Navigation – Plan du site
Détours techniques

De la main à la production industrielle en série

L’articulation entre art et technique dans l’art contemporain envisagée à partir du concept de trace
Cécile Dazord
p. 124

Résumés

Une caractéristique de l’œuvre d’art est qu’elle procède de deux ordres, l’intelligible et sensible, dont l’articulation conditionne la possibilité et les modalités d’une connaissance de l’œuvre d’art et de l’œuvre d’art comme vecteur de connaissance. Comment les beaux-arts traditionnels, fondés sur l’expression ou la traduction d’une intuition ou d’un concept dans un matériau ou une forme, puis, à partir du début du XXe siècle, sur des pratiques artistiques marquées par l’irruption et l’intégration d’objets produits industriellement en série, s’accommodent-ils de cette hétérogénéité sans se dissoudre dans l’extériorité du matériau ou de l’objet sériel ?
Envisagé comme indice actuel et circonstancié d’un donné originaire chez Ginzburg ou dépourvu, au contraire, de toute fonction indiciaire chez Derrida, le concept de trace constitue un point de départ à partir duquel repenser le rapport entre l’intelligible et le sensible dans l’œuvre d’art et notamment la place et le statut des objets produits industriellement en série. Il s’agit, en d’autres termes, à partir du concept de trace – et de ce qui permet de le confondre avec l’empreinte, le signe, le symbole ou, au contraire, de l’en distinguer – de reconsidérer l’articulation entre l’art et la technique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Notes de l’auteur

Ce texte a été produit dans le cadre d’un séminaire dirigé par Xavier Guchet à l’UFR de philosophie de Paris-1 sur la traçabilité.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’intention artistique et le paradigme indiciaire dans les beaux-arts
Intégration, dans les œuvres d’art, d’objets produits industriellement en série
Inadéquation du paradigme indiciaire
L’obsolescence et la part technique des œuvres
Le concept de trace pour envisager l’articulation entre art et technique

Aperçu du début du texte

Moniteur à tube cathodique (circa 1980) en cours d’étude

Moniteur à tube cathodique (circa 1980) en cours d’étude

Moniteur à tube cathodique démonté, vue arrière

© Cécile Dazord, C2rmf

Une caractéristique de l’œuvre d’art est qu’elle procède de deux ordres, l’intelligible et le sensible, dont l’articulation conditionne les modalités de cette dernière comme vecteur de connaissance. Comment les beaux-arts traditionnels (peinture, sculpture, dessin essentiellement), fondés sur l’expression ou la traduction d’une intuition ou d’un concept dans un matériau ou une forme, puis, à partir du début du xxe siècle, sur des pratiques artistiques marquées par l’irruption et l’intégration d’objets produits industriellement en série, s’accommodent-ils de cette hétérogénéité sans se dissoudre dans l’extériorité du matériau ou de l’objet sériel ? Envisagé comme indice actuel et circonstancié d’un donné originaire chez Ginzburg (2010 [1986]) ou dépourvu, au contraire, de toute fonction indiciaire chez Derrida (2009 [1967], 1967), l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Dazord, « De la main à la production industrielle en série », Techniques & Culture, 64 | 2015, 124.

Référence électronique

Cécile Dazord, « De la main à la production industrielle en série », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/7574 ; DOI : 10.4000/tc.7574

Haut de page

Auteur

Cécile Dazord

Département recherche / Art contemporain, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page