Navigation – Plan du site
Thema
III. Conduite des bêtes, fabrique des territoires

Patrimonialisation de la pâture

Entre marginalisation et valeur universelle
Recognition of grazing heritage through legislation. Between marginalization and universal value
Olivier Barrière
p. 182-201

Résumés

La pâture et l’activité pastorale dépendent en partie de ce que le droit en fait. Les contextes socio-écologiques dans le monde sont très variés mais il se dégage deux grands paradigmes, celui de la propriété privée et celui de la patrimonialité commune ou collective. Le rapport entre ces deux systèmes conduit soit à pérenniser l’activité pastorale, soit à la contraindre ou à l’éliminer. La marginalisation du pastoralisme n’est pas forcément rédhibitoire. De plus, le droit international parvient à classer et élever au statut de valeur universelle le paysage agro-pastoral en tant que « culture vivante ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été conduit dans le cadre du projet de recherches MOUVE financé par l’Agence nationale de la recherche (projet ANR-2010-STRA-005-01).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La pâture soumise au droit de propriété : une marginalisation foncière du pastoralisme
Une mise en valeur pastorale des territoires ruraux
L’intégration du pastoralisme dans les projets de territoire
Le droit de pâture, un enjeu qui acquiert une « valeur universelle »

Aperçu du début du texte

Entre bergers, tirage au sort des imizar (cabanes) du pâturage d’altitude (agdal) « Marat » dans le territoire Aït Zekri sur le versant sud du Haut Atlas marocain. L’attribution de l’amazir (cabane) conditionne l’accès aux pâturages alentours. Elle est au cœur de la stratégie pastorale du berger. mai 2005.

Photo : Olivier Barrière, Base Indigo IRD.

La contrainte foncière devient souvent une impasse pour l’activité pastorale face au régime du droit de propriété. En effet, l’accès à la ressource herbe (sur pied) se voit de plus en plus contrariée à la fois par la compétition des usages sur l’espace que l’on retrouve dans les différents terrains étudiés dans ce Thema (urbanisation, activités diverses, mises en défens) et le besoin de pâturages de dimensions adaptés aux troupeaux dont les effectifs ont souvent eu tendance à croître. « Aller là où se trouve l’herbe » définit le pastoralisme par la mobilité qu’il induit. Le souci constant se situe ainsi dans une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Barrière, « Patrimonialisation de la pâture », Techniques & Culture, 63 | 2015, 182-201.

Référence électronique

Olivier Barrière, « Patrimonialisation de la pâture », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 16 décembre 2018, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://tc.revues.org/7486 ; DOI : 10.4000/tc.7486

Haut de page

Auteur

Olivier Barrière

IRD – UMR ESPACE-DEV

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page