Navigation – Plan du site
Thema
III. Conduite des bêtes, fabrique des territoires

Mouton, dessine-moi un pays

L’élevage ovin et l’identité régionale en Patagonie
Fernando Raul Coronato et Jean-François Tourrand
p. 161-181

Résumés

La Patagonie, extrémité australe des Amériques demeura terra incognita jusqu’à la fin du XIXe siècle, quand elle fut incorporée aux circuits politiques et économiques internationaux, et ceci grâce au développement de l’élevage ovin. La mise en valeur agricole de ces vastes steppes s’est faite à l’aide d’un élevage extensif qui s’est répandu en deux à trois décennies sur les quelques 800,000 km2 de la région. Le cheptel de Patagonie atteignit les vingt millions de moutons vers 1950, tandis que la population ne dépassait un million d’habitants qu’en 1980, de surcroît étant urbaine à 95 %. Même si d’autres activités économiques, notamment l’exploitation pétrolière, se sont développées tôt et ont contribué à la formation d’une société très cosmopolite, le mouton est à la base de la société patagonienne, car cette dernière s’est structurée autour de la filière ovine. Malgré le déclin de l’activité dans les dernières décennies du XXe à cause des crises économiques et environnementales, le caractère constitutif de l’élevage ovin dans la région explique la présence du mouton dans la symbolique régionale et sa persistance en tant que repère identitaire chez les Patagoniens.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Que le mouton soit, et le mouton fût !
L’outil de la territorialisation
La politique du « boom and crash » et ses conséquences écologiques
Les arguments de l’insouciance
Remise en cause de l’ovin en Patagonie
L’identité moutonnière

Aperçu du début du texte

Le Fleuve

Le Fleuve

Les cours d’eau permanents sont peu nombreux dans les steppes de Patagonie. Les troupeaux qui en bénéficient sont des privilégiés, autant que leurs éleveurs (sur la photo, le fleuve Chubut à mi-chemin entre les Andes et l’Atlantique). Les fleuves traversent les plateaux dans des vallées abritées orientées Ouest-Est. La colonisation de la région a été dans le sens longitudinal et les fleuves, transversaux, ont joué le rôle d’étapes plutôt que de voie de pénétration. Toutes les autres photos sont des auteurs.

© Jorge Miglioli

Lorsque le Petit Prince, loin de partout, demandait à Antoine de Saint-Exupéry de lui dessiner un mouton, il aurait bien pu se trouver en Patagonie. Sur la route de l’Aéropostale le pilote-écrivain survolait le Sahara aussi bien que la Patagonie, terminus de la ligne, et à cette époque-là, autour de 1930, la Patagonie était encore une terre de pionniers, soient-ils des éleveurs ou des aviateurs…

Dans cet article nous retraçons l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fernando Raul Coronato et Jean-François Tourrand, « Mouton, dessine-moi un pays », Techniques & Culture, 63 | 2015, 161-181.

Référence électronique

Fernando Raul Coronato et Jean-François Tourrand, « Mouton, dessine-moi un pays », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://tc.revues.org/7475 ; DOI : 10.4000/tc.7475

Haut de page

Auteurs

Fernando Raul Coronato

Centro Nacional Patagonico -CIRAD

Jean-François Tourrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page