Navigation – Plan du site
Varia

Les photographes ambulants

Conditions et pratiques professionnelles d’un métier itinérant, des années 1880 aux années 1930
Ilsen About
p. 240

Résumés

Cet article examine la pratique professionnelle et la vie quotidienne des photographes ambulants dans une aire géographique centrée sur la France et élargie à d’autres aires de comparaison en Europe, entre les années 1880 et les années 1930. L’enquête s’appuie sur l’étude des témoignages écrits et graphiques du métier de photographe ambulant et sur plusieurs collections issues d’archives publiques (BNF, Archives départementales) et de collections privées. Partant du rôle de cette activité itinérante dans la diffusion massive des pratiques de l’image photographique hors des zones d’activité des studios installés, dans les petites et moyennes villes et dans les campagnes, l’article s’intéresse à la figure sociale du photographe ambulant et analyse les conditions matérielles et quotidiennes de son métier : en restituant les logiques économiques précaires ainsi que les relations entre l’offre commerciale et la demande sociale, se dégage le portrait d’un artisan de la photographie, à la fois praticien expert, artiste fantasque, migrant de passage et inventeur des formes visuelles du portrait qui ont influencé l’histoire des principales pratiques visuelles vernaculaires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Préambule
Des photographes voyageurs aux photographes ambulants
Devenir photographe ambulant : la naissance d’un marché
Les conditions d’une mobilité spatiale et professionnelle
Portraits de photographes ambulants
Le métier au quotidien
Une figure sociale ambivalente

Aperçu du début du texte

Préambule

Dans les années 1970, l’écrivain Evon Neal et la photographe Ann Parker entreprennent un voyage de plusieurs mois à travers le Guatemala à la recherche de photographes ambulants en activité. Ils rapportent une connaissance précise des pratiques quotidiennes exercées par ces opérateurs ainsi que des images qui rendent compte de la vitalité de cette activité et de sa fonction. À la fois ethnographes et anthropologues d’un groupe social, observateurs d’un métier et d’une pratique d’image, ils découvrent le rôle des photographes ambulants comme ciment social et constatent les multiples usages, dans la sphère privée ou publique, des tirages emportés par les passants. Ils rendent compte aussi de cet espace fragile – la tente du photographe – envisagé comme lieu d’une construction collective de l’image de soi qui s’élabore au moment des grandes foires dans les villages du pays, lorsque des dizaines de studios improvisés s’installent les uns à côté des autres. Mais leur livre, publ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilsen About, « Les photographes ambulants », Techniques & Culture, 64 | 2015, 240.

Référence électronique

Ilsen About, « Les photographes ambulants », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://tc.revues.org/7611 ; DOI : 10.4000/tc.7611

Haut de page

Auteur

Ilsen About

Centre Georg Simmel, EHESS/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page