, analysé plutôt sous l’angle des études urbaines, fait l’objet d’un article publié dans (...)

Kunst-Stoffe s’est implanté en 2005 à Pankow, un quartier de l’ancien Berlin Est et occupe l’arrière-cour d’un terrain pour lequel la Ville de Berlin espère trouver un acquéreur 11. Expulsée de l’arrière-cour, l’association déménage en 2010 dans le bâtiment en bordure de la rue. Le bâtiment délabré et insalubre ne dispose ni de l’eau courante ni du chauffage central et le toit fuit. L’aménagement est entièrement fabriqué « maison » à partir de matériaux de récupération : des étagères aux ordinateurs, des chaises aux récipients dans lesquels sont stockés les matériaux. Rien n’est standard, rien n’est neuf, tout est récupéré, fabriqué, détourné.

Entrée – Kunst-Stoffe

Entrée – Kunst-Stoffe

© Delphine Corteel

46Kunst-Stoffe collecte des objets-déchets chez des particuliers, dans des entreprises ou des commerces, mais glane aussi, au détour d’un trajet, parmi les tas d’objets abandonnés sur les trottoirs et même dans de vastes bennes destinées aux déchets d’activité économique et dans lesquelles il est normalement interdit de se servir. Pour se faire, elle loue ponctuellement un camion ou utilise les véhicules personnels de ses travailleurs. Les collectes, effectuées par ceux qui accueillent aussi les clients dans l’entrepôt (Lager), sont peu fréquentes et n’interviennent pas à jours ou horaires fixes mais s’organisent en fonction des occasions et sollicitations. Les apports volontaires sont aussi encouragés.

47Les rebuts collectés sont déchargés dans la cour où un premier tri est effectué afin de les répartir dans les différentes pièces du bâtiment où ils seront ensuite disposés de manière plus précise. Aucun inventaire n’est réalisé, aucune trace n’est conservée du premier transfert. Dans l’entrepôt, les objets-déchets sont classés en onze catégories signalées par des panneaux de bois peints à la bombe et répartis dans les différentes pièces. L’entrepôt ne ressemble ni à un supermarché ni à une boutique, il relève plutôt du bric-à-brac. Les matériaux ne sont pas mis en rayons ou exposés, mais stockés dans des contenants (de récupération) dépareillés et grossièrement rangés. En l’absence d’étiquette, il est souvent difficile et parfois impossible de savoir ce que contiennent les cartons et autres sacs supposés servir d’emballage.

« Mise en rayons »

« Mise en rayons »

Kunst-Stoffe

© Delphine Corteel

48Certains objets restent dans la cour, vaguement protégés par une bâche ou abrités dans d’anciens garages sans portes et voués à la démolition, subissant les intempéries, s’abîmant petit à petit. Dans l’un de ces garages sont entreposés les déchets dans l’attente d’un voyage à la déchetterie. Comme les autres rebuts, ils ne portent aucune indication, aucune étiquette, l’accès au garage n’est pas condamné et certains « clients » (Kunden) – c’est ainsi qu’on les appelle – s’y servent comme dans les autres espaces.

49L’entrepôt est accessible à n’importe qui, à condition de prendre la peine de venir jusque dans ce quartier relativement excentré, d’accepter de fouiller parmi une masse d’objets et de matériaux grossièrement rangés dans un entrepôt sombre, encombré et un peu sale. On y croise toutes sortes de gens : des punks à chien désargentés, des bricoleurs ingénieux et des jeunes créateurs de mode ayant pignon sur rue dans les rues branchées du quartier de Mitte. Les clients que Kunst-Stoffe souhaite attirer correspondent à ceux que Tim Ingold qualifie de « voyageurs itinérants » et qu’il décrit ainsi :

« Le voyageur itinérant adapte constamment son mouvement – son orientation et son rythme – à ce qu’il perçoit de l’environnement en train de se découvrir sur son chemin. Il observe, écoute et ressent ce qui se passe, tout son corps est sur le qui-vive, attentif aux innombrables indices qui, à tout moment peuvent l’inciter à modifier sa position. » (2011 : 105)

50Pour trouver quelque chose chez Kunst-Stoffe, il faut être capable de se déplacer, de prendre le temps, savoir être attentif au morceau de plastique qui dépasse d’un carton, à la couleur d’une pièce de tissu à demi cachée au milieu d’un tas d’autres étoffes, à la forme d’un morceau de bois… Kunst-Stoffe sollicite une forme d’attention particulière, et ce, dès la rencontre avec le nom de l’association. Kunst-Stoffe est en effet composé de : Kunst qui signifie « art » et Stoff (pluriel Stoffe) « étoffe ou matière ». Ainsi rapprochés, mais séparés par un tiret, le nom de l’association signifie littéralement matières de l’art ou matières pour l’art (tentative de traduction de l’anglais materials for the arts), à ne pas confondre avec Kunststoff, sans tiret (pluriel Kunststoffe), mot courant dans la langue allemande qui signifie « matière artificielle », « matière plastique ». L’association s’adresse à ceux qui sont capables de percevoir l’importance du tiret. Kunst-Stoffe est un lieu pour ceux qui savent voir au sens développé par Roger Cornu :

« Voir c’est repérer des signes dans les choses et les situations, signes qui renseignent sur l’invisible, le non-présent. » (1991 : 91) et un peu plus loin, il ajoute : « Le regard ne suffit pas, les autres sens s’en mêlent. » (ibid. : 95)

51La mise en scène des objets est telle que les restes ne sautent pas aux yeux et sont difficiles à voir… il faut tirer sur les cartons, en retourner le contenu, l’amener à la lumière : accepter de s’engager dans un véritable corps à corps avec les rebuts et mobiliser tous les sens.

52Pour pouvoir emporter les objets qu’ils ont sélectionnés, les clients doivent verser un « prix-don » (Spendenpreis). Ce néologisme situe l’activité de requalification des matériaux à l’articulation de l’échange marchand et de l’échange-don. Le montant du prix-don est annoncé à voix haute et pour un ensemble de matériaux choisis, il est fixé, dit l’un des travailleurs, « de manière intuitive » (25 mai 2012). Il dépend en fait des matériaux, de leur qualité, de leur volume, du prix du neuf ou du cours des matières premières secondaires, ainsi que de la capacité de Kunst-Stoffe à s’en procurer – plus il est facile de retrouver ce type de matériau, moins le prix est élevé. Mais le montant du prix-don dépend aussi du client : de ses propriétés sociales, de sa créativité, de l’usage qu’il va faire des matériaux, de sa qualité d’habitué ou non. L’évaluation porte, dans un même mouvement, sur les matériaux et sur la personne qui les a rassemblés. Les prix sont modiques, pour l’année 2011, le montant des ventes s’élève à 8 000 euros.

Exemple de matériaux proposés

Exemple de matériaux proposés

Cadre + Bande magnétique + boîte de pastels + boîte à cigares vide + poids + cœur en coton rassemblés par un habitué = 5 euros – Kunst-Stoffe

© Delphine Corteel

Autre exemple de matériaux à la vente

Autre exemple de matériaux à la vente

Plexiglas + marquises + tissus imitation léopard + bricoles dans le panier rassemblés par une jeune fille pour une exposition = 10 euros – Kunst-Stoffe

© Delphine Corteel

53L’absence de prix affiché oblige à l’échange de paroles, il faut discuter du montant et le marchandage est de rigueur. C’est ce qu’annoncent Gina et Pat qui accueillent les clients :

« Laissez-vous inspirer, baladez-vous dans l’entrepôt, remplissez votre panier et venez nous voir à la fin, nous négocierons un prix-don ».

54Les travailleurs discutent beaucoup avec les clients : des propriétés techniques, de la composition des matériaux, de leur usage et de leur future destination. On se transmet des idées d’usage, de détournement, des trucs, des possibles. Les paroles échangées peuvent ne pas porter du tout sur l’objet, mais elles doivent permettre de se reconnaître mutuellement comme voyageurs itinérants partageant une attention particulière. En effet, la quinzaine de personnes qui travaillent – en tant que salarié, en free-lance, bénévolement, au noir ou un peu de tout ça – depuis longtemps chez Kunst-Stoffe sont eux-mêmes des voyageurs itinérants au sens d’Ingold. Pour eux,

« l’environnement ne se définit pas par les environs d’un espace délimité ; il est une zone où les différents chemins qu’ils empruntent sont complètement enchevêtrés. Dans cette zone d’enchevêtrement – maillage de lignes entrelacées – il n’y a ni intérieur ni extérieur, seulement des ouvertures et des passages. » (op. cit. : 136)

55Artistes polymorphes (plasticien et musicien comme Pat, mais en plus actrice et écrivain, comme Gina), artiste et scientifique, professionnels profanes, ils font fi des cloisonnements habituels et pratiquent le mélange des genres. Ils sont tous engagés dans d’autres collectifs : agriculture urbaine, squats, collectifs queers et féministes, éducation populaire… et vivent dans des conditions très modestes, voire spartiates. Ils ont en commun une expérience de vie dans des environnements particuliers – campements de caravanes, roulottes et camions, appelés Wagenburg, installés dans des terrains situés sur l’ancien tracé du Mur (Marsault 2010), squats, communautés, pays du bloc soviétique –, une expérience de la pauvreté et de la frugalité – choisie ou subie – qui a aiguisé leur capacité à repérer les potentialités des rebuts, à récupérer, à bricoler et, a développé, chez eux, une forme de sensibilité particulière qui est aussi un savoir et que Tim Ingold appelle compréhension intuitive :

« L’intuition est un autre mot pour désigner cette forme de sensibilité et de réceptivité. […] Une compréhension intuitive, pour résumer, n’est pas contraire à la science ou à l’éthique. Elle n’en appelle pas non plus à l’instinct plutôt qu’à la raison, ou à des impératifs de la nature humaine supposés “spontanés”. Au contraire, elle repose sur des aptitudes à la perception qui émergent, pour chaque être, à travers un processus de développement dans un environnement historique particulier. » (op. cit. : 185-186)

56La mise en scène dans l’entrepôt et la forme originale de l’échange placent les clients dans une situation propice à l’acquisition ou au développement de cette sensibilité particulière. La récupération est érigée en art de vivre une vie cohérente qui

« ne se divise pas en travail et temps libre, mais se structure autour de diverses formes d’activités » écrit l’une des fondatrices de l’association (Workstation 2012 : 40).

57L’entrepôt n’est que l’un des éléments du lieu. Il est un moyen, pas une fin, et s’articule, d’un côté, à un ensemble de machines mises à disposition pour le travail du bois et du métal (Werkstätte), et de l’autre, à des ateliers de formation au détournement de matériaux par le détournement, à destination de tout public (workshops). Kunst-Stoffe ne se contente pas de fournir des matériaux de récupération, mais offre aussi les moyens techniques de les transformer et même, au besoin, de les transporter puisque l’association fabrique et loue des vélos triporteurs. Il s’agit d’amener les participants aux ateliers et les clients à appréhender directement le détournement et la réutilisation de matériaux, de les initier à une autre manière de voir en leur montrant comment faire et de leur donner les moyens matériels de le faire.

58Chez Kunst-Stoffe le processus de valorisation passe par un rangement rudimentaire, une absence d’indication sur les sacs, boîtes, bocaux et autres cartons qui suggèrent une identification assez vague des matériaux et des objets. Cette incomplétude constitue un élément central du processus qui sollicite une forme de sensibilité particulière propre aux « voyageurs itinérants ». Pour trouver quelque chose, chacun peut et doit procéder à des associations, des rapprochements, des assemblages conférant aux matériaux et aux objets une identité singulière que seul celui ou celle qui l’élabore peut faire émerger. C’est pourquoi le montant du prix-don ne peut être fixé avant que ce travail soit réalisé. Cette forme originale d’échange fait de Kunst-Stoffe un lieu de rencontres qui permet de cultiver et de transmettre une forme particulière de savoir révélée et entretenue dans des environnements particuliers. Dans les surplus du capitalisme et de la société de consommation, les voyageurs itinérants perçoivent les matières premières de la subversion, soutenant et développant le bricolage comme une forme de résistance. Ils exaltent le possible.

Requalification des restes et rapports sociaux

Bien que chargées de réparer le monde en œuvrant à la réduction de la production de déchets et déployant pour cela une énergie considérable, les organisations à but non lucratif détournent des volumes dérisoires. Même les 600 tonnes annuelles collectées par MFTA qui impressionnent au premier abord ne sont qu’une goutte d’eau parmi les 11 000 tonnes de déchets produites chaque jour par la Ville de New York (Nagel : 2013). Le potentiel de valorisation est peu élevé, même dans le cas de la Réserve des Arts qui sélectionne très scrupuleusement le type de rebuts à valoriser et fait payer le service de collecte. Bien qu’elles se contentent de transporter puis de mettre en ordre et en scène les rebuts, sans intervenir directement en les réparant par exemple, le travail est énorme, même quand les routines organisationnelles, les appuis matériels et l’espace disponible permettent des formes de standardisation. Une partie importante est toujours confiée à des bénévoles, d’autant plus quand la mise en scène est soignée. L’identification des objets ou des matériaux, l’évaluation des prix, la suggestion d’usages et la conception de la mise en scène exigent des compétences spécifiques, professionnelles, qui s’acquièrent essentiellement par l’expérience au cours d’un long et constant voisinage avec les restes. Les prix, quand il y en a, ne peuvent jamais répercuter le coût du travail et des compétences et, comme l’indique la directrice de MFTA, « if we were a business, we would be out of business ».

59Dans ces conditions difficiles, les organisations étudiées réussissent à mener à bien la mission qu’elles se sont assignée et qui leur est confiée par la puissance publique : elles collectent des restes et les remettent en circulation les transformant, pour un temps encore, en objets de valeur. Pour ce faire, elles conçoivent des combinaisons hybrides variées alliant mise en scène et formes de l’échange articulant le commerce et le don. Les effets produits par ces combinaisons sont contrastés, non pas tant en termes de valorisation qu’en termes de rapports sociaux et de rapport à la norme. Chez MFTA où l’échange prend la forme quasiment parfaite du don maussien, la mise en scène marchande et la rhétorique artistique enchantent les restes et masquent la réitération de rapports fortement inégalitaires. À la Réserve des Arts, où l’échange est marchand à l’entrée comme à la sortie des objets, le jeu sur la réputation des fournisseurs et des acquéreurs, entretenu par le secret du nom des premiers et le mystère sur ce que les seconds font des matériaux les lie, à travers les restes, dans un processus de valorisation mutuelle qui réaffirme leur sentiment d’appartenance à un même groupe privilégié. Ces deux organisations ne bouleversent pas l’ordre habituel des rapports sociaux, bien au contraire. Elles sont bien intégrées à la fois au monde capitaliste dont elles exploitent les surplus comme à celui des administrations qui mettent en œuvre les politiques publiques et leur assurent une part essentielle de leur financement. Kunst-Stoffe, en revanche, initiée et développée par des voyageurs itinérants qui vivent depuis longtemps dans des espaces interstitiels – squats, campements – et ont une longue expérience de la débrouille et du bricolage comme pratiques de résistance à la consommation de masse et à l’aliénation, mobilise les possibilités offertes par l’ambivalence des restes et invente avec la mise en scène foutraque inspirée du bric-à-brac et, surtout, avec le prix-don une forme d’échange qui cultive le flottement entre deux mondes propice au possible. Cette inscription dans le transitoire et l’incertain s’accompagne d’une grande précarité, matérielle et financière, de l’association comme de ses travailleurs, qui stimule en retour leur sensibilité pour les potentialités des rebuts, les rencontres et les collaborations qu’ils suscitent.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (ed.) 1986 The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge : Cambridge University Press.

Bataille, G. 2014 [1949] La Part maudite, Paris : Éditions de Minuit.

Bauhain-Roux, D., Guiot, D. 2001 « Le développement du marché de l’occasion. Caractéristiques et enjeux pour le marché du neuf », Décisions Marketing 24 : 25-35.

Beaune, J.-C. (dir.) Le Déchet, le rebut, le rien, Seyssel : Champ Vallon.

Benincà, L. 2014 Des objets de rencontres : Une saison chez Emmaüs, Paris : Joëlle Losfeld.

Bessy, Ch., Chateauraynaud, F. 1995 Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris : Métailié.

Brodiez, A. 2008 Emmaüs et l’Abbé Pierre, Paris : Presses de Sciences Po.

Chalmin, Ph., Gaillochet C. 2009 Du rare à l’infini. Panorama mondial des déchets, Paris : Economica.

Corteel, D. 2015 « Des déchets faire surgir une capacité d’agir. Enquête dans une association berlinoise de récupération », Ethnologie française : 511-522.

Cornu, R. 1991 « Voir et savoir », in Denis Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris : Éditions de la MSH : 83-100.

Debary, O., Tellier, A. 2004 « Objets de peu », L’Homme 2/2004 : 170 : 117-137.

Debary, O. 2007 « L’indignité de la marchandise », in Debary O., Turgeon L. (ed.), Objets et mémoires, Paris/Québec : Éditions de la MSH/Presses de l’université de Laval.

Delécrin, N. 2010 « Recyclage et réemploi, une économie de ressources naturelles », Le point sur, Observation et statistiques : 42, Commissariat Général au Développement Durable, mars 2010.

Descola, Ph. 2007 « Passages de témoins », Le Débat 2007/5 : 147 : 136-153.

Douglas, M. 2001 [1967] De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris : La Découverte.

Fontaine, L. (ed.) 2008 Alternative Exchanges. Second-Hand Circulations from the Sixteenth Century to the Present, New York, Oxford : Berghahn Books.

Gabel, Ph., Debary, O., Becker, H. S. 2011 Vide-greniers, Paris : Créaphis.

Guitard, É. 2014 « Le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures ». Gestion des déchets et relations de pouvoir dans les villes de Garoua et Maroua (Cameroun), Thèse de doctorat en vue de l’obtention du grade de docteur en anthropologie de l’université Paris Ouest La Défense, présentée et soutenue publiquement le 2 décembre 2014.

Hassoun, J.-P. 2005 « Les relations marchandes, l’argent et les marchés. La fin du grand partage et autres frontières ? », Ethnologie française XXXV, 2005/1 : 103-107.

Herrmann, G. M. 2003 « Negotiating culture : conflict and consensus in U.S. garage-sale bargaining », Ethnology 42(3) : 237-252.

Hughes, E. C. 1996 Le Regard sociologique, Paris : Éditions de l’EHESS.

Ingold, T. 2011 Une brève histoire des lignes, Bruxelles : Zones Sensibles.

La Pradelle, M. de 1996 Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris : Fayard.

Marsault, R. 2010 Résistance à l’effacement. Nature de l’espace et temporalité de la présence des Wagenburg de Berlin entre 1990 et 1996, Saint-Etienne : Les presses du réel.

Mauss, M. 2007 [1923-1924], Essai sur le don. Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris : PUF.

Messal, S. 2014 La Réanimation des objets mourants, Thèse de doctorat en vue de l’obtention du grade docteur en anthropologie de l’université d’Aix-Marseille, présentée et soutenue publiquement le 3 juin 2014.

Nagel, R. 2013 Picking up. On the Streets and Behind the Trucks with the Sanitation Workers of New York City, New York : FSG.

Peretz, H. 2005 « Soldes “haut de gamme” à Paris », Ethnologie française XXXV, 2005/1 : 47-54.

— 1992 « Le vendeur, la vendeuse et leur cliente. Ethnographie du prêt-à-porter de luxe », Revue Française de Sociologie 33-1 : 49-72.

Raulin, A. 1996 « Le vêtement et son acquisition : des façons d’être citadin », Ethnologie française, XXVI(1) : 168-179.

— 1986, « Mise en scène des commerces maghrébins parisiens », Terrain 7 : 24-33.

Roustan, M. 2007 « Acheter d’occasion sur internet. Parcours de consommateurs, vie d’objets », Cahier de recherche du CREDOC 239.

Sciardet, H. 2003 Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux Puces de Saint-Ouen, Paris : Economica.

Stobart, J., Van Damme, I. (ed.) 2010 Modernity and the Second-Hand Trade. European Consumption Cultures and Practices, 1700-1900, New York : Palgrave Mac Millan.

Thompson, M. 1979 Rubbish Theory : The creation and destruction of value, Oxford : Oxford University Press.

Van de Walle, I., Hébel, P., Siounandan, N. 2012 « Les secondes vies des objets : les pratiques d’acquisition et de délaissement des produits de consommation », Cahier de recherche du CREDOC 290, janvier 2012.

Van Gennep, A. 1981 [1909] Les Rites de passage. Étude systématique des rites, éd. Picard.

Villette, M. 2001 « L’apprentissage de la vente, d’après le journal de Lissia B. », Genèses 2001/1 (42) : 145-157.

Weber, F. 2000 « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le grand partage », Genèses 2000/4 (41) : 85-107.

Workstation 2012 Von Grasmöbeln, 1 E-Jobs und Anderem, Neu-Ulm : AG-SPAK Bücher.

Haut de page

Notes

1 En tenant compte du réseau Envie qui récupère et revend de l’électroménager, et du réseau du Relais, spécialisé dans la récupération de textiles.

2 À l’instar d’Emmaüs, les ressourceries collectent des objets usagers qu’elles « valorisent » et redistribuent. Nées au milieu des années 1980, elles s’appuient plutôt sur des préoccupations écologiques liées à la réduction des déchets.

3 Ce travail de recherche a été réalisé dans le cadre du projet Objet-Déchets-Objets : Recyclage et Réemploi (ODORR), financé par l’ADEME via le programme Déchets et sociétés (convention n1002C0144). Le Centre Marc Bloch de Berlin m’a accueillie régulièrement comme chercheure invitée et a permis la conduite du terrain berlinois dans d’excellentes conditions. Les analyses présentées ici doivent beaucoup aux échanges avec les collègues du projet ODORR : Natalie Benelli, Octave Debary, Bénédicte Florin, Stéphane Le Lay et Sophie Rétif. Je remercie également Christian Bessy et Valentine Meunier.

4 Les organisations à but non lucratif œuvrant dans le secteur de la récupération se sont également multipliées aux États-Unis. Si l’on ne dispose pas de chiffres précis, on peut toutefois se reporter aux informations du réseau reuse alliance créé en 2005, qui fédère, dix ans après, plus de 60 organisations, essentiellement dans les États de Californie, Illinois, Massachussetts, Oregon et Texas (www.reusealliance.org).

5 En Allemagne, on n’observe pas de constitution d’un réseau spécifique d’organisations à but non lucratif spécialisées dans la récupération. Elles s’intègrent dans un ensemble d’organisations et de collectifs mettant l’accent sur de (nouveaux) modes d’appropriation et d’usage des biens, qu’ils reposent sur un allongement de la durée de vie des objets comme les « repair cafés » ou sur le partage comme le car sharing, les bibliothèques, les systèmes d’échange, les ateliers ouverts de machines et d’outils ou encore qu’ils favorisent l’autonomie, notamment alimentaire, dans le cas des jardins collectifs en milieu urbain. La grande majorité de ces activités s’appuient sur une réflexion relative à l’usage des ressources et reposent pour la plupart sur la récupération et la réutilisation. Elles se développent à côté d’un dense réseau de brocanteurs (Trödel), de magasins de seconde main et de puces permettant la circulation de biens usagés et relevant de l’économie de marché.

6 À la Réserve des Arts, l’enquête s’est déroulée pour l’essentiel entre décembre 2011 et avril 2012 (12 entretiens et 20 journées d’observation). Chez Kunst-Stoffe, l’enquête a été conduite entre mai et août 2012 (7 entretiens et 25 journées d’observation). Chez Material for the Arts, l’enquête a été réalisée en deux séquences : en octobre et novembre 2012 par Natalie Benelli, puis en avril et mai 2013 par Natalie Benelli et Delphine Corteel (10 entretiens et 12 journées d’observation).

7 Comme au sens juridique d’ailleurs, puisque la directive européenne du 18 mars 1991 définit ainsi le déchet : « toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou a l’obligation de se défaire ».

8 À propos des amoncellements de déchets et de la puissance du « tas d’ordures » : voir Guitard, op. cit.

9 La directrice de MFTA souligne le caractère arbitraire de l’auto-évaluation du don par les donateurs. En revanche, les donateurs qui, à ses yeux, surévaluent le montant du don ne sont jamais qualifiés de cupides. De la même manière, si elle déploie beaucoup d’énergie pour inciter les donateurs à donner des rebuts faciles à écouler, elle ne parle jamais de les « éduquer » ou de leur « apprendre ».

10 Depuis la fin de l’enquête, début 2013, l’association s’est beaucoup développée et possède désormais un vaste entrepôt-boutique à Pantin. À la suite d’une opération de crowd-founding, elle est en train d’y installer des ateliers de partage de machines que ses adhérents pourront louer. Les analyses présentées ici ne portent pas sur ces nouveaux développements.

11 Ce terrain, analysé plutôt sous l’angle des études urbaines, fait l’objet d’un article publié dans Ethnologie française. Ce paragraphe reprend une partie des descriptions et arguments qui y sont développés, cf. Corteel, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Espace de stockage – MFTA
Crédits © Natalie Benelli
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-1.png
Fichier image/png, 343k
Titre Entrepôt et rayons – MFTA
Crédits © Natalie Benelli
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-2.png
Fichier image/png, 395k
Titre Mercerie – MFTA
Crédits © Natalie Benelli
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-3.png
Fichier image/png, 396k
Titre Caddies à l’entrée – MFTA
Crédits © Nathalie Benelli
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-4.png
Fichier image/png, 373k
Titre Shopping – MFTA
Crédits © Materials for the arts
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-5.png
Fichier image/png, 379k
Titre Buckle bugs – atelier pour enfants - MFTA
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-6.png
Fichier image/png, 349k
Titre Stockage en boutique – la Réserve des Arts
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-7.png
Fichier image/png, 390k
Titre Mise en rayon – La réserve des arts
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Identification des matériaux et prix
Légende La Réserve des arts
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Professions des membres
Légende La Réserve des arts
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-10.png
Fichier image/png, 348k
Titre Entrée – Kunst-Stoffe
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-11.png
Fichier image/png, 498k
Titre « Mise en rayons »
Légende Kunst-Stoffe
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-12.png
Fichier image/png, 662k
Titre Exemple de matériaux proposés
Légende Cadre + Bande magnétique + boîte de pastels + boîte à cigares vide + poids + cœur en coton rassemblés par un habitué = 5 euros – Kunst-Stoffe
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-13.png
Fichier image/png, 305k
Titre Autre exemple de matériaux à la vente
Légende Plexiglas + marquises + tissus imitation léopard + bricoles dans le panier rassemblés par une jeune fille pour une exposition = 10 euros – Kunst-Stoffe
Crédits © Delphine Corteel
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/8012/img-14.png
Fichier image/png, 569k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Corteel, « Requalifier les excédents de la société de consommation dans les organisations à but non lucratif », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°65-66, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://tc.revues.org/8012

Haut de page

Auteur

Delphine Corteel

IDHES (CNRS/ENS Cachan) & université de Reims, delphine.corteel@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page