Navigation – Plan du site
Thema
I. Travailler la nature

Prairie naturelle, « Campero » et ingénieur

Deux conceptions de l’élevage en Uruguay
Native grassland, the « campero » and the engineer. Two approaches to animal farming in Uruguay
Maria Fernanda de Torres Alvarez
p. 74-91

Résumés

Prairie naturelle, « campero » et ingénieur. Deux conceptions de l’élevage en Uruguay. En Uruguay, la préservation de l’écosystème de prairie naturelle ne correspond pas à des politiques publiques environnementales d’avant-garde, mais à l’élevage sur pâturage naturel (campo natural). Les politiques publiques ont cherché à moderniser l’élevage, s’appuyant sur une légitimité agronomique qui considère les pâturages naturels comme étant de faible productivité. Ce projet de modernisation est opposé au maintien des pâturages naturels dans le territoire, lequel est lié à un élevage très saisonnier, où le travail principal (la recorrida) est assuré par des travailleurs agricoles dépourvus d’instruction scolaire Les différentes conceptions de la prairie naturelle reposent sur diverses formes de connaissances, qui structurent une hiérarchie des savoirs, lesquels bénéficient d’une légitimité plus ou moins grande pour orienter les politiques publiques. Deux points de vue sur les prairies se sont ainsi constitués : celui des éleveurs et celui des agronomes, chacun défendant une conception particulière de l’élevage : d’un côté un rapport au vivant animal et végétal basé sur un faible degré d’interventionnisme et la très forte valorisation des ressources locales, de l’autre une approche fondée sur la nécessité de transformer le milieu et de contrôler la production, faisant appel à des technologies étrangères.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a été conduit dans le cadre du projet de recherches MOUVE financé par l’Agence nationale de la recherche (projet ANR-2010-STRA-005-01).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’élevage sur prairie naturelle : un travail (rendu) invisible dans la pampa
Produire de la viande, améliorer les pâturages : un point de vue d’agronome
Les « contributions » : légitimer et nommer « el campo »
Habiter le campo natural, prendre soin des bêtes et de la prairie

Aperçu du début du texte

Des conditions climatiques extrêmes : L’air est frais, le soleil châtie les corps. Après la recorrida, la sueur de l’animal et celle de l’homme se fondent ; les arômes sont différents et forts. Les orages sont dantesques. Ils touchent le sol dans une furie qui illumine d’immenses régions à chaque éclair, plongeant tout le reste du territoire dans les ténèbres. La chaleur et le froid sont sans nuances. Le brûlant soleil estival change le vert en jaune et gêne le regard scrutant l’horizon. Le producteur malheureux attend, l’oreille collée à sa radio, l’annonce d’un épisode pluvieux. L’hiver, quant à lui, est dur. On y survit avec l’élevage. Photo de Maria Fernanda Torres Alvarez, pris en Septembre 2012 dans le département de champs Rivera (Route 29), l’Uruguay.

© Maria Fernanda Torres Alvarez

Les pâturages naturels du Rio de la Plata occupent 70 millions d’hectares entre la pampa Argentine, le Rio Grande do Sul au Brésil et l’Uruguay, ces derniers couvrant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Fernanda de Torres Alvarez, « Prairie naturelle, « Campero » et ingénieur », Techniques & Culture, 63 | 2015, 74-91.

Référence électronique

Maria Fernanda de Torres Alvarez, « Prairie naturelle, « Campero » et ingénieur », Techniques & Culture [En ligne], 63 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 août 2017. URL : http://tc.revues.org/7402 ; DOI : 10.4000/tc.7402

Haut de page

Auteur

Maria Fernanda de Torres Alvarez

Universidad de la Republica Facultad de Ciencias Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page