Navigation – Plan du site
3. Recompositions

La sparterie selon Jean-François Gavoty

D’un matériau « pauvre » à un produit de luxe
Plaiting According to Jean-François Gavoty. From a “Poor” Material to a Luxury Product
Christiane Demeulenaere-Douyère
p. 180-193

Résumés

D’autres temps que le nôtre ont été confrontés à la double question de l’accroissement de la demande de consommation et de la raréfaction de la matière première. Ainsi, la fin du xviiie siècle connaît-elle une tension forte entre des matières premières qui se font plus rares et une demande sociale plus large et plus exigeante. Tel est le cas notamment du chanvre.
C’est dans ce contexte qu’un négociant originaire de Toulon (Var), Jean-François Gavoty (1733-1812), entreprend de promouvoir une plante qui pousse spontanément sur les sols pauvres du pourtour méditerranéen et est utilisée pour des petits objets d’usage courant, sans valeur marchande, ou des cordages : le spart. Il préconise de développer une production industrielle de sparterie, matériau « pauvre » qui a le double avantage d’un faible coût de revient et d’une main-d’œuvre peu qualifiée. Il crée à Paris une manufacture de sparterie qui va connaître un grand développement et un très grand succès, moins par ses productions « domestiques » que par des produits de luxe dans lesquels elle se spécialise, tels que les tapis peluchés ou faux gazons que favorise la mode des jardins, des fausses grottes et des rocailles dans les classes supérieures de la société. La réussite industrielle de Gavoty est manifeste puisqu’elle provoquera sa perte ‒ il sera spolié de son entreprise par ses associés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La redécouverte du spart en France
La création de la « Corderie nouvelle » de Popincourt
Une industrie prospère
Revers de fortune

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Alfa ou stipa tenacissima (ici au Portugal)

© Carsten Niehaus. Source : http://fr.wikipedia.org/​wiki/​Fichier:Stipa_tenacissima.jpg.

Si l’on en croit les médias, l’art d’« accommoder les restes » est une préoccupation majeure de notre siècle, de plus en plus contraint, nous dit-on, à rechercher des alternatives à une consommation excessive, non régulée, génératrice de trop nombreux « restes », dont la valorisation devient par ailleurs une obligation coûteuse. Mais, au-delà du strict aspect du recyclage des restes, on peut décentrer un peu la question posée dans ce numéro de Techniques&Culture en l’abordant sous l’angle d’une gestion raisonnée des matières premières, réservant à chacune l’usage le mieux approprié et le plus économiquement rentable. Il s’agit moins de recyclage à proprement parler que d’alternative nouvelle apportée à un problème de matières premières.

D’autres époques se sont trouvées confrontées à la double question de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Demeulenaere-Douyère, C. 2016 « La sparterie selon Jean-François Gavoty. D’un matériau “pauvre” à un produit de luxe », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 180-193.

Référence électronique

Christiane Demeulenaere-Douyère, « La sparterie selon Jean-François Gavoty », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/7939 ; DOI : 10.4000/tc.7939

Haut de page

Auteur

Christiane Demeulenaere-Douyère

Docteur en histoire et conservateur général du patrimoine, membre correspondant du Centre Alexandre Koyré, UMR 8560 / CNRS-EHESS-MNHN (Paris). Les recherches de Christiane Demeulenaere-Douyère portent sur l’histoire institutionnelle, sociale et culturelle de l’innovation technique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page