Navigation – Plan du site
Varia

Des Semences en partage

Construction sociale et identitaire d’un collectif paysan autour de pratiques semancières alternatives
Sharing seeds: the moral economy of a French farmers’ collective involved in on-farm conservation and breeding
Elise Demeulenaere et Christophe Bonneuil
p. 202-221

Résumés

Cet article se penche sur une dynamique portée par des producteurs en France, qui cherchent à réhabiliter la sélection à la ferme à partir de variétés anciennes. Notre travail vise à analyser les éléments qui soudent la communauté de pratiques constituée autour des dénommées « semences paysannes ».

Dans un premier temps, nous rendons compte des ressorts matériels et idéels qui poussent des producteurs de blé à se lancer dans la recherche de variétés anciennes et dans le réapprentissage de techniques de sélection. Pour ces agriculteurs alternatifs cultivant le plus souvent sous le label Agriculture Biologique, les variétés anciennes offrent d’abord des possibilités techniques (une meilleure adaptation à leurs conditions de production). Elles représentent aussi un levier politique (reconquérir une autonomie par rapport à l’industrie semencière) et un positionnement ontologique (construire une relation de compagnonnage avec les plantes). À partir de la création du Réseau Semences Paysannes en 2003, qui met en relation ces personnes jusqu’alors isolées, les semences deviennent aussi les vecteurs d’un réseau de sociabilités privilégiées.

De l’étude du réseau de circulation des semences ressort un fort rejet de la centralisation de l’activité de sélection : « la semence, ça regarde tout le monde ». Dans le même temps, l’économie morale des échanges de semences révèle que tout le monde ne peut pas rentrer dans ce collectif : les nouveaux entrants sont sélectionnés sur leur capacité à se mettre à l’écoute de ces variétés, dans un renversement des épreuves où l’humain est testé par la plante, et non pas l’inverse.

En tant qu’objet qui circule et évolue de ferme en ferme, les semences constituent un objet intermédiaire, qui à la fois coordonne l’action collective et incarne les résultats de cette action. Parce qu’elles portent l’empreinte de ceux qui les ont travaillées, ces semences contribuent à resserrer le réseau, en l’inscrivant dans un tissu sans couture mêlant intimement les histoires des hommes et des blés. La pratique commune de la sélection à la ferme, matérialisée par la circulation physique des semences paysannes, constitue un acte performatif par lequel ces producteurs éprouvent le sentiment d’appartenir à un monde « paysan » construit en rupture avec la figure moderne de l’exploitant agricole.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Les ressorts individuels de la réappropriation paysanne des blés
Trouver des variétés adaptées à des besoins spécifiques
Retrouver une autonomie
Sélectionner autrement
Établir un rapport de compagnonnage avec les plantes
La construction d’un réseau d’échange de semences et de savoirs
Un réseau de coopération entre agriculteurs, impliquant en marge des chercheurs et des acteurs institutionnels
« La semence, ça regarde tout le monde » : le refus de la spécialisation
L’économie morale au cœur de la circulation des semences
Ni logique marchande, ni circulation libre : la revendication d’échanges socialement contraints
« Il faut voir si le receveur est digne… » : une évaluation des hommes par les plantes
Des espaces locaux et hiérarchisés au sein du réseau
Le pluralisme comme principe unificateur ; la biodiversité comme référence commune

Aperçu du début du texte

Discussions entre agriculteurs autour d’une variété ancienne de blé, « festival agriculturel de Concoret ».

Discussions entre agriculteurs autour d’une variété ancienne de blé, « festival agriculturel de Concoret ».

Morbihan.

© J. Bertrand

Depuis près de dix ans, la controverse OGM a fait émerger les semences comme un enjeu majeur dans le monde agricole et a touché, au-delà, de larges publics, y compris urbains. La réglementation semencière française, vécue par de nombreux agriculteurs comme une remise en question de leur liberté à ressemer leur récolte, et ses frictions croissantes avec la thématique émergente de l’érosion de la biodiversité y ont également contribué. En 2003, le Réseau Semences Paysannes (RSP) a vu le jour, afin de revendiquer le droit pour les agriculteurs de cultiver et d’échanger des semences de variétés non inscrites au Catalogue officiel des Obtentions Végétales. Ce mouvement s’appuie sur des agriculteurs qui font leurs semences eux-mêmes à partir de variétés reléguées depuis les années 1950 par le marché et la réglementation. Outre des st...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Demeulenaere et Christophe Bonneuil, « Des Semences en partage », Techniques & Culture, 57 | 2011, 202-221.

Référence électronique

Elise Demeulenaere et Christophe Bonneuil, « Des Semences en partage », Techniques & Culture [En ligne], 57 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://tc.revues.org/5902

Haut de page

Auteurs

Elise Demeulenaere

CNRS - UMR 7206 Eco-anthropologie-Ethnologie

Christophe Bonneuil

Centre Koyré

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page