Navigation – Plan du site
2. Bifurcations

Absence de restes dans une société non occidentale

Les Ari du Sud-Ouest de l’Éthiopie
Non-Waste in a Non-Western Society: The Aari of Southwestern Ethiopia
Morie Kaneko
p. 134-137

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

L’ensète (ensete ventricosum) est une plante originaire d’Éthiopie. Elle est cultivée uniquement dans le Sud de l’Éthiopie. Sa hauteur maximale est d’environ 5 mètres et sa récolte se fait tout au long de l’année. Sa culture procure à plus de 20 millions de personnes en Éthiopie, la principale nourriture de base.

© Morie Kaneko

Sur mon terrain, le Sud-Ouest de l’Éthiopie, il est courant de trouver des restes de plantes, et des sacs en plastique dans les endroits les plus fréquentés, tels que les marchés et les chemins. Mais il est rare que les gens les désignent par des termes collectifs tels que « déchets ». J’ai assisté à deux scènes ayant comme objet central ces détritus. La première se rapportait à une femme travaillant au marché, assise à côté de gaines foliaires séchées. Elle n’en n’avait plus l’usage mais ne les qualifiait pas pour autant de déchets. La seconde correspond à des cahiers d’écoliers relégués et entassés sur une planch...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kaneko, E. 2016 « Absence de restes dans une société non occidentale. Les Ari du Sud-Ouest de l’Éthiopie », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation», p. 134-137.

Référence électronique

Morie Kaneko, « Absence de restes dans une société non occidentale », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tc.revues.org/7839

Haut de page

Auteur

Morie Kaneko

Maîtresse de conférences à l’École Supérieure des Études Asiatiques et Africaines (ASAFAS - Graduate School of Asian and African Area Studies) de l’université de Kyoto, au Japon, ses recherches ethnographiques portent sur la transmission culturelle chez les artisans d’Éthiopie. L’une des récentes publications de Morie Kaneko s’intitule Gender-based Knowledge and Techniques in Africa (2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page