Navigation – Plan du site
3. Recompositions

Réparer plus que répliquer

Les imprimantes 3D, des machines opérables
Repairing over Replicating. 3D Printers as Operable Machines
Camille Bosqué
p. 220-235

Résumés

En s’appuyant sur une vaste enquête de terrain menée depuis 2012 au cœur des FabLabs, hackerspaces et makerspaces, cet article propose une description critique des usages et des discours qui accompagnent le développement de l’impression 3D dite « d’entrée de gamme » et open source, en se concentrant sur certaines situations techniques qui présentent divers degrés d’émancipation et d’engagement.
L’étude de cette technologie emblématique du mouvement maker et hacker révèle deux attitudes antagonistes dans les manières de faire avec ces machines : l’une tient à la production fascinée par réplication d’objets impensés et informés, et l’autre à une conduite plus réflexive d’ajustement et de réparation de ces machines elles-mêmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Promesses et caprices d’une production à la demande
Un monde de makers ordinaires
RepRap : un idéal communautaire d’autonomie et d’émancipation
Au-delà de la fascination et de la réplication
Réparer plus que répliquer
Le hack : vers des objets « opérables »

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Une imprimante 3D pliante, au FacLab de Gennevilliers.

© Camille Bosqué.

Les technologies de fabrication additive existent dans la grande industrie depuis bientôt trente ans. Depuis une dizaine d’années, des modèles d’imprimantes 3D accessibles au grand public se développent et accompagnent l’essor du mouvement maker, qui défend une certaine conception de l’appropriation des technologies de fabrication et incarne pour de nombreux observateurs un terrain fertile pour une « nouvelle révolution industrielle » (Anderson 2012). Les valeurs de ce mouvement qui rassemble hobbyistes, designers, artistes ou amateurs croisent les questions de la fabrication à la demande, du partage des projets réalisés et de l’ouverture des technologies.

Il est désormais possible de construire soi-même ou d’acquérir une imprimante 3D d’entrée de gamme pour quelques centaines d’euros. De la même manière qu’en leurs temps l’intelligence artificielle ou la conquête de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bosqué, C. 2016 « Réparer plus que répliquer. Les imprimantes 3D, des machines opérables », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 220-235.

Référence électronique

Camille Bosqué, « Réparer plus que répliquer », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tc.revues.org/7964 ; DOI : 10.4000/tc.7964

Haut de page

Auteur

Camille Bosqué

Ancienne élève du département design de l’École normale supérieure de Cachan, Camill Bosqué est diplômée de l’École Boulle, agrégée d’arts appliqués et docteure en Esthétique et Design. Ses recherches portent sur la fabrication numérique personnelle dans les FabLabs, hackerspaces, makerspaces.
Université Rennes 2 / Ensci – Les Ateliers, Paris, France. camille.bosque@ensci.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page