Skip to navigation – Site map
2. Bifurcations

Les funérailles joyeuses d’un Caterpillar

Chez les Ankave-Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée
The Joyful Burial of a Caterpillar
Pierre Lemonnier
p. 112-133

Abstracts

The Caterpillar D3 that came to a standstill right on the side of the future airstrip it was supposed to complete is a paradoxical object. Its airlifting to the Ankave territory and its history are embedded in a network of actors, chances and motivations that all relate to the Ankave people’s will to access items of modernity such as health, education and market. As such, it is one of those objects in which meet all sorts of social logics that can be pinpointed by the anthropologist. In particular circumstances, such an object turns out to be crucial in the way people think about and share a common way of life, but such is not the case of this bulldozer. For the Ankave, it was a mere rusty wreck, a non-object. Something without any use, not even recyclable, for lack of the tools to break it apart (spanner, lever, chisel, welder’s torch, hoist…). It was an object with no space in the local technical system. Just something to bury in a hole, so that they themselves supersede the machine, with their machetes and wheelbarrows without tire, sometimes without wheel.

Top of page

Dedication

À la mémoire de Denis Fauconneau, Henri Hervé, Pierre Le Gars

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Une piste, pour quoi faire ?
Du rêve à la réalité : quelques paragraphes pour une course d’obstacles de 18 ans
Un réseau hétéroclite d’acteurs
Le D3, un objet hors norme, hors système, hors jeu

Text / first lines

Caterpillar D3 series II

Caterpillar D3 series II

Fabriqué au Japon par Mitsubishi en 1990-1991, ce Caterpillar D3 series II de 7,8 tonnes est resté 10 ans sur la crête d’Ikundi. Son piédestal indique la hauteur de terre dégagée après son arrêt définitif, en mars 1999. (2008)

© Pierre Lemonnier

De mars 1999 à septembre 2009, un bulldozer Caterpillar était visible sur une arête montagneuse surplombant la rivière Suowi, en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG). Il aurait pu y rester à jamais, si ce n’est que, par sa présence même, il était la négation de ce pourquoi il était arrivé chez les Ankave-Anga : transformer en piste d’aviation une crête étroite et pentue partiellement couverte de forêt tropicale. Au moment où ses roulements de roues avant avaient rendu l’âme, son conducteur l’avait parqué là où les règlements et la raison exigent que la bande de terre sur laquelle des avions circulent soit bordée par une zone libre de tout obstacle. Il fallut donc l’enfouir six pieds sous terre pour q...

Top of page

References

Bibliographical reference

Lemonnier, P. 2016 « Les funérailles joyeuses d’un Caterpillar chez les Ankave-Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 112-133.

Electronic reference

Pierre Lemonnier, « Les funérailles joyeuses d’un Caterpillar », Techniques & Culture [Online], 65-66 | 2016, Online since 31 October 2018, connection on 21 October 2017. URL : http://tc.revues.org/7829 ; DOI : 10.4000/tc.7829

Top of page

About the author

Pierre Lemonnier

Est directeur de recherche émérite au CNRS (CREDO AMU, Marseille). Après avoir réalisé des travaux d’anthropologie économique et de technologie culturelle chez les producteurs de sel de la Côte Atlantique, il a entrepris, associé à Pascale Bonnemère, l’étude monographique de groupes anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée : Baruya et Ankave. Ses travaux ont abordé les rites mortuaires et la culture matérielle. Ses recherches actuelles portent sur le rôle des objets et des actions matérielles dans les rituels d’initiation masculine des Anga.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page