Navigation – Plan du site
1. Proliférations

Faire monde avec l’irréparable

Sur les traces des océans de plastique
Getting by With the Irreparable: Following the Traces of Plastic Oceans
Baptiste Monsaingeon
p. 34-47

Résumés

En une quinzaine d’années, le problème de la concentration de déchets plastiques en milieu océanique s’est transformé en un emblème alarmant de la crise écologique globale. Invisible par sa nature microscopique, le phénomène s’est mué en problème public à travers une iconographie spectaculaire dépeignant certains dommages mortifères liés à l’omniprésence de ces restes des activités humaines dans des espaces immenses et particulièrement éloignés. La métaphore des continents de plastique a également participé à fédérer une large diversité d’acteurs autour de la recherche de solutions pour nettoyer les océans. Mais, est-il seulement souhaitable de « réparer le monde » ? N’y-a-t-il pas dans ces projets de grand nettoyage un projet au moins aussi problématique que celui qui semble en mesure de le justifier ? En l’absence de solutions de dépollution, certains subliment ces traces de la catastrophe en cours en un matériau pour nous inviter à réfléchir sur les origines bien terrestres de cette invasion plastique et pour expérimenter de nouvelles façons de faire monde avec nos restes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Du mythe de la découverte
Montrer l’invisible : les sentinelles de la catastrophe
La fabrique d’un problème environnemental
« Réparer le monde » : la dépollution comme seul horizon désirable
L’impossible restauration ou comment faire avec
Ce qu’il reste des océans de plastique

Aperçu du début du texte

« Message from the gyre »

« Message from the gyre »

n° CF000313, © Chris Jordan, www.chrisjordan.com

« Me promenant cet été-là, sous un ciel éclatant, à la voile, et dérivant avec paresse sous le soleil et dans le vent, je me trouvai un beau matin, dans les parages morts et verts de la mer des Sargasses, en un lieu mystérieux où la lumière de l’aurore faisait miroiter follement des millions de petits éclats de toutes formes et couleurs. Laissant porter, je vis avec stupeur un champ d’à peu près cent hectares entièrement peuplé de bouteilles dansantes. (…) Les vents noués les avaient toutes poussées là, de toutes distances, à partir de mille azimuts. Leurs rencontres, régulières, hasardeuses, rendaient un carillon aigu et cacophonique. Ce bruit montait au ciel, allait à l’horizon, il emplissait l’espace d’ivresse. La nuit suivante, une large sargasse me mit en péril de naufrage. Et j’étais sur le point de couler. Je fis vite de quelques bouteilles un radeau, elles me servirent de fl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monsaingeon, B. 2016 « Faire monde avec l’irréparable. Sur les traces des océans de plastique », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 34-47.

Référence électronique

Baptiste Monsaingeon, « Faire monde avec l’irréparable », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/7777 ; DOI : 10.4000/tc.7777

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page