Navigation – Plan du site
2. Bifurcations

Réparer la surface de la Terre

Les restes dans les rituels de construction au sein des villes mayas classique (250-950 apr. J.-C.)
Resurfacing the Earth: Leftovers in Rituals of Construction in Classic Maya Cities (AD 250-950)
Marie-Charlotte Arnauld et Tristan Saint-Dizier
p. 138-149

Résumés

L’archéologie des Mayas anciens documente depuis des décennies les habitats. Dans certaines maisons et alentour, la fouille soigneuse met au jour de grandes quantités de vestiges non périssables d’occupation, dans des contextes et selon des configurations suggérant qu’ils résultent en réalité de pratiques rituelles particulières. Ce sont les témoins matériels figés de gestes rituels liés à la construction des maisons, leur reconstruction, ou leur abandon. Combiner ainsi déchets et rites reflète une conception maya de l’action humaine située dans le temps et dans l’univers, qu’il convient de décrire, puis d’interpéter dans sa complexité. On présente un cas de dispositif élaboré de cinq dépôts trouvés dans un bâtiment voûté du centre du site de La Joyanca (Petén, Guatemala).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

L’Edifice 12sub.

© T. Saint-Dizier

Dans certains habitats anciens, à l’extérieur ou à l’intérieur, on trouve de grandes quantités d’objets, en général brisés, éparpillés en couche, ou concentrés en fosse, dont il ne reste que les « non périssables ». Restes de la vie quotidienne en rebuts et dépotoirs ? Ou restes de pratiques rituelles réalisées à des moments clés ? Les dépôts rituels sont fréquents en Mésoamérique (Dehouve 2007, Broda 2013) et de nombreuses sources ethnohistoriques et ethnographiques aident à détecter dans chaque cas les structures internes qui en font les témoins figés de gestes rituels liés à la construction des maisons, leur reconstruction ou leur abandon. Combiner ainsi déchets et rites reflète une conception maya de l’action humaine située dans le temps et dans l’univers qu’il convient de décrire puis d’interpréter dans sa complexité.

Voici un cas de dispositif complexe de cinq dépôts trouvés dans un bâtiment voûté du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnauld, M.-C. & T. Saint-Dizier 2016 « Réparer la surface de la Terre. Les restes dans les rituels de construction au sein des villes mayas classique (250-950 apr. J.-C.) », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 138-149.

Référence électronique

Marie-Charlotte Arnauld et Tristan Saint-Dizier, « Réparer la surface de la Terre », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://tc.revues.org/7917 ; DOI : 10.4000/tc.7917

Haut de page

Auteurs

Marie-Charlotte Arnauld

Archéologue spécialiste de la Mésoamérique (fouilles dans l’aire maya), équipe « Archéologie des Amériques » (ArchAm, UMR8096 CNRS), les recherches de Marie-Charlotte Arnauld portent actuellement sur la temporalité des rituels, la mobilité des populations et les crises environnementales en Mésoamérique, en particulier dans 7 sites archéologiques des basses terres mayas dont La Joyanca.

Tristan Saint-Dizier

Architecte DPLG, participant aux campagnes de fouilles du projet PNO-La Joyanca (1999-2003), Tristan Saint-Dizier a réalisé à ce titre relevés et dessins dont ceux de la Structure 6E12sub rendue difficile par de nombreux tunnels de pillage et rédigé un mémoire sur l’aménagement du site pour le public doté de recommandations mises en place sous sa direction.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page