Navigation – Plan du site

Workshop international Techniques & Culture-MuCEM

Réparer le Monde : Excès, reste et innovation
Techniques & Culture-MuCEM International Workshop - Fixing the wold : Excess, leftover, and Innovation

Image 100000000000020E000002E9FCA3EB2B.jpg

Le MuCEM et la Revue Techniques&Culture en partenariat avec l'EHESS et le Centre Norbert Elias (CNRS-EHESS-UAPV-AMU) vous invite à participer en duplex au worshop les :

20 et 21 novembre 2014

à l'I2MP, MuCEM-Fort Saint-Jean, Marseille

Salle DUPLEX de 9H00 à 17h 30

Entrée libre sur inscription dans la mesure des places disponibles

Contact : cecile.lebreton@mucem.org

Les restes et leur traitement ont une valeur heuristique originale pour les sciences sociales. C’est tout au moins la position que nous entendons défendre dans ce workshop. Englobant le sujet des déchets, mais loin de s’y limiter, cet atelier réunira des chercheurs issus de plusieurs disciplines provenant de terrains proches et éloignés autour de la problématique du « reste », envisagée non seulement comme « revers de la production », mais aussi comme un objet associant fortement les dimensions pratiques et symboliques.

L’analyse du ou des restes permet de révéler en profondeur l’intrication des enjeux sociaux, environnementaux et politiques.

Dans le cadre de l’exposition « Ordures ! » prévue en 2017 et d’un numéro spécial de la revue Techniques & culture, élaboré en partenariat avec le MuCEM, ce workshop rassemble des contributions qui explorent, complètent et discutent la notion de « reste » mais aussi les rapports entre reste et déchets au sens le plus large pris dans les flux mondialisés et la (sur) consommation.

A l’époque où certains chercheurs des sciences sociales re-explorent la notion d’anthropocène, quels défis heuristiques ces catégories de restes posent-elles véritablement ?

Quelles sont les conséquences de disposer de biens sans l’idée d’échange, de circulation, de retour ? À l’inverse, dans quelle mesure les économies circulatoires réincorporent-elles les restes de façon inattendue ? L’étude des restes, ou ce que Georges Bataille appelait « la part maudite », permet-elle de réaliser une « mise à l’envers de la pensée » par l’élargissement du concept d’économie dans sa version actuelle (restreinte) à une économie « générale » ?

Le reste ne saurait être considéré comme une catégorie ontologique donnée, mais plutôt comme une catégorie dont les contours s’étendent, se contractent et se déconstruisent en fonction des régimes de valeur, des techniques et des croyances de chaque société, ainsi qu’à travers des activités telles l’élimination, la collection, la réparation, la transformation, la valorisation, la conservation. De même, la notion de reste revêt des significations matérielles et immatérielles différentes : faut-il voir, chez les chasseurs-cueilleurs ou horticulteurs, des sociétés « sans reste » (en tout cas, sans déchets) ? Ou le reste, la scorie, l’excrétât impensés prennent-ils d’autres formes (immatérielles ?) dans un environnement tropical humide caractérisé par la biodégradabilité des objets végétaux — contexte de nature bien évidemment différent de celui des artefacts métalliques ou plastiques des sociétés industrielles ?

Outre les formes matérielles des restes, les processus ou les épreuves qui permettent aux restes d’accéder à de nouveaux statuts sont d’une importance particulière pour cette réflexion collective. Nous souhaitons dans ce workshop promouvoir des études qui mettent en évidence les dimensions bricolantes et innovantes, les savoirs, savoir-faire, savoir-être que le monde accéléré de la consommation et de la surproduction appelle en retour et en résistance, contre l’idée d’« obsolescence programmée » notamment.

Hosted by the MuCEM in partnership with the EHESS and the Centre Norbert Elias (CNRS-EHESS-UAPV-AMU)

DUPLEX Room: I2MP, MuCEM-Fort Saint-Jean, Marseille

Open to all (subject to availability of spaces and upon registration)

Contact : cecile.lebreton@mucem.org

Remainders and the way they are dealt with are a productive social sciences heuristic. Or so we wish to argue. Incorporating the subject of waste but seeking to cast a much wider net, this workshop brings together researchers from multiple disciplines, working in a variety of distant and 'nearby' fieldsites, around the topic of 'remainders,' conceived of not only as 'obverse of production' but also in their crucial practical and symbolic dimensions.

Analyzing remainder(s) provides insight into a series of profoundly interwoven social, environmental, and political issues.

In the context of an exhibition 'Ordures!', planned for 2017, and a special issue of the journal Techniques & culture to be published in partnership with the MuCEM, this workshop aims to explore, extend, and question the notion itself of 'remainder' as well as the relationship between remainder and waste in the broadest sense, including as it relates to globalized flows of (over)consumption.

At a time when certain social science researchers are re-exploring the notion of Anthropocene, what heuristic challenges do these categories of remainders pose?

What are the consequences of dealing with objects in a way that does not contemplate exchange, circulation, or return? Conversely, to what extent do circulatory economies reincorporate remainders in unexpected ways? Does the study of remainders, or what Georges Bataille called the 'accursed share,' allow, as he promised, for turning our way of thinking 'upside down' by broadening our current 'restricted economy' to a 'general economy'?

Remainders cannot be conceived of as ontologically given, but must rather be thought of as belonging to a category the contours of which expand, contract, and deconstruct themselves depending on the value regimes, techniques, and beliefs of each society, as well as through activities such as elimination, collection, repair, transformation, re-valuation, preservation. Similarly, the notion of remainder has different material and immaterial meanings: should hunter-gatherer or horticultural societies be regarded as being 'remainderless' (or at least without waste?). Or do remainders, cinders, excreta take other (immaterial?) forms in a humid tropical environment characterized by the biodegradability of plant matter, a context that is clearly very different from one dominated by metal or plastic artefacts of industrial societies.

Apart from the material forms of remainders, the processes or transformations by which they change status are of particular importance for the collective reflection we seek to develop through this special issue. We are particularly keen on studies that reveal forms of innovation, knowledge, savoir-faire, bricolage, and ways-of-being that the accelerated world of consumption and overproduction produces as rebound and resistance effects, in particular against planned obsolescence.

Programme