Navigation – Plan du site
Étranges pratiques

Le don d’objets et des « restes de vie » (Raphaëlle de Groot). Pour une ethnocritique de l’œuvre d’art

Sophie Ménard
p. 192

Résumés

L’examen de quelques œuvres issues du projet Le Poids des objets (2009-2014) de l’artiste québécoise Raphaëlle de Groot permet d’interroger la trajectoire artistique et biographique des objets embarrassants. Cette étude ethnocritique de l’œuvre d’art contemporain fait l’hypothèse que l’esthétisation du don de ces « petites choses qui ne servent plus à rien » – mais qui ont pourtant des valences hautement symboliques et affectives du fait de leur inscription dans un système de l’échange – “sémiotise” des logiques culturelles de type matériel (circulation des valeurs des objets), scriptural (collection, liste, inventaire) et oral (témoignage, échange verbal, récits de vie d’objet).

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« Ethnocritiquer » l’art
Donner, recevoir et conserver : logiques artistiques de l’échange symbolique
Bricoler la polylogie : la liste de dons de Weighing, 6,704 kg balanced on head

Aperçu du début du texte

Figure 1

Figure 1

Raphaëlle de Groot, 1273 petites choses qui ne servent plus (2010)

Photographie : avec l’aimable autorisation de l’artiste. © R. de Groot

On se donne en donnant.
Mauss, 2010

L’artiste québécoise Raphaëlle de Groot fait depuis 2009 la collecte d’objets incommodes. Relique entassée, cadeau d’un ex-copain, gadget qui n’est plus du dernier cri, breloque brisée, bibelot enveloppé de poussière, jouet d’enfant devenu grand ou d’animal de compagnie décédé, babiole oubliée depuis longtemps, tous ces « restes de vie » (De Groot 2011), qui encombrent nos maisons et que nous sommes incapables de jeter ni de donner, composent le trésor et le stock des matériaux de l’artiste. Du collectage de ces dons à leur archivage en passant par leur portage, l’œuvre a pour dominante esthétique et conceptuelle le système symbolique de l’échange qu’elle réinvente, à partir de sa culture occidentale, « scripto-centrée » et contemporaine. Nous proposons d’étudier dans une perspe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Ménard, « Le don d’objets et des « restes de vie » (Raphaëlle de Groot). Pour une ethnocritique de l’œuvre d’art », Techniques & Culture, 64 | 2015, 192.

Référence électronique

Sophie Ménard, « Le don d’objets et des « restes de vie » (Raphaëlle de Groot). Pour une ethnocritique de l’œuvre d’art », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://tc.revues.org/7585 ; DOI : 10.4000/tc.7585

Haut de page

Auteur

Sophie Ménard

CREM, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page