Navigation – Plan du site
Thema
3. Empreintes, traces et mémoire du sable

Sur les traces des Maures, entre sable et poussière

Following the tracks of the Moors, between sand and dust
Catherine Taine-Cheikh
p. 188-209

Résumés

M'intéressant aux populations nomades maures (les Bīđ̣ân) qui (sur)vivent dans les régions désertiques et semi-désertiques d'Afrique du Nord-Ouest, j'explore, dans cet article, leurs représentations du désert saharien, et plus particulièrement du sable, à travers les ressources linguistiques et littéraires de leur dialecte, le ḥassāniyya.
Dans la première partie, l'accent est mis sur la description des paysages à travers trois thèmes distincts. Tout d'abord, j'étudie les différents termes par lesquels on nomme le sable et mets en évidence certains glissements de sens observables entre l'arabe classique et le dialecte. Ensuite j'étudie le lexique des dunes et montre comment ce champ sémantique est structuré autour de l'opposition fondamentale entre dune "vive" et dune "morte". Enfin je m'intéresse à la question du vent (notamment du vent de sable, si fréquent dans la région) et à son action sur la forme des dunes.
La seconde partie porte sur les formes de vie se manifestant dans cet univers et sur l'interaction des hommes avec le milieu. J'étudie le monde végétal, puis le monde animal, en privilégiant, parmi les plantes et les animaux emblématiques de ce biotope, ceux qui ont une importance particulière pour les nomades. Je cite à leur propos un grand nombre de proverbes qui mettent en relief leurs caractéristiques réelles ou supposées. Enfin, après avoir évoqué la vision poétique que les Maures peuvent avoir du désert, je relève quelques formes lexicales qui révèlent les usages que cette population nomade fait du sable dans son quotidien. Soulignant la place que la lecture des traces prend dans leur (sur)vie, je montre que le terme même de trace est à l'origine de l'expression du possible.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

nomades, Mauritanie, arabe, sable, dune, trace
Haut de page

Notes de la rédaction

Bruno Lamarche est l’auteur des illustrations de cet article, images et croquis

Texte intégral

Oued Timinît (vers le nord)

Oued Timinît (vers le nord)

Bruno Lamarche

  • 1 Il s’agit d’une variété d’arabe qui, dans certains champs lexicaux, a fait de nombreux emprunts au (...)

Pour une partie des sept milliards d’humains, habitants de mégapoles surpeuplées, le désert est devenu par contraste un lieu attractif et, s’il existe toutes sortes de désert, ceux de sable semblent particulièrement aptes à fasciner les imaginations. On peut avoir, sur cet élément, de multiples représentations, mais il est certain qu’entre le bac à sable des bambins — ou même la « Mer de Sable » du parc d’attractions d’Ermenonville — et les 900 kilomètres désertiques de la Majabât el Koubra parcourue par Théodore Monod, il n’y a pas de commune mesure. M’intéressant aux populations nomades maures (les Bīđ̣ân) qui (sur)vivent dans les régions désertiques et semi-désertiques d’Afrique du Nord-Ouest, je me propose d’explorer leurs représentations du désert saharien, et plus particulièrement du sable, à travers les ressources linguistiques et littéraires de leur dialecte, le ḥassāniyya 1.

1Dans la première partie, l’accent sera mis sur les caractéristiques des terrains à sable. Dans la seconde, j’envisagerai les formes de vie se manifestant dans cet univers et étudierai l’interaction des hommes avec le milieu.

Les paysages de sable

Le Sahara abonde en terrains sablonneux, mais il ne se réduit pas à cela, car il faut compter aussi, dans les zones arides, avec les reliefs rocheux, les regs —surfaces caillouteuses ou graveleuses — et les dépressions salines ou argileuses. Au total, les sables n’occuperaient que « 20 % des surfaces au Sahara » (Monod 1988 : 63), tout en en constituant la caractéristique majeure. Ceci pourrait expliquer les glissements de sens que l’on observe dans le lexique maure.

El Ghallaouiya (vers le nord)

El Ghallaouiya (vers le nord)

B. Lamarche

Le sable et la terre

En arabe littéraire, le terme général pour « sable » est raml tandis que le féminin ramla désigne « un morceau de terrain sablonneux » (Kazimirski 1860 : I, 928). En ḥassāniyya, la forme usitée (ṛamlä) est plus proche de la seconde et elle cumule le sens de « sable, poussière » avec celui de « terrain sablonneux, ‘farineux’ ». Dans la seconde acception, on peut également entendre une expression plus littérale (tṛâb mṛamlyä) où la forme participiale mṛamli, de même base que ṛamlä, détermine le substantif (de genre féminin) tṛâb « terre, terrain ».

2Chez les Maures, les termes de la racine rml renvoient toujours à une nature particulière de sable : « sable blanc, pulvérulent, très fluide, que l’on rencontre dans de nombreux puits de l’Azawād et qui s’effrite au moindre contact comme de l’eau », selon la définition de Poussibet, bon connaisseur de la région de Tombouctou (1962).

3Il ne s’agit pas pour autant de termes très usités, car les hassanophones leur préfèrent de beaucoup l’expression plus imagée de ət-tṛâb əl-bäyđ̣a (litt. « la terre blanche »), voire celle, plus elliptique mais souvent équivalente en contexte, de tṛâb. En effet, comme son équivalent classique turāb, le lexème tṛâb signifie non seulement « terre, sol, terrain », mais également « poussière », et c’est sans doute de là que lui vient son aptitude à désigner assez communément le sable, notamment sous son aspect poudreux.

4ət-tṛâb əl-bäyđ̣a « le terrain aréneux et découvert, la région de dunes » prend tout son sens par opposition à ət-tṛâb əl-kaḥlä (litt. « la — noire ») « la région de montagne ». Par contre, on emploie, dans des sens assez voisins, tṛâb ṣavṛa (litt. « — jaune ») pour « terre desséchée, dénudée », tṛâb zaġmä (litt. « — fauve clair ») pour « terrain sablonneux, uni, sans relief notable » et tṛâb ḥamṛa (litt. « — rouge ») pour « terrain aride, brûlé par le soleil, sans pâturage » (souvent « terrain sablonneux, à gros grains rouges », mais pas nécessairement). Bien que les couleurs du sable varient beaucoup, du presque noir au presque blanc, en passant par différentes nuances du jaune, de l’orangé et même du vert, l’emploi des adjectifs de couleurs pour dénoter les caractéristiques géophysiques dominantes du sol ou sa couverture végétale est donc en partie symbolique.

  • 2 əš-Šayḫ Muḥamd əl-Ṃâṃi (m. en 1865) est une grande figure théologique du xixe siècle. C’est aussi (...)

5Il faut noter par ailleurs que la nature du sable tend à changer avec la couleur et que le sable à plus gros grain, de couleur généralement plus soutenue, ne s’appellera ni ṛamlä ni ət-tṛâb əl-bäyđ̣a, mais ḥaṣbä ou ḥṣi. En arabe littéraire, les collectifs ḥaṣba et ḥaṣan signifient « cailloux », et même s’il n’est pas rare de retrouver leurs équivalents en dialectal, c’est généralement avec le sens de « petits cailloux, gravillons », plus exceptionnellement, avec celui de « (grains de) sable ». Pourtant, c’est bien ce sens que prend couramment le collectif ḥaṣbä en ḥassāniyya, comme l’atteste la tournure ši mlân mn əl-ḥaṣbä qui se dit d’une chose (viande par exemple) pleine de sable. Quant à son synonyme ḥsi (nom d’unité ḥaṣyä), qui appartient à la même racine que le verbe ḥṣa yəḥṣi « dénombrer qqc en grande quantité », il est resté — malgré le glissement de sens — emblématique de la plus petite chose comptable, de sorte que, quand əš-Šayḫ Muḥamd əl-Ṃâṃi cherche, dans un poème en ḥassāniyya, à estimer le volume d’ensemble du globe terrestre, c’est bien en nombre de grains de sable qu’il propose de l’évaluer 2.

El Bäyyəð̩ (vers le nord)

El Bäyyəð̩ (vers le nord)

B. Lamarche

  • 3 L’argile humide porte le nom de ṭamẓa (à l’étymologie mystérieuse). En revanche, ṭûbä désigne une m (...)

6Élément constitutif du désert chaud, le sable est associé à l’idée de sécheresse de l’air et d’aridité du sol, mais il arrive que des précipitations tombent, parfois même avec brutalité. D’une très bonne pluie, on peut dire əs-sḥâb lgât əŧ-ŧṛa (litt. « la pluie a atteint le couche humide »), dans la mesure où l’eau s’est infiltrée sous la surface jusqu’à atteindre les traces de la dernière bonne pluie. ŧṛa est un terme qui, là encore, est très proche de son équivalent classique ŧaran « humidité ; couche de terre un peu humide », mais il a tendance en ḥassāniyya à s’employer plus généralement dans le sens de « sable mouillé, frais, humide » 3. Le verbe dérivé de forme causative ŧaṛṛa s’est d’ailleurs lui aussi spécialisé : plutôt qu’« humecter quelque chose », ou même « humecter le sable », il a pris le sens particulier — encore plus étroitement lié à l’élément ‘sable’ — de « sabler une peau avec du sable mouillé », semble-t-il pour l’assouplir.

  • 4 Dans la région de Tombouctou, Poussibet (op. cit.) a relevé, comme synonyme de ˁaŧˁâŧ, le terme fäš (...)

7Le sable n’est pas seulement sec ou humide, il est aussi mou ou dur. Ainsi la ṭaṛḥa correspond-elle à un espace plat et sablonneux, suffisamment uni pour être facile à la marche, tandis que (tṛâb) dəhsä désigne une étendue de sable mou. Cependant, le sable très mou, en région de dunes vives, porte le nom spécifique de ˁazˁâz 4. Cette distinction témoigne, s’il en était nécessaire, de l’existence de différentes sortes de dunes, différence qu’il me faut maintenant examiner de plus près.

Formes et structures des dunes

Dans l’ensemble des termes géographiques en usage en ḥassāniyya, ceux qui se rapportent aux dunes occupent une place de choix.

Bloc diagramme. Terminologie géographique

Bloc diagramme. Terminologie géographique

B. Lamarche

8Ce qui a frappé les premiers lexicologues ‘hassanisants’, c’est la variation des appellations en fonction de la hauteur et de la longueur. Ainsi Pierret (1948 : 140) a-t-il relevé une série de dénominations relatives aux dimensions des dunes — « très petite » (nebkè), « petite » (zīrè), « moyenne » (nebbiè), « haute mais peu allongée » (alāg), « haute et allongée » (ˤerg), « très haute et très allongée » (ˤelb) — et seulement trois dénominations basées sur d’autres critères (« dune au sable très blanc » ġerd, « chaîne de dunes » seïf, « région de dunes enchevêtrées » ˤakle).

Chinguetti (vers le nord)

Chinguetti (vers le nord)

B. Lamarche

  • 5 Je tiens compte ici, pour la transcription en caractères latins, de celle en caractères arabes des (...)

9Est-ce en connaissance de cause, du fait de spécificités régionales, qu’il s’écarte sur plusieurs points des définitions de Reynier ? Toujours est-il que la liste de mots fournie auparavant par ce dernier (1909 : 106) est à la fois similaire et étonnamment divergente. Si ˤalb « dune très longue » et ġourd « dune blanche, dénudée » présentent à peu près la même définition que chez Pierret, il n’en est pas de même des autres : nebka correspond cette fois à « grande dune isolée », nabia à « dune haute », zīra à « grande dune », et c’est deux nouveaux termes qui sont introduits pour désigner la « petite dune » (afound) et la « dune moyenne » (đ̣ahar). Par ailleurs, Reynier signale un autre terme, au sémantisme plus déterminé : zbāra « dune blanche au bord de la mer » 5.

10Si ces contradictions ne sont pas toujours aisées à résoudre, du moins peut-on mettre un peu d’ordre en faisant intervenir des critères plus variés. Beaucoup de dunes sont en effet nommées d’après leur forme particulière, le caractère souvent métaphorique de l’appellation facilitant alors l’interprétation. De plus, il existe une grande opposition entre « dune vive » et « dune morte », de sorte que seule une partie du lexique des dunes est indifférente à cette distinction.

  • 6 En berbère, la racine Ẓ(Ẓ)R est celle du verbe « voir » (zénaga yäẓẓuˀṛ). On peut aussi faire un ra (...)

11Le lexème le plus englobant est en fait celui de zîrä et, en tant que terme générique (statut qu’avait reconnu Pierret), il s’applique sans doute à des dunes de hauteurs variables, même si l’existence du diminutif zwäyrä au sens de « butte sablonneuse » semble impliquer pour zîrä une certaine grandeur. Contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’un terme aussi général, ce nominal n’est attesté avec ce sens qu’en ḥassāniyya (ses synonymes sont kaṯīb en arabe littéraire et ägowž en zénaga) 6.

12Le lexème ˤəlb, quant à lui, est d’origine arabe, mais il n’a plus le sens de « sol dur et stérile » comme en classique. En ḥassāniyya, il désigne effectivement une dune allongée, voire très allongée, et plutôt grande (le diminutif ˤläyb s’applique à une plus petite), mais uniquement pour les dunes fixes (dites ‘mortes’ en français). Si ˤəlb se distingue de ˤərg, c’est moins par sa longueur et sa hauteur que par sa structure. L’appellation ˤərg, à l’origine métaphorique (ˤərg, comme le classique ˤuraq, signifie à l’origine « veine, artère ») est en effet réservée, pour sa part, aux dunes vives.

  • 7 ˤéreg et ḏrâˤ ont également des emplois géographiques de type métaphorique dans l’arabe du Sud tuni (...)

13La même opposition se retrouve dans les emplois métaphoriques de ḏrâˤ et de səlk. Ces deux termes d’origine arabe, dont les sens premiers sont, respectivement, « avant-bras, coudée » et « fil (à coudre) », désignent aussi des cordons ou chaînes de dunes, mais le premier, en dunes fixes et le second, en dunes vives 7. À l’inverse de ces notions de dunes régulièrement orientées, on trouve celle de ˤaklä qui désigne une masse confuse de dunes vives. Il s’agit d’un terme d’origine arabe (« sables amoncelés » est l’un des sens de ˤawkal en classique), d’usage bien spécifique, alors qu’une dune disposée en travers d’une piste ou d’une vallée prendra un nom plus général (ˤaṛṛâđ̣ « obstacle » ou ġlîg « barrage »).

  • 8 Selon certaines sources, elle est en forme de croissant, comme l’est la dune dite ḥgäf (du classiqu (...)
  • 9 La présence de ce préfixe pourrait être le signe que ces racines sont d’origine berbère, mais pas n (...)

14L’enchevêtrement rend la traversée des dunes vives très malaisée, mais la texture du sable est une autre caractéristique qui concourt aussi fréquemment à entraver la marche. On appelle baqqârä ou baġârä une dune de sable très mou, mais surtout ġərd — un terme que l’on retrouve en zénaga (ainsi que chez les Marazig du Sud tunisien) et qui, en ḥassāniyya, désigne une dune mouvante de sable très blanc et mou 8. Sur la même racine, et comme pour zîrä, le dialecte maure a créé des collectifs à préfixe ām-/am- (emprunté au berbère) : āmzîr/āmzäyyär « grand ensemble de dunes (de type zîrä) », āmġarräd « grand nombre de dunes vives (de type ġərd) » 9.

ˤAklət lə-Mġālîg avec personnage (Théodore Monod)

ˤAklət lə-Mġālîg avec personnage (Théodore Monod)

B. Lamarche

15Si l’enchevêtrement est propre aux dunes vives, l’isolement est plutôt réservé aux dunes fixes, mais il se décline sur plusieurs modes.

  • 10 Ce lexème arabe, avec le glissement de sens observé dans le dialecte, est le meilleur argument dont (...)

16Alors que ävärd et dämġa désignent l’un et l’autre une dune fixe, dominante ou isolée, la définition de ävärd comporte le sème « en forme de plateau » et celle de dämġa, celui de « à sommet arrondi ». Lorsqu’elle est à sommet pointue, la dune, comme la montagne, devient par métaphore une plume (rîšä), mais s’il s’agit en outre d’une dune dominante ou isolée, on pourra la désigner par le terme märgäb (par spécification de l’arabe marqab qui s’applique, lui, à « toute hauteur où l’on se place pour voir de loin et observer » 10). Quant au terme āẓgi, sa définition varie beaucoup d’un auteur à l’autre (Taine-Cheikh 1988-98 : 901), l’un en faisant un « grand ġərd », une « dune de taille imposante et dominant les autres dans les ˤaklä », tandis qu’un autre y voit une « grande dune fixe, isolée, au sommet pointu ». Ce pourrait sembler la preuve que, en l’absence d’étymon connu, les changements sémantiques ne sont pas rares, surtout lorsque les enquêtes sont menées dans des régions très distantes. Pourtant on peut trouver chez un même auteur plusieurs définitions pour un même lexème, tel le nom nəbkä que, malgré son étymon arabe, Leriche (1955 : 54) définit à la fois comme « dune haute, isolée, ronde, de sable dur » et comme « petite dune qui se forme derrière un obstacle ». Mais là encore, le problème pourrait venir de l’identification du sème dominant, à chercher du côté de la nature du sable et de la forme de la pente plutôt que du côté de la hauteur de la dune.

L’action du vent

Le vent n’est pas, selon les scientifiques, le premier responsable de la physionomie des déserts, mais les actions éoliennes semblent d’autant plus efficaces dans les zones arides que leurs effets se voient très souvent à l’œil nu :

Peut-être pourrait-on dire que si c’est l’eau qui fait — ou qui a fait — l’essentiel, le travail de base : érosion, libération des sables, creusement des vallées, etc., c’est le vent qui va « fignoler » le tableau, s’occuper des détails mineurs et épidermiques : corrosions, polissages, vannages, modelages de surface dans les nappes sableuses ou les dunes, etc. (Monod, op. cit. : 56)

17En ḥassāniyya, le nom générique pour « vent » est rîḥ (ou riyyâḥ), comme en arabe classique, mais d’autres noms sont également usités en fonction des circonstances.

  • 11 Je reviendrai plus loin sur ce phénomène curieux qui est liée à la question de la dénomination chan (...)

18Certains vents sont espérés et attendus, soit parce qu’ils apportent la fraîcheur (tels ṛwâḥ « petite brise qui apporte la fraîcheur », en particulier le soir, ou ägäyâv « vent frais »), soit parce qu’ils annoncent la pluie ou l’apportent avec eux (ainsi rīḥ əl-kôri, litt. « vent du Noir », qui vient du Sud). D’autres sont redoutés, tel l’harmattan irîvi vent brûlant qui souffle du Nord-Est, en particulier durant les mois de mai et de juin. Il arrive aussi que des vents portent le même nom mais soient diversement appréciés selon les régions, tel šaṛgiyyä qui, pour les gens de l’Est et du Nord, est un bon vent, annonciateur de pluie, qui souffle au début de l’hivernage, alors que, pour ceux du Sud-Ouest, c’est un vent d’harmattan, ou encore əs-sāḥliyyä qui, pour les seconds, est une brise maritime, un vent d’Ouest alors que pour les premiers, c’est un vent du Nord 11.

  • 12 Sur ce phénomène on pourra consulter : Feghali & Cuny (1924) pour le sémitique, Taine-Cheikh (1993  (...)

19On remarquera que ces adjectifs nominalisés à suffixe -iyyä (əš-šaṛgiyyä, əs-sāḥliyyä) sont à la forme féminine. On peut mettre ce fait en rapport avec le cas du nom rîḥ lui-même qui, malgré l’absence de terminaison -a, est resté de genre féminin comme en arabe ancien 12. Ainsi accordera-t-on au féminin l’adjectif mtîn « fort » dans rîḥ mtîn-ä ou le verbe gâm « se lever » dans ər-rîḥ gâm-ət.

  • 13 sāfiyāˀ, en arabe classique, est une forme plus longue, mais également de genre masculin (cf. Kazim (...)

20Si la ‘féminisation’ des lexèmes nommant des éléments naturels relève d’une attitude quasi magique de minoration — une manière de les rendre moins dangereux —, il apparaît que, pour ce qui est des vents de sable, le genre des noms est variable, mais les plus violents sont souvent de genre féminin. Ainsi sâvi « petit vent de sable » est-il du masculin, (comme en Ḥaḍramoût ou à Takroûna, cf. Landberg 1901 : 609, Marçais & Guîga 1958–61 : 1824) 13, de même que aḥaṯṯay « vent de sable », un nominal à préfixe berbère dont l’origine arabe est pourtant évidente (cf. ḥassāniyya ḥṯä « jeter du sable, de la poussière (sur) », apparenté au classique ḥaṯā « être dispersé (pour la terre, la poussière), etc. »).

21Ces termes sont cependant moins usités que celui de ġabṛa, qui signifie littéralement « poussière » (comme le classique ġabara/ġubar), mais est couramment employé avec le sens de « vent de sable », alors que (a)ġmâm et qabu « brume » restent associés à la notion de « temps bouché à cause de la poussière ».

22Quant aux noms donnés aux tourbillons de sable (ˤmâyä, ẓəˤväygä, zäwbˤa), ils sont, comme ġabṛa, de genre féminin. Une devinette en donne une description métaphorique :

nâgt-i nâgət owlâd mbâṛək / ḏərwət-hä və s-smä tˁârək / u bûṭ-ha və tṛâb iˁaddäl / lə-mbârək //

  • 14 Les Owlâd Mbâṛək sont une célèbre tribu guerrière de l’Est.

« Ma chamelle est celle des Owlâd Mbâṛək / sa bosse au ciel se débat / tandis que son nombril creuse dans le sol / des tranchées // » 14

23La devinette portant sur ṛahž « tempête de sable » est très semblable à la précédente, mais comme le nom-réponse (rare) est du masculin, l’animal emblématique est cette fois un chameau :

žäml-i l-aṣfaṛ / bū-gäyd mgaṣṣaṛ / ṛaṣṣav lə-bḥaṛ / wə dägdäg lə-kṣaṛ //

« Mon chameau roux / à l’entrave courte / peut sauter la mer / et briser le village // »

24Ces devinettes, recueillies par Ould Cheikh Ahmed (1982), soulignent la puissance de certains vents de sable. Point n’est besoin cependant de vents violents, susceptibles de transporter sable ou poussière à des centaines de kilomètres ou de déplacer une dune de plusieurs (dizaines de) mètres, pour que l’action éolienne ait des conséquences sur le paysage.

  • 15 Pour un exposé didactique des rapports entre la forme des dunes et le vent, on pourra consulter l’a (...)
  • 16 Selon la définition de Poussibet (1962) : « partie saillante, promontoire — dans une dune — faisant (...)

25Même fixes, les dunes portent l’empreinte de la direction du vent : leurs versants au vent et sous le vent ne présentent pas la même pente. Quant aux dunes vives, encore plus sensibles à l’action du vent, elles ne cessent de se remodeler au moindre changement 15. Les différentes appellations en usage en ḥassāniyya pour nommer, métaphoriquement ou non, les parties de la dune, témoignent de l’intérêt que les hassanophones ont porté à la forme des dunes. Le fait que les noms d’origine métaphorique renvoient souvent à des parties du corps (ṛâṣ « tête », ḫašm « museau effilé », šännûvä « gros nez, nez tordu », zərr « côté », ˁargûb « jarret », etc.) est une manière d’assimiler la dune à un être vivant mais, sauf exception (tel l’emploi de ägâṿä « couronne de cheveux tressés (des femmes) » 16), ce sont des métaphores qui s’appliquent tout aussi bien à la montagne.

Le sable et le vivant

Les paysages de sable donnent souvent l’impression d’un milieu vierge, exempt de toute présence animale ou humaine — c’est d’ailleurs là l’un de leurs charmes. La vie pourtant n’y est pas absente. Elle s’y fait seulement plus discrète et moins exigeante, pour s’adapter à la dureté des conditions imposées par le milieu. Mais survivre dans un tel biotope suppose aussi, pour une bonne part, savoir se repérer et apprendre à lire sur le sable comme dans un livre.

Le monde végétal

Si la plupart des espèces ne survivraient pas en milieu saharien, d’autres — plantes ou animaux — ne pourraient se rencontrer ailleurs.

Groupe chamelier abordant une zone de ˤaklä

Groupe chamelier abordant une zone de ˤaklä

B. Lamarche

  • 17 De nombreux noms de plante semblent d’origine berbère. Certains ont été dûment relevés en zénaga, t (...)
  • 18 Elle est appelée tûržä ou ntûržä selon les régions. On la surnomme parfois šäyb ət-tṛâb « les cheve (...)
  • 19 Sur les paysages végétaux et, plus généralement, sur les plantes et les animaux du Sahara, on pourr (...)

26Parmi les plantes du désert, il existe aussi bien des graminées comme (uṃ)ṃ-ṛəkbä (litt. « celle au genou », Panicum turgidum) et tīẓẓît (Aristida funiculata) que des arbres comme əṭ-ṭalḥ (Acacia raddiana) ou ət-tämât (Acacia seyal17. Les épineux sont nombreux. C’est le cas, non seulement des acacias, mais aussi de l’arbre täyšəṭ (Balanites aegyptiaca) ou de l’arbuste ḥâđ (Cornulaca monocantha) dont les feuilles charnues peuvent rester vertes trois ans après les dernières pluies. On trouve aussi des plantes à latex, telle l’euphorbe ävərnân (Euphorbia balsamifera) ou la fausse euphorbe (n)tûržä 18 (Calotropis procera) qui atteint parfois une très grande taille. Certaines poussent sur les dunes, d’autres dans les oueds ensablés, sur les regs, sablonneux ou non, ou encore dans l’escarpement des massifs, mais elles se concentrent surtout dans les zones à fort ruissellement 19.

  • 20 Un autre proverbe se moque aussi de sa faiblesse : lǝ-ḥbāliyyä mā ḥafđ̣ǝt ṛâṣ-ha taḥfađ̣ tiẓẓît ! « (...)

27Les plantes sont connues des nomades pour des raisons très diverses, parfois devenues proverbiales. Ainsi l’euphorbe gəndvär (Jatropha chevalieri) est-elle célèbre pour sa mauvaise odeur et la coloquinte, pour son amertume, comme en attestent les expressions suivantes : aḫnäz mǝn gǝndvär « qui sent plus mauvais que le gǝndvär » et ämaṛṛ mǝn ǝl-ḥanđ̣al « plus amer que la coloquinte ». L’héliotrope ḥbāliyyä (Héliotropium undulatum ou bacciferum), plante très belle mais non comestible, est devenu le parangon de la beauté inutile (zäyn ḥbāliyyət ǝd-dâṛ « la beauté de l’héliotrope à baies ») 20. Quant aux euphorbes, elles sont évoquées dans plusieurs expressions pour leur fragilité. Ainsi dira-t-on de quelqu’un mal défendu qu’il a en main un « bâton de (fausse) euphorbe » (ˤmûd (n)tûržä ou qu’« il a fait sa clôture avec des euphorbes » (zaṛṛab b ävǝrnân).

Cornulaca monacantha : ḥâð

Cornulaca monacantha : ḥâð

B. Lamarche

  • 21 Cette plante (comestible pour les animaux et dont les graines sont également consommées par les hom (...)

28Parmi toutes les plantes, beaucoup jouent un rôle important dans le biotope saharien et, faute de pouvoir les étudier une à une, je n’évoquerai ici plus en détail que le cas de la plante appelée əs-sbaṭ/əṣ-ṣbaṭ (avec ou sans emphase de la sifflante) qui a la particularité de se maintenir constamment à la surface des dunes, comme si elle nageait sur le sable. Cette graminée (Stipagrostis pungens/Aristida pungens) peut en effet être considérée comme emblématique de la zone saharienne, tout comme la graminée inîti (Cenchrus biflorus), peut l’être de la zone sahélienne 21.

29Le sbaṭ est une grande graminée vivace à feuilles dures, dont le nom semble venir de la racine arabe s-b-ṭ : sabṭ « plat — pour des cheveux non crépus ». Il est très recherché par le bétail au printemps, quand il verdit ou fleurit. Ses fleurs, qui portent le nom de īlîg (<zénaga äyyigi) sont réputées très favorables à la lactation des chamelles. Lorsque les feuilles sont encore un peu vertes, elles portent le nom berbère d’aẓārân, mais lorsque la plante est tout à fait sèche, elle se transforme en paille. Cette paille, nommée ḥalvä (terme d’origine arabe qui a donné le français alfa), sert alors aussi bien à nourrir les animaux qu’à confectionner toutes sortes d’objets utiles aux nomades, des cordes aux couvre-pis des chamelles.

Le monde animal

  • 22 Voir Ould Cheikh 1989, en particulier pp. 112-115.
  • 23 En cas extrême, le chamelier pourra même faire une incision et boire « l’eau » de sa panse — opérat (...)

Du point de vue de son utilité pour l’homme, l’animal du désert est, par excellence, le chameau (ou plus précisément, s’agissant de l’Afrique, le dromadaire — en ḥassāniyya ibəl pour le générique, əž-žmäl pour le mâle, ən-nâgä pour la femelle) 22. Physiologiquement, le chameau est fait pour résister à la chaleur et à l’absence prolongée d’abreuvoir. Quand viennent les premières pluies, il sent de très loin les promesses de pâturage et fera tout, même entravé au plus près, pour prendre le large en se dirigeant vers elles. Mais son appétence pour toutes sortes de plantes du désert et sa capacité à se « faire une bosse » pour les périodes ou les régions les moins arrosées lui permettent de vivre et de faire vivre les nomades dans un milieu globalement fort hostile 23. À cela, on peut encore ajouter au moins deux caractéristiques qui témoignent d’une indiscutable adaptation à la vie dans le désert, d’une part ses larges sabots qui lui facilitent la progression dans le sable (même si les dunes très meubles ne sont pas sans gêner sa marche), d’autre part son système respiratoire doté d’une sorte de clapet anti retour qui lui permet de limiter la pénétration du sable dans ses naseaux en cas de tempête).

Bloc diagramme. Structure de grande ˤaklä

Bloc diagramme. Structure de grande ˤaklä

B. Lamarche

30Si les bovins (bgaṛ) sont cantonnés à la zone sahélienne, il n’en va pas de même des ovins-caprins (ġnäm), mais ceux-ci n’ont quand même pas les mêmes capacités d’adaptation au désert que le chameau. Cependant, hors de la sphère domestique, au demeurant fort restreinte, on trouve une faune bien plus diversifiée qui, pendant des siècles, a survécu (presque) sans problème au Sahara.

Addax nasomaculatus : ṃohᵊṛ

Addax nasomaculatus : ṃohᵊṛ

B. Lamarche

Gazella dorcas : ġzâl

Gazella dorcas : ġzâl

B. Lamarche

  • 24 Parmi les espèces sahéliennes disparues, il aurait fallu citer au moins l’éléphant (əl-vîl), le lio (...)

31Plusieurs espèces ont disparu de la région au cours du xxe siècle, essentiellement du fait des hommes, tels le mouflon à manchettes (əṛ-râwi), l’oreillard ou Cynhyène (kälb lə-ḫlä litt. « chien de la brousse ») et peut-être même l’antilope Addax (lə-mhä), pourtant encore bien représentée, il y a peu, dans les grandes étendues désertique de l’extrême Nord : ne dit-on pas d’une rencontre improbable, qu’elle est tfâg ˁanz lǝ-mhä u ˁarr « (comme) la compagnie de l’Addax et du phacochère », chacun représentant le Sahara et le Sahel extrêmes 24. Mais la disparition la plus emblématique est sans doute celle de l’autruche (ən-naˤm) qui a laissé le souvenir d’un animal capable, pourtant, de très grands déplacements, comme en témoigne l’expression proverbiale äläwwäd mǝn vaṛg nˁâm « plus vagabond qu’un troupeau d’autruches ».

  • 25 Cette dernière, qui semble porter en ḥassāniyya un nom d’origine berbère (on l’appelle äžəmmi en zé (...)

32De toutes les espèces qui ont survécu, s’il y en a une qui incarne particulièrement le désert et rivalise peut-être avec le chameau pour ses capacités d’adaptation au Sahara, c’est la gazelle dorcade (appelée lə-ġzâl en ḥassāniyya et äžänkuđ̣ en zénaga). Plusieurs proverbes la prennent en exemple, notamment celui, très connu, qui fait de cet animal le symbole de la fidélité à sa terre d’origine : lǝ-ġzâl (lli) imût ǝv žǝdb-u « la gazelle (qui) meurt dans son espace aride ». La plupart des nomades maures sont très sensibles au comportement de la gazelle, réputée ne pas changer de lieu, même s’il n’y a plus d’eau. Moins connues et presque énigmatiques sont, par contre, les expressions portant sur le comportement « psychologique » de la gazelle dorcade Gazella dorcas (ädärdäm mǝn ˁanz ġǝzlân « Plus ‘mère-poule’ qu’une femelle gazelle ») ou de sa cousine, la gazelle à front roux Gazella rufifrons (aḫallä mǝn dāmiyyä « Plus divorceur qu’une gazelle à front roux ») 25.

Fennedus zerda : āġərši

Fennedus zerda : āġərši

B. Lamarche

  • 26 Parmi les variétés connues comme réellement dangereuses, on peut citer le ġammâs (litt. « le plonge (...)
  • 27 Il existe plusieurs dénominations en ḥassāniyya pour les hyènes. šärṭâṭ et gābûn désignent la même (...)

33Parmi les autres animaux du désert, les moins sympathiques occupent souvent une place prépondérante dans les proverbes. Les serpents tendent à susciter une crainte déraisonnable (lli ˁađ̣đ̣-u lǝ-ḥnäš yaḫᵊlˁ-u lǝ-ḥbäl « celui qui a été mordu par un serpent prend peur de la corde »), mais ils représentent le comble de la dangerosité quand ils sont excités par la chaleur (on dit d’une personne très nuisible qu’elle est comme ḥänš ǝl-gâylä « le serpent de midi ») 26. Les chacals sont considérés comme des voleurs de bétail, aussi dit-on notamment d’une chose incroyable qu’elle est tmâbi ǝđ-đîb ˁan sǝṛḥǝt lǝ-ġnäm « (comme) le refus du chacal de garder les ovins-caprins ». Quant aux différentes variétés de hyènes, tachetées ou rayées, elles apparaissent à bien des égards comme la méchanceté incarnée, d’où l’expression proverbiale : l-uṃṃ māmûnä yälu kânǝt gābûnä « la mère est digne de confiance, même si c’est une hyène » (quand le danger, ou le mauvais exemple, vient d’en haut, on dit aussi đ̣-đ̣baˁ iṭabbäb ǝl-xâybä, u đ̣-đ̣baˁ ila txallaṭ mˁâ-h, d-dwä v-âš ? « l’hyène guérit du charbon ; mais si c’est elle qui a le charbon, comment la guérir ? » 27).

  • 28 Le lièvre « affectionne les bonnes grosses touffes de Panicum turgidum », (uṃ)ṃ-ṛəkbä, tandis que l (...)

34Tous ces animaux sont, avec le lièvre (ən-näyräb) et le hérisson (əl-gänvûd28, des héros récurrents des contes et ils ont tendance à faire oublier d’autres espèces tout aussi sahariennes, tels la gerboise (əž-žaṛbûˤ), le lézard stellion (ǝđ̣-đ̣abb) ou le fennec. Cette dernière espèce, rendue célèbre par Saint-Exupéry (Le petit prince, 1943), pourrait cependant paraître plus emblématique du désert que le chacal. En effet, la première porte un nom d’origine berbère (ḥassāniyya āġərši, par emprunt au zénaga äġəršäy) alors que le chacal, qui endosse le rôle du renard Goupil dans les contes européens, porte chez les Maures un nom arabe (ḥassāniyya əđ-đîb, peut-être à l’origine du zénaga äzđīh). Il faut noter que ce terme, à l’origine, désigne le loup — animal, il est vrai, inconnu sous ces latitudes.

Les hommes du désert

  • 29 Ould Cheikh (2007 : 10) notait, dans sa présentation à la réédition de La grande foire des dattes d (...)

La poésie strophique des Maures (lə-ġnä), souvent géographique, abonde en toponymes. Elle témoigne fréquemment d’un double attachement du poète, à la fois pour une femme aimée (ou simplement désirée) et pour les lieux où la rencontre s’est produite. Palmeraies et puits font partie des endroits les plus propices à de tels faits, mais les vers, qui décrivent aussi les trajets pour s’y rendre, évoquent en général les reliefs les plus remarquables (vallon, petite colline, piton rocheux...) et les plus beaux souvenirs de pâturage (cf. Taine-Cheikh 2006). Si le terme ər-rîm, qui signifie « gazelle » en arabe classique, est un des vocables les plus courants pour évoquer la bien-aimée — établissant ainsi un lien assez étroit entre l’imaginaire poétique maure et le monde saharien —, les topographies dunaires n’occupent pas une place très importante dans le ġnä 29. Voici toutefois un joli contre-exemple, dû au grand poète Mḥammäd wəll Aḥmäd Yūṛa (Ould Ahmedou Bamba 1981 : 27-28) :

gäyyäm-l-i ṃəšrəg wə đ̣wäyyât əl-bäwl əl-wäyˤât əmtānât
w-əl-ˤəlb əlli vî-h ət-tämât đâk lli larbâṭ əv-bâṭ-u
huwwä gâˤ ämtän-hä läyˤât aṛbâṭ-u w-aṛbâṭ aṛbâṭ-u
[u] lukäyr əmn ər-rəff əb-daḫlî-h [u] ḥadd əmn ər-rəff əb-gīrâṭ-u
ˤand-i ˤann-u luḫîđ̣ əˤlî-h äšbäh l-u mənn-u təḥwâṭ-u

  • 30 Le sens de l’hémistiche, globalement, est dépréciatif (par antiphrase), la signification littérale (...)

« Ils ont éveillé en moi, Mechrag et Đ̣wayyât / el-Bawl, de bien forts tourments,
« Et la dune où poussent les acacias, / Cette dune qui abrite l-Aṛbâṭ sous son aile,
« C’est elle vraiment qui me tourmente le plus. / Insolente qu’elle est ! 30
« Mais Loukeyr est plein d’amour secret, /Et je crois que quiconque possède un fond d’amour,
« Plutôt que d’y passer, / Ferait mieux de le contourner. »

Comme tous les vrais habitants du désert, les Maures n’ont pas vraiment choisi de vivre dans des conditions aussi difficiles. Ils n’avaient pas, comme certaines des espèces végétales ou animales évoquées plus haut, de véritables prédispositions physiologiques pour faciliter leur survie. Le sable reste donc pour eux, dans la plupart des circonstances, moins un allié qu’un élément hostile avec lequel il faut compter. Au fil des siècles, cependant, ces nomades ont développé des savoir-faire qui leur ont permis de s’adapter et même de tirer parti au mieux de l’environnement saharien, de ce qui y pousse et de ce qui y vit.

35Ils ont adopté des vêtements (le turban ḥawli des hommes et le voile mäləḥfä des femmes) les protégeant du soleil comme des vents de sable. Ils ont appris à cuire la viande dans un trou (ḥəvṛa) de sable, en se servant d’un grand bâton (äšäwwây) pour pousser les braises et retourner la viande. Dans le Nord, en période de grande abondance, certains ont même su faire du lait séché (gârəs) dans des trous creusés dans le sable. Dans l’agriculture, on a employé du sable pour fumer le sol (gäylä). Les artisans ont découvert la vertu du sable pour décaper l’or et l’argent (šäbbäb). Quant aux éleveurs, il leur est arrivé de prendre du sable pour certains soins, tel celui de la cataracte du chameau.

  • 31 Pour plus de détails, on pourra se référer à l’article de Trancart (1938).

36Les nomades savent qu’ils peuvent, en cas de nécessité, remplacer l’eau et faire leurs ablutions au sable (täyämmum), mais le sable n’est pas pour eux qu’un pis-aller. Beaucoup de jeux de société traditionnels nécessitent un espace de sable fin. C’est le cas des jeux de damiers, à vingt ou quarante cases (ḫräybgä ou đ̣âmət/ṣṛand). C’est plus encore celui du jeu de sîg — jeu de baguettes constituant une variété locale de jonchet — pour lequel on prépare spécialement le terrain (baṛṛa əs-sîg) en formant une petite dune de sable au sommet aplati. Enfin, le sable est le lieu par excellence où se pratique la divination (lə-gzânä) qui, chez les Maures, se fait principalement à l’aide de traits dans le sable (d’où l’appellation de ḫatt ər-ṛaml(ä), litt. « traits du sable ») 31. Pour le non initié, ces traits resteront bien confus, comme le souligne la devinette qui prétend dépeindre la divination :

  • 32 Il est en effet d’usage d’entraver les grands veaux pour les empêcher d’entraîner à leur suite les (...)

äŧəṛ nârəb w äŧəṛ lə-gṭûṭa / w äŧəṛ ˁžäylət-nä mən yâməs maṛbûṭa //
« Traces de lapins et traces de chats (sauvages) / et traces de notre génisse depuis hier attachée // » 32

Si ces traces ont besoin d’une personne versée dans leur interprétation, il n’en est pas de même des autres traces observables dans la nature. Les nomades étaient en effet invités dès leur plus jeune âge à étudier les différentes empreintes laissées sur le sol et, plus largement, à porter attention à tous les indices inscrits dans le paysage.

  • 33 Pour plus de détails sur ces colles d’un genre particulier, voir Taine-Cheikh 1995.

37Les éleveurs devaient pouvoir reconnaître les animaux à leurs traces, pour les rattraper quand ils s’étaient éloignés (parfois malgré leurs entraves), pour retrouver la bête égarée ou volée, pour identifier une bête étrangère au troupeau. Les « devinettes pastorales » (əz-zärg) rendent bien compte du don d’observation des bergers et de leur savoir, acquis au fil des années, qui permet aux meilleurs d’entre eux de reconnaître aussi bien la trace du chameau borgne (au fait qu’il ne mange les feuilles que d’un côté de l’arbre) que celle du chameau blanc ou pie à pattes blanches (au fait que la bête « piétine ses poils » (z-zâylä lli) täwṭa və š-šaˤṛ-ha33.

38L’observation des traces des animaux est également très importante pour les chasseurs et les Nmâdi, en tant que chasseurs quasi professionnels, ont évidemment une réputation d’excellents pisteurs. Cependant, pour eux plus encore que pour le reste de la population maure, la connaissance des traces est d’abord une question de survie, dans la mesure où ils viv(ai)ent jusqu’à récemment dans des régions particulièrement désertes et peu fréquentées. Dans La fille du chasseur, l’héroïne explique pourquoi sa mère lui avait appris, toute petite, à reconnaître ses traces dans le sable et comment cela lui avait permis, des années plus tard, de retrouver son fils perdu sur une plage d’Espagne (Caratini 2011 : 60-61).

  • 34 Sur cette forme verbale et sur la curieuse forme causative sänyär « orienter », voir Taine-Cheikh 1 (...)

39Plus que d’autres, ceux qui, comme les Nmâdi, partent pour de grandes marches dans le désert en solitaire ont besoin d’un sens de l’orientation très développé. Mais savoir s’orienter (stänyär 34) est, chez le nomade, une nécessité de chaque jour, ne serait-ce que pour pouvoir incliner son corps dans la bonne direction pendant la prière. Dans l’environnement quotidien, telle dune ou tel arbre peut suffire à indiquer la direction de la Mecque, de même que, pour les déplacements en terrains connus, tout repère visible (tout ašäyv) sert à donner la route. Mais plus généralement, et surtout pour des traversées moins balisées, l’orientation se fait en fonction des points cardinaux ou, plus précisément, de la rose des vents. En effet, tandis que les vents dominants impriment leur empreinte dans la forme des dunes — et jusque dans les plus petites ondulations sablonneuses —, une identification se fait entre le dos de la dune ou le dos de la tente d’une part (lə-gvä « le dos ») et une des quatre directions cardinales (täll mais gâvä « aller vers le täll ») d’autre part — direction qui a la particularité de varier un peu en suivant l’orientation du vent dominant, et correspond donc, selon les régions, tantôt au Nord, tantôt à l’Est.

40On trouvera ailleurs (Taine-Cheikh 1991) plus de détails sur le rôle de la tente dans la rotation de la rose des vents, mais il suffit ici de relever que c’est le jeu du vent sur le sable qui fournit au nomade quelques-uns des repères essentiels à son orientation... quand ce ne sont pas les seuls !

41Le nomade, qu’il garde son troupeau, chasse la gazelle, poursuit un rezzou ou simplement se déplace d’un point à un autre, aura toujours à cœur d’observer son environnement et de chercher à décrypter les signes perçus. Ces signes peuvent être sonores, mais ils sont plus fréquemment matériels, car le sable, milieu particulièrement réceptif aux influences extérieures, tend à garder toutes les empreintes, celles du vent comme celles des êtres animés.

42Dans les sociétés traditionnelles vivant en milieu désertique, notamment chez les indiens d’Amérique et chez les Aborigènes d’Australie, on rapporte la capacité surprenante acquise par certains individus dans l’interprétation des traces. Est-elle moins développée chez les Sahariens ? Est-ce seulement parce qu’ils attendent encore leur Tony Hillerman ou leur Arthur Upfield ?

  • 35 À noter qu’une grammaticalisation comparable existe dans quelques parlers orientaux de nomades (cf. (...)

43Il existe toutefois un indice de l’importance des traces dans la culture maure, c’est le fait que le lexème qui signifie « trace » (ät) en arabe a été grammaticalisé en ḥassāniyya 35 pour donner une forme à l’expression du possible (ätṛ-u.... « il est possible qu’il, peut-être qu’il... »). Le distique suivant (une təbṛîˤa composée par une femme) en donne une illustration :

W ätṛ-ək mā šəvtî-h
Vowg əs-semˤa yəlbəs tərkî-h

« Et peut-être que tu [femme] ne l’as pas vu
Quand il mettait sa chemise à l’étage au-dessus »

Fond d’oued ensablé

Fond d’oued ensablé

B. Lamarche

Haut de page

Bibliographie

Bayard, L. 1947 Aspects principaux et consistance des dunes (Mauritanie), Bulletin de l’IFAN série B, t. IX, no 1-4 : 1-17.

Boris, G. 1958 Lexique du parler arabe des Marazig. Paris : Klincksieck.

Caratini, S. 2011 La fille du chasseur. Paris : Éditions Thierry Marchaisse.

Dozy, R. 1881 Supplément aux dictionnaires arabes. Tome 1. Leyde: Brill.

Feghali, M. & Cuny, A. 1924 Du genre grammatical en sémitique. Paris : Librairie Orientaliste P. Geuthner.

Foucauld, Ch. de 1951-1952 Dictionnaire touareg-français (Ahaggar). Paris : Imprimerie Nationale de France.

Heath, J. 2006 Dictionnaire touareg du Mali. Tamachek-anglais-français. Paris : Karthala.

Kazimirski, A. de B. 1860 Dictionnaire arabe-français, t. I et II. Paris : Maisonneuve et Cie.

Lamarche, B. 2002 Le milieu. In Sylvain Estibal Abd El W. O. Cheikh, Bruno Lamarche, Robert Vernet et al. (eds), Sahara. L’Adrar de Mauritanie. Sur les traces de Théodore Monod. Paris : Vents de sable : 158-182.

Landberg, comte C. de 1901 Étude sur les dialectes de l’Arabie Méridionale. I. Ḥaḍramoût. Leiden : Brill.

Leriche, A. 1955 Terminologie géographique maure. St-Louis : IFAN–Mauritanie.

Marçais, W. & Guiga, A. 1958-1961 Textes arabes de Takroûna, II. Glossaire. Paris : Librairie orientaliste P. Geuthner.

Monod, Th., en collaboration avec J.-M. Durou 1988 Déserts. Marseille : AGEP.

Ould Ahmedou Bamba, M. 1981 M’hammed Ould Ahmed Youra poète amoureux. Maîtrise de Lettres Modernes. Nouakchott : École Normale Supérieure de Nouakchott.

Ould Cheikh Ahmed, El Arbi M. 1982 Itḥaži devinettes hassaniya. Maîtrise de Lettres Modernes. Nouakchott : École Normale Supérieure de Nouakchott.

Ould Cheikh, A. 1989 Une aire de transit. In G. Courrèges, Y. de La Croix & P. Peteuil (eds), Sud Sahara Nord Sahel. Abidjan : Centre Culturel Français Abidjan : 111-124.

Ould Cheikh, A. 2007 Présentation « Voyage, voyages... ». La grande foire des dattes (Adrar mauritanien) d’Odette du Puigaudeau (1937). Paris : Ibis Press : 7-15.

Pierret, R. 1948 Étude du dialecte maure des régions sahariennes et sahéliennes de l’Afrique occidentale française. Paris : Imprimerie nationale.

Poussibet, F. 1962 Répertoire des termes géographiques de la région de Tombouctou. Bulletin IFAN série B, t. XXIV, no 1-2 : 199-262.

Prasse, Karl-G., Alojaly, G. & Ghabdouane, M. 2003 Dictionnaire Touareg - Français (Niger). Copenhague : Museum Tusculanum Press - Université de Copenhague.

Procházka, S. 2004 Unmarked feminine nouns in modern Arabic dialects. In M. Haak, R. de Jong and K. Versteegh (eds.), Approaches to Arabic dialects : Collection of articles presented to Manfred Woidich on the occasion of his sixtieth birthday 237-262. Leiden - Boston : Brill.

Puig, N. 2003 Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur (Sud-ouest tunisien). Tunis – Paris : IRMC – Karthala.

Reynier, A. 1909 Méthode pour l’étude du dialecte maure. Tunis.

Taine-Cheikh, C. 1988-1998 Dictionnaire Hassaniyya-Français. Paris : Geuthner.

Taine-Cheikh, C. 1991 Le vent et le devant. De l’orientation chez les Maures. In Journal asiatique, t. CCLXXIX, n o 1-2 : 93-126.

Taine-Cheikh, C. 1993 Du sexe au genre : le féminin dans le dialecte arabe de Mauritanie. Matériaux arabes et sudarabiques, no 5 (N. S.) : 67-121.

Taine-Cheikh, C. 2003 Les valeurs du préfixe s- en hassaniyya et les conditions de sa grammaticalisation. In I. Ferrando & J. J. Sanchez Sandoval (ed.), AIDA 5th Conference Proceedings. Cádiz : Servicio de Publicationes Universidad de Cádiz : 103-118.

Taine-Cheikh, C. 2006 Poésies d’itinéraire et itinéraires poétiques au Sahara. In S. Naïm (dir.) (ed.), La rencontre du temps et de l’espace. Approches linguistique et anthropologique. Leuven-Paris-Dudley : Peeters (SELAF) : 139-163.

Taine-Cheikh, C. 2008 Dictionnaire zénaga – français. Le berbère de Mauritanie par racines dans une perspective comparative. Köln : Köppe.

Taine-Cheikh, C. 2013 Grammaticalized uses of the verb ṛa(a) in Arabic: a Maghrebian specificity ? In Mena Lafkioui (ed.), African Arabic : Approaches to Dialectology. Berlin : Mouton De Gruyter : 121-159.

Trancart, Lt A. 1938 Sur un procédé de divination de l’Adrar mauritanien le gzān. In Bulletin du Comité d’Études Historiques et Scientifiques de l’A.O.F. tome XXI, no 4 : 489-498.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une variété d’arabe qui, dans certains champs lexicaux, a fait de nombreux emprunts au berbère zénaga. Je tenterai incidemment de préciser ce qu’il en est mais, sur le sujet traité ici, je n’ai pas relevé un lexique très important dans le dictionnaire de zénaga (Taine-Cheikh 2008).

2 əš-Šayḫ Muḥamd əl-Ṃâṃi (m. en 1865) est une grande figure théologique du xixe siècle. C’est aussi un lettré et un grand poète. Sa poésie en dialectal a la particularité d’être tout à fait absconse.

3 L’argile humide porte le nom de ṭamẓa (à l’étymologie mystérieuse). En revanche, ṭûbä désigne une motte assez friable, c’est-à-dire un morceau d’argile, de boue séchée ou une boule de sable humide.

4 Dans la région de Tombouctou, Poussibet (op. cit.) a relevé, comme synonyme de ˁaŧˁâŧ, le terme fäšvwāša (dont dérive probablement le français ‘fej-fej’ employé localement par les francophones).

5 Je tiens compte ici, pour la transcription en caractères latins, de celle en caractères arabes des auteurs — imparfaite mais plus précise, notamment en ce qui concerne la longueur des voyelles.

6 En berbère, la racine Ẓ(Ẓ)R est celle du verbe « voir » (zénaga yäẓẓuˀṛ). On peut aussi faire un rapprochement avec le touareg aẓyar « nuée (de poussière) » (Prasse & al. 2003 : 929) et täẓyart « poussière atmosphérique » (Heath 2006 : 836), même si le sens premier est « ciel ».

Cependant, l’hypothèse la plus probable est sans doute celle que m’a indiquée Lentin, selon laquelle on pourrait avoir zīra pour žazīra « île » (Dozy 1881 : I, 618 — d’après le Muḥīṭ d’Al-Bustānī, p. 384, col. 3, sous ZWR). L’exemple est syrien, et le sens est différent de « dune », mais l’attestation du même mot avec le sens de « bouquet de palmiers » dans la région Sud tunisienne de Tozeur (Puig 2003 : 54) montre qu’un changement sémantique a déjà commencé au Maghreb pour ce mot.

7 ˤéreg et ḏrâˤ ont également des emplois géographiques de type métaphorique dans l’arabe du Sud tunisien (Boris 1958 : 401, 192), mais sans référence à la distinction « dunes vives vs fixes ».

8 Selon certaines sources, elle est en forme de croissant, comme l’est la dune dite ḥgäf (du classique ḥiqf, de sens très proche).

9 La présence de ce préfixe pourrait être le signe que ces racines sont d’origine berbère, mais pas nécessairement en être la preuve.

10 Ce lexème arabe, avec le glissement de sens observé dans le dialecte, est le meilleur argument dont je dispose pour faire de la racine berbère « voir » la source de zîrä.

11 Je reviendrai plus loin sur ce phénomène curieux qui est liée à la question de la dénomination changeante des points cardinaux.

12 Sur ce phénomène on pourra consulter : Feghali & Cuny (1924) pour le sémitique, Taine-Cheikh (1993 : 84-6) pour le ḥassāniyya, Procházka (2004) pour l’ensemble des dialectes arabes.

13 sāfiyāˀ, en arabe classique, est une forme plus longue, mais également de genre masculin (cf. Kazimirski op cit. : 1104).

14 Les Owlâd Mbâṛək sont une célèbre tribu guerrière de l’Est.

15 Pour un exposé didactique des rapports entre la forme des dunes et le vent, on pourra consulter l’article du lieutenant Bayard (1947).

16 Selon la définition de Poussibet (1962) : « partie saillante, promontoire — dans une dune — faisant songer à l’egâṿe des femmes ».

17 De nombreux noms de plante semblent d’origine berbère. Certains ont été dûment relevés en zénaga, tels tīẓẓiˀđ et täˀmäđ. Cependant, il arrive que le nom soit différent en ḥassāniyya et en zénaga, tel le Panicum turgidum qui porte le nom de tgiˀgəS dans le berbère de Mauritanie.

18 Elle est appelée tûržä ou ntûržä selon les régions. On la surnomme parfois šäyb ət-tṛâb « les cheveux blancs de la terre » parce qu’elle tend à envahir des sols épuisés.

19 Sur les paysages végétaux et, plus généralement, sur les plantes et les animaux du Sahara, on pourra consulter avec profit la contribution de Lamarche dans Sahara. L’Adrar de Mauritanie (2002 : 158-182).

20 Un autre proverbe se moque aussi de sa faiblesse : lǝ-ḥbāliyyä mā ḥafđ̣ǝt ṛâṣ-ha taḥfađ̣ tiẓẓît ! « l’herbe ḥbāliyyä n’a pu se protéger elle-même, comment pourrait-elle protéger la plante tiẓẓît (qui est une paille à piquants) ».

21 Cette plante (comestible pour les animaux et dont les graines sont également consommées par les hommes en période de disette) est appelée familièrement cram-cram en français, à cause de ses nombreuses petites épines. Un journal (http://www.ar.initi.net/) a récemment adopté ce nom inîti comme titre et, pour slogan inîti yaġrä w-idǝgg « Inîti colle et pique ».

22 Voir Ould Cheikh 1989, en particulier pp. 112-115.

23 En cas extrême, le chamelier pourra même faire une incision et boire « l’eau » de sa panse — opération à laquelle l’animal a cependant peu de chance de survivre.

24 Parmi les espèces sahéliennes disparues, il aurait fallu citer au moins l’éléphant (əl-vîl), le lion (əs-sbaˤ) et l’antilope oryx (əl-wərg).

25 Cette dernière, qui semble porter en ḥassāniyya un nom d’origine berbère (on l’appelle äžəmmi en zénaga, mais édemi dans le touareg de l’Ahaggar, cf. Foucauld 1951-52 : I, 200) est considérée comme une espèce ou variété de plus grande taille. Quant à la grande gazelle dama, dite biche Robert (ḥassāniyya ṃohə/zénaga änaˀr), elle évolue exclusivement en milieu arboré, mais aurait quasiment déserté la Mauritanie.

26 Parmi les variétés connues comme réellement dangereuses, on peut citer le ġammâs (litt. « le plongeur »), nommé ainsi parce qu’il a l’habitude de s’enfoncer profondément dans le sol sableux.

27 Il existe plusieurs dénominations en ḥassāniyya pour les hyènes. šärṭâṭ et gābûn désignent la même espèce — vraisemblablement la hyène commune, tachetée (Crocuta crocuta), encore appelée gərṿâv. šärṭâṭ est usité à l’Est du pays et gābûn (à rapprocher du zénaga gähûh), dans le Sud-Ouest. La hyène appelée đ̣baˤ/đ̣abˤa en ḥassāniyya (ärđ̣äy en zénaga), plus petite, serait la variété rayée (Hyena hyena).

28 Le lièvre « affectionne les bonnes grosses touffes de Panicum turgidum », (uṃ)ṃ-ṛəkbä, tandis que les hérissons (le hérisson du désert, Paraechinus aethiopicus, comme celui à ventre blanc, « sont tout particulièrement inféodés aux secteurs complantés de Calotropis procera », (n)tûržä (Lamarche, op. cit. : 177).

29 Ould Cheikh (2007 : 10) notait, dans sa présentation à la réédition de La grande foire des dattes d’Odette du Puigaudeau (1937), la propension de l’auteure à comparer la forme des dunes aux courbes du corps féminin. Ce type de comparaison sensuelle n’est pas attesté chez les poètes maures.

30 Le sens de l’hémistiche, globalement, est dépréciatif (par antiphrase), la signification littérale de aṛbâṭ-u w-aṛbâṭ aṛbâṭ-u étant « ses fermetures et les fermetures de ses fermetures ».

31 Pour plus de détails, on pourra se référer à l’article de Trancart (1938).

32 Il est en effet d’usage d’entraver les grands veaux pour les empêcher d’entraîner à leur suite les jeunes veaux vers les pâturages où ils rejoindraient leurs mères et les téteraient.

33 Pour plus de détails sur ces colles d’un genre particulier, voir Taine-Cheikh 1995.

34 Sur cette forme verbale et sur la curieuse forme causative sänyär « orienter », voir Taine-Cheikh 1995.

35 À noter qu’une grammaticalisation comparable existe dans quelques parlers orientaux de nomades (cf. Taine-Cheikh, à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Oued Timinît (vers le nord)
Crédits Bruno Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre El Ghallaouiya (vers le nord)
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre El Bäyyəð̩ (vers le nord)
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Bloc diagramme. Terminologie géographique
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Chinguetti (vers le nord)
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre ˤAklət lə-Mġālîg avec personnage (Théodore Monod)
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Groupe chamelier abordant une zone de ˤaklä
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Cornulaca monacantha : ḥâð
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Bloc diagramme. Structure de grande ˤaklä
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Addax nasomaculatus : ṃohᵊṛ
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Gazella dorcas : ġzâl
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fennedus zerda : āġərši
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fond d’oued ensablé
Crédits B. Lamarche
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7304/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taine-Cheikh, C. 2014 Sur les traces des Maures, entre sable et poussière, in S. Boulay & M.-L. Gélard, Vivre le sable! Corps, matière et sociétés, Techniques & Culture 61 : 188-209.

Référence électronique

Catherine Taine-Cheikh, « Sur les traces des Maures, entre sable et poussière », Techniques & Culture [En ligne], 61 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/7304 ; DOI : 10.4000/tc.7304

Haut de page

Auteur

Catherine Taine-Cheikh

lacito (cnrs - Université Paris III Sorbonne Nouvelle)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page