Navigation – Plan du site
Étranges pratiques

« on ne sait pas ce qu’est une pratique ». Regards croisés sur l’écologie des pratiques artistiques

Yaël Kreplak et Franck Leibovici
p. 188

Résumés

L’art contemporain aura tellement brouillé les pistes en multipliant les formats, les médias, les pratiques, que la définition même de l’art s’en est trouvée dissoute. On a ainsi pu parler d’un mouvement de « dé-définition de l’art ». D’aucuns penseraient alors qu’une enquête ethnographique pourrait suffire à pallier cette nouvelle situation : suivons les artistes dans leur atelier, observons leur(s) pratique(s), et nous saurons ce qu’ils font vraiment. Si cette perspective est assurément indispensable pour avoir un minimum de données depuis lesquelles travailler, elle se heurte néanmoins à un problème de taille : nous ne savons ce qu’est, aujourd’hui, en art contemporain, une pratique. Nous ne savons donc pas ce qu’il faut réellement observer, ce qu’il faut considérer comme des « données », nous ignorons où commence et où finit un processus de production d’œuvre. Nous ne savons pas ce qu’il faut nommer « œuvre ». Que signifie alors « observer » ou « suivre » une pratique ? Le texte qui suit est un dialogue entre Yaël Kreplak, chercheuse, et Franck Leibovici, artiste. Tous deux ont mené, selon deux perspectives différentes, une enquête sur les pratiques artistiques contemporaines. S’ils partent du même constat et se retrouvent dans leurs conclusions, les instruments d’enquête qu’ils mobilisent impliquent des conceptions distinctes de ce qu’est une pratique. C’est à l’exploration de ces différences et de leurs implications pour redéfinir l’œuvre d’art qu’est consacré ce texte.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Nous précisons au lecteur que la rédaction de Techniques&Culture a fait le choix de respecter dans les réponses de l'artiste les normes typographiques qui lui sont propres.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

L’art contemporain aura tellement brouillé les pistes en multipliant les formats, les médias, les pratiques, que la définition même de l’art s’en est trouvée dissoute. On a ainsi pu parler d’un mouvement de « dé-définition de l’art » (Rosenberg 1992). D’aucuns penseraient alors qu’une enquête ethnographique pourrait suffire à pallier cette nouvelle situation : suivons les artistes dans leur atelier, observons leur(s) pratique(s), et nous saurons ce qu’ils font vraiment.

Si cette perspective est assurément indispensable pour avoir un minimum de données depuis lesquelles travailler, elle se heurte néanmoins à un problème de taille : nous ne savons ce qu’est, aujourd’hui, en art contemporain, une pratique. Nous ne savons donc pas ce qu’il faut réellement observer, ce qu’il faut considérer comme des « données », nous ignorons où commence et où finit un processus de production d’œuvre. Nous ne savons pas ce qu’il faut nommer « œuvre ».

Nous sommes toutefois conscients qu’une pratique ne se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yaël Kreplak et Franck Leibovici, « « on ne sait pas ce qu’est une pratique ». Regards croisés sur l’écologie des pratiques artistiques », Techniques & Culture, 64 | 2015, 188.

Référence électronique

Yaël Kreplak et Franck Leibovici, « « on ne sait pas ce qu’est une pratique ». Regards croisés sur l’écologie des pratiques artistiques », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/7582 ; DOI : 10.4000/tc.7582

Haut de page

Auteurs

Yaël Kreplak

Postdoctorante du Labex CAP (associée au Centre Pompidou et au musée du quai Branly) et membre associée au Centre d’étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss (EHESS)

Franck Leibovici

Poète et artiste

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page