Navigation – Plan du site
Varia

Photo-ethnographie et élaboration collective de savoirs. Le cas d’un programme interdisciplinaire et participatif au Sénégal

Frédérique Jankowski, Joëlle Le Marec, Bastien Defives, Tania Krasova-Wade et Marc Neyra
p. 244

Résumés

Il est désormais fréquent que des chercheurs en sciences sociales soient sollicités dans des programmes de recherche sur l’environnement et la biodiversité. Ce type de collaboration mobilise une attention croissante à l’hétérogénéité des formes de production et de légitimation des savoirs, d’autant plus forte lorsqu’il s’agit de programmes qui impliquent des experts non-scientifiques. Ce contexte génère des tensions, entre d’une part, la rationalisation gestionnaire des formes du travail scientifique et notamment de son évaluation standardisée, et d’autre part, l’ouverture épistémologique à la diversité des modes de légitimation des savoirs et par conséquent à une créativité dans les formes du travail qui contrecarre les tendances à la standardisation.
C’est pour rendre compte de l’attention à la pluralité des savoirs et de ce qu’elle implique et qu’elle crée précisément dans le courant d’une recherche collective, que nous revenons sur une démarche photo-ethnographique menée dans le cadre d’un programme de recherche participatif et interdisciplinaire au Sénégal. Cette démarche a permis de : (i) recueillir des données sur les savoirs locaux et les savoirs scientifiques ; (ii) participer au partage des savoirs propres aux différents acteurs impliqués et (iii) restituer et diffuser des résultats de la recherche partenariale. Mais elle a surtout constitué une forme d’expérimentation collective de formes de communication, de mise en discussion et en circulation des savoirs singuliers mobilisés et produits dans le cadre du projet.
Au travers de cette démarche photo-ethnographique est révélée l’importance de la construction d’une sémiotique pratique commune à l’ensemble des acteurs pour le partage effectif de savoirs multiples dans le cadre de recherche collaborative. Cette étude souligne la manière dont toute construction et toute expression d’un savoir quel qu’il soit est liée à des situations de communication. Une démarche réflexive sur les modes de co-construction de connaissance implique donc nécessairement un travail d’analyse et d’expérimentation sur les pratiques de communication dans des recherches qui associent des collectifs différents.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Photographie et intégration de savoirs multiples pour définir la qualité de sols agricoles au Sénégal
Acteurs et enjeux
Expérimentation collective via la photo-ethnographie collaborative
Principe de la photo-ethnographie collaborative…
Parmi les usages de la photographie pour l’explicitation de connaissances
Rapport à l’image et aide au dialogue
Le sol : un sujet ordinaire ?
L’image comme pratique de connaissance : des « déplacements » imposés à chacun, permis par la collaboration de long cours
Représenter et partager des savoirs à partir « d’observables » : de la prise photographique à l’exposition
Des champs aux laboratoires
L’exposition : publicisation et validation collective
Réflexivité et construction collective d’une méta-sémiotique comme conditions au partage des savoirs

Aperçu du début du texte

Démarche photo-ethnographique

Démarche photo-ethnographique

Un agriculteur réalise une prise de vue d’un tas de sable qu’il a formé sur le sol. Village de Diokoul, communauté rurale (CR) de Dya, région de Kaolac, Sénégal.

© Bastien Defives/transit

Il est désormais fréquent que des chercheurs en sciences sociales soient sollicités dans des programmes de recherche sur l’environnement et la biodiversité, généralement soumis par des équipes en sciences de la nature. Ce type de collaboration mobilise une attention croissante à l’hétérogénéité des formes de production et de légitimation des savoirs, et au rôle de la communication dans le travail scientifique lui-même, d’autant plus forte lorsqu’il s’agit de programmes qui impliquent la participation d’experts ou d’habitants qui ne sont pas des chercheurs. Ces exigences génèrent des tensions entre, d’une part, la rationalisation gestionnaire des formes du travail scientifique et notamment de son évaluation standardisée et, d’autre part, l’ouv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Jankowski, Joëlle Le Marec, Bastien Defives, Tania Krasova-Wade et Marc Neyra, « Photo-ethnographie et élaboration collective de savoirs. Le cas d’un programme interdisciplinaire et participatif au Sénégal », Techniques & Culture, 64 | 2015, 244.

Référence électronique

Frédérique Jankowski, Joëlle Le Marec, Bastien Defives, Tania Krasova-Wade et Marc Neyra, « Photo-ethnographie et élaboration collective de savoirs. Le cas d’un programme interdisciplinaire et participatif au Sénégal », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/7600 ; DOI : 10.4000/tc.7600

Haut de page

Auteurs

Frédérique Jankowski

UPR Green/CIRAD, Montpellier

Joëlle Le Marec

CELSA/Université Paris IV Sorbonne

Bastien Defives

Collectif Transit, Montpellier

Tania Krasova-Wade

IRD, Dakar

Marc Neyra

IRD/IRSTEA, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page