Navigation – Plan du site
Varia

La domestication de l’abeille par le territoire

Un exemple d’apiculture holiste dans le sud marocain
The Taming of the bee by the territory. An example of holistic beekeeping in the Moroccan South
Romain Simenel, Antonin Adam, Audrey Crousilles, Lahoucine Amzil et Yildiz Aumeeruddy-Thomas
p. 258-279

Résumés

En cherchant à requalifier la domestication des abeilles à partir de pratiques plus holistes et plus ancrées dans le territoire, le propos de cet article est d’interroger la manière dont les apiculteurs du Sud-Ouest marocain (D’Essaouira à Tan Tan) intègrent idéologiquement et techniquement les abeilles jaunes sahariennes dans leur monde. Les savoir-faire des apiculteurs de ces régions reposent en partie sur la manipulation de différents types d’espaces agraires, et l’apiculture est partie intégrante de l’agro-écosystème global. Bien que sédentaire, l’apiculture dans le sud du Maroc implique une grande diversité d’espaces, comprenant les falaises à chutes d’eau, les champs de céréales et d’arganiers, les zones arboricoles fermées, les zones de monoculture de figuiers de barbarie, les parcours dominés par les euphorbes et les arganiers. Chaque unité spatiale du territoire rural est le support d’un certain degré de domestication des abeilles : capture des essaims sauvages, acclimatation des ruches, production de miel, reproduction des essaims. Les savoir-faire des apiculteurs s’illustrent par la connaissance sur le comportement des abeilles (comportement alimentaire, temporalité des préférences de matières apicoles), leur métabolisme (vertus des plantes sur la vie des abeilles, leur capacité à essaimer, leur capacité à nettoyer la ruche), et la pollinisation qu’elles permettent. Les apiculteurs du Sud-Ouest marocain jouent ainsi sur la pluralité des espaces de cultures et des espèces qui y poussent pour intégrer l’abeille dans le territoire rural de manière holiste. Plus encore, par l’emplacement dans l’espace de la ruche, l’apiculteur exerce un contrôle direct sur la reproduction de l’animal et la maîtrise des rythmes physiologiques liés à son alimentation, condition sine qua non à sa domestication. La domestication se réalise ainsi par l’intermédiaire du territoire, car l’apiculteur joue sur la multifonctionnalité des espaces en termes de cortège végétal pour maîtriser le cycle de vie et de production de l’abeille. La domestication de l’abeille saharienne résulte donc autant de gestes techniques appréciables sur le moment, que de longs processus d’aménagement du territoire et de sélection des espèces en tenant compte de la variable apicole.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie
De la gauche vers la droite : comment domestiquer les abeilles par un simple déplacement
Une apiculture sédentaire holiste au sein du territoire rural
Le taddart
Temporalité des ressources apicoles et connaissances sur le métabolisme des abeilles

Aperçu du début du texte

Un gardien de rucher collectif dans le Sud-ouest marocain. Sauf mention contraire toutes les photos et les schémas sont des auteurs de l’article

© Romain Simenel

La problématique de l’effondrement des populations d’abeilles dans le monde ne se pose pas en des termes similaires dans les zones tempérées et dans les zones semiarides et arides. Dans ces dernières, l’effondrement est chronique et dû à des régimes de précipitations annuelles très variables qui imposent des fluctuations du niveau des populations d’abeilles. Dans ces conditions, la continuité du rapport homme-abeille ne repose pas tant sur la stabilité de la population ou du stock de pollen et nectar disponible que sur la permanence de la relation, tant pratique que symbolique. Une telle distinction de contextes apicoles invite à préciser le régime de relation qui permet sa permanence en dehors de toute stabilité démographique d’un des acteurs de la relation, l’abeille.

La question de la domestica...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Simenel, Antonin Adam, Audrey Crousilles, Lahoucine Amzil et Yildiz Aumeeruddy-Thomas, « La domestication de l’abeille par le territoire », Techniques & Culture, 63 | 2015, 258-279.

Référence électronique

Romain Simenel, Antonin Adam, Audrey Crousilles, Lahoucine Amzil et Yildiz Aumeeruddy-Thomas, « La domestication de l’abeille par le territoire », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 22 décembre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://tc.revues.org/7516 ; DOI : 10.4000/tc.7516

Haut de page

Auteurs

Romain Simenel

I.R.D -L.P.E.D

Articles du même auteur

Antonin Adam

IRD/GRED

Audrey Crousilles

Faculté de Pharmacie de Montpellier

Lahoucine Amzil

Université Mohamed V Agdal, CERGEO

Yildiz Aumeeruddy-Thomas

CNRS/ UMR CEFE 5175

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page