Navigation – Plan du site
Thema
III. Conduite des bêtes, fabrique des territoires

Faire pâturer, Faire société, durablement

Éleveurs et élevages, entre inscription territoriale et changements globaux
Grazing, building society… sustainably. Farmers and farming, between territorial identity and global changes
Lucie Dupré, Jacques Lasseur et René Poccard-Chapuis
p. 202-231

Résumés

Souvent tenu pour archaïque, l’élevage au pâturage revient dans les débats et suscite un intérêt nouveau, en partie aiguisé par les crises et les impasses sanitaires, économiques et écologiques auxquelles sont confrontés les éleveurs, impasses qui sont amplifiées par la mondialisation de l’économie agricole. Revenant sur le Thema, cet article rappelle, entre Nord et Sud, la complexité et la diversité des modalités techniques du pâturage et de ses enjeux sociaux, environnementaux et économiques. Le pâturage engage l’éleveur dans un travail avec la nature qui repose sur l’organisation très contrainte d’un rapport au temps et aux ressources du territoire. Il nourrit de véritables cultures professionnelles, pastorales ou agro-pastorales, entièrement tournées vers le vivant. Celui-ci impose son rythme et ses incertitudes, offre ses bienfaits tandis que, entre économie et écologie, d’autres rythmes gouvernent les activités agricoles. La place des pâtures indique celle de l’élevage, et par conséquent celle des éleveurs. Elle se joue dans des dynamiques complexes d’occupation du sol, dans lesquelles la forêt, alliée ou concurrente, intervient fortement. Dans ces dynamiques, fromages, laine, agneaux ne sont pas les seuls fruits du pâturage ; s’y invitent des territoires, des paysages, des sociétés locales en prise avec des tensions largement mondialisées. Contribuant à la fabrique sociale des territoires, le pâturage est politisé. Les enjeux et les critiques dont il est, ou a pu être, parfois l’objet montrent en effet qu’il excède la seule question agricole ou l’échelle locale: il fait société. Le maintien et le développement durable de l’élevage dans ses territoires, souvent fragiles, ne peuvent aujourd’hui se penser indépendamment d’un projet de société plus global, dans lequel la question économique ravive au plus haut point la nécessité de redéfinir notre rapport aux ressources naturelles, selon des formes garantissant préservation environnementale et sécurisation des éleveurs, entre ancrage local et changements globaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

De la culture locale du pâturage…
… à l’épreuve de leurs modernisations
… jusqu’aux « global change » et « global cow »
Le pâturage et les dynamiques d’usages des sols
Élevages et forêts : deux mondes en dispute…
… mais potentiellement complémentaires
… et le labourage en arbitre
Une fabrique sociale des territoires
Les régulations de l’accès aux espaces pâturés
Ressources territoriales et pâturage
La politisation territoriale de l’élevage
Conduite des bêtes, ressources naturelles et gouvernement des hommes

Aperçu du début du texte

Moutons à Marseille. Lorsque la ville ne va pas au pâturage, c’est le mouton qui s’invite en ville. Ici à Marseille, en juillet 2013, la transhumance ovine célèbre la capitale européenne de la culture et parade sur les quais. Les éco-moutons parisiens ou les bars à moutons coréens disent la nécessité de restaurer un lien à l’animal dont les herbivores sont des emblèmes.

© Camille Lasseur

En 1968, G. Hardin publie « la tragédie des communs », texte qui sera longuement, âprement, fréquemment discuté, commenté, critiqué. C’est sur l’usage collectif des pâturages qu’il prend appui en attirant l’attention sur ses conséquences en termes d’épuisement des ressources naturelles, dans un monde de plus en plus peuplé (Hardin, 1968). F. Lochet voit dans ce texte la « tragédie de la finitude », finitude des ressources et des territoires que les clichés de la terre pris par les missions Appolo, dans les années 1970, sont venus illustrer. Cette prise de conscience colle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Dupré, Jacques Lasseur et René Poccard-Chapuis, « Faire pâturer, Faire société, durablement », Techniques & Culture, 63 | 2015, 202-231.

Référence électronique

Lucie Dupré, Jacques Lasseur et René Poccard-Chapuis, « Faire pâturer, Faire société, durablement », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tc.revues.org/7492 ; DOI : 10.4000/tc.7492

Haut de page

Auteurs

Lucie Dupré

INRA ; INRA ; CIRAD

Articles du même auteur

Jacques Lasseur

Articles du même auteur

  • Pâturages [Résumé | Accès restreint]
    Nourrir ses bêtes et vivre de l’élevage : une introduction
    Paru dans Techniques & Culture, 63 | 2015

René Poccard-Chapuis

Articles du même auteur

  • Pâturages [Résumé | Accès restreint]
    Nourrir ses bêtes et vivre de l’élevage : une introduction
    Paru dans Techniques & Culture, 63 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page