Navigation – Plan du site

Essais de Bricologie. Ethnologie de l'art et du design contemporains

Deuxième journée d’études, 6 et 7 octobre 2014, EHESS (Paris)

Le numéro 64 de Techniques & Culture, intitulé Essais de bricologie, tente de caractériser une « ethnologie de l’art et du design contemporains ». Ces domaines de création constituent en effet pour les chercheurs en sciences humaines, et plus particulièrement en ethnologie, des terrains à la fois assez neufs à explorer et potentiellement très fertiles. D’abord, parce que les designers et surtout les artistes contemporains s’intéressent de près à l’ethnologie et adoptent même, pour certains, une démarche d’ethnographe où l’enquête et la documentation sont les méthodes essentielles de leur production. Ensuite, parce que la mondialisation et la situation postcoloniale ont eu pour effet, dans le domaine de l’art et du design, de multiplier les acteurs et les lieux d’expression artistique, si bien que la dialectique entre le centre et la périphérie du monde de l’art (l’Europe et les États-Unis versus le reste du monde) s’est effondrée, ou plutôt s’est diffractée en de multiples pôles disséminés dans le monde entier. Enfin, de nombreuses démarches incarnées par les designers et les artistes contemporains ne sont pas adéquatement traitées par les outils conceptuels de l’histoire ou de la critique de l’art et du design. Les méthodes et les concepts des chercheurs en sciences humaines peuvent, au contraire, porter sur ces démarches contemporaines un éclairage tout à fait nouveau et enrichissant. Trois axes de recherche sont distinguables à travers lesquels ces éclairages pourront faire apparaître des résultats : en direction des objets, des acteurs et des pratiques.

Objets : L’art et le design d’aujourd’hui ne proposent plus seulement des tableaux à contempler et des chaises pour s’asseoir, mais des protocoles, des modes de vie, des pièces à activer, des outils, etc. Le statut de l’objet s’est considérablement renouvelé. Or, parallèlement, les recherches sur la culture matérielle et sur l’objet dans les sociétés d’aujourd’hui sont devenues dominantes en ethnologie et dans diverses sciences humaines. On pourra ainsi se demander ce que veut dire l’affordance ou l’agentivité d’une œuvre de design ou d’art contemporain.

Acteurs : Les théories de l’acteur-réseau et l’anthropologie symétrique ont permis, parmi d’autres, de proposer d’autres façons de concevoir les relations sociales distinctes de l’opposition entre l’individu et la société, l’humain et la nature. Dans le domaine de la création, la remise en cause de l’auteur dans les années 60, le développement des collectifs aujourd’hui, la complexification des étapes nécessaires à la production d’une pièce ont élargi considérablement le nombre et la qualité des acteurs nécessaires à son existence. Pourtant, la critique d’art et le discours médiatique continuent comme avant de centrer toute leur attention sur l’artiste ou sur le designer. Les démarches scientifiques citées, et d’autres, contribueront à dépasser ce problème.

Pratiques : Terme central des sciences humaines, il l’est aussi des domaines de la création. Pourtant il semble y avoir un hiatus : si les sociologues et les ethnologues paraissent s’intéresser surtout aux pratiques coutumières, récurrentes, banales presque, les historiens et les critiques d’art et de design semblent quant à eux étudier des pratiques exceptionnelles car hautement individualisées. Isoler une chaîne opératoire était, pour Leroi-Gourhan, une manière d’identifier une culture commune. Comment appliquer ces démarches et conceptions de façon maîtrisée et innovante aux œuvres contemporaines ? Une anthropologie des techniques d’un designer ou d’un artiste est-elle possible ?

Ces points fournissent les repères à partir desquels les contributeurs au numéro Essais de bricologie élaboreront la trajectoire de leur problématique propre. En préparation à ce recueil, Techniques & Culture a organisé 2 journées d’études au Centre Norbert Elias, à Marseille, les 3 et 4 juin 2014 et réitère l’initiative les 6 et 7 octobre prochains dans les locaux de l’EHESS à Paris. Ces deux journées seront l’occasion pour les chercheurs de présenter leurs propositions, d’échanger points de vue et idées, et de constituer la structure d’ensemble du numéro.

LUNDI 6 OCTOBRE

9h30-12h30

Frédéric Joulian, rédacteur en chef de Techniques & Culture
Présentation de la revue et de la collaboration Villa Arson / Techniques
& Culture
/ Centre Norbert Elias

Thomas Golsenne, Patricia Ribault codirecteurs des Essais de bricologie
Présentation de l’argument et du projet

Faire de l’art — [Modération : Sandra Revolon, Aix-Marseille Université]

Franck Leibovici et Yaël Kreplak ,
« On ne sait pas ce qu’est une pratique »

Pierre Rabardel,
Analyser les pratiques de création artistique contemporaine…

Morad Montazami ,
La Modern Procession de Francis Älys ou l’œuvre d’art à l’ère de son rite de passage

14h-17h

Penser le design — [Modération : Patricia Ribault, Esad Reims]

Steeve Sabatto,
Doubtand incongruity by the yardstick of classical logic
and the benjamian concept of
poverty

Francesca Cozzolino,
Pour un design des situations. Observation d’un processus de conception en design de l’action

Emmanuelle Lallement et Matali Crasset,
Retour sur un travail d’ethno-design

MARDI 7 OCTOBRE

9h30-12h30

Ouvrir les pratiques — [Modération : Pierre-Olivier Dittmar, Ehess]

Laurence Mauderli,
 Ricochets dans le design contemporain

Vincent Beaubois ,
Design et culture matérielle

Valentina Porcellana et Christian Campagnero,
Regards croisés. Une recherche-action entre l’anthropologie et le design

14h-17h

Regarder les techniques — [Modération : Frédéric Joulian, Ehess]

Jeanne Quéheillard, Jean-François Dingjian,
Design : technologie et matérialité

Olivier Wathelet,
La fabrique des possibles : ethnologie des pratiques de conception
en industrie

Estelle Zhong,
Converser, cuisiner, bricoler. Les “arts de faire” comme techniques
de création dans l’art participatif

Cécile Dazord,
Paradoxes sur l’art et la technique dans les œuvres contemporaines

Discussion générale avec la participation d’intervenants des journées de juin :

Natacha Baboulène, Camille Bosqué, Arnaud Dubois, Sophie Fétro, Jérôme Guéneau, Roberta Rubino, Elisa Ullauri

Image 10000000000002A90000009FD70CD675.jpg