Navigation – Plan du site
2. Bifurcations

L’ampoule sous tension

Illuminating the Light Bulb 
Fanny Verrax
p. 150-153

Notes de la rédaction

Retrouvez l’article complet en ligne sur revues.org, Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation » : http://tc.revues.org/7842

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Laurent Seroussi. Masayo, série Ray of Ligth, 2016. (Galerie Antonin Borgeaud) © Frédéric Joulian

Comment l’impératif contemporain de durabilité affecte-t-il la trajectoire d’un objet technique, l’ampoule électrique ? L’article repose sur la distinction entre développement durable institutionnel et soutenabilité, théorisée notamment par le philosophe de la modernité Michel Puech, pour identifier deux types d’innovations et deux rapports à la technique radicalement différents.

Le développement durable, ce principe omniprésent qui recouvre des réalités techniques et politiques extrêmement diverses, s’est traduit dans le cas de l’ampoule électrique par trois grands types de préoccupations : la consommation électrique et les économies d’énergie, la gestion des déchets, et la récupération des matières premières, préoccupation qui a donné naissance au principe de mine urbaine. L’article montre, pour ces trois préoccupations, comment les acteurs i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Verrax, F. 2016 «L’ampoule sous tension», Techniques&Culture 65-66, « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 150-153.

Référence électronique

Fanny Verrax, « L’ampoule sous tension », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://tc.revues.org/7840

Haut de page

Auteur

Fanny Verrax

Philosophe des sciences et des techniques spécialisée dans les questions environnementales, Fanny Verrax a soutenu sa thèse, qui portait sur la gouvernance des métaux critiques, en 2013 à l’université de Bergen (Norvège). Ses thèmes de recherche incluent la gestion des déchets, la philosophie des technologies émergentes et l’analyse critique de la rationalité économique. Après deux post-doctorats effectués à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon et à l’École nationale des travaux publics de l’État (ENTPE), elle est aujourd’hui ATER à l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page