Navigation – Plan du site
Projets critiques

Des formes cachées dans la matière. La bricologie de l’art participatif à la lumière de la pensée de Gilbert Simondon

Estelle Zhong
p. 96

Résumés

Au début des années 1990, apparaît une nouvelle pratique artistique : l’art participatif (participatory art). Cette dernière se caractérise d’abord par une création hors atelier : la création s’inscrit dans l’espace social. Elle se distingue ensuite par le fait qu’elle n’est pas le fruit du travail de l’artiste seul, mais celui d’une collaboration en présence entre artiste et participants. De nombreux artistes sont reconnus à l’échelle internationale pour leurs œuvres d’art participatif : parmi eux, Thomas Hirschhorn, Jeremy Deller, Javier Téllez ou encore Michael Rakowitz.
Quiconque s’intéresse à cette nouvelle pratique artistique se retrouve rapidement confronté à l’incapacité d’en rendre compte. En effet, comment analyser des œuvres qui prennent la forme non-spectaculaire d’ateliers de cuisine ou de bricolage, de conversations informelles entre participants, de déambulations à vélo dans la ville ? Plus précisément, c’est le travail propre à l’artiste qui devient particulièrement difficile à décrire : il semble à première vue caractérisé par l’abandon d’une technicité, d’un savoir-faire. Le travail de l’artiste serait-il seulement celui d’un « facilitator » selon l’expression de Jeremy Deller, d’un organisateur d’événements et de rencontres ? Serait-ce une nouvelle pratique caractérisée par un « deskilling » de l’artiste (Bishop 2011) ?
Nous faisons l’hypothèse que ce constat est le symptôme d’un manque de concepts et d’outils adaptés aux spécificités formelles de cette nouvelle pratique : nous proposons d’analyser le travail de l’artiste participatif à la lumière du concept de forme implicite, tel qu’il est proposé par le philosophe français Gilbert Simondon (Simondon 1965). Nous étudions ainsi la conversation, le bricolage, la cuisine comme des matières choisies par l’artiste pour les formes implicites qu’elles recèlent, pour les conséquences formelles décisives qu’elles impliquent. L’art propre à l’artiste participatif s’apparenterait ainsi à une maîtrise des formes implicites de l’ensemble des pratiques humaines, matières privilégiées de l’art participatif.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous vous invitons à consulter la synthèse de cet article (édition papier) en téléchargeant le document placé en annexe.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une nouvelle pratique artistique contemporaine : l’art participatif
Une pratique opaque à l’analyse
Quelle prise de forme pour l’art participatif ?
Forme et matière chez Focillon et Simondon
Les formes implicites de la matière
Les formes implicites des matières de l’art participatif
La bricologie comme maîtrise de l’identification des formes implicites de la matière
La réappropriation créatrice
Les arts de faire
La coopération
La fabrication d’habitudes
Changer les habitudes quotidiennes par l’art pour changer la vie
Le travail des formes implicites par l’artiste
Travailler en connaissance / travailler indépendamment des formes implicites
Travailler contre les formes implicites
Travailler indépendamment des formes implicites
Le travail des formes implicites par les participants

Aperçu du début du texte

Introduction

Une nouvelle pratique artistique contemporaine : l’art participatif

Devant des vieilles dames médusées, un homme coiffé de bois de cerf pousse des hurlements incantatoires pour empêcher la destruction de leur HLM. Au pied des tours de la cité Forest Houses, dans le Bronx, les habitants s’activent à construire un « monument » au philosophe italien Antonio Gramsci. D’anciens mineurs anglais reconstituent l’émeute d’Orgreave à laquelle ils avaient eux-mêmes pris part en 1984. Des GI fraîchement revenus de Bagdad préparent et vendent des kebabs irakiens dans un petit camion qui sillonne les rues de Chicago (Deller 2001, Coates 2004, Rakowitz 2004, Hirschhorn 2014).

Toutes ces visions hallucinatoires sont autant de projets relevant d’une pratique artistique apparue au début des années 1990 : l’art participatif (participatory art). Cette pratique se retrouve sous plusieurs noms : social practice, socially-engaged art, dialogic art, community-based art. Si l’on peut retrouver, to...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Zhong, « Des formes cachées dans la matière. La bricologie de l’art participatif à la lumière de la pensée de Gilbert Simondon », Techniques & Culture, 64 | 2015, 96.

Référence électronique

Estelle Zhong, « Des formes cachées dans la matière. La bricologie de l’art participatif à la lumière de la pensée de Gilbert Simondon », Techniques & Culture [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://tc.revues.org/7567 ; DOI : 10.4000/tc.7567

Haut de page

Auteur

Estelle Zhong

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, docteure en histoire de l’art, diplômée de Sciences Po Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page