Navigation – Plan du site
1. Proliférations

Visible/invisible

Ce qui reste des mines
Visible/ Invisible. What Remains of the Coal Mines
Marion Fontaine
p. 74-91

Résumés

Cet article vise à traiter la question des restes et des déchets produits par l’industrie minière. Si l’exploitation du charbon elle-même demeure mystérieuse, invisible parce que souterraine, elle produit en effet à la surface des traces et des déchets (terrils, installations abandonnées) qui, elles, sont bien visibles. On s’est intéressé à la gestion de ces restes durant la période de l’exploitation minière en France (entre le xixe siècle et le tout début du xxie siècle), mais aussi après la fin de cette exploitation. Faut-il alors considérer les traces anciennes de l’industrie minière comme des restes à effacer, à faire disparaître ? Faut-il au contraire les valoriser comme un patrimoine ? La question des restes du charbon n’a, on le voit, pas tout à fait fini d’être posée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le reste des mines, la mine comme reste
Effacer les stigmates
Des signes et/ou des restes  ?

Aperçu du début du texte

Du fond à la lumière, fragment de charbon

Du fond à la lumière, fragment de charbon

Fragment de lignite, bassin de Briey, milieu des années 1970

© Frédéric Joulian

« Il existe une autre classe de puits, mais qu’il ne faut citer que pour mémoire, ce sont les puits abandonnés, vieux serviteurs qui ont fait leur temps, aux charpentes délabrées, aux édifices réduits à l’état de masures, aux engins rouillés et dépareillés. Quelque fois l’air passe encore dans la cuve du puits, l’air qui sort de la mine, échauffé par la respiration des hommes, la combustion des lampes, chargé de vapeur d’eau et de gaz méphitique. Les ronces, les épines poussent jusqu’autour de l’orifice et dans le puits lui-même, qui devient ainsi un précipice caché sous la verdure  ; ou bien le puits est éboulé, et la ruine s’ajoute à l’abandon. La stérilité qu’a occasionnée l’exploitation de la houillère dans les travaux de la campagne s’étend au loin. La désolation du paysage se mêle à celle que présente le puits abandonné. C’est un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fontaine, M. 2016 « Visible/invisible. Ce qui reste des mines », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 74-91.

Référence électronique

Marion Fontaine, « Visible/invisible », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 20 août 2017. URL : http://tc.revues.org/7810 ; DOI : 10.4000/tc.7810

Haut de page

Auteur

Marion Fontaine

Université d’Avignon – Centre Norbert Elias
Marion Fontaine est membre junior de l’IUF, maître de conférences en histoire à l’Université d’Avignon, chercheuse au Centre Norbert Elias. Elle travaille actuellement sur les questions de désindustrialisation et de fermeture des bassins charbonniers et a récemment publié Fin d’un monde ouvrier. Liévin, 74 (Paris  : Éditions de l’EHESS 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page