Navigation – Plan du site
Curiosa

Les femmes, les coquillages et la mangrove

Fisherwomen, shellfish and mangrove
Ariadna Burgos et Peyo Dillais
p. 326-337

Notes de la rédaction

Le texte et les photos de cet article sont d’Ariadna Burgos ; les dessins sont signés Peyo Dillais.

Texte intégral

Les femmes de la mangrove (île de Siberut) dans leurs pirogues lors d’une halte sur le chemin de la collecte des coquillages (Cl. A. Burgos).

A. Burgos

1. Texte

1Cet article est le fruit des observations et des échanges réalisés auprès des femmes pêcheuses-cueilleuses de l’île de Sibérut (Indonésie) à l’occasion de deux terrains entre 2010 et 2011. Durant neuf mois, j’ai suivi ces femmes dans la mangrove, ce qui m’a permis de comprendre comment elles parviennent à utiliser leur milieu et à agir sur lui. Elles évaluent, gèrent et utilisent les ressources de leur environnement. Une technique originale a retenu mon attention, celle de l’extraction de deux espèces de bivalves de la famille des Lucinidae, Anodontia philippiana (Reeve 1850) et Austriella corrugata (Deshayes 1843), car elle est difficile à effectuer, réclame de la précision. Les documents qui suivent relatent le travail de ces femmes, leurs savoirs sur les coquillages et décrit, à travers leurs différents mouvements, la technique mise en œuvre pour l’extraction de cette nourriture importante pour elles-mêmes et leurs familles.

2Les dépôts et amas de coquillages mis au jour par les archéologues montrent que dès la préhistoire, les mollusques sont consommés dans plusieurs régions du monde (Volman 1978, Waselkov 1987, Faulkner 2009). L’importance des mollusques dans le régime alimentaire de nombreuses sociétés indigènes a été signalée dès le xviiie siècle par d’éminents naturalistes et explorateurs comme Labillardière (1799 : 52-54) ou Cook (Beaglehole 1955 : 312) ou même Darwin (Stuart 1977 : 263-266). Dans les trente dernières années on s’est intéressé à leur valeur nutritionnelle et économique (Meehan 1982, Sikorski et Zdzislaw 1990, Carpenter et Niem 1998, Thomas 2003). Cependant les techniques de récolte de coquillages et les savoirs malacologiques n’ont reçu que peu d’attention de la part des ethnologues (Des Rochers 1992, Moss 1993, Thomas 2003) même si cette activité ancienne est toujours d’une importance socio-économique notable pour bon nombre de populations côtières (Primavera et al., 2002, Bonomo 2007, Rondinelli & Barros 2010).

  • 1 Les Mentawai sont les habitants de l’archipel de Mentawai, un archipel composé de quatre îles. L’îl (...)

3C’est le cas des Mentawai, un peuple de pêcheurs-chasseurs-cueilleurs habitant sur l’île de Sibérut 1, située à environ 130 km au large des côtes occidentales de Sumatra (Indonésie). La récolte de coquillages y est une activité de subsistance essentielle, qui se pratique dans les nombreux bras d’eau qui divisent les vallées et les plaines de l’île. C’est notamment dans la forêt de palétuviers que cette activité prend une ampleur et une importance considérables.

  • 2 La chasse et l’élevage de sangliers sont plus rares dans cette zone de l’île qu’à l’intérieur où la (...)

4Dans la Baie de Katuraï, au sud-est de l’île de Sibérut, les femmes partent tous les matins dans la mangrove à la recherche de crabes, de poissons et de coquillages. Elles ont la charge de pourvoir aux besoins quotidiens de toute la famille. Les hommes travaillent davantage à la construction de pirogues et de maisons, à la gestion des champs cultivés, mais aussi à la chasse et l’élevage de sangliers 2. Dans leur enfance, les garçons accompagnent leur mère dans la mangrove et participent à la collecte de quelques coquillages. Mais une fois adolescents, ils ne s’y aventurent que pour la coupe de bois d’œuvre. Depuis quelques années, certains jeunes hommes partent aussi à la recherche de crabes, seule ressource locale qui soit actuellement commercialisée et exportée vers Padang.

5Les femmes, depuis leur enfance, ont une relation étroite avec la mangrove et ont consolidé par leur expérience et la transmission de savoirs, un corpus de connaissances naturalistes qui leur permet d’évaluer leur milieu, d’identifier ses changements et d’optimiser leur travail.

6La récolte de coquillages est un travail aussi important que la pêche dans la baie. Selon les femmes, cette activité est « plus fiable », car les coquillages sont relativement sédentaires et « prévisibles ». Par contre, la pêche est une activité dont le rendement est aléatoire et fortuit. Ainsi, les journées de récolte de coquillages garantissent aux femmes une ressource alimentaire à haute valeur protéique pour l’ensemble de la famille (Thomas 2003).

7Les journées de travail sont longues et les femmes se déplacent jusqu’à 12 km en pirogue par jour. Chacune part dans sa pirogue personnelle, mais elles se déplacent souvent en groupe, ou se donnent rendez-vous grâce à un système de toponymes très précis qui leur permet de se retrouver et de se situer dans n’importe quelle partie de la forêt de palétuviers de la baie.

8Les savoirs naturalistes en relation avec les différents coquillages sont considérables : les femmes connaissent très bien la diversité et les associations écologiques des différentes espèces, leurs biotopes spécifiques et leur localisation et abondance dans la baie. Elles détiennent aussi un ensemble de savoirs historiques sur les transformations écologiques et sociales du milieu, les pratiques d’exploitation des ressources malacologiques et les événements marquants (naturels ou anthropogéniques) qui ont conduit à la diminution du stock d’une espèce particulière.

9L’écosystème de la mangrove comporte un ensemble de micro-habitats et une succession d’assemblages forestiers qui varient selon la salinité, l’influence des marées, la nature et le relief du sol. Cinq grands types d’écosystèmes de mangrove sont dénommés par les Mentawai. Ces « unités écologiques » sont caractérisées par un cortège de bivalves et de gastéropodes occupant différentes niches écologiques. Ainsi, certains bivalves se trouvent enfouis en profondeur dans le sol, d’autres se situent en surface ou sont légèrement enfouis dans la vase, d’autres encore sont fixés sur les racines des palétuviers. En revanche, les gastéropodes se déplacent davantage sur la vase et grimpent sur les troncs : certaines espèces se positionnent sur le bois en décomposition tandis que d’autres préfèrent monter sur les feuilles des palétuviers.

10Au total, il existe 45 espèces de bivalves et de gastéropodes, dont 38 sont très appréciées dans l’alimentation. Cette diversité de mollusques est aussi remarquable que la diversité des techniques employées pour les extraire. Les femmes possèdent ainsi des techniques de récolte qui varient et qui sont conditionnées par l’habitat de l’espèce recherchée et par la hauteur de la marée. La plupart de ces techniques sont des techniques du corps, au sens maussien où le corps « est l’instrument naturel et principal » (Mauss 1929), qui permet, à partir de mouvements variés et coordonnés, l’identification et la récolte des coquillages.

11Une des techniques d’extraction les plus employées à Katuraï est le pasigutgut. Cette technique traditionnelle et unique, est utilisée pour déterrer le taïknuktuk (Anondontia philippiana) et le sikoïra (Austriella corrugata), deux bivalves qui se situent à proximité des racines de Rhizophora apiculata et R. mucronata, enfouies à environ 80 cm de profondeur dans la vase. La technique dite « pasigutgut» s’effectue en général avec 70 % du corps immergé dans l’eau et de préférence lors de la marée basse. Les femmes se placent à proximité des racines, et s’en servent comme appui pour se stabiliser sur la vase. Le bas du corps plongé dans l’eau, elles exercent avec leurs pieds un mouvement de pression répétitif et vertical pour pénétrer en profondeur dans la vase. Avec leurs doigts de pieds, elles explorent le substrat et arrivent aisément à différencier les bouts de bois des coquillages. Malgré la ressemblance physique entre les coquilles du taïknuktuk et du sikoïra (cf. p333), les femmes de la mangrove font preuve d’une sensibilité et d’un sens du toucher très développés : elles savent parfaitement différencier les deux espèces en utilisant uniquement leurs orteils.

12La quête des coquillages implique un effort physique important : les femmes explorent tous les recoins de la mangrove pieds nus, grimpent sur les racines, soulèvent les morceaux de bois mort, marchent à moitié pliées, plongent dans les rives de la baie et à l’intérieur des cours d’eau. Elles sont couvertes de vase, d’eau et de sel durant toute la journée. C’est un travail très pénible où elles sont également exposées à de nombreux types de blessures à cause des échardes, des morceaux de bois pointus, des bords effilés des huîtres fixées aux palétuviers et des piqûres incessantes de moustiques.

13Lorsque les femmes se retrouvent, elles se questionnent sur le rendement de la journée de l’une et de l’autre et sur son site de travail. Elles se renseignent également sur la position et les activités des autres femmes, elles commentent les actualités des villages de la baie et échangent leurs prévisions climatiques du jour et de la semaine. Elles examinent sans vergogne leurs récoltes respectives, en soulevant les paniers et en regardant dans le fond de la pirogue les différents produits collectés. Cela peut donner lieu à quelques échanges, celles ayant pêché davantage faisant don, ou prêtant une petite partie de leur « butin » aux autres.

14Selon les femmes, la collecte de coquillages est une activité possible toute l’année : il n’y a pas une saison particulière dans laquelle les différentes espèces de coquillages sont plus abondantes. Ainsi, le choix de l’activité et l’articulation du calendrier de collecte et d’extraction de coquillages ne reposent pas exclusivement sur la disponibilité et l’accessibilité aux mollusques, mais sur la réévaluation continuelle de la disponibilité de toutes les autres ressources alimentaires.

15Les profondes transformations socio-économiques et culturelles qui ont eu lieu durant les cinquante dernières années dans la baie de Katuraï, et à Sibérut en général (Persoon 2003, Forestier et al. 2008 : 144), mettent en péril l’exploitation durable des ressources de la mangrove à long terme. De nos jours, les besoins financiers créés par de nouvelles obligations telles que la scolarisation des enfants, l’essence et les vêtements, se font de plus en plus pressants dans la baie. La collecte de coquillages y est toujours une activité de subsistance durable et traditionnelle. Mais les ressources malacologiques reposent sur un équilibre fragile qui serait menacé si les opportunités et la demande du marché venaient à évoluer rapidement : notamment par le développement de voies d’acheminement et de conditionnement des stocks.

  • 3 Anadara granosa (Linnaeus, 1758) est une espèce à haute valeur économique dans toute l’Asie du Sud- (...)

16C’est d’ailleurs ce qui s’est produit pour un bivalve, le bebeleh (Anadara granosa). Selon les doyennes des pêcheuses-collectrices, ce grand coquillage se trouvait autrefois en abondance sur les bancs de vase des mangroves littorales 3. Suite à une forte demande nationale et internationale, elle a été la cible d’une exploitation intensive dans les années quatre-vingt-dix et exportée en masse vers Padang : c’était à l’époque l’une des seules opportunités d’accès à l’argent, et les villageois n’ont pas hésité à en profiter et aujourd’hui, le bebeleh est une espèce extrêmement rare dans la baie de Katuraï. Malgré les incertitudes qui pèsent sur la durabilité des ressources de la mangrove, « il y a de la nourriture si on va la chercher » affirment toujours les femmes. Et au fil des innombrables bras d’eau de cette forêt de palétuviers résonnent les chants, les éclats de rires et de voix, des pêcheuses qui s’interpellent à distance pour savoir si tout se passe bien.

2. Bande dessinée

Planche 1 : Début de journée

Planche 1 : Début de journée

Planche 2 : Description des coquillages recherchés

Planche 2 : Description des coquillages recherchés

Planche 3 : Déroulement et technique de collecte

Planche 3 : Déroulement et technique de collecte

Planche 4 : La mi-journée

Planche 4 : La mi-journée

Planche 5 : Le retour de la mangrove

Planche 5 : Le retour de la mangrove

Photo de clôture

Photo de clôture
Haut de page

Bibliographie

Bonomo, M. 2007 El uso de los moluscos marinos por los cazadores-recolectores pampeanos. Chuungara 39 (1) : 87-102.

Beaglehole, J.-C. (dir.) 1955 Journals of Captain James Cook on his voyage discovery. Vol 1 : The Voyage of the Endeavor, 1768-1771. Cambridge : Cambridge University press.

Carpenter, K. E., Niem, V. H. (dir.) 1998 FAO Species Identification Guide for Fishery Purposes. The Living Marine Resources of the Western Central Pacific. Seaweed, Corals, Bivalves and Gastropods. Rome : FAO, Vol 1. 686 p.

Des Rochers, K. 1992 Women’s Fishing on Kosrae : a Description of Past and Present Methods. Micronesica 25(1) :1–22.

Faulkner, P., 2009 Focused, Intense and Long-Term : Evidence for Granular Ark (Anadara granosa) Exploitation from Late Holocene Shell Mounds of Blue Mud Bay, Northern Australia. In Journal of Archeological Science 36(3) : 821-834.

Forestier, H., Guillaud, Meyers, K., Simanjuntak, T.2008 Mentawai: L’île des hommes fleurs. Sommières : IRD - Romain Pages, 157 p.

Labillardière, J. 1799 Relation du voyage à la recherche de La Pérouse. Paris : Jansen G.H.J. Vol 2. 332 p.

Mauss, M., 1929 Intervention à la suite d’un exposé de MM. Guillaume et Meyerson à l’Institut français d’anthropologie [Débat sur l’origine de la technologie humaine], Anthropologie 39, p. 130 (Œuvres, t. III, 1969, Paris : Éditions de Minuit, p. 257).

Meehan, B., 1982 Shell Bed to Shell Midden. Canberra : Australian Institute of Aboriginal Studies, 189 p.

Moss, M., 1993 Shellfish, Gender, and Status on the Northwest Coast : Reconciling Archeological,

Ethnographic, and Ethnohistorical Records of the Tlingi. American Anthropologist 95 (3) : 631-652.

Persoon, G. 2003 Conflicts Over Trees and Waves on Siberut Island. Geografiska Annaler 85B (4) : 253-264.

Primavera, J.H, Lebata, M.J., Gustilo, L.F. & J.P. Altamirano 2002 Collection of the Clam Anodontia edentula in Mangrove Habitats in Panay and Guimaras, central Philippines. Wetlands Ecology and Management 10 : 363-370.

Rondinelli, S.F., Barros, F. 2010 Evaluating Shellfish Gathering (Lucina pectinata) in a Tropical Mangrove System. Journal of Sea Research 64 (3) : 401-407.

Sikorski, Zdzislaw, E. 1990 Seafood : Resources, Nutritional Composition, and Preservation. Boca Raton, Fla : CRC Press, 256 p.

Stuart, D. E. 1977 Seasonal Phases in Ona Subsistence, Territorial Distribution and Organization. In Lewis R. Binford (dir.) For Theory Building in Archaeology : Essays on Faunal Remains, Aquatic Resources, and Systemic Modeling. New York : Academic Press, 419 p.

Thomas, F. R. 2003 Shellfish Gathering in Kiribati, Micronesia : Nutritional, microbiological, and toxicological aspects. Ecology of Food and Nutrition 42 (2) : 91-127.

Volman, T. P. 1978 Early Archeological Evidence of Shellfish Gathering. Science 201 : 911-913.

Waselkov, G. A. 1987 Shellfish Gathering and Shell Midden Archaeology. In M. B. Schiffer Advances in Archaeological Method and Theory 10 . New York : Academic Press : 93-210.

Haut de page

Notes

1 Les Mentawai sont les habitants de l’archipel de Mentawai, un archipel composé de quatre îles. L’île de Sibérut est la plus septentrionale et la plus vaste de l’archipel de Mentawai, avec 4 000 km².

2 La chasse et l’élevage de sangliers sont plus rares dans cette zone de l’île qu’à l’intérieur où la chasse est toujours une activité largement répandue. À Katuraï, la chasse se pratique moins fréquemment, et la chair de sanglier n’est finalement consommée que lors des cérémonies, rituels et événements occasionnels par l’ensemble du clan.

3 Anadara granosa (Linnaeus, 1758) est une espèce à haute valeur économique dans toute l’Asie du Sud-Est (Faulkner 2009). Elle se caractérise par une coquille épaisse et très résistante, et par sa capacité de conservation de l’ordre de vingt jours après sa récolte, ce qui facilite son transport et son stockage.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Les femmes de la mangrove (île de Siberut) dans leurs pirogues lors d’une halte sur le chemin de la collecte des coquillages (Cl. A. Burgos).
Crédits A. Burgos
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Planche 1 : Début de journée
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Planche 2 : Description des coquillages recherchés
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Planche 3 : Déroulement et technique de collecte
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Planche 4 : La mi-journée
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Planche 5 : Le retour de la mangrove
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Photo de clôture
URL http://tc.revues.org/docannexe/image/6748/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariadna Burgos et Peyo Dillais, « Les femmes, les coquillages et la mangrove », Techniques & Culture, 59 | 2012, 326-337.

Référence électronique

Ariadna Burgos et Peyo Dillais, « Les femmes, les coquillages et la mangrove », Techniques & Culture [En ligne], 59 | 2012, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://tc.revues.org/6748 ; DOI : 10.4000/tc.6748

Haut de page

Auteurs

Ariadna Burgos

UMR 7206 CNRS-MNHN

Peyo Dillais

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page