Skip to navigation – Site map
1. Proliférations

Être en reste face aux résidus nucléaires

Being Left Over: Nuclear Remainders
Yoann Moreau, Mathias Crémadez and Kyoko Maruyama
p. 92-109

Abstracts

Since it is invisible, nuclear residue creates a rift between knowledge and sensation, intellect and feeling, experiment and experience. As a result, it accentuates the cognitive dissonance inherent in the « Great Divide » (between nature and culture, body and thought, matter and symbol) and accelerates the neutralization particular to the « Small Mix » (which leads to the events’ progressive banalization, normalization and naturalization). To counter this double threat, we must remain vigilant to maintain a « sense of the concrete » in our treatment of nuclear hazards. We believe such vigilance leads us to pay greater attention to the vocabulary we use to describe such hazards, as well as to the means we mobilize to deal with them.
We defend the argument that this residue is not waste (which tends to leave the field of human activity), but instead remnants (which tend to leave the field of the world’s activity as a whole). As we define them, remnants convey a radical detachment that we will endeavor to prevent by studying the mechanism by which the neutral is manufactured. Some of the terminology used in retelling the catastrophes of Chernobyl and Fukushima—sarcophagus, ark, sacrifice, stain—will allow us, in the end, to explore avenues toward maintaining the connection between feeling and intellect, between the noticed and the unnoticed. To develop this position, we will also rely on the notion of what we call a « culture of enduring », the presentation of which will occupy this article’s first two points.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

L’expérience des catastrophes
Une culture du subir
Le déchet et le neutre
Voir et savoir, une fracture empirique
Vers une « couture » de la fission
Pour une culture de la fission
Le reste et la parole, proposition pour une couture de la culture du nucléaire

Text / first lines

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Jeune fille vêtue à la manière des pêcheuses de perles en apnée (ama-san 海女さん)

© Created by Kyoko Maruyama. Texte : Yoann Moreau.

« Il se demandait ces derniers temps, chaque fois qu’il lisait des documents sur la vie des sauvages primitifs ou regardait des photos […], s’il n’aurait pas pu lui aussi naître parmi eux. […] Et combien d’objets invisibles, inaudibles ou impensables à présent [aurait-il] pu voir alors, et entendre et penser, [s’il] était né dans ces autres existences. Cette pensée-là avait quelque chose d’intolérable et d’effrayant, et en même temps d’intolérablement agaçant. Il y avait donc (c’était une question de faculté, non d’expérience) des choses qu’il ne pouvait ni voir ni entendre ni penser. »
Atsushi Nakajima 

L’expérience des catastrophes

Les catastrophes génèrent un vaste redéploiement du rapport humain à ce qui l’environne. Les survivants se retrouvent dans des situations qui déplacent considérablement leurs existences, ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Moreau, Y. 2016 « Être en reste face aux résidus nucléaires », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 92-109.

Electronic reference

Yoann Moreau, Mathias Crémadez and Kyoko Maruyama, « Être en reste face aux résidus nucléaires », Techniques & Culture [Online], 65-66 | 2016, Online since 31 October 2018, connection on 21 October 2017. URL : http://tc.revues.org/7816 ; DOI : 10.4000/tc.7816

Top of page

About the authors

Yoann Moreau

Mathias Crémadez est illustrateur. Après avoir passé plusieurs années au Brésil, il vit et travaille actuellement à Paris. http://mathcz.tumblr.com. Kyoko Maruyama est née à Fukushima. Depuis cinq ans, elle a développé un grand intérêt pour la technique et l’expression photographique. Après des études dans l’atelier de Satoru Wanatabe, elle a rejoint l’atelier de Osamu Moriya pour expérimenter l’art de la photographie de Noriko Kaneko. Elle est photographe depuis trois ans. Elle est représentée par la galerie Antonin Borgeaud (YPF Gallery).Yoann Moreau est anthropologue, maître assistant au CRC (Mines ParisTech), chercheur associé à l’IIAC-Centre Edgar Morin (EHESS/CNRS). Ses recherches portent sur les catastrophes, les modes d’objectivation et la dramaturgie des connaissances. Il a récemment dirigé le numéro 96 de la revue Communications: Vivre les catastrophes (Seuil, 2015), et participe, en tant que dramaturge et performeur, à la création théâtrale (Médée/Fukushima, 2012 ; Manger Seul, 2014 ; Blanche/Katrina, 2016).

Mathias Crémadez

Kyoko Maruyama

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page