Navigation – Plan du site
1. Proliférations

Être en reste face aux résidus nucléaires

Being Left Over: Nuclear Remainders
Yoann Moreau, Mathias Crémadez et Kyoko Maruyama
p. 92-109

Résumés

Parce qu’ils sont invisibles, les résidus nucléaires introduisent une fracture entre savoir et sensation, sensé et sensible, expérimentation et expérience. Par conséquent, ils sont susceptibles d’accentuer la dissonance cognitive inhérente au « Grand Partage » (qui sépare nature/culture, corps/pensée, matières/symboles) et d’accélérer la neutralisation propre au « Petit Mélange » (qui va dans le sens d’une banalisation, d’une normalisation et d’une naturalisation progressives des événements). Tenir compte de cette double menace nous engage à être vigilant quant au maintien du « sens du concret » dans notre traitement des aléas nucléaires. Cela passe, pensons-nous, par une attention redoublée au vocabulaire que nous employons pour les décrire, ainsi qu’aux moyens que nous mobilisons pour les prendre en charge.
Nous défendons l’argument que ces résidus ne constituent pas des déchets (ce qui tend à quitter le champ d’action des activités humaines) mais des restes (ce qui tend à quitter le champ d’action du monde vivant dans son ensemble). Tel que nous l’entendrons, un reste traduira une déprise radicale (écologique, technique et symbolique) que nous tenterons de prévenir en étudiant les ressorts de la fabrique du neutre. Quelques terminologies en usage dans les récits des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima – sarcophage, arche, sacrifice, souillure – nous aideront, in fine, à ébaucher des pistes en vue de maintenir l’embrayage du sensible et du sensé, du connoté et du neutre. Pour développer cet argumentaire, nous nous appuyons également sur ce que nous appelons une « culture du subir », dont la présentation fait l’objet des deux premiers points de cet article.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’expérience des catastrophes
Une culture du subir
Le déchet et le neutre
Voir et savoir, une fracture empirique
Vers une « couture » de la fission
Pour une culture de la fission
Le reste et la parole, proposition pour une couture de la culture du nucléaire

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Jeune fille vêtue à la manière des pêcheuses de perles en apnée (ama-san 海女さん)

© Created by Kyoko Maruyama. Texte : Yoann Moreau.

« Il se demandait ces derniers temps, chaque fois qu’il lisait des documents sur la vie des sauvages primitifs ou regardait des photos […], s’il n’aurait pas pu lui aussi naître parmi eux. […] Et combien d’objets invisibles, inaudibles ou impensables à présent [aurait-il] pu voir alors, et entendre et penser, [s’il] était né dans ces autres existences. Cette pensée-là avait quelque chose d’intolérable et d’effrayant, et en même temps d’intolérablement agaçant. Il y avait donc (c’était une question de faculté, non d’expérience) des choses qu’il ne pouvait ni voir ni entendre ni penser. »
Atsushi Nakajima 

L’expérience des catastrophes

Les catastrophes génèrent un vaste redéploiement du rapport humain à ce qui l’environne. Les survivants se retrouvent dans des situations qui déplacent considérablement leurs existenc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moreau, Y. 2016 « Être en reste face aux résidus nucléaires », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 92-109.

Référence électronique

Yoann Moreau, Mathias Crémadez et Kyoko Maruyama, « Être en reste face aux résidus nucléaires », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/7816 ; DOI : 10.4000/tc.7816

Haut de page

Auteurs

Yoann Moreau

Mathias Crémadez est illustrateur. Après avoir passé plusieurs années au Brésil, il vit et travaille actuellement à Paris. http://mathcz.tumblr.com. Kyoko Maruyama est née à Fukushima. Depuis cinq ans, elle a développé un grand intérêt pour la technique et l’expression photographique. Après des études dans l’atelier de Satoru Wanatabe, elle a rejoint l’atelier de Osamu Moriya pour expérimenter l’art de la photographie de Noriko Kaneko. Elle est photographe depuis trois ans. Elle est représentée par la galerie Antonin Borgeaud (YPF Gallery).Yoann Moreau est anthropologue, maître assistant au CRC (Mines ParisTech), chercheur associé à l’IIAC-Centre Edgar Morin (EHESS/CNRS). Ses recherches portent sur les catastrophes, les modes d’objectivation et la dramaturgie des connaissances. Il a récemment dirigé le numéro 96 de la revue Communications: Vivre les catastrophes (Seuil, 2015), et participe, en tant que dramaturge et performeur, à la création théâtrale (Médée/Fukushima, 2012 ; Manger Seul, 2014 ; Blanche/Katrina, 2016).

Mathias Crémadez

Kyoko Maruyama

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page