Navigation – Plan du site
Thema
II. Temps, débats

Amazonie, la forêt qui cache la prairie

The Amazon, the forest that hides the pasture
René Poccard, Amaury Bendahan, Soraya Carvalho, Livia Navegantes, Laura Ferreira, Vania Vazfr, Sophie Plassin et Jean-François Tourrand
p. 146-161

Résumés

L’Amazonie brésilienne est plus connue pour sa forêt que pour ses prairies. Celles-ci poursuivent pourtant, depuis cinq décennies de colonisation par la patte du bœuf, une expansion sans précédents dans le monde de pâturages cultivés, au détriment de la couverture forestière. Le long de fronts pionniers de déforestation, les éleveurs avancent et occupent les terres jusqu’alors publiques ou indigènes, amorçant l’émergence de nouveaux territoires en herbes. Les auteurs éclairent cette Amazonie des pâturages, méconnue, sous trois angles complémentaires. Ils expliquent en premier l’origine culturelle de l’expansion actuelle des pâturages, en la rattachant à la notion de frontière agricole, propre au Brésil depuis sa découverte par les navigateurs portugais. Le deuxième aspect est relatif aux mécanismes agronomiques qui conditionnent cette production fourragère équatoriale, la rendant à la fois attractive, risquée, changeante. Enfin, le lien aux territoires est explicité, montrant comment autour des pâturages naissant se construisent des territoires en herbes, qui pourront après cette phase initiale de conquête foncière se diversifier et consolider leurs institutions. Une dynamique nouvelle se fait jour actuellement, le pâturage dégradé devenant une réserve de terres arables pour alimenter le monde dans les prochaines décennies, et enrichir les investisseurs qui suivent les pionniers. C’est l’entrée de la chimie dans les pâturages et l’artificialisation des agroécosystèmes. Ainsi l’article s’attache à lire les liens entre évolutions des pâturages et des sociétés, ce point de vue permettant de conclure sur les conditions sociales d’émergence de systèmes d’intensification écologique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a été conduit dans le cadre du projet de recherches MOUVE financé par l’Agence nationale de la recherche (projet ANR-2010-STRA-005-01).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les troupeaux bovins, fer de lance de la colonisation Brésilienne
L’élevage et la frontière
Objectif Amazonie
La fièvre de la déforestation
Agronomie des pâturages amazoniens : entre dégradation et intensification écologique
Territoires en herbe. Trajectoires des fronts pionniers amazoniens, perspectives pour un élevage bovin durable
Construire sur des cicatrices
Nouvelles organisations sociales, entre territoires et multinationales

Aperçu du début du texte

Prise en saison sèche, cette photo illustre les bénéfices multiples des pratiques visant à préserver l’eau dans les sols. Le bon enracinement de la graminée, semée avec un engrais, combinée à l’ombre produite par les eucalyptus, largement espacés dans la prairie, permettent de maintenir une biomasse verte toute l’année. Grâce à cela, les troupeaux maintiennent des indices de performances zootechniques constants dans l’année, évitant le traditionnel infléchissement en saison sèche. Les risques d’incendie sont limités, les troncs servent de poteaux pour des barrières sur mesure, et surtout le confort thermique permet d’utiliser des croisements avec des races européennes, plus productives pour le lait (ici des vaches croisées zébu Gir / taurin holstein) et la viande. Loin d’être une contrainte, la meilleure gestion des ressources naturelles, ici hydriques, est au contraire une source de meilleures performances : c’est le principe de l’écoefficience.

© R. Re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Poccard, Amaury Bendahan, Soraya Carvalho, Livia Navegantes, Laura Ferreira, Vania Vazfr, Sophie Plassin et Jean-François Tourrand, « Amazonie, la forêt qui cache la prairie », Techniques & Culture, 63 | 2015, 146-161.

Référence électronique

René Poccard, Amaury Bendahan, Soraya Carvalho, Livia Navegantes, Laura Ferreira, Vania Vazfr, Sophie Plassin et Jean-François Tourrand, « Amazonie, la forêt qui cache la prairie », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/7453 ; DOI : 10.4000/tc.7453

Haut de page

Auteurs

René Poccard

CIRAD -Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária -Université Fédérale du Pará

Amaury Bendahan

CIRAD -Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária -Université Fédérale du Pará

Soraya Carvalho

CIRAD -Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária -Université Fédérale du Pará

Livia Navegantes

UFPa – Université Fédérale du Pará, Marcelo Thalês (MPEG)

Laura Ferreira

UFPa – Université Fédérale du Pará

Vania Vazfr

Université de Brasília

Sophie Plassin

CIRAD

Jean-François Tourrand

CIRAD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page