Navigation – Plan du site
Thema
3. Empreintes, traces et mémoire du sable

Identifier, rechercher et surveiller par les traces

Éléments d’analyse d’un savoir-faire pastoral dans les sociétés saharo-sahéliennes
Identifying, following and watching tracks
Laurent Gagnol
p. 166-187

Résumés

Cet article a pour objectif de présenter une étude empirique sur le savoir-faire relatif aux empreintes et aux traces dans le sable. Elle concerne les populations nomades et semi-nomades à dominante pastorale du Sahara et du Sahel. Plus précisément, les résultats exposés dans cette brève étude sont issus d’un travail de thèse chez les Touaregs Kel Ewey de l’Aïr au nord du Niger et d’enquêtes exploratoires récentes menées au nord du Tchad chez les Toubous Daza et les Bideyat et surtout au sud du Niger chez les Touaregs Kel Gress. Identifier, interpréter les indices associés, rejoindre en suivant l’individu recherché : il est question d’un savoir-faire essentiellement pastoral. L’examen ponctuel de l’empreinte consiste à identifier l’individu qui l’a produite ; la recherche d’indices associés à la trace permet de discerner d’autres éléments interprétant plus généralement le comportement de cet individu en mouvement et le contexte spatial et temporel ; tandis que le suivi des traces, par la stratégie hodologique qu’il implique, permet de rattraper l’individu en question. Ensuite, sont abordés les rapports de pouvoir entre les hommes qui sont en jeu dans le savoir-faire relatif aux traces. Ils confirment, assurent ou subvertissent l’ordre social. Enfin, sont analysées les permanences et les transformations de ce savoir-faire banal et primordial dans un monde en voie de sédentarisation.

Haut de page

Texte intégral

Jeu du dara à Tajaé (Ader, Niger)

Jeu du dara à Tajaé (Ader, Niger)

Sorte de jeu de dames très populaire chez les Touaregs, aussi bien en ville qu’en brousse, qui consiste à aménager une sorte de damier au moyen de petits trous creusés dans le sable. Il se joue à deux, avec des crottes sèches de dromadaire, des petits bouts de palme de dattiers, ou comme sur ce cliché, avec des petits cailloux et des petits morceaux de tiges de mil.

© L. Gagnol 2012

  • 1 Ce travail a été réalisé grâce à l’aide linguistique et l’appui logistique et financier de l’Office (...)
  • 2 Ce travail n’aurait pas pu voir le jour sans la collaboration active d’Abdoulkader Afane, originair (...)

Cet article a pour objectif d’exposer les premiers résultats d’une étude empirique sur le savoir-faire relatif aux traces dans le sable chez les populations nomades et semi-nomades à dominante pastorale du Sahara et du Sahel. Plus précisément, les questionnements soulevés dans cette brève étude sont issus d’une recherche de thèse chez les Touaregs Kel Ewey de l’Aïr au nord du Niger (Gagnol 2009) et d’enquêtes exploratoires récentes menées au nord du Tchad (en janvier/février 2013 1) et surtout au centre sud du Niger (en juillet/août 2012). Si quelques compléments d’observations sont apportés grâce à un court travail mené chez les Toubous du Tchad – plus exactement les Daza et les Bideyat du Borkou et de l’Ennedi – cette étude repose essentiellement sur l’analyse d’une quinzaine d’entretiens approfondis (individuels ou collectifs) d’agro-pasteurs semi-nomades de la tribu Kel Agalal (qui appartiennent aux Touaregs Kel Gress) et qui habitent une partie de l’année dans la commune de Tajaé, au sud de la ville de Tahoua au Niger 2.

1Les personnes interrogées sont pour la plupart des hommes âgés, ayant vécu comme pasteurs nomades ou semi-nomades, caravaniers et/ou transhumants, avec une longue expérience de l’élevage à dominante cameline. Ils possèdent une grande maîtrise de l’inspection et du suivi des empreintes ; on fait parfois appel à leur sagacité pour résoudre certains cas difficiles. Même si, en la matière, certains sont reconnus comme spécialistes, l’exploitation des entretiens et des discussions plus informelles nous a conduit à penser qu’il s’agit d’un savoir-faire quotidien essentiel (pour la pratique pastorale mais pas seulement), très largement partagé et mis en pratique dans les campements et les villages touaregs. Ce savoir-faire sur les traces est sans doute généralisable à l’échelle des sociétés pastorales de l’espace saharo-sahélien. Les données recueillies au nord du Tchad semblent le confirmer : les similitudes des récits entendus en attestent. Pour autant, mises à part quelques exceptions (par exemple Therrien 1990), l’absence quasi-totale de littérature scientifique sur le sujet ne permet pas d’étayer cette hypothèse et encore moins de la généraliser à l’ensemble des sociétés pastorales et/ou nomades. Par ailleurs, cet article rend compte d’une recherche en cours, sur un thème porteur d’un point de vue théorique (Ginzburg 1980 et Ingold 2007), mais qui manque d’étude empirique. D’autres méthodes complémentaires à celles présentement exposées doivent être envisagées pour approfondir les connaissances (et leur mode de transmission) que suppose ce savoir-faire sur les traces : il pourrait s’agir notamment d’enquêter en situation et non pas seulement à partir de discours.

Empreintes de pied antérieur et postérieur de dromadaire (Eghazer, Niger)

Empreintes de pied antérieur et postérieur de dromadaire (Eghazer, Niger)

Il s’agit d’empreintes récentes mais le vent a déjà apporté des brindilles. On distingue des traces de gouttelettes d’urine. Le dromadaire marche à l’amble : cette allure symétrique, à deux temps, fait que les empreintes des pattes antérieures et postérieures de chaque côté sont alternativement rapprochées (ici, elles se recouvrent partiellement).

A. Afrane 2012

2Après avoir présenté le savoir-faire mobilisé dans l’examen et le suivi des traces, il sera question des rapports de pouvoir qu’il implique, puis, pour terminer, des permanences et des transformations actuelles qu’il connaît, sous les effets de la sédentarisation.

Inspecter, interpréter et suivre les traces. Une activité banale et primordiale

Les savoirs géographiques relatifs aux sols sablonneux

Les sociétés pastorales, comme celles des Touaregs, ont un vocabulaire géographique très riche pour désigner la nature diverse des sols qu’ils parcourent et habitent. Deux termes génériques sont associés à l’idée de sol : celui d’akal renvoie, en français, à la notion de « territoire », « pays » ou « contrée », sans présumer d’une quelconque dimension juridique (la « souveraineté territoriale »), d’une délimitation et d’une échelle précises, tandis que celui d’amadal évoque le sol en tant que support et étendue spatiale (la « surface » terrestre). Il désigne aussi le sol dans sa matérialité et sa profondeur (la « terre », le monde souterrain et les différents aspects du sol considérés du point de vue de sa composition). Les Touaregs distinguent de façon précise différents types de sol, en fonction de leurs textures mais également selon qu’ils sont ou non propices à l’impression des pas. Par exemple taghardé désigne un sol latéritique dur où il est impossible de suivre les traces. Quant au vocable de ézizel, il possède une valeur prototypale. C’est le sable « noble » du lit mineur des oueds qui offre les meilleures qualités pour les multiples fonctions pratiques et esthétiques qu’on lui attache. Il est considéré comme « mou », « blanc » et « pur », car non salissant. Stérile et mobile, il incarne des valences positives opposées à l’enracinement des sociétés agraires qui s’identifient à l’humus fertile.

Ci-dessus une empreinte relativement récente mais les traces d’insectes qui la recoupent indiquent qu’elle date au moins de la veille.

A. Afrane 2013

Empreintes d’un troupeau de vaches (Eghazer, Niger)

Empreintes d’un troupeau de vaches (Eghazer, Niger)

Il s’agit d’empreintes de génisses se dirigeant vers le point d’eau.

A. Afrane 2012

  • 3 Le reste des maisons étant constitué de briques faites d’un mélange d’argile, de sable et parfois d (...)
  • 4 Sur la question du sable dans les jeux touaregs, voir par exemple Bellin (1963) et Casajus (1988).

3L’arène des lits d’oueds est le matériau le plus généralement utilisé et elle fait même l’objet depuis peu d’un petit commerce. Il n’est pas lieu ici d’énumérer les usages du sable dans la vie quotidienne ou lors d’événements spécifiques. Bornons-nous à constater son omniprésence : s’il recouvre une grande surface des étendues désertiques et qu’on lui attribue par là un caractère « sauvage », il est également présent au sein même des espaces domestiques. Le sable ézizel est apporté et déposé à l’intérieur des habitations (tentes, maisons, mosquées, etc.) et sur le sol situé juste devant leurs entrées (il en est de même chez les Toubous). On en tapisse les murs intérieurs pour qu’ils soient plus lisses 3. De manière générale, le sable fait l’objet d’un emploi quasi quotidien : on s’en sert comme support d’écriture (alphabet tifinagh, dessin, cartographie, géomancie, etc.), comme moyen mnémotechnique lors d’une énumération ou simplement pour ponctuer une argumentation ou les traits saillants d’un récit. C’est un geste machinal et il n’est pas rare de dessiner des traits pour passer le temps, tout en participant à une discussion collective. Ils sont effacés aussitôt en balayant le sol de la main. Les jeux pratiqués au Sahara s’appuient aussi directement sur le sable (photo d’ouverture) 4 ; on s’en sert aussi pour des préparations culinaires (à base de viande grillée ou les fameux pains cuits dans le sable et les cendres, togella) et comme cache (de provisions de nourriture, d’eau mais aussi d’armes comme le conflit malien l’a montré). On l’utilise encore pour les ablutions sèches et pour un usage thérapeutique (massage de sable chaud ou chauffé tégharghart pour soigner des maladies froides ou utilisation de sable de termitière, réputée abriter des génies). Le sable peut néanmoins rendre malade : le contact direct avec un sol chaud peut provoquer une pathologie spécifique ézez, de même que le sable humide et froid (tessemdé). Il existe aussi des techniques de chasse et de guerre spécifiques aux milieux dunaires que maîtrisent les nomades.

  • 5 Le « chant des dunes » est décrit comme étant celui des génies, les tourbillons de sable, leurs car (...)
  • 6 Notamment les accouchements, les cérémonies de nomination et de noces, ainsi que les fêtes religieu (...)
  • 7 Par exemple, le récit légendaire de la destruction du village touareg de Takawat (Aïr, Niger) par u (...)
  • 8 Cette pratique est très largement répandue : Lévy-Bruhl en a donné quelques exemples sur trois cont (...)

4Le sable possède enfin une valeur rituelle : alors qu’il est connoté comme appartenant au monde sauvage, celui de la « brousse » dominée par les génies 5, le sol des espaces domestiques en est recouvert à chaque rite qui rythme la vie sociale 6. Le sable est ainsi au cœur du monde domestique 7. Ce qui n’est pas sans risque : par exemple, on effacerait les traces des nouveau-nés qui rampent à quatre pattes sur le sable de peur qu’ils se fassent « lécher » par les génies, ce qui les laisserait incapables de marcher. Dans certaines pratiques de sorcellerie (éshaghaw), pour transmettre un mauvais sort à quelqu’un, il est utilisé du sable prélevé de préférence dans les traces laissées par le pied nu de la personne 8. Il existe aussi des procédés prophylactiques par le sable pour faire tomber la pluie et faire couler l’oued, stopper une épidémie ou un conflit (Gagnol 2009 : 461-462).

  • 9 À ce sujet, voir Le Cœur, 1950 : 160 ; Chapelle, 1982 : 320, 330, 334.

5Enfin, tracer un trait dans le sable avait une importance singulière chez les Toubous. Une pratique, semble-t-il aujourd’hui disparue, en atteste : il s’agit d’un marquage au sol appelé ortozze 9. Lors des assemblées de notables réunies pour régler un litige, un trait était tracé afin de séparer les camps adverses : l’amende était annulée ou doublée si une des personnes de la partie plaignante ou de l’autre la franchissait. Autres cas d’ortozze : si un cercle était tracé autour d’un palmier-dattier dont les dattes commençaient à mûrir, c’est que le propriétaire donnait un signal d’avertissement à d’éventuels chapardeurs. Avertissement plus grave encore : tracer un trait sur sa propre trace alors que l’on sait être suivi, revient à indiquer à ses poursuivants qu’il sera fait usage d’une arme s’ils continuent au-delà ; la trace devenant le sentier de la guerre. D’ailleurs, avertir ses ennemis par ce signal permet de s’absoudre en cas d’affrontement meurtrier.

Empreintes d’une vache (Eghazer, Niger)

Empreintes d’une vache (Eghazer, Niger)

Certaines bêtes ont la particularité de traîner les pattes, c’est le cas de cette génisse dont les empreintes sont prolongées par de petits traits.

A. Afrane 2012

Un savoir-faire pastoral partagé mais inégalement réparti

Une devinette touarègue interroge : « Il y en a partout mais on ne peut les saisir. Qu’est-ce que c’est ? ». Réponse : « Les traces ». La langue touarègue est très riche en vocabulaire associé à la trace. Il existe plus d’une douzaine de termes pour nommer les différents types de pistes et chemins. Concernant plus précisément les traces, il existe une dizaine de mots : le terme générique est adériz, tandis que tekkelt désigne l’empreinte de pas humain, « asemmejannu », l’empreinte d’un animal accroupi, azeggelleliz, une empreinte de sable agité, etc. Au moins sept verbes évoquent l’acte de suivre une trace et renvoient à des différences subtiles qu’il est ardu de distinguer. Par exemple, le verbe agararas signifie « suivre les traces en sens inverse ».

  • 10 Identifier par leurs empreintes les brebis et les moutons est moins aisé sur un plan anatomique (le (...)

6Les pasteurs touaregs et toubous reconnaissent à leurs empreintes chacun des animaux qu’ils possèdent. L’identification est ainsi individuelle. Elle concerne aussi bien les dromadaires, les vaches, les ânes et les chevaux que les chèvres, mais pas toutes les brebis 10. Fréquemment, ils savent aussi identifier chaque tête de bétail des campements alentours ou des hameaux voisins. Ils reconnaissent enfin les empreintes des gens de leur campement et des campements environnants et, chez les sédentaires, d’une partie et parfois de la totalité des gens du village. On sait donc lorsqu’on a affaire à des traces étrangères, aussi bien pour les hommes (on reconnaît tout de suite l’arrivée d’un « étranger ») que pour les animaux domestiques (il s’agit alors d’animaux perdus ou volés) voire même pour les animaux sauvages. La familiarité des lieux et l’intimité avec les gens se vivent ainsi à travers les traces.

  • 11 Jusqu’à une semaine pour les cas exceptionnels. On raconte à Tajaé qu’un homme a pu suivre les trac (...)

7Mais l’identification des empreintes est une capacité inégalement répartie. Elle dépend de la plus ou moindre grande expérience, du sens de l’observation et de l’attention donnée, mais aussi de l’intelligence et de la mémoire de chacun : certains, dit-on, reconnaissent à l’empreinte le retour au village d’un caravanier ou d’un migrant (appelés « exodants » au Sahel) parti près d’un an auparavant. On fait parfois appel au service de spécialistes pour résoudre des cas difficiles. Ils sont surtout chargés d’identifier l’empreinte puis d’indiquer la trace à suivre, en la remontant quelques dizaines ou centaines de mètres. Ils ne sont pas rémunérés pour cela. Les spécialistes peuvent reconnaître la trace d’un animal perdu qui a traversé — ou est resté avec — un autre troupeau (les animaux se perdent souvent de cette manière). Il n’est pas rare, à la recherche d’un dromadaire, de suivre des traces sur deux ou trois jours 11. Certains pasteurs malhabiles à identifier leurs animaux grâce à leurs empreintes, attacheraient du fil sous leurs sabots pour se faciliter la tâche. Mais cette technique, rare et dissimulée, semble très peu répandue en raison des moqueries qu’elle suscite.

Les critères d’identification des empreintes

En examinant l’empreinte, c’est l’anatomie du pied que l’on analyse en creux. Les traces permettent en effet de déceler les particularités anatomiques de chaque pied d’individu. Dans le cas du pied des dromadaires, les pasteurs sahariens examinent les grandeurs, volumes et usures des parties constitutives que sont la sole (le plat du pied), le talon, les deux orteils et leurs ongles, la fente centrale, les fissures et autres particularités. Chaque dromadaire a une démarche singulière que l’inspection de l’empreinte révèle : certains projettent un peu de sable qui se dépose à côté de l’empreinte, d’autres appuient de façon plus uniforme sans faire de projection. Pour les chèvres, les brebis et les vaches, c’est surtout à la forme des crochets du sabot et à leur croisement éventuel qu’on les distingue. L’appui sur le sol est différencié : certains n’usent qu’une partie du sabot qui touche le sol. On remarque aussi si l’animal traîne les sabots. Il en est de même pour les hommes : chacun a une forme de pied et un appui caractéristiques qui s’impriment dans le sable. La trace dépend de l’anatomie du pied mais aussi de la démarche. Une partie du pied peut toucher le sable : certains appuient plus sur le talon, d’autres sur la pointe, d’autres encore sur le bord externe ou interne. Cela dépend aussi de l’angle d’ouverture des pieds (en canard ou l’inverse). Enfin l’allure est un critère distinctif : la longueur du pas, le type de foulée (piétinements, si on laisse traîner les pieds, etc.). Tout cela s’observe à travers l’usure différenciée des sandales qui s’impriment dans le sable et permet l’identification individuelle.

Trace de passage d’un coléoptère et crottins de dromadaire (Ennedi, Tchad)

Trace de passage d’un coléoptère et crottins de dromadaire (Ennedi, Tchad)

L. Gagnol 2013

Lorsque ces indices recoupent la trace d’un animal, ils sont utilisés pour évaluer le temps écoulé depuis leur production.

L. Gagnol 2013

8L’inspection des traces permet de révéler certaines caractéristiques précises qui sont propres aux individus qui les ont laissées. Dans le cas du dromadaire, un pasteur peut inférer son âge approximatif de l’empreinte. Les Touaregs déterminent d’ailleurs l’âge en fonction de la poussée des dents et de la grandeur des empreintes plutôt que par la taille. Il est aisé de distinguer les premières années en fonction de la croissance du pied. Mais à partir de la septième année, à l’arrêt de la croissance, cela devient plus difficile. De plus, l’allure des traces (et de ce qu’elle indique de son comportement) trahit aussi l’âge de l’animal : les juvéniles sont turbulents et se bousculent entre eux, tandis que les plus âgés sont tranquilles. Pour les vaches et les chèvres, la détermination de l’âge est plus approximative : plus elles sont vieilles, plus elles traînent les pieds et les crochets/ongles sont longs. Le sexe du dromadaire est révélé par la taille de la sole ainsi que par la longueur du pas (autrement dit, la distance entre les empreintes). En outre, l’empreinte de la chamelle est plus enfoncée (surtout lorsqu’il s’agit d’une femelle pleine) et les traces d’urine sont différentes. L’examen des empreintes permet aussi de mettre en évidence la profondeur inhabituelle liée à une charge (pour un âne, une outre remplie d’eau ; pour un dromadaire, des bagages comme ceux des caravaniers, etc.). Autre indice, lorsqu’un animal porte un poids, la longueur du pas se fait plus courte. Lorsqu’un animal est monté, cela se voit par la profondeur de la trace mais aussi par la direction plus linéaire de la marche. On peut distinguer certaines maladies de l’animal (le dromadaire se gratte le dos avec ses pattes ou se frotte contre un arbre par exemple). On voit aussi le niveau de fatigue et les blessures (boitement, saignement, etc.). La longueur des pas et le degré d’enfoncement des pieds augmentent avec la vitesse de l’animal : ils permettent de déceler une marche lente ou rapide, un trot ou un galop, ce qui est utile si l’on cherche à évaluer le temps qu’il faudra pour atteindre l’individu que l’on suit par ses traces. Car on peut comme nous le constaterons par la suite, déterminer approximativement la date voire l’heure de passage de l’individu qui a laissé sa trace.

Empreintes de deux dromadaires et d’un chamelier (Erg Chebbi à Merzouga, Maroc)

Empreintes de deux dromadaires et d’un chamelier (Erg Chebbi à Merzouga, Maroc)

Le chamelier marche en avant en tirant sur la longe de l’animal de tête (attachée sur la mâchoire ou à un anneau dans le nez) qui marche un peu de côté sur ce cliché.

L. Gagnol 2014

Stratégie hodologique et temporalités des traces

L’inspection des empreintes permet d’identifier l’animal, de connaître sa voie, c’est-à-dire la direction qu’il a prise. Mais si l’on veut « remonter » des traces et pister celui qui les a produites, un examen ponctuel seul ne suffit pas. Car suivre les traces est parfois contre- productif : cela fait perdre un temps précieux lorsque l’on est à la recherche d’un animal égaré qui fait des détours (ou d’un voleur qui cherche à faire disparaître les traces ou à les brouiller). D’ailleurs, une trace n’est pas qu’une suite d’empreintes rectilignes. La voie qu’elle forme est très sinueuse et la ligne souvent brisée (par l’absence momentanée de traces). C’est pourquoi, pour suivre un animal ou un homme, les Sahariens appliquent ce qu’on pourrait appeler une stratégie hodologique.

  • 12 Ces deux visions sont le plus souvent imbriquées et il ne s’agit de les opposer de façon systématiq (...)

9Le néologisme « hodologie » (ou « odologie », du grec hodos, le chemin, la voie) est un terme usité en psychologie au début du xxe siècle, renvoyant à la notion d’« espace subjectif » (Besse 2004). Nous nous référons quant à nous aux travaux de l’historien de la géographie antique P. Janni (1984). À travers les récits géographiques qu’il analyse, Janni voit à l’œuvre une opposition entre une vision cartographique du monde (à deux dimensions selon les axes des coordonnées géographiques) et une perception unidimensionnelle du monde, au sein de laquelle le mouvement et la direction prise par le parcours (réel ou fictif du récit) priment sur l’orientation selon les points cardinaux. Dans certains textes, les lieux ou les régions sont en effet décrits les uns après les autres, selon un itinéraire, et tout se passe comme si le récit donnait à voir une perception en situation, en mouvement. Les surfaces et les limites, au fondement de la représentation cartographique du monde, sont secondaires dans l’appréhension hodologique de l’espace, qui est avant tout linéaire et mobile 12.

  • 13 Nous nous démarquons ici de l’analyse de Ginzburg (1980) qui oppose le « déchiffrement » cynégétiqu (...)

10La stratégie hodologique en matière de suivi de traces consiste à se passer au moins momentanément des empreintes ponctuelles, en coupant l’itinéraire supposé formé par celles-ci, pour aller à la rencontre de l’individu par un trajet plus direct et linéaire. C’est ce que désigne le verbe touareg elked. L’objectif est alors de rejoindre la trace plus en avant, pour trouver des empreintes plus neuves. Toute la difficulté est d’atteindre l’individu sans le dépasser. Dans la pratique, on ne fait donc pas que suivre les empreintes ponctuelles. On imagine le parcours général, le but supposé de l’animal ou de la personne et les moyens ou stratagèmes qu’il ou elle mettra en œuvre pour y parvenir (il faut donc adopter son point de vue, se placer dans la perspective d’autrui). Cela implique de bien connaître non seulement le comportement de l’individu en question, et même son caractère, mais aussi les lieux où il évolue. C’est l’ensemble de ces aptitudes et de ces anticipations qui va permettre de faire moins de distance et donc de gagner du temps afin de le rattraper au plus vite (en allant par exemple directement à un puits). Suivre les traces est un jeu spatial, hodologique précisément, car linéaire et en mouvement, mais c’est aussi un jeu temporel. Pour être efficace en effet, le pisteur doit se projeter simultanément dans l’espace et le temps. Faire au plus vite et aller au plus court revient ainsi à prévoir les mouvements d’autrui, tout en se projetant soi-même dans le futur, et à ne pas suivre uniquement les empreintes, traces du passé 13.

Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)

Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)

Récupération d’un dromadaire « poussé » vers le reste du troupeau.

L. Gagnol 2013

11Les traces suggèrent en creux un passage, un mouvement : cela sous-entend, pour le pisteur, une distance à franchir, une vitesse et une durée pour l’accomplir. Celui-ci, afin d’évaluer la distance restant à parcourir pour atteindre l’être recherché, doit calculer approximativement sa vitesse (l’allure de la marche) et ainsi la durée de son parcours (le temps qui les sépare). Puis, en choisissant un itinéraire plus direct pour recouper les traces, il lui faut viser un cap. Après avoir franchi en ligne droite la distance estimée, l’itinéraire qu’il aura suivi se transformera en secteur à inspecter pour retrouver les traces fraîches.

Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)

Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)

Le pasteur du clan Annakaza (Toubous Daza) tient dans sa main la corde ayant entravé le dromadaire.

L. Gagnol 2013

12Suivre des traces est ainsi paradoxal du point de vue temporel : il faut interpréter des actions passées par ce qu’il en reste, tout en étant prospectif. Car le présent du pisteur est le passé de l’être qu’il cherche ; le présent de ce dernier étant le futur du premier. Suivre des traces, c’est tout à la fois remonter le cours du temps et enclencher un compte à rebours. Car le temps est précieux : il faut éviter que l’animal aille trop loin et que les traces s’effacent. Il est crucial de bien savoir situer dans le temps l’empreinte. Là encore, le savoir-faire est précis. Les traces neuves sont caractérisées par le fait qu’elles n’ont pas été perturbées par le vent et qu’elles n’ont pas été traversées par les insectes nocturnes. Les pasteurs sahariens distinguent l’empreinte qui a quelques heures (demi-journée), de celle qui a une journée et de celle qui a passé une nuit. Ils peuvent estimer le nombre de nuits jusqu’à, parfois, une dizaine. Au-delà, les traces s’effacent intégralement, même si leur disparition dépend du substrat et surtout de la météorologie (vent, pluie, etc.).

Les indices associés aux traces

L’examen ponctuel ou linéaire de la trace est associé à l’observation et à l’interprétation d’autres indices qui pourraient faciliter l’identification ou la recherche de l’individu.

OBJECTIFS

MOYENS

Identifier l’individu

Inspection de l’empreinte : examen ponctuel

Pister pour rattraper l’individu

Suivi de la trace à partir d’une stratégie hodologique : examen linéaire

Discerner son comportement et le contexte spatio-temporel (de son passage et de son parcours depuis lors)

Recherche et interprétation d’indices associés : examen éthologique et territorial

  • 14 Les pasteurs toubous reconnaissent les races de leur dromadaire à leur robe. On retrouve parfois de (...)
  • 15 Certaines marques de bétail chez les Touaregs et les Toubous sont des empreintes d’animaux (corbeau (...)

13On identifie un animal à son empreinte mais aussi, visuellement, à sa robe 14, à sa marque tracée au fer rouge 15 et même à son allure lorsqu’on l’observe de loin. Parmi les qualités sensorielles qui sont mises à contribution, la perception visuelle domine. Pour autant, l’ouïe est essentielle : on reconnaît, dit-on, chaque espèce mais aussi chaque individu à son cri. L’odorat et le toucher jouent moins, sauf, par exemple, dans l’examen des crottes de dromadaire. Complémentaires des empreintes, ces dernières sont analysées finement car elles livrent des indications sur le temps écoulé depuis le passage de l’animal par leur degré d’humidité, d’effritement, etc. Les indices laissés ponctuellement comme une trace d’urine, une tache de sang, un reste de poils accrochés à un épineux ou dans l’empreinte, une branche cassée ou broutée, un gîte ou une bauge…, donnent des informations supplémentaires. Les dromadaires, par exemple, aiment se frotter dans le sable et se faire une couche de sorte qu’on peut savoir s’ils y ont passé la nuit.

  • 16 Dans le cas contraire, cela permet de les dépister : c’est du moins ce que racontent la plupart des (...)

14En plus d’indices ponctuels, une bonne connaissance du territoire est indispensable : il faut connaître les points d’eau et les bons pâturages pour anticiper la direction prise par l’animal. Cette familiarité avec le territoire est complémentaire d’une connaissance intime du comportement animal. Le savoir éthologique des pasteurs relève d’une connaissance écologique au niveau de l’espèce, mais aussi des habitudes propres à chaque animal, à l’échelle des préférences individuelles. On connaît par exemple les lieux de prédilection des dromadaires 16, qui se perdent en se précipitant ou en s’attardant près des sources salées, ou de certains individus pour des zones de gagnage précises (tel animal aime entrer dans les champs de mil et provoque des dégâts). La connaissance des mœurs individuelles permet de retrouver les bêtes plus facilement. Certains animaux reproducteurs ont par exemple tendance à courir après les femelles ; il suffit alors de repérer le troupeau de chamelles. D’ailleurs, de l’empreinte de l’animal, on peut en inférer son comportement : on voit que telle chèvre aime les cabrioles, que tel chameau est paresseux, tel autre velléitaire.

15Si la trace est perdue et que les indices ne suffisent pas, on peut néanmoins être mis sur la piste en demandant des renseignements aux personnes rencontrées en chemin. Car les pasteurs savent s’il y a des traces d’animaux étrangers sur leurs terrains de parcours. Pour augmenter la chance de retrouver son animal, on peut également user de procédés divinatoires, d’offrandes votives et d’aumônes religieuses (takoté chez les Touaregs, sadaga chez les Toubous).

Confirmer, assurer ou subvertir l’ordre social

Les traces, reflet de la hiérarchie sociale

À travers les empreintes, les pasteurs reconnaissent les différentes espèces animales mais aussi les « races » intraspécifiques. Les Touaregs Kel Gress distinguent deux races principales de chameaux : les bicolores, dont la sole est plus ronde avec une fente plus marquée (race azelghaf considérée comme plus intelligente et robuste, mais moins esthétique et ayant une mauvaise vue) et la race privilégiée pour la selle (ejiwi plus élancée avec une robe unie couleur crème), dont l’empreinte est plus petite avec une sole plus lisse et allongée. Les Touaregs Isherrifan de l’Aïr, considérés comme des spécialistes en matière de traces dans l’Aïr, vont jusqu’à différencier deux races de mouflons à partir de leurs empreintes. On reconnaît aussi l’origine des animaux en fonction du terrain qu’ils fréquentent : les dromadaires de l’Aïr ou du Tibesti présentent une sole plus rugueuse, adaptée aux sols raboteux et rocheux, à l’inverse de la sole plus molle et élastique des chameaux des dépressions et vallées de l’Azawagh, du Bourkou ou de l’Ounianga, habitués aux sols sablonneux.

16Contrairement au savoir-faire sur les traces, lié à l’expérience et à l’intelligence personnelles, la démarche et par là l’empreinte se transmettraient de façon héréditaire. Pour les pasteurs sahariens les particularités anatomiques et la façon de marcher sont transmises des parents aux enfants et cela se lit dans les traces. Tel père, tel fils donc ; ou plutôt tel oncle maternel, tel neveu chez les Touaregs ; mais aussi telle chamelle, tel chamelon : par exemple, on raconte à Tajaé qu’un caravanier avait perdu sa chamelle depuis plus d’un an. En examinant les traces d’un chamelon, il a su qu’il s’agissait de celles de la progéniture que sa chamelle avait eue entre-temps. Il a suivi les traces du chamelon qui l’ont conduit directement à celle-ci.

17De même, chez les êtres humains, on peut reconnaître – mais plus difficilement – les différenciations internes grâce aux empreintes. Les groupes ethniques n’ont que peu de particularités anatomiques décelables. Ce sont plutôt les habitudes culturelles de chaque groupe ethnique qui sont révélées à travers les traces. Les Peuls Wodaabe du Niger par exemple marchent beaucoup et, dit-on, possèdent de ce fait des orteils écartés. En outre, ils se servent souvent d’un bâton, ce qui est bien visible sur le sol. De la même manière, les Toubous disent que les gens du Ouaddaï ou ceux du sud du Tchad ont des empreintes différentes des leurs, même si, avec les métissages d’aujourd’hui, les différences sont moins nettes.

Camion et caravane sillonnant l’erg du Djourab (entre Borkou et Ennedi – Tchad)

Camion et caravane sillonnant l’erg du Djourab (entre Borkou et Ennedi – Tchad)

Les traces dans le désert s’effacent rapidement.

L. Gagnol 2013

Mais les pistes principales sont rendues visibles par des balises (pneus, fûts usagés, etc.). Ici, lieu de halte sur la piste du Djourab avec carcasse de tank libyen ensablé et pylône indiquant la présence d’un puits.

L. Gagnol 2013

18L’organisation hiérarchique interne aux sociétés pastorales serait plus nettement identifiable par les traces : chaque catégorie sociale possède une empreinte particulière. Cela tient, selon les interlocuteurs touaregs « nobles », à ce qu’un homme issu de cette souche (amajagh) possède une démarche altière (dite takama) qui s’observe dans l’empreinte. Il marche d’un pas lent et assuré, en appuyant bien sur le sol, avec un port de tête haut, le dos droit et les bras coordonnés à la marche. Ce qui fait que les pieds ressortent nettement dans l’empreinte, qui est bien marquée et harmonieuse. Il n’y a pas de projection de sable, ni de poussière soulevée. Par contraste, les artisans/forgerons (inadan) auraient, selon ces mêmes interlocuteurs, une démarche inégale faite de petits pas rapides et une allure désordonnée : la poitrine est avancée et les bras balancent négligemment derrière le corps. Les empreintes sont inégales, mal formées. Cette démarche considérée comme bouffonne par les catégories supérieures est appelée taweligwelig. Elle correspond également à la démarche des anciens esclaves qui trottineraient de façon désordonnée. La trace traduit les techniques du corps et l’ordre social qu’elles reflètent.

19Pour les dromadaires, on retrouve cette hiérarchie dans la démarche et l’empreinte : les bons chameaux de selle marchent calmement, de façon harmonieuse et ordonnée. Les chameaux azelghaf piquent le sol et sautillent. L’allure est plus disgracieuse, ce qui se traduit dans l’aspect des traces.

Comment voler sans signer son forfait dans les sables ?

  • 17 Il arrive aussi que l’on parte à la recherche d’un individu qui s’est perdu ou qui est devenu « fou (...)

Après la recherche de bêtes égarées ou laissées au pâturage sans surveillance (les dro-madaires notamment, une des premières fonctions du savoir-faire sur les traces consiste à retrouver un animal volé en l’identifiant et en le poursuivant, puis en retrouvant son voleur par les signes inscrits sur le sable 17. Les voleurs sont souvent des « étrangers », puisqu’il est très facile de se faire reconnaître par ses empreintes. En outre, si le vol est déconsidéré chez des parents ou des alliés, il peut prendre un aspect plus valorisant s’il est commis chez des tribus envers lesquelles perdure une relation de rivalité, voire d’hostilité. Chez les Toubous notamment, l’épreuve du vol de bétail était autrefois une étape obligatoire pour prouver sa bravoure et sa capacité à être un homme accompli. Mais aujourd’hui les tribus pastorales sont surtout victimes de vols de la part de populations sédentaires, lorsqu’elles sont en transhumance au cours de la saison sèche dans les régions sahéliennes méridionales. Les caravaniers en particulier sont ainsi très attentifs aux empreintes de leurs animaux mais aussi de ceux des campements voisins afin de réagir rapidement en cas de perte ou de vol, le premier revenant souvent au second dans ces régions plus peuplées qu’ils connaissent moins bien.

20Il existe des indices infaillibles pour identifier qu’un animal a été volé : la direction qu’il prend est rectiligne et son empreinte est plus enfoncée puisqu’il est monté. Si le voleur marche, on voit ses empreintes à côté de l’animal : soit devant, et dans ce cas il le tire par la longe, soit derrière, pour faire avancer l’animal qui peut être entravé (dans ce cas, on repère le lieu où on lui a enlevé l’entrave). Lorsqu’un vol a été détecté, les victimes tentent de retrouver le voleur à sa trace. Le vol peut se confirmer pendant la traque à l’observation des traces de baraquement lorsqu’ils font halte ou bien à celles du chargement de l’animal dans un véhicule. La poursuite peut s’engager sur des dizaines voire des centaines de kilomètres et franchir les frontières internationales. Il n’est pas rare que les pasteurs de l’Ennedi tchadien aillent récupérer leurs dromadaires au Darfour (Soudan) ou que les Touaregs nigériens aillent jusqu’au Nigéria ou au Tchad.

  • 18 Cette pratique est néanmoins attestée ailleurs dans le Sahara, notamment en Algérie dans l’oasis de (...)

21Les voleurs savent évidemment que les victimes vont être sur leurs traces. Ils ont des stratagèmes pour les semer et pour brouiller leurs traces. Ils font des détours, passent sur des sols durs (argile desséchée, rochers) ou sur des hautes herbes en évitant les zones sablonneuses. S’ils n’arrivent pas à semer ceux qui sont à leur recherche, ils peuvent leur faire perdre du temps. L’objectif pour eux n’est pas d’abattre discrètement l’animal, cela les retarderait et les encombrerait, mais plutôt de l’amener au marché pour le vendre sur pied. Certains voleurs attachent même un petit bout de tissu au sabot (ou une couverture sur la croupe) pour balayer les traces. Mais, évidemment, cela n’efface pas les traces du balayage qui sont encore plus nettes et plus faciles à suivre (cette tactique serait employée par des voleurs haoussas, mais elle ne semble pas répandue et fournit surtout aux Touaregs une occasion de se moquer d’eux 18).

  • 19 À ce sujet, voir les observations à Tabelbala de Champault (1969 : 210-211). Je remercie M.-L. Géla (...)
  • 20 Ce n’est nullement un stratagème spécifique aux dieux grecs et aux Sahariens : les braconniers des (...)

22Les voleurs de bétail ne sont pas les seuls à être poursuivis grâce aux traces. Tous les voleurs le sont, même ceux qui commettent de petits larcins dans les boutiques de village. Tout maraudeur qui cherche à déjouer ses futurs poursuivants doit être patient. Il peut passer une journée à observer la vie du village. Il remarque alors le modèle de sandales le plus porté, l’achète discrètement et le chausse juste avant de commettre son forfait. Il sera ainsi plus difficile ensuite de le repérer. D’autres poussent la minutie jusqu’à changer plusieurs fois de paire de sandales au cours de leur fuite. Autrefois, à la manière d’Hermès, des sandales rudimentaires étaient confectionnées spécialement pour commettre un forfait 19, ou même étaient fabriquées de telle sorte que le talon soit à l’avant et inversement la pointe à l’arrière, pour intervertir le sens de la trace : ce stratagème permettant de tromper les poursuivants qui, induits en erreur, suivaient les traces dans la mauvaise direction 20.

Marché d’In Gall lors de la « cure salée » (Niger)

Marché d’In Gall lors de la « cure salée » (Niger)

Lieu de rencontre entre pasteurs, cultivateurs, citadins et commerçants, ce marché bat son plein lors du rassemblement de pasteurs nomades et transhumants qui a lieu en saison des pluies dans la région autour d’In Gall.

A. Afrane 2013

23Néanmoins, il existe des contre-stratagèmes pour déjouer les ruses des voleurs. Dans le cas présent de l’anecdote du maraudeur de commerce, ses victimes ont dû faire le tour du village pour reconnaître le chemin qu’il avait emprunté après son vol, comparer ses traces avec celles qui étaient entrées dans le village et être sûres que celles-ci correspondaient bien au même individu. Car les spécialistes des traces savent identifier une empreinte même si la personne a changé plusieurs fois de chaussures au cours de sa fuite. La méthode la plus simple pour mettre en défaut la ruse des voleurs, consiste à ne pas suivre les traces à partir du lieu où le vol a été commis ni à chercher à suivre les traces qu’il a pu brouiller. L’astuce est de repérer l’itinéraire par lequel le voleur est venu et qui indique donc son chemin à l’aller et non au retour. En effet, de manière générale, les voleurs sont moins attentifs à leurs traces lorsqu’ils entrent dans le village. L’objectif est alors de « remonter » la piste jusqu’au domicile – ou au point de départ – du voleur, en s’assurant néanmoins qu’il n’est pas allé dans un autre village. S’il a pu se débarrasser ou revendre l’objet de son délit, son empreinte a valeur de preuve « juridique » et il n’a d’autres moyens que d’avouer. C’est ce qu’a observé également C. Bataillon (1963 : 38) au Souf dans le Sahara algérien. À Fada, petite ville administrative et militaire de l’Ennedi, aucun vol dans un commerce n’a eu lieu, dit-on, qui n’a pu être confondu grâce aux traces.

Empreintes d’un chacal (Ennedi, Tchad)

Empreintes d’un chacal (Ennedi, Tchad)

Cette trace probablement nocturne a été émoussée par l’action du vent sur le sol sablonneux.

L. Gagnol 2013

Surveiller par les traces

L’examen des traces permet de rechercher un animal ou un voleur, mais aussi d’opérer en interne une surveillance du groupe social, au sein du campement ou du village. Cette question est plus difficile à enquêter que les vols, qui sont souvent attribués aux étrangers.

24Voici ce que relate le géographe arabe Al-Bakri (1975 : 81) sur la façon dont, à son époque au xie siècle, les habitants de Zawila, dans l’actuelle Libye, surveillaient leur ville. Avant la tombée de la nuit, un des gardes était chargé de faire le tour des murailles de la ville, monté sur une bête de somme sur laquelle avaient été attachées des branches de dattiers traînant en partie sur le sol. Le lendemain matin, les empreintes laissées pendant la nuit sur le sol préalablement balayé étaient examinées attentivement par le garde et quelques congénères sur des « chameaux de course ». S’ils remarquaient la présence d’empreintes suspectes sorties de la ville, ils se mettaient immédiatement à la poursuite du voleur ou de l’esclave fugitif (puisque la ville était un grand marché aux esclaves). Les autorités de la ville pouvaient ainsi savoir qui entrait (et d’où il venait) et qui sortait de la ville (et la direction prise par un éventuel fuyard). De nos jours, dans le sud et l’ouest de l’île de Madagascar, il existe « un système coutumier d’alliances villageoises et de surveillance du territoire destiné à lutter contre le vol en détectant les déplacements des animaux. Chaque village est responsable de son propre territoire, qui repose sur le contrôle des traces laissées sur le sol par les zébus en des lieux de passage stratégiques, quotidiennement surveillés et balayés » (Saint-Sauveur, cité dans Landais 2000 : 458).

25Rien de tel semble-t-il aujourd’hui au Sahara. Il n’existe pas d’instances collectives locales chargées d’opérer une telle surveillance. Il n’est jamais fait mention de balayer le sable pour contrôler l’accès à un lieu. Même s’il est difficile d’avoir des informations sur cette question de la surveillance en interne, l’attention portée aux traces semble banale, voire quasi instinctive pour certaines personnes. Au quotidien, le pastoralisme nécessite de prêter une attention soutenue aux traces de ses animaux. Partir à la recherche de ses dromadaires fait notamment partie intégrante de la vie de berger : ils sont laissés à divaguer et il faut parfois suivre leurs traces sur des dizaines de kilomètres pour les retrouver (souvent à un puits ou sur de bons pâturages). Mais dans les villages et les oasis, c’est aussi un exercice quotidien. Sur le sable s’inscrit une part de la vie locale. Le sable contient bon nombre de petits récits pour qui sait lire. On sait par exemple si tel propriétaire est entré dans son jardin ou est sorti de sa maison. On se demande ce que se sont dit les deux personnes qui se sont croisées puisque leurs traces ont convergé, etc. Quand les traces sont singulières, traduisant une situation intrigante, on les examine plus attentivement : on cherche par exemple à savoir pourquoi untel a couru, pourquoi il s’est reposé ici, etc.

26Lorsqu’un étranger entre dans un village, l’identification se réalise par trois moyens : par son nom et sa généalogie en parlant de lui ; par son visage en le voyant ; mais aussi par ses empreintes. Certaines personnes, avant de saluer un nouvel arrivant, regardent la trace avant même le visage. Dans le village, seuls les spécialistes des traces connaissent de façon exhaustive les empreintes de chacun. Ils savent alors très vite l’arrivée d’un étranger dans le village puisque des traces nouvelles apparaissent. Potentiellement, on peut savoir chez qui l’étranger est hébergé et repérer tous ses déplacements.

27À proximité du village de Tajaé au Niger, il existe un hameau d’affranchis qui s’occupaient du bétail de leur ancien maître. Ils sont reconnus comme des spécialistes : on fait souvent appel à eux dans des cas difficiles, notamment pour des vols. Étant donné qu’ils connaissent les traces de chacun dans les villages des environs, lorsqu’un vol n’est pas élucidé, il existe de fortes probabilités, dit-on, que ce soit l’un des leurs qui l’a commis et qu’ils refusent de le démasquer pour ne pas le trahir.

Traces d’un homme, d’un insecte, d’un âne et d’un véhicule sur la piste de Tajaé (Ader, Niger)

Traces d’un homme, d’un insecte, d’un âne et d’un véhicule sur la piste de Tajaé (Ader, Niger)

La superposition des traces permet de situer dans le temps les circulations diverses qui ont eu lieu.

L. Gagnol 2012

  • 21 Un stratagème des jeunes filles touboues est indiqué par Chapelle (1982 : 295) : se joignant au mil (...)

28Il existe néanmoins une pratique chez les Sahariens qui est susceptible de requérir plus d’attention. Il s’agit d’une activité communément admise, mais dissimulée, de visite galante nocturne rendue par un jeune homme à une jeune fille. Pour ne pas être repéré, celui-ci s’habille de vêtements et notamment de sandales qu’il a empruntés ou réservés à cet effet. Il s’introduit, de préférence lors des nuits fraîches et sans lune, à l’intérieur des campements ou des concessions, sous la tente où est couchée la jeune fille, en prenant soin de ne réveiller personne et de repartir avant les premières lueurs du jour. Malgré toutes ces précautions, les empreintes trahissent aisément l’incursion nocturne 21. Les gens du campement/village peuvent s’apercevoir des traces au matin et remonter à leur source. Mais, sauf cas rares, on s’abstient de le faire. Il existe une tolérance tacite de cette pratique, surtout lorsque l’on connaît la personne et sa famille et que l’on sait leurs « bonnes intentions ».

Les effets de la sédentarisation : les traces dans un monde qui se ferme, se fige et se fixe

Les traces dans la pratique cynégétique

Comme on l’a vu, chez les Sahariens, la « lecture » des traces est avant tout un savoir-faire pastoral, avant d’être cynégétique. La différence entre les deux tient essentiellement à ce que le chasseur ne connaît pas intimement le gibier qu’il traque, contrairement au pasteur qui recherche son animal. Ce dernier connaît les particularités de chaque animal qu’il possède : son anatomie, son caractère et ses goûts. Même si les longues traques permettent d’appréhender la « personnalité » de l’animal, le chasseur interprète plus un comportement générique de l’espèce qu’un individu. Afin de repérer une trace, il s’aide beaucoup plus des habitudes territorialisées de l’espèce, ainsi que des indices ponctuels qu’il laisse pour la suivre (une coulée, une brisée, un gîte, etc.).

Circulation motorisée et animale à Tajaé au Niger

Circulation motorisée et animale à Tajaé au Niger

Les traces et les pistes se juxtaposent, se superposent et s’enchevêtrent.

L. Gagnol 2012

29Si l’on prend le cas de Tajaé, il n’y a plus de grands gibiers dans la région. La steppe arborée a été défrichée pour laisser place aux champs de mil et aujourd’hui les pasteurs ont de plus en plus de mal à trouver des aires de pâturages pour leur troupeau. Les gazelles et les antilopes ont été décimées par l’utilisation des fusils et des motos qui servent à les traquer. Les Touaregs ne chassent plus, puisqu’ils ne consomment pas le petit gibier comme les varans, les lièvres, les hérissons, les perdrix, les gerboises, etc. Seuls les Haoussas continuent à pister ces animaux et sont, pour certains, des spécialistes des traces. Ils savent par exemple la direction que prend un serpent avec son empreinte : il suffit d’observer le côté où le sable est déposé pour connaître sa direction. Lorsqu’il passe sur une brindille, il la fait se lever du côté opposé où il se dirige, par ondulation latérale.

30On observe aussi les traces d’animaux sauvages pour se débarrasser d’espèces nuisibles et surtout venimeuses. Certains connaissent les traces d’animaux sauvages qui fréquentent surtout de nuit les espaces alentours. Au matin, les pasteurs, reconnaissent les serpents ou les chacals dont ils ont l’habitude de croiser la trace, à tel point qu’ils savent lorsqu’un serpent ou un chacal « étranger » vient d’arriver pour la première fois dans les parages. On poursuit les serpents dangereux, notamment les vipères à cornes, jusque dans leur trou pour les tuer. On raconte qu’un marabout du village de Tajaé a vu des traces de vipère autour de lui en se réveillant : il a suivi sa trace sur plusieurs kilomètres avant de la débusquer. Mais il ne l’a pas tué car elle ne l’a pas mordu pendant son sommeil. Il lui a fait un sortilège pour l’envoyer vers d’autres lieux. Les animaux sauvages sont ainsi considérés comme le bétail des génies. Dans l’Aïr, un chasseur pistant un mouflon dans un endroit sans point d’eau a été surpris de trouver des traces de gouttes d’eau dans ses empreintes. Cela s’est confirmé en le débusquant : tout le poitrail était humide. C’est qu’il transportait des outres pour les génies, à la manière des ânes chez les hommes.

Les difficultés accrues du suivi des traces dans un monde de sédentaires

La présence de routes, de villages et de véhicules motorisés rend moins nécessaire et surtout de plus en plus difficile le suivi des traces. Mais, malgré la sédentarisation, le savoir-faire sur les traces se perpétue, même si les connaissances semblent péricliter chez les jeunes générations, ou du moins se déplacer vers celles d’autres traces de montures (« tshimarawen »). Ainsi, les jeunes savent lire la trace d’une moto (ou d’un 4 X 4) : ils peuvent identifier la direction qu’elle a prise et même la distinguer parmi d’autres grâce à sa trace de pneus, son usure, son niveau de gonflage, ses marques de bricolage (rustine, scotch). On reconnaît aussi un motard à l’oreille. Non pas au bruit en tant que tel, mais à ce que le bruit traduit de la façon de conduire et notamment de la façon d’accélérer. Les « traces » matérielles et auditives traduisent les gestes du conducteur, sa façon d’utiliser son véhicule.

31Les « traces » auditives font donc aussi partie de l’identification des personnes : si on reconnaît quelqu’un à sa conduite, on identifie également une femme à sa façon de piler, au rythme et au bruit du pilon dans le mortier. Une anecdote est révélatrice à ce sujet : un homme se promenant dans une rue d’Agadez au Niger a reconnu un ami tailleur sans même le voir – puisqu’il était assis dans un vestibule – au seul bruit de ses ciseaux, à sa manière particulière de couper le tissu.

32Aujourd’hui, ce sont les pistes latéritiques et plus encore les routes bitumées qui tendent à faire diminuer l’efficacité du suivi des traces. Il semble évidemment impossible de pister un voleur marchant sur le goudron avec un animal volé. Certains néanmoins ont réussi à le faire en observant le sable en bordure de route. Connaissant alors la direction, il convient ensuite de marcher le long de la route en étant attentif à l’endroit où les voleurs l’ont quitté. S’ils sont montés dans un véhicule, cela se complique. Il est alors nécessaire de se rendre dans les villages et surtout les marchés des environs pour s’assurer qu’ils n’ont pas vendu les bêtes. Lorsque leurs traces entrent dans un village, il est indispensable d’en faire le tour pour s’assurer qu’ils n’en sont pas sortis. Les victimes du vol cherchent alors à négocier avec eux par l’intermédiaire des autorités coutumières et/ou administratives. Les abords du village sont surveillés, notamment la nuit, afin d’interdire tout départ discret avec les animaux (à pied ou dans des véhicules). Il est arrivé que cette sorte de siège dure pendant plus d’une semaine, avant que les négociations aboutissent et que les pasteurs récupèrent leurs animaux volés. Mais au Tchad et au Nigéria surtout, l’usage de la violence est répandu et les pasteurs sont souvent armés pour se prémunir contre les vols.

&

Au Sahara, les gens, les animaux domestiques et sauvages, le paysage même, sont parti-culièrement mobiles. Le sable notamment, par sa nature meuble, a cette particularité de se déplacer et de constituer une morphologie plastique qui enregistre temporairement en le figeant le mouvement des hommes et des animaux.

33Ce travail a porté sur les traces d’un point de vue ethnogéographique, en tant qu’objet de savoir et de pouvoir particulièrement développé chez les pasteurs saharo-sahéliens. Associant inspection des empreintes pour identifier l’individu en question, suivi et interprétation de l’itinéraire qu’elles forment pour le pister et le retrouver, le savoir-faire sur les traces relève d’une conception hodologique de l’espace, avant tout linéaire et en mouvement. À ce sens de l’espace, qui a souvent frappé les observateurs « sédentaires », est combinée la recherche d’autres indices associés, pour mieux discerner le contexte et percer les agissements de l’individu. L’interprétation de ces indices porte sur le comportement mais aussi sur les stratagèmes qu’il dénote : la « lecture » des traces suppose un savoir anatomique et éthologique, mais aussi une certaine capacité à prendre le point de vue d’autrui (de l’animal, du voleur, etc.).

34L’identification et le suivi des traces requièrent une connaissance poussée et éprouvée du milieu désertique. Ils témoignent aussi bien des rapports des hommes à leur territoire et aux animaux domestiques ou sauvages, que des rapports de pouvoir des hommes entre eux. Le « déchiffrement » de ce qui s’inscrit dans le sable représente un potentiel de connaissance et de surveillance insoupçonné. Par là se manifestent des liens apparents entre la « lecture » nomade des traces et les procédures de traçabilité des corps et des objets, qui portent aussi sur la surveillance de leur mouvement. Une différence importante existe cependant : si les traces numériques des réseaux informatisés sont archivables et donc stables, figées, voire immuables, les traces dans le sable ne sont que fugaces et fragiles.

Montures pastorales touarègues

Montures pastorales touarègues

Âne, cheval et méhari – dromadaire de selle – lors de la cure salée près d’In Gall, Niger. Le bœuf porteur n’est plus beaucoup utilisé. L’animal est monté pied nu.

A. Afrane 2013

Haut de page

Bibliographie

Al-Bakri 1975 [1068] Description de l’Afrique septentrionale. In J. Cuoq Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècles. Paris : CNRS : 80-109.

Bataillon, C. (coord.) 1963 Nomades et nomadisme au Sahara. Paris : Unesco.

Bellin, P. 1963 L’Enfant saharien à travers ses jeux, Journal de la Société des Africanistes 33 (1) : 47-104.

Bernus, E. 1995 Perception du temps et de l’espace par les Touaregs nomades sahéliens. In P. Claval & Singaravelou (dir.) Ethnogéographies. Paris : L’Harmattan : 41-50.

— 1981 Points cardinaux : les critères de désignation chez les nomades touaregs et maures, Bulletin des études africaines de l’INALCO I-2 : 101-106.

Besse, J.-M. 2004 Quatre notes conjointes sur l’introduction de l’hodologie dans la pensée contemporaine, Les carnets du paysage 11 : 26-33.

Cabalion, S. 2013 Le Système domesticatoire touareg (Tagaraygarayt, Niger). Paris : EHESS (thèse de doctorat).

Casajus, D. 2010 À propos d’une géométrie vernaculaire : pratiques d’orientation en pays touareg, Afriques [En ligne], 02 | 2010, mis en ligne le 1er février 2011, consulté le 16 septembre 2013. URL : http://afriques.revues.org/723.

— 1988 Jeux touaregs de la région d’Agadez, Journal des Africanistes 58-1 : 23-49.

Champault, F. D. 1969 Une oasis du Sahara Nord Occidental : Tabelbala. Paris : CNRS.

Chapelle, J. 1982 Nomades noirs du Sahara. Les Toubous. Paris : L’Harmattan.

Gagnol, L. 2009 Pour une géographie nomade. Perspectives anthropogéographiques à partir de l’expérience des Touaregs Kel Ewey (Aïr – Niger). Grenoble I Thèse de l’université J. Fourier).

Ginzburg, C. 1980 Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice, Le débat 6 : 3-44.

Ingold, T. 2007 [2011] Une brève histoire des lignes. Paris : Zones sensibles.

Janni, P. 1984 La mappa e il periplo : cartographia antica e spazio odologico. Rome : Bretschneider.

Landais, E. 2000 Le marquage du bétail dans les systèmes pastoraux traditionnels, Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux 53-4 : 349-363.

Le Cœur, C. 1950 Dictionnaire ethnographique Téda. Paris : Larose.

Lévy-Bruhl, L. 1927 L’Âme primitive. Paris : Presses universitaires de France.

Therrien, M. 1990 Traces sur la neige, signes sur le papier. Significations de l’empreinte chez les Inuits Nunavimmiut (Arctique québécois), Journal de la société des américanistes LXXVI : 33-53.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été réalisé grâce à l’aide linguistique et l’appui logistique et financier de l’Office Tchadien du Tourisme en la personne de son directeur adjoint, Marabé Nger-Odjilo et des membres de la section OTT de Fada.

2 Ce travail n’aurait pas pu voir le jour sans la collaboration active d’Abdoulkader Afane, originaire de ce village et qui réalise une thèse sur les savoirs écologiques et pastoraux des Touaregs qui fréquentent la région d’In Gall. Cet article est également nourri des échanges réguliers avec Coralie Mounet qui travaille sur le thème des traces à partir des savoir-faire naturalistes et cynégétiques.

3 Le reste des maisons étant constitué de briques faites d’un mélange d’argile, de sable et parfois de paille, le tout séché au soleil (adobe, dit banco au Sahel).

4 Sur la question du sable dans les jeux touaregs, voir par exemple Bellin (1963) et Casajus (1988).

5 Le « chant des dunes » est décrit comme étant celui des génies, les tourbillons de sable, leurs caravanes.

6 Notamment les accouchements, les cérémonies de nomination et de noces, ainsi que les fêtes religieuses.

7 Par exemple, le récit légendaire de la destruction du village touareg de Takawat (Aïr, Niger) par un tour- billon de sable renvoie aux désordres créés par une inversion symbolique entre sauvage et domestique lors de noces fastueuses : pour constituer la tente nuptiale, au lieu de sable, du mil a été déposé au sol ; au lieu de nattes de folioles de palmier doum, des étoffes ont été préférées pour constituer le velum ; au lieu d’eau, du miel a été versé dans les jarres ; enfin, au lieu d’un taurillon, c’est un esclave qui a été sacrifié (Gagnol 2009 : 401-404). Chez les Toubous Teda du Tibesti, l’ouverture de la récolte des graminées sauvages dans chaque vallée donnait lieu à une aumône : une plante odoriférante était jetée dans le lit sablonneux de l’oued (Chapelle 1982 : 382).

8 Cette pratique est très largement répandue : Lévy-Bruhl en a donné quelques exemples sur trois continents (1927 : 72-73).

9 À ce sujet, voir Le Cœur, 1950 : 160 ; Chapelle, 1982 : 320, 330, 334.

10 Identifier par leurs empreintes les brebis et les moutons est moins aisé sur un plan anatomique (leurs pieds sont très similaires) comme sur un plan éthologique puisque, en tant qu’animaux grégaires à l’individualité moins marquée, il est plus difficile de les différencier par leur comportement : d’ailleurs, certains n’ont pas de nom attribué. Les brebis sont considérées comme moins intelligentes et rusées que la plupart des animaux, notamment les chèvres (sur la domestication chez les Touaregs, voir la thèse de S. Cabalion 2013).

11 Jusqu’à une semaine pour les cas exceptionnels. On raconte à Tajaé qu’un homme a pu suivre les traces de sa pintade sur 5 km avant de la retrouver. Un autre a retrouvé son mouton perdu au milieu d’un troupeau d’une centaine de têtes, etc.

12 Ces deux visions sont le plus souvent imbriquées et il ne s’agit de les opposer de façon systématique. Dans la pratique spatiale des nomades sahariens, coexiste une vision hodologique avec une dimension carto-graphique et une orientation selon les quatre points cardinaux. À ce sujet, chez les Touaregs, voir les ana- lyses de Bernus (1981 et 1995), D. Casajus (2010) et celles de ma thèse (Gagnol 2009).

13 Nous nous démarquons ici de l’analyse de Ginzburg (1980) qui oppose le « déchiffrement » cynégétique tourné vers le passé à la divination, portée vers l’avenir. Comme nous l’avons indiqué, les opérations intellectuelles impliquées dans le suivi des traces (pastorales aussi bien que cynégétiques) ont aussi une visée prospective.

14 Les pasteurs toubous reconnaissent les races de leur dromadaire à leur robe. On retrouve parfois des poils dans les empreintes qui facilitent l’identification.

15 Certaines marques de bétail chez les Touaregs et les Toubous sont des empreintes d’animaux (corbeau, outarde, gazelle, serpent, etc.). Ces marques de propriété ne sont pas individuelles, mais représentent des clans ou des fractions de tribus. Elles ne sont pas nécessaires à l’identification de l’animal mais permettent surtout de prouver le vol éventuel vis-à-vis d’un tiers. Sur cette question, voir Landais (2000).

16 Dans le cas contraire, cela permet de les dépister : c’est du moins ce que racontent la plupart des récits de découverte de sources, guelta, palmeraies et salines, après suivi des traces d’un animal égaré. Par exemple, dans l’Ennedi, on prétend que c’est en remarquant la barbichette mouillée d’un de leurs boucs et en remontant ses traces que les Sara (clan Bideyat), ont découvert la guelta de Fada et en ont fait depuis leur territoire d’attache. De la même manière, les Touaregs Kel Ewey expliquent que c’est en suivant les traces d’une chamelle égarée qu’ils ont eu connaissance des salines et palmeraies de Bilma, qu’ils parcourent depuis dans leur cycle caravanier.

17 Il arrive aussi que l’on parte à la recherche d’un individu qui s’est perdu ou qui est devenu « fou » et qui s’égare dans la brousse. On peut aussi rattraper un compagnon de voyage ou une caravane, parti en avance, etc.

18 Cette pratique est néanmoins attestée ailleurs dans le Sahara, notamment en Algérie dans l’oasis de Tabelbala étudiée par Champault (1969). Il est mentionné aussi que l’on y manifeste son identité en laissant une empreinte de pas bien visible, par exemple à proximité de bagages que l’on doit laisser un moment sans surveillance. On peut aussi placer des affaires à l’intérieur d’un cercle tracé avec le pied, ce qui rappelle l’ortozze des Toubous.

19 À ce sujet, voir les observations à Tabelbala de Champault (1969 : 210-211). Je remercie M.-L. Gélard de m’avoir indiqué cette référence.

20 Ce n’est nullement un stratagème spécifique aux dieux grecs et aux Sahariens : les braconniers des forêts françaises d’autrefois confectionnaient pour les mêmes rai- sons des sabots inversés.

21 Un stratagème des jeunes filles touboues est indiqué par Chapelle (1982 : 295) : se joignant au milieu de la compagnie où se trouve l’homme qu’elle attendra dans la nuit, elle feint de se brûler les pieds sur le sable chaud et retourne dans sa tente en ayant pris soin de lui emprunter ses sandales et de faire plusieurs allées et venues : elle crée alors « tout un chemin de traces. Ce procédé ne trompera guère, mais il lui permettra de se défendre si on l’accuse : “ces traces, c’est moi qui les ai faites, tout le monde l’a vu” ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeu du dara à Tajaé (Ader, Niger)
Légende Sorte de jeu de dames très populaire chez les Touaregs, aussi bien en ville qu’en brousse, qui consiste à aménager une sorte de damier au moyen de petits trous creusés dans le sable. Il se joue à deux, avec des crottes sèches de dromadaire, des petits bouts de palme de dattiers, ou comme sur ce cliché, avec des petits cailloux et des petits morceaux de tiges de mil.
Crédits © L. Gagnol 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Empreintes de pied antérieur et postérieur de dromadaire (Eghazer, Niger)
Légende Il s’agit d’empreintes récentes mais le vent a déjà apporté des brindilles. On distingue des traces de gouttelettes d’urine. Le dromadaire marche à l’amble : cette allure symétrique, à deux temps, fait que les empreintes des pattes antérieures et postérieures de chaque côté sont alternativement rapprochées (ici, elles se recouvrent partiellement).
Crédits A. Afrane 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Ci-dessus une empreinte relativement récente mais les traces d’insectes qui la recoupent indiquent qu’elle date au moins de la veille.
Crédits A. Afrane 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Empreintes d’un troupeau de vaches (Eghazer, Niger)
Légende Il s’agit d’empreintes de génisses se dirigeant vers le point d’eau.
Crédits A. Afrane 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Empreintes d’une vache (Eghazer, Niger)
Légende Certaines bêtes ont la particularité de traîner les pattes, c’est le cas de cette génisse dont les empreintes sont prolongées par de petits traits.
Crédits A. Afrane 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Trace de passage d’un coléoptère et crottins de dromadaire (Ennedi, Tchad)
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Lorsque ces indices recoupent la trace d’un animal, ils sont utilisés pour évaluer le temps écoulé depuis leur production.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Empreintes de deux dromadaires et d’un chamelier (Erg Chebbi à Merzouga, Maroc)
Légende Le chamelier marche en avant en tirant sur la longe de l’animal de tête (attachée sur la mâchoire ou à un anneau dans le nez) qui marche un peu de côté sur ce cliché.
Crédits L. Gagnol 2014
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)
Légende Récupération d’un dromadaire « poussé » vers le reste du troupeau.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Recherche par dépistage de dromadaires (erg du Djourab, entre Borkou et Ennedi au Tchad)
Légende Le pasteur du clan Annakaza (Toubous Daza) tient dans sa main la corde ayant entravé le dromadaire.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Camion et caravane sillonnant l’erg du Djourab (entre Borkou et Ennedi – Tchad)
Légende Les traces dans le désert s’effacent rapidement.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Mais les pistes principales sont rendues visibles par des balises (pneus, fûts usagés, etc.). Ici, lieu de halte sur la piste du Djourab avec carcasse de tank libyen ensablé et pylône indiquant la présence d’un puits.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Marché d’In Gall lors de la « cure salée » (Niger)
Légende Lieu de rencontre entre pasteurs, cultivateurs, citadins et commerçants, ce marché bat son plein lors du rassemblement de pasteurs nomades et transhumants qui a lieu en saison des pluies dans la région autour d’In Gall.
Crédits A. Afrane 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Empreintes d’un chacal (Ennedi, Tchad)
Légende Cette trace probablement nocturne a été émoussée par l’action du vent sur le sol sablonneux.
Crédits L. Gagnol 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Traces d’un homme, d’un insecte, d’un âne et d’un véhicule sur la piste de Tajaé (Ader, Niger)
Légende La superposition des traces permet de situer dans le temps les circulations diverses qui ont eu lieu.
Crédits L. Gagnol 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Circulation motorisée et animale à Tajaé au Niger
Légende Les traces et les pistes se juxtaposent, se superposent et s’enchevêtrent.
Crédits L. Gagnol 2012
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Montures pastorales touarègues
Légende Âne, cheval et méhari – dromadaire de selle – lors de la cure salée près d’In Gall, Niger. Le bœuf porteur n’est plus beaucoup utilisé. L’animal est monté pied nu.
Crédits A. Afrane 2013
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/7296/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gagnol, L. 2014 Identifier, rechercher et surveiller par les traces, in S. Boulay & M.-L. Gélard, Vivre le sable! Corps, matière et sociétés, Techniques & Culture 61 : 166-187.

Référence électronique

Laurent Gagnol, « Identifier, rechercher et surveiller par les traces », Techniques & Culture [En ligne], 61 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://tc.revues.org/7296 ; DOI : 10.4000/tc.7296

Haut de page

Auteur

Laurent Gagnol

Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page