Navigation – Plan du site
Thema
II. Temps, débats

La ressource fourragère « qui convient »

Conceptions et points de vue d’éleveurs des Cévennes et du Vercors
« Suitable » forage resources. Public debate and local cheeses in the Cevennes and the Vercors
Martine Napoléone, Carole Chazoule et Philippe Fleury
p. 110-129

Résumés

Cet article s’intéresse au pâturage qui convient et aux ressources fourragères que l’éleveur utilise pour nourrir son troupeau. Fourrages non cultivés des prairies naturelles, des parcours ou des landes ? Fourrages cultivés des prairies « temporaires » ? À partir d’une frise historique, depuis la seconde guerre mondiale, nous montrons que le pâturage qui convient évolue au cours du temps. Après la seconde guerre mondiale, les cultures s’imposaient en maître dans les modèles agricoles, face à l’enjeu de moderniser l’agriculture pour nourrir la France. Les systèmes de production et d’élevage se sont adaptés et une véritable révolution appelée fourragère s’est mise en marche. Depuis une quinzaine d’années d’autres valeurs, (qualité du produit, environnement, patrimoine…) prennent de l’importance dans la société. Il ne s’agit plus uniquement de produire des biens alimentaires, mais aussi de maintenir et de valoriser des espaces naturels, des paysages, des savoir-faire garant d’un patrimoine culturel et naturel. Pour comprendre ces transformations, nous nous intéressons à la façon de voir le pâturage qui convient dans deux petites régions de montagne, en Cévennes et dans le Vercors, dont les fromages, le Pélardon et le Bleu du Vercors Sassenage sont reconnus AOC depuis le début des années 2000. Nous voyons que la ressource fourragère qui convient se construit, se transforme et se légitime au cours du temps et au travers de controverses techniques et sociales, mais aussi au travers de l’adhésion, ou de l’opposition à un modèle de production.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a été conduit dans le cadre du projet de recherche MOUVE financé par l’Agence Nationale de la Recherche (projet ANR-2010-STRA-005-01).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un voyage dans le temps dans deux régions fromagères : Cévennes et Vercors
Les Cévennes : un petit pays enclavé, de collines et de montagnes méditerranéennes
L’invention d’un élevage laitier moderne en vallée cévenole
60 -90 : la ressource c’est l’herbe cultivée sur les prés mécanisables
90 -2000 : la ressource c’est le foin
L’invention d’un élevage fermier pastoral extensif, en colline
70-90 : la ressource c’est la végétation naturelle et spontanée des collines
Avec l'AOC : l’alimentation qui convient est en débat
1990, le projet d’AOC : la rencontre de deux conceptions de l’élevage
Fin 2010 : de nouvelles proximités entre éleveurs à travers l’ancrage au terroir
De l’ancrage au terroir à l’identité du territoire… et vice versa
Le Vercors : forteresse et résistances
De l’après-guerre aux années quatre-vingt : reconstruction et modernisation de l’agriculture
Les années quatre-vingt-dix : l'AOC comme modèle de développement de l’agriculture
Depuis la fin des années 2000 : agriculture et développement local
Discussion
La ressource qui convient au troupeau : entre adhésion et opposition au modèle productif dominant
De nouveaux acteurs s’insèrent dans le débat
Réinvestir des zones naturelles ou semi naturelles dans une vision renouvelée de l’espace agricole ?
L’AOP un cadre d’action collective dans lequel peuvent se redéfinir des identités professionnelles

Aperçu du début du texte

Prairie de fauche dans une carrière au pied du Mont Aiguille dans le Vercors

© Audrey Vincent

Après la seconde guerre mondiale, la production de biens alimentaires devient une priorité et constitue un véritable contrat social entre la France et son agriculture. Lapensée agronomique et les modèles agricoles, encouragés par les politiques publiques, se concentrent alors sur l’espace cultivé. Le labour et l’artificialisation des espaces agricoles s’imposent comme la voie du progrès. Les agronomes proposent des variétés fourragères à haut rendement (dactyles, bromes). La productivité est gage de modernité et de technicité (Salette, J. 2006). Dans les zones d’élevage, sur les terres cultivables, la « prairie temporaire » remplace peu à peu la « prairie permanente » et les anciennes cultures vivrières. Les espaces pastoraux, les prairies naturelles et le pâturage qui portent l’image d’une agriculture appartenant au passé ne sont plus considérés comme des espaces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Napoléone, Carole Chazoule et Philippe Fleury, « La ressource fourragère « qui convient » », Techniques & Culture, 63 | 2015, 110-129.

Référence électronique

Martine Napoléone, Carole Chazoule et Philippe Fleury, « La ressource fourragère « qui convient » », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tc.revues.org/7427 ; DOI : 10.4000/tc.7427

Haut de page

Auteurs

Martine Napoléone

INRA, UMR Selmet Montpellier ; ISARA-Lyon et Laboratoire d’études rurales

Carole Chazoule

Philippe Fleury

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page