Navigation – Plan du site
Étranges pratiques

Ethnographie dans l’espace de la “Dictature de l’Art” de Jonathan Meese. Comment bien “laisser faire ce qui arrive”

Maxime Le Calvé
p. 226

Résumés

L’artiste contemporain Jonathan Meese s’est fait connaître à la fin des années 1990 par des installations et des performances, puis par une production picturale importante, peintures et collages. Provocateur réputé, il se saisit des aspects les plus sombres de l’histoire allemande pour en faire le matériau d’œuvres aussi polémiques qu’ironiques, qu’il présente dans des interventions défrayant régulièrement la chronique. L’opinion est divisée, le public est séduit, médusé, parfois aussi offensé.
Parmi les motifs récurrents de ses discours et performances, l’explicitation du processus de création de l’artiste figure au tout premier plan. Il n’a de cesse de clamer la présence d’une force, « l’Art », dont il ne serait que le médium, ainsi que son appartenance à un espace hors de la réalité, « l’espace de l’Art », dans lequel il serait libre de créer, c’est-à-dire soumis aux injonctions de cette extériorité. Si l’on peut supposer que cette stratégie n’a pour but que de se dédouaner des critiques que ses provocations permanentes soulèvent, l’activité observée sur le terrain révèle que le discours de Meese repose sur la description d’une présence aussi bien construite qu’effectivement réelle. En suivant d’abord la présentation publique de l’artiste puis le travail opéré par son équipe dans l’intimité de son bureau et de son atelier, l’ethnographie permet de décrire les différentes médiations qui font tenir l’expérience et la présence de l’Art que l’artiste parvient à susciter, présence qui, à son tour, maintient l’artiste à l’œuvre. L’Art de Jonathan Meese se révèle alors dans un dispositif local, qui comporte des attitudes élaborées, des médiations institutionnelles locales et globales. La prise au sérieux de son enquête et la mise en valeur de ses modes de restitutions invitent à donner à l’Art de Jonathan Meese le statut d’une connaissance sur la vie en général. Dans ce mouvement, il apparaît que ce type de connaissance se trouve situé et porté par des circonstances singulières et appelle à un acte de foi envers le monde.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un phénomène en peinture et en récit
L’action filmée : bravade documentaire ?
Collaborer à la dictature de l’Art
L’observation impliquée
Petite écologie de l’atelier Meese
Passage de l’Art et espace de l’Art chez Jonathan Meese

Aperçu du début du texte

Portait de Jonathan Meese

Portait de Jonathan Meese

extrait du site internet de l’artiste

©Jonathan Meese/photographie J. Bauer.

Le premier contact avec l’artiste contemporain allemand Jonathan Meese (Fig.1) plonge souvent dans un profond désarroi. Son œuvre peut être perçue comme un étrange mélange de naïveté et de grandiloquence. Son discours sur la «dictature de l’Art» ressemble à une surenchère de clichés et de mauvais goût. Que l’on adhère ou pas à cette manière de faire de l’art, que l’on apprécie ou non la plaisanterie, il est difficile de rester indifférent. Au cours des quinze dernières années, Meese est devenu un personnage incontournable de la scène de l’art contemporain allemand. Considéré comme l’un des plus jeunes «grands artistes» du pays (Knöfel 2015), il s’est rendu célèbre dans les milieux de l’art à la fin des années 1990 par des installations couplées à des performances. Il consacre aujourd’hui une grande part de son activité à la peinture et plus récemment à s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Le Calvé, « Ethnographie dans l’espace de la “Dictature de l’Art” de Jonathan Meese. Comment bien “laisser faire ce qui arrive” », Techniques & Culture, 64 | 2015, 226.

Référence électronique

Maxime Le Calvé, « Ethnographie dans l’espace de la “Dictature de l’Art” de Jonathan Meese. Comment bien “laisser faire ce qui arrive” », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/7591 ; DOI : 10.4000/tc.7591

Haut de page

Auteur

Maxime Le Calvé

Centre Georg Simmel, EHESS Paris. Institut für Theaterwissenschaft, FU Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page